AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La vérité en face

Aller en bas 
AuteurMessage
zenzandy
Lecteur acharné
Lecteur acharné
avatar

Féminin Messages : 129
Date d'inscription : 16/05/2010
Prénom : Sandra
Age : 37
Localisation : nul part en particulier

MessageSujet: La vérité en face   Lun 31 Jan - 22:47

Je sens le venin de la créature s’insinuer en moi, lentement, sournoisement… Comment me suis-je fait avoir ? Je l’ignore. Une erreur de débutant, probablement. Mais, pour le moment, ce n’est pas ce qui m’inquiète le plus. Dans quelques minutes, je ferai tout ce que je m’interdis de faire d’ordinaire. Dire ce que je ressens. Et ça me fait peur. Mon esprit est en ébullition. Toutes mes rancœurs, tous mes ressentiments, et Dieu sait que j’en ai, tout ça va exploser à la manière d’un volcan.
Je vois Sam qui s’approche de moi. J’ai envie de lui dire de reculer, de partir le plus loin possible de moi, avant que je ne devienne bien plus volubile que je ne le suis d’habitude. Mais, aucun mot ne sort de ma bouche. Sammy pose sa main sur moi.

- Dean, ça va ?

Je le regarde, essayant de le supplier des yeux de reculer. Je ne veux pas dire des choses que je regretterai. Mais, il ne comprend pas. Il repose sa stupide question. Comment pense-t-il que je me sente ? Une créature m’a empoisonné. Je suis sur le point de devenir un véritable monstre. Comment puis-je me sentir ? La colère me gagne. Toutes les rancœurs que je ressens pour lui m’envahissent d’un coup. Et là encore, je n’en ai pas qu’un peu. Je me dégage violemment.

- Lâche-moi, Sammy ! (Mon ton est sec, tranchant, il n’a rien de bienveillant.) Fous-moi la paix.
- Qu’est-ce qu’il t’arrive, Dean ? me demande-t-il, inquiet.
- Toi, voilà ce qu’il m’arrive ! Toi qui as pourri ma vie. Toi, à qui j’ai tout donné sans rien recevoir en échange !

Il me regarde, interdit. Il ne comprend pas ce soudain accès de rage et de haine à son encontre. Il ne peut pas ressentir ce que je ressens. Je vais le faire souffrir, probablement le détruire. J’ai envie d’arrêter de parler, mais je ne peux pas. Je continue sur ma lancée.

- Tu veux que je te dise ce que je pense de toi, Sammy ? Tu es prétentieux et égoïste. Tu veux tout, mais tu ne veux rien donner en échange. Tu traites les gens comme de la mer**, et après tu arrives vers eux en pleurant. Et moi, je t’ai tout pardonné. Les trucs sympas que tu m’as dit. Même tes trahisons. Mais, je peux plus. Pas après Ruby.

Il semble comprendre que je suis sous le contrôle de la créature.

- Dean, c’est le poison. Tu peux résister…
- Et si j’en avais pas envie ? Hein ? T’es-tu seulement soucié de ce que je pouvais vouloir ? Non, ta petite personne. Uniquement elle.
- Dean, je suis désolé pour…
- Non, non, non… (J’émets un rire qui n’a rien de joyeux.) Tu crois que c’est suffisant ? Etre désolé ? As-tu seulement réfléchi à tes dernières actions ?
- J’ai merdé, je sais. A cause de moi, Lucifer…
- Bon sang, mais t’as rien compris ? (La colère explose en moi, comme une bombe.) J’en ai rien à battre que tu ais libéré Lucifer ! T’as brisé le dernier sceau ? Et alors ? J’ai brisé le premier ! Non, ce qui me rend furieux, c’est que tu aies préféré écouter un démon plutôt que moi ! Tu l’as choisie, ELLE !
- Dean, je t’ai déjà dis…
- Quoi, que je ne te considérais pas comme un adulte ? Surprise, Sam. Mais pour être considéré comme un adulte, il faut montrer qu’on en est capable. Tu sais ce que je vois, quand je te regarde ? Un ado qui veut qu’on le laisse vivre sa vie alors qu’il en est incapable. Un adulte, c’est quelqu’un capable d’assumer ses erreurs, capable de dire où il a merdé, et capable de rectifier le tir, tout seul, ou au moins essayer, avant de demander de l’aide. Et désolé, mais tu es loin du compte. Tu fais des conneries, c’est toujours de la fautes des autres, et après c’est toujours à moi de réparer. Et là, Lucifer te veut comme hôte, et tu accoures vers moi pour t’aider ! J’en ai assez, Sam. J’ai presque envie de dire de te débrouiller sans moi. Et si tu veux lui dire oui, fais-le. Ça ne fera qu’une connerie de plus dans la longue liste de conneries que tu as déjà faites.
- Dean, j’ai fais des conneries. Je t’ai fait du mal, et j’en suis désolé.
- Mais, c’est pas suffisant. (Ma voix ne se radoucit pas.) Etre désolé ne suffira jamais à effacer ce que tu m’as fait. Tu m’as menti, Sam. Tu m’as méprisé. Je reviens de l’Enfer, je suis à moitié détruit. Je te confie les raisons de mon mal-être, et tu te moques de moi. Tu veux que je te rappelle ce que tu m’as dit ? Que je te ralentissais. Que je ne faisais que m’apitoyer sur mon sort.
- Dean, j’étais sous les effets d’un sort…
- Comme moi ! Tu veux que je te dise ce que je pense ? Quand j’étais en Enfer, t’as dû être sacrément content. Plus de Dean pour te dire quoi faire…
- Comment peux-tu dire ça ? Tu n’as aucune idée de ce que j’ai ressenti.
- Oh ? Alors c’est parce que tu as trop souffert que tu as fait exactement le contraire de ce que je voulais ? C’est parce que tu as trop souffert que tu m’as rejeté quand je suis revenu ?
- Bon sang, Dean… Tu es mon frère. Tu venais de mourir sous mes yeux. Je n’avais plus aucune raison de vivre. Sais-tu combien de fois j’ai songé à me tirer une balle dans la tête pour ne plus avoir à souffrir ? Tous les jours… Matin, midi et soir. Toutes les nuits je rêvais de toi, en train de souffrir. Toutes les nuits je t’entendais hurler de douleur. J’avais presque l’impression d’être à côté de toi. Chaque jour, je prenais un revolver, je le portais à ma tempe, avec l’espoir que cette fois, je pourrais tirer et te rejoindre. Et chaque fois, je n’avais pas le cran. Je me suis lancé dans des missions suicides dans l’espoir que la mort me prendrait. Mais, non. Elle ne voulait pas de moi. Tu veux savoir pourquoi j’ai suivi Ruby ? Parce qu’elle m’a donné une raison de vivre. Faire le plus de mal possible aux démons pour chaque torture qu’ils te faisaient subir. Détruire Lilith pour t’avoir pris à moi.
- Tu aurais pu arrêter, une fois que je suis revenu. Ta vengeance n’avait plus lieu d’être.

Je me rends compte que je ne crois plus moi-même à ce que je dis. Les propos de mon frère me touchent. Mais ma colère et ma haine sont encore présentes en moi. Plus autant qu’avant, mais encore.

- C’est vrai, j’aurais pu arrêter. Mais quand tu es revenu, tu étais brisé, Dean. Tu faisais comme si, mais même ça, tu n’arrivais plus à le faire. Tes cauchemars à répétitions, tes sursauts, dès que tu entendais un chien grogner. Tu n’avais plus envie de vivre. Tu n’avais plus cette rage que je te connaissais. Avant, tu aurais foncé dans le tas, tête baissé. Plus maintenant. Maintenant, tu réfléchis, tu penses trop aux risques, au point d’en devenir paralysé. Je ne te reconnaissais plus, Dean. Physiquement, c’était bien toi, c’était bien ton corps. Moralement… J’avais l’impression de voir un étranger.
- Tu étais gavé de sang de démon. Tu prenais des risques inconsidérés, tu refusais d’entendre la raison. Tout le monde t’a dit que la voie que tu suivais n’était pas la bonne. Moi, les anges. Même Pamela et Chuck.

Sam me regarde, surpris. Ça il ne me l’avait jamais dit.

- Ne me prends pas pour un idiot, Sammy. Pamela qui te dit quelque chose à l’oreille, juste avant de mourir. Et toi qui parais surpris, qui me dis que ce n’est rien. Un mensonge parmi d’autres mensonges. Pas difficile de faire le lien, surtout quand la vérité sur ton compte éclate au grand jour. Quand à Chuck, il savait tout de nous. Lui-même m'a avoué t'avoir dit que tu faisais fausse route. Il n’y avait pas que moi, Sam. Mais tout le monde. Pourquoi ne pas les avoir écoutés, eux.
- Je n’en sais rien moi-même, avoue-t-il. Je dois admettre que leurs propos m’ont fait douter. Mais quelque part, je m’efforçais de croire que je faisais ce qui était juste. J’avais un moyen de tuer le plus de démons possibles, et Lilith. J’avais la possibilité de t’éviter un travail que tu ne semblais pas prêt à faire toi-même. Et tu avais raison, mais j’étais trop présomptueux. Je me forçais à croire que tu étais plus faible que tu ne l’étais. Le sang de démon, Ruby, ça m’a embrouillé l’esprit. Le pouvoir que je possédais était grisant. Et j’avais enfin la possibilité d’être le frère protecteur à ta place.
- Et le sang de démon ? Ne me dis pas que ça t’a paru normal.
- Non… Les premiers temps, j’ai refusé. Mais les pouvoirs que j’étais censé avoir, je n’arrivais pas à les atteindre. Et j’avais envie de les avoir, voir si ça ferait une différence. Je pensais que si j’en prenais une fois, une seule, je pourrais avoir ce que je voulais. Mais, ce n’était pas le cas. J’en avais besoin pour atteindre mes pouvoirs. Ensuite pour les contrôler, et enfin pour pouvoir avoir de plus en plus de puissance. J’étais dans une optique la fin justifie les moyens, Dean. Je n’avais pas prévu l’addiction. Ruby m’a manipulé d’un bout à l’autre. Et je me suis fait avoir comme un gamin. Tu as aussi raison, sur ce point. Mais, je te jure que je n’ai jamais voulu te faire de mal.
- Pourtant tu m’en as fait. (Ce qui est censé être une remarque cinglante devient un simple constat.) Tu n’as pas hésité à me traiter d’idiot et de faible.
- Le pouvoir m’est monté à la tête. Je me croyais plus fort et plus malin que tout le monde. Et toi, tu me faisais la morale. J’ai voulu te faire taire. Et je pense qu’au fond, je savais que tu avais raison, mais que je refusais de t’entendre.

Je cherche de nouveaux reproches à faire. Mais, je n’en trouve pas. Peu à peu, je comprends que le venin a cessé de faire son effet. Je redeviens moi-même. Pourtant, ce ne devrait pas être le cas. Les victimes du poison meurent, pleines de haine et de ressentiment, avant de pouvoir redevenir elles-mêmes. Je comprends alors qu’à sa façon, mon frère m’a sauvé. En faisant ce qu’il n’a jamais fait jusque là : tenter de me comprendre et admettre ses erreurs. Je n’ai pas le temps d’en faire part à Sam. La créature, qui ressemble plus à une superbe femme qu’à un monstre, d’ailleurs, refait son apparition. Elle semble surprise de voir que tout ne s’est pas passé comme elle l’avait prévu. J’aurais dû tuer Sam avant de m’ôter la vie. Voilà de quoi elle se nourrit. De la haine, de la colère, et du remord. Mais, aujourd’hui, elle n’a pas ce qu’elle recherche. Ma haine et ma colère se sont calmées, grâce aux propos de Sam. Il faudra que je songe à le remercier, après ça. Avec tout ce qu’il a reçu en pleine face, il aurait dû être plus préoccupé à m’en vouloir qu’à tenter de me faire entendre raison.
Un regard à Sam lui fait comprendre que je suis enfin redevenu moi-même. La créature tente de s’en prendre à mon frère, mais elle oublie une chose cruciale. En m’affectant et en faisant de lui ma cible, celui-ci devient immunisé contre ses pouvoirs. Tant mieux. Sam m’a suffisamment dit d’horreurs sous l’influence de sorts pour toute une vie… même deux. Lui et moi redevenons ce que nous avons toujours été. Des frères et des partenaires de chasse. Pas besoin de mot. Chacun sait ce qu’il a à faire. Chacun sait ce que l’autre fera. En moins de cinq minutes la créature est tuée. Je suis sauvé, Sam aussi. Une affaire rondement menée, si je puis m’exprimer ainsi.

Quelques minutes plus tard, nous nous retrouvons devant l’Impala. Je sors les deux bières qui servent traditionnellement à signer la fin d’une chasse. Je suis gêné. Sam semble s’en rendre compte. Mais, il a le tact de ne pas me forcer la main, et d’attendre que je veuille bien parler. Je lui en suis reconnaissant. Au bout d’un moment, je me lance.

- Désolé, Sammy. Pour tout ce que j’ai dit.
- Je sais. (Il me sourit.) Tu n’en pensais pas un mot, j’en suis sûr.
- Et bien en fait, si. (J’ai décidé d’être honnête.) Tout ce que j’ai dit, je l’ai pensé. Mais, je pense que tu as eu ton lot de souffrance, toi aussi. Je n’avais pas le droit de te dire tout ça.
- Au contraire. Je suis content que tu l’aies fait.
- Pardon ? J’ai été un monstre.
- Comme moi, bien trop souvent. Dean, je crois que nous avions besoin tous les deux de cette conversation à cœur ouvert. Bon, je ne dirai pas que j’ai été enchanté d’entendre toutes ces vérités sur moi-même, mais, au moins, une mise au point nécessaire a été faite.

Je suis surpris. Je lui souris. Puis je décide de faire mes excuses pour autre chose. Ca, j’aurai dû le faire depuis longtemps.

- Désolé de t’avoir fait souffrir avec mon pacte, Sam. Je n’avais jamais pensé que ça t’aurait fait autant souffrir. Je pensais faire bien. Je pensais qu’une fois parti, tu mènerais la vie que tu rêvais d’avoir. Une vie normale, dans un monde normal. Je pensais que tu pourrais enfin revenir au monde duquel je t’avais arraché.
- C’est vraiment ce que tu voulais ? me demande-t-il, surpris.
- Oui, avoué-je. J’ai toujours regretté de t’avoir enlevé à Jessica pour te ramener dans la chasse. Je ne voulais pas que tu me venges. Il n’y avais pas de raison à ça. Sam, quand papa est mort, la vie n’avait plus de sens pour moi. Et quand j’ai reçu ses dernières volontés, te sauver ou te tuer, encore moins. Quand j’ai fait ce pacte, j’aurais tout aussi bien pu me tirer une balle dans la tête. Et c’est ce que je voulais faire. Mais, ça ne t’aurait pas ramené. Ça ne t’aurait pas permis d’avoir la vie que tu méritais d’avoir. Avec Jess, tu avais des projets. Avec moi, tu n’avais qu’un chemin qui t’a mené à la mort. Mon pacte, c’était pour rectifier les choses. J’aurais jamais pensé que tu te lancerais dans une vendetta personnelle, que tu utiliserais ta deuxième vie pour une vengeance qui n’avait pas lieu d’être.
- J’ai jamais vu les choses sous cet angle.
- Je ne te l’ai jamais dit. Comment pouvais-tu deviner ? Quelque part, j’ai aussi ma part de responsabilité dans ce que tu as fait.

C’est dit. Enfin. Tout ce que j’ai vraiment sur le cœur est dévoilé. Je sens que Sam s’apprête à dire quelque chose, sans doute pour ma défense. Mais, je ne veux pas. Je lui fait signe de se taire. Chacun sait ce que l’autre a ressenti. Et c’est très bien comme ça. La créature nous aura permis de remettre les pendules à l’heure, et quelque part de nous sauver. Du moins momentanément. La route est encore longue. Nous avons Michael, Lucifer, tous ces trucs à régler. Mon mal-être est toujours présent. Ma lassitude aussi. Mais quoi qu’il arrive, j’ai au moins retrouvé mon frère. Je prends conscience que je ne l’ai pas remercié pour m’avoir sauvé la vie. Mais, ça attendra. Plus tard…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La vérité en face
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Que pensez vous du CB 100? Face au MSR?
» THE DARK KNIGHT - HARVEY DENT/DOUBLE FACE (MMS81)
» Traitement particulier d'un tableau double face . (colle de pâte, réversibilité, pontage)
» Rando : Pic Saint-Loup Face Nord
» Robert SILVERBERG - La face des eaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunter's Fanfics :: 
Séries Fanfics;
 :: . . Supernatural . . :: . . One Shot . . :: Fanfictions :: Fanfics finies
-
Sauter vers: