AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Memorie ...

Aller en bas 
AuteurMessage
Alma
Lecteur assidu
Lecteur assidu
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Memorie ...   Mar 8 Juin - 9:43

Avant :

Regarde Ben, comme elle est belle ! Notre merveille ! Regarde cette frimousse !
Man’ ! Chola’ ! Enc’re !
Maman ! Maman ! J’ai peur ! Y a une araignée sur le mur !
Quand j’serai grande, j’épous’rai Papa ! Pourquoi vous riez ?
Rends-moi ma poupée ! T’es qu’une voleuse !

Cher journal,
Désormais, tu seras mon meilleur ami, je te dirai tout !

Chère journal,
Ray, m’a dit bonjour, et m’a proposé de venir avec lui au centre commercial !
Kelly et Mary se sont moquées de moi, disant que j’avais un rendez-vous …Je suis sûre qu’elles crèvent de jalousie !

Cher journal,
Cela fait bientôt 3 mois que je sors avec Ray ! C’est le garçon le plus gentil que je connais ! Je suis dingue de lui ! Il veut que nous fassions l’amour …C’est trop bizarre d’écrire ça, faut surtout pas que Maman le lise ou pire Papa !

Cher Journal,
Je hais Ray, qu’il crève et aille direct en Enfer ! J’ai dit que je voulais attendre et il a osé dire qu’alors je l’aimais pas assez ! Il a cassé…Je voudrais mourir.

Chère journal,
Voilà, je dois décider de ce que je veux faire plus tard, y a tellement de choix, on m’aurait posé la question quand j’avais 5 ans, le choix était vite fait : princesse !
Mais c’est un métier bouché avec peu d’évolution, alors je sais pas, je cherche.

Cher journal,
Voilà ma première journée d’étudiante a commencé ! J’ai peur ! Je grandis ! C’est grave Docteur ? Je veux la potion d’Alice et rétrécir ! Et j’adorerais rencontrer le lapin blanc !

Cher Journal,
J’en peux plus ! Comment font les autres ? Ils sortent et moi je bûche jusqu’au petit matin ! J’ai le sentiment de ne pas avancer !

Cher journal,
J’ai rencontré un gars, Jim, il est sympa ! Il a un joli sourire ! Ca compense sa coiffure, qui a l’air d’être le résultat d’un défi perdu ! Ces cheveux sont longs et emmêlés, si je lui offre un peigne je risque de le vexer ? En tout cas tignasse ou pas, j’ai rendez-vous avec lui pour prendre un verre …Qui vivra, verra !

Meg, se recoiffe, la vitre fêlée lui renvoie l’image d’une jeune fille, les yeux brillants résultant d’un trop plein d’alcool et d’excitation.
« Jim est vraiment sympa ! Il est maladroit, il hésite entre jouer les gros bras ou être romantique, c’est marrant ces efforts qu’il fait pour vouloir me plaire ! »
La porte des toilettes s’ouvre, laissant entrer une jeune asiatique et avec elle la musique du bar, le bruit sourd des conversations.
Elle ouvre l’eau froide, penche la tête, joignant les mains pour recueillir l’eau et s’en mettre sur le visage.
En relevant sa tête, par reflexe typiquement féminin, venant de la nuit des temps, elle repasse un doigt sur ses sourcils pour les repeigner, passe les mains d’un air sûr pour se recoiffer, ce Jim mérite ces coquetteries.
Elle retourne à la table où l’attend le jeune homme, et continue une conversation interrompue avant son départ aux toilettes.
C’est l’aube, ils ont discuté toute la nuit, Jim la dépose chez elle. Mais avant de sortir et de lui ouvrir la portière, il la regarde, hésitant.
Elle n’ose pas, il doit le faire, alors délicatement, il l’embrasse. Il se recule et avec un petit sourire victorieux, lui dit :
-On se voit demain ? Après les cours ?
-Ok, répond-elle rougissante.
Jim fait démarrer sa voiture, laissant sur le bord de la route une jeune fille souriant bêtement.
Elle se décide à se diriger vers la porte d’entrée à quelques mètres, fouillant son sac à la recherche de son trousseau de clefs.
Trousseau qu’elle fait tomber, elle rigole idiotement, et se penche pour le ramasser, ne voyant pas arriver vers elle, une fumée noire, dense sortant du caniveau derrière elle …
Jim ne la reverra plus.

- Madame, Monsieur et Mademoiselle, vous êtes prêt ?
Les trois personnes se serrèrent encore plus, comme si cela pouvait les réchauffer et atténuer le choc.
Le drap fut soulevé. Le choc fort.
La jeune fille porta sa main à sa bouche comme pour retenir un cri.
Les parents se penchèrent, cherchant une preuve que cela, ça, n’était pas leur fille.
Mais leurs yeux s’escrimèrent à ne voir que les preuves de la vérité.

La mère toucha la joue de sa fille.
-Ma merveille…


Dernière édition par Alma le Lun 21 Juin - 16:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alma
Lecteur assidu
Lecteur assidu
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 20/05/2010

MessageSujet: Re: Memorie ...   Mar 8 Juin - 9:44

A la terrasse d’un café :

Je suis si fatiguée, tellement, je voudrais me poser, fermer les yeux, ne plus les ouvrir, m’abandonner, abandonner.
J’ai lutté si longtemps, criant, hurlant, mais personne n’entendait et pourtant j’espérais être entendu, mais comment entendre un être muet ?
Il s se disputent, j’ai l’impression qu’ils sont des chacals, se battant pour un morceau de viande.
La vérité…lui, est-il en morceau de viande ?
En tout cas moi, je ne suis même plus ça …Que suis-je ?
Une marionnette, voilà, »va à gauche « je vais à gauche », »tue » je tue.
Bizarrement, j’envie mon « locataire », j’aurais aimé avoir cette force de caractère, cette hargne. J’aurais du être comme ça, mais c’est trop tard. Si on m’en avait laissé le temps, aurais-je développé ces qualités ?
Où serais-je maintenant, quelle serait ma vie ?
C’est étrange mais j’ai le sentiment qu’avant son arrivée, j’avais des projets, pourquoi ai-je tant de mal à m’en souvenir ? Est-ce moi qui refoule ces souvenirs ? Pour atténuer ma peine, en imaginant ce qu’aurait pu être ma vie ?
Là, j’aimerais être sur une terrasse, buvant un café, un livre à la main attendant mon amoureux ou une amie.
Mais maintenant je n’attends plus rien, ni personne.
Et personne ne m’attends.

C’est fini.
Je ne suis plus.
A l’âge où certains dansent la nuit, aveuglaient pas les lasers, assourdi par le bruit jusqu’à chercher leur souffle, tombent amoureux, n’ayant qu’à s’inquiéter de leur résultats scolaire, où de savoir si leur patron acceptera de les augmenter, moi, je me meurs, tout doucement. Je pourrais bouillir et déborder comme un lait sur le feu, qui ne serait pas surveiller, mais je suis comme ce vase rempli d’eau sur une table quelconque sûrement en formica, aidant quelques fleurs à survivre sans leurs racines et qu’on oublie, je m’évapore…Et je ne laisserai aucune trace.
J’ai envie de pleurer mais même cela, m’est interdit.
D’ailleurs, que m’est-il autorisé ?
J’ai envie de lui dire : » vas-y, va jusqu’au bout de ton action, fais-le, ne l’écoute pas ! »
C’est marrant, souffrir sans crier …Je souffrais moralement maintenant c’est physique.
Et même la douleur physique ne me donne pas ce sentiment de vie.
Certains se scarifient pour se sentir vivant, je donnerais tout pour le faire ou au moins les gifler, eux, ces gens pouvant vivre, mais se sentant morts.
Ils ne connaissent pas leur chance.
Moi, je connais ma malchance.
J’ai l’impression d’être une mouche se cognant à la vitre, mirant le ciel si bleu et voulant l’atteindre, mais me cognant, sans cesse et ne voulant pas admettre ma défaite, persévérer, continué à me prendre cette satanée vitre, encore, et encore …Pendant des mois, j’ai été cette mouche presque au sens littéral du terme.
Il va le faire, je le lis dans son regard, l’espoir renait, n’hésite pas, fais-le, pitié !
Cette douleur, à défaut de ne pas me tuer, ne me rendras pas plus robuste, ce proverbe stupide qui dit « ce qui ne tue pas, rend plus fort » est si faux !
Un gout âcre dans la bouche, et ce sentiment, oh mon Dieu, ce sentiment !
De vivre, d’être soi !
S’il vous plait, ne me faite pas tomber, je suis brisée !
Fragile.
J’ai mal, et je peux enfin l’exprimer à travers un gémissement.
Liberté.
Je suis là, enfin, parmi eux, vous.
Ils me voient, ils me voient vraiment, ils voient qui je suis réellement.
Ils ont l’air surpris.
Attristés.
J’aurais aimé que ce soit lui, que j’attends à la terrasse, mon café refroidissant. Je regrette d’avoir attendu, de ne pas avoir profité de ma vie, avant …D’avant.
Il semble désespéré et il a l’air triste.
Il se sent coupable, d’être celui qui à pris la décision.
S’il savait qu’au contraire !

Ne t’en fais pas. Ne regrette pas.
Un verre d’eau à défaut de café, je m’en contenterais.
Mon café a refroidi depuis un moment et j’ai quitté la terrasse, le serveur a dû la ramasser, et nettoyer, elle sert à une autre cliente qui elle le boit, sans connaitre sa chance…
L’eau humidifie ma gorge rendant apte mes cordes vocales.
Je déglutis avec difficulté.
« Merci »
Je devais leur dire.
Je dois leur expliquer, comme pour me justifier.
D’une erreur, une faute que je n’ai pourtant pas commise, mais j’endosse ces fautes comme si c’était les miennes.
Ses mains étaient les miennes, ces paroles prononcées l’étaient avec ma voix.
Mon premier mot, comme un enfant dit « maman » pour la première fois, je dis merci.
Que dis-tu ? Parle plus fort, mon ouïe est défaillante, un bourdonnement parasite tes mots et mes pensées.
Ah, oui.
« Elle ne mentait pas ».
Si fatiguée, ce bourdonnement s’atténue, cesse.
Je me sens enfin bien ! Moi, à nouveau pour encore quelques secondes, si délicieuses secondes.
Mon corps ne m’obéit pas, mais cette fois, ce n’est pas elle qui à les commandes, ce corps cassé, et à moi, rien qu’à moi, moi seule. Je peux enfin pleurer. M’exprimer.
Ils m’ont entendus, et je n’ai pas eu besoin de crier, un murmure à suffit, une respiration.
Encore un mot, pour les remercier mais je suis à bout de souffle, je ne pourrais pas totalement les aider, juste un mot, s’il te plait mon cœur, bat encore quelques secondes, laisse -moi le temps.
« Sunrise ».
Voilà, merci mon cœur.
On va pouvoir abandonner, cet effort mérite un repos.
Une délivrance.


Enfin je peux de moi-même fermer mes yeux.


Fin.

Vos commentaires ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Memorie ...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [MANGA/ANIME] - Ef - a tale of memories/melodies -
» Kobato, l'artbook "Illustration and Memories"
» Wonder Festival Summer 2011
» [TUTO] Unlocker le bootloader/Installer un recovery/Rooter le HTC ONE (M7)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunter's Fanfics :: 
Séries Fanfics;
 :: . . Supernatural . . :: . . Général . . :: Fanfictions
-
Sauter vers: