AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "Thinking of you" {AU} ~ Maya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maya
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Julie
Age : 30

MessageSujet: "Thinking of you" {AU} ~ Maya   Dim 16 Mai - 0:54

"Thinking of you"




Citation :
Cette fic se situe dans la saison 1. Jess n’est pas décédée et Sam l’a quitté pour rejoindre son frère à Blackwater Ridge. Donc cette fic est un AU.

Je croyais en l’amour unique qui dure une éternité.
Je pensais l’avoir atteint avec cet homme si spécial.
Je me suis trompée, il est parti pour son frère sans une réelle explication.
Je souffre, j’essais de me relever.

Le temps passe, la douleur elle, reste.
Elle est moins intense qu’au premier jour mais…
J’ai toujours se vide dans mon cœur, lui…
Il ne part pas, pourtant…

Je suis obligée de faire avec,
Je suis obligée de vivre sans lui,
Je suis obligée de reprendre ma vie en main.

Et quand j’y arrive…
Il revient pour me sauver.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maya
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Julie
Age : 30

MessageSujet: Re: "Thinking of you" {AU} ~ Maya   Mar 18 Mai - 13:42

Chapitre 1 : La chaleur de ses bras.

Mon réveil se met à sonner, je grogne ne voulant pas être réveillée par ce bruit mais trop tard, c’est déjà fait alors je sors un bras de ma couette et j’appuie sur le bouton. Le silence emplit ma chambre, j’ouvre légèrement les yeux, l’oreiller à mes côtés est vide, je passe ma main sur le matelas, le drap est froid. Je n’aime pas dormir seule, j’ai été trop habituée à ses bras, depuis combien de temps ne m’a-t-il pas serré ? Je me replie sur moi-même en pensant à lui. Pourquoi m’a-t-il quitté, que lui est-il arrivé pour qu’il s’éloigne ainsi de moi ? On était heureux, on était bien. Une larme glisse sur ma joue, je reste à fixer la place vide à mes côtés, il me manque tellement.

Dire qu’un mois est passé depuis qu’il est parti, j’ai passée ma première semaine à pleurer, je ne comprenais pas, pourtant, il n’est pas parti comme un voleur, non, son frère est venu le chercher, il a parlé de chasse, l’heure suivante il est parti mais il est revenu. Il est resté une semaine, je voyais que quelque chose le tourmentait, il avait cette lueur d’angoisse dans ses prunelles, j’ai essayée de le faire parler mais il restait fermé alors je me contentais juste de garder un œil sur lui. Mais une semaine jour pour jour, il m’a parlé.

Je m’en souviens comme si c’était hier, il avait ce regard grave, cette voix rauque. Oh oui, ça m’a déchiré.


----- Flash Back -----

Sam me scrutait avec un regard que je ne connaissais pas, une lueur étrange, grave luisait. J’étais assise à ses côtés, il me tenait les mains et moi, je l’observais inquiète me demandant ce qu’il voulait me dire. J’avais bien remarqué que depuis le passage furtif de son aîné, qu’il était préoccupé, peut-être se décidait-il à se confier. Néanmoins, ce que je voyais dans son regard, ne présageait rien de bon et j’en avais peur.

_ Sam, qui y a-t-il ? M’inquiétais-je.

Je restais à le scruter en fronçant les sourcils, il semblait hésiter, il ne me lâchait pas, le voir ainsi me faisais peur mais je soutenais son regard impatiente qu’il parle.

_ Je vais rejoindre mon frère. Souffla-t-il d’une voix affligée par l’émotion.

Mon regard se fit interrogateur, voulait-il dire qu’il partait pour quelques jours ou pour plus longtemps ? Et que ferait-il de ses études ? Et de la fac ? Il ne pouvait pas se permettre de manquer les cours en ce moment alors qu’une fac de droit lui ouvrait ses portes.

_ Pendant combien de temps ? Questionnais-je.

Je sentis ses mains se raidir dans les miennes, mes sourcils se froncèrent plus intensément, quant il ne répondit pas de suite. Il resta à m’observer, je vis dans ses yeux des larmes mais pourquoi ?

_ Répond-moi Sam ! Demandais-je plus durement.
_ Je… ne… je ne sais pas. Se contenta-t-il d’ajouter.

Je restais à l’observer croyant avoir mal entendu, comment ne pouvait-il ne pas le savoir ? Déjà, pourquoi partait-il rejoindre son frère ? Un tas de questions m’assaillaient et je ne pouvais pas toutes les poser.

_ Tu as pensé à tes études, à cette école de droit ? Tu as travaillé dur pour en arriver là et tu veux tout balancer pour rejoindre ton frère je ne sais où ? D’ailleurs, il est où Dean ? La semaine dernière tu pars avec lui faire, je ne sais quoi et là, tu me dis vouloir aller le rejoindre ? M’esclaffais-je prise par surprise.

Il restait à me fixer et ça avait le don de m’exaspérer, ne pouvait-il pas mieux s’expliquer ? Je ne lâchais pas mon regard du sien, je voulais mes réponses alors il avait intérêt d’y répondre !

_ Aux dernières nouvelles, il est dans l’état du Colorado, à Blackwater Ridge.
_ Quoi ? Et tu veux aller le rejoindre là-bas ? Mais t’es fou ma parole !
_ Je m’inquiète pour lui Jess, je n’aurais pas dû le laisser repartir, j’aurais…

La fin de sa phrase je l’ai devinée, son regard triste, me le fait bien comprendre, peut-être ne voulait-il pas prononcer ces mots mais il s’était stoppé trop tard, j’avais compris. Il voulait rejoindre son frère et sûrement rester avec lui mais moi je suis quoi à ses yeux ?

_ Tu aurais dû quoi ? Le retenir ou repartir avec lui ? Demandais-je d’une voix dure mais cassée.

Son regard de cocker m’agaça, comment pouvait-il me dire ça ? Depuis que je le connaissais, il ne m’a parlé que rarement de sa famille et là, d’un coup il ne pensait qu’à ça ? J’avais besoin d’un peu plus d’explication pour avaler la pilule !

_ Je suis désolé Jess, je mettais voilé la face. Cette vie, la fac, toi, ce n’est pas fait pour moi. J’aimerais vraiment, je te le jure, j’aimerais rester avec toi mais je ne fais pas parti de ce monde.

Je sens mes larmes glisser sur mes joues, vient-il de rompre avec moi ? Oh mon dieu, ça fait mal. Mais que veut-il dire par « ce monde » ?

_ Et bien reste, qu’est-ce qui t’en empêche ? Soufflais-je tout en retenant du mieux que je le pouvais mes larmes.
_ Ma famille. Répondit-il tristement.

Qu’avait-elle de si extraordinaire sa famille ? Il ne parlait jamais d’elle, qu’était-il arrivé au Sam que je connaissais ? Que s’était-il passé entre lui et son frère ? Pourquoi me quittait-il alors que je voyais dans son regard qu’il m’aimait ? Ce n’était pas censé.

_ Ne pars pas ! L’implorais-je le cœur serré.
_ Je… je dois partir.

Sur ses mots, il enleva ses mains des miennes dans de douces caresses puis, il se leva, ne quittant pas son regard du mien. Mon cœur se déchirait en milles morceaux, il ne pouvait pas me faire ça, pas sans une meilleure explication.

_ Pourquoi Sam ? Qu’a-t-elle ta famille pour t’empêcher de rester ici avec moi ? Tes études ne sont-elles pas importante à leurs yeux ?

Je mettais levée à mon tour, il me scrutait semblant hésiter à m’avouer une chose mais quant il se retourna avançant jusqu’à la chambre, j’en pris un coup mais je le suivis mettant ma douleur de cotée.

_ Sam répond-moi ! M’écriais-je.

Son sac était déjà prêt, encore une fois, je déglutis difficilement mais malgré mon regard humide, je restais la tête haute. Il se retourna enfin gardant la lanière de son sac en main.

_ Je ne peux pas t’expliquer sans te mettre en danger mais sache que je t’aime et que si réellement j’avais le choix, je ne te quitterais pas.

Oh ça, ça faisait mal, croyait-il que ça m’apaiserais ?

_ Alors dans ce cas, pourquoi as-tu quitté ta famille pour venir ici ?
_ Je… (il baissa la tête…) Mon père avait raison, je ne suis pas un étudiant.

D’un côté, je voyais qu’il souffrait lui aussi mais je ne comprenais pas sa logique, son choix. Pourquoi maintenant ? Est-ce que son frère lui avait-il dit une chose qui lui a fait changer d’idée ?

_ Tu es quoi alors ? Demandais-je voulant comprendre.

Il resta à me fixer, ses larmes coulaient sur ses joues comme sur les miennes, ont été déchirés tous les deux mais pourtant, il partait réellement, il me laissait seule. Il s’approcha de moi, je ne bougeais pas, l’observant d’un regard déchiré, il prit mon visage entre ses mains. Je ferme mes yeux, appréciant la tendresse de son geste, puis, je sens ses lèvres sur les miennes. Il était doux, il m’effleurait à peine, attendant d’avoir mon autorisation pour aller plus loin. Je la lui donne en répondant à cette étreinte, le baiser fut plus langoureux, nos langues se touchèrent, se mélangèrent dans un bal tumultueux. Puis, doucement, j’ouvris les paupières, il me fixait intensément, s’était comme s’il gravait mon visage dans sa mémoire, s’était un baiser d’adieu. Je venais de m’en rendre compte, il me souffla un « désolé », puis, il partit. Je restais plantée là, observant la porte de l’entrée qui venait de se refermer sur lui.


----- Fin du flash back-----


J’aurais dû l’empêcher de me quitter, j’aurais dû lui courir après et lui crier que je l’aimais, que je pouvais partir avec lui peu importe mes études. Je l’aimais. Il était l’homme de mes rêves, l’homme de ma vie. Et aujourd’hui, je suis seule, recroquevillée dans ce lit devenu vide sans la chaleur de ses bras.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maya
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Julie
Age : 30

MessageSujet: Re: "Thinking of you" {AU} ~ Maya   Mar 18 Mai - 13:43

Chapitre 2 : Tous me fait penser à lui…

La chaleur caressait mon visage, j’appréciais cette sensation mais depuis le départ de Sam, ses petites choses anodines avaient perdu de leurs éclats ! Du moins, le fait de sentir le vent dans mes cheveux, la tiédeur du soleil, l’eau caresser ma peau, n’avaient plus ce même goût. Ses sensations étaient devenues ternes, sans saveur. Une chose s’était brisée en moi depuis le départ de Sam, j’essaie de me reconstruire peu à peu mais cet homme m’a brisé le cœur. Deux mois se sont écoulés mais même si les larmes ont arrêté de couler, la douleur reste belle et bien présente.

J’essaie de me concentrer dans mes cours, de travailler pour l’oublier mais ça ne marche pas. Sam est gravé dans ma mémoire et à tout moment, je pense à lui. Il me manque horriblement, la vie est si insipide sans lui. Je suis perdue sans lui, sans ses bras, sans son regard, sans sa voix et pourtant, depuis deux mois, je ne l’ai pas revu. Il n’a même pas répondu à mes appels. Et ne pas avoir de ses nouvelles, de ne pas savoir s’il va bien m’angoisse et en même temps me déchire. A-t-il fait une croix sur moi aussi facilement ? N’a-t-il pas mal d’être séparé de mes bras ? Ne pas savoir me pèse car moi je souffre, moi, j’ai besoin de réponse car ce qu’il m’a révélé le soir de son départ ne m’a pas soulagée, ça n’a pas apaisé ma curiosité bien au contraire.

Durant les premiers jours, j’ai voulu le rejoindre à Blackwater Ridge mais qui me garantissait qu’il était encore là-bas ? Et puis, il est parti, il a rompu, je devais reprendre ma vie en main alors c’est ce que j’ai fais. J’ai repris les cours mais aujourd’hui, devant mes amis, je me voile la face, je leurs dis que je vais bien alors que non, Sam me manque horriblement mais je prends sur moi. Ça passera avec le temps, du moins, je l’espère.

Alors que je marche tranquillement dans le campus, perdu dans mes pensées, j’entends vaguement Rebecca claquer des doigts pour me réveiller de ma léthargie. Je la scrute alors surprise me demandant pourquoi elle fait ça mais quand je vois son regard me fixer avec interrogation, j’en fait tout autant.

_ Tu n’as pas écouté un seul mot de tous ce que je t’ai dis ? Souffla-t-elle hébétée.

J’ouvris légèrement la bouche pour me défendre, mais elle avait raison, je n’avais entendu que quelques brides de mots, mais ne voulant pas qu’elle me questionne, je réponds à la hâte…

_ Tu parlais de Zack et d’Elliot…

Merde, elle s’est arrêtée de marcher et elle me regarde avec ses yeux, des yeux qui me fixent et m’examinent. Je n’aime pas quant elle fait ça, elle me connait trop bien ! Argh !! Je crois que je ne vais pas réussir à la berner.

_ Mais encore ?
_ Une fête ! Tentais-je espérant qu’elle me lâche la grappe.
_ C’est bien ce que je disais, tu n’as rien écoutée ! Je te disais que Zack partait en camping avec Elliot et leurs midinettes enfin bref on s’en fou, à quoi tu pensais ?

Voilà, elle attaque là où ça fait mal, elle ne peut pas me fiche la paix ? Ok, c’est ma meilleure amie mais je n’ai pas forcement envie de parler de lui. Je croise les bras autour de ma poitrine tout en la fixant ne voulant pas me dévoiler. Pas maintenant, il est encore trop tôt.

_ A rien de bien spécial ! Répondis-je.
_ Baliverne, répond-moi, ça ne peux que te faire du bien.

Je lui lance un regard agacé, je ne voulais pas parler, ne comprenait-elle pas ? Bon, d’accord, elle s’inquiète pour moi mais je vais bien ! Sam est parti, moi je suis là, tout va bien. Après tout, il n’était pas le seul poisson dans l’océan ! Même si Sam était un poisson d’une grande beauté, un poisson unique.

_ Je vais bien Becky, alors parler ne sert à rien. Rétorquais-je doucement.

Mon amie reste à me jauger se pinçant les lèvres, je vois bien qu’elle a envie de répliquer mais pour moi, elle se retient. J’apprécie ça en elle. Elle est toujours là, en cas de besoin, c’est rassurant de savoir qu’elle, elle ne me laisse pas tomber.

_ Ok, mais dès que tu en ressens le besoin, je suis là d’accord ? Insista-t-elle.
_ D’accord ! Souris-je.

Je repris doucement la route avec elle, elle était comme une grande sœur, du moins, moi je la vois comme tel. Arrivées à un tournant, la belle blonde me laisse continuer seule, elle a un cours alors que moi j’ai une heure à tuer. Je me dirige vers la bibliothèque au moins, ça m’occupera l’esprit.

Une fois arrivée près de la porte, je me retourne alors qu’un jeune homme courre en ma direction tout en me criant d’attendre. Je recule de quelques pas, l’observant. Il est grand, brun, une barbe de quelques jours et un regard azur très envoûtant. Il a un visage fin et un corps très athlétique. Il est plutôt pas mal mais je m’en fiche un peu. Je reste plantée là, patientant qu’il arrive face à moi.

Ce dernier me dévisage m’offrant l’un de ses plus beaux sourires, s’il pense avoir une chance avec moi, il peut se mettre le doigt bien profond dans l’œil.

_ Qu’est-ce que je peux faire pour vous ? Questionnais-je n’ayant pas envie qu’on se regarde dans le blanc des yeux encore longtemps.
_ Je… en réalité, je suis nouveau sur le campus et je dois avouer que je suis perdu ! Sourit-il mal à l’aise.

Mon regard dévie de ses yeux au morceau de papier qu’il tient entre ses mains, apparemment, c’est un plan du campus. Je ne peux pas m’empêcher de sourire légèrement en repensant à mon arrivée ici. J’étais tout aussi paumée que lui mais j’ai rencontrée Sam. Il m’a aidé, cette rencontre reste à jamais graver dans ma mémoire mais aujourd’hui, elle est si douloureuse. Je me reprends, en lui offrant un sourire aimable…

_ Tu veux te rendre où ?

Je vois dans son regard, qu’il semble soulagé, apparemment, il déambule depuis un petit moment. Je m’approche de lui quant il déplie un peu son plan tout en ajoutant un « ici » en me le montrant. Il est vraiment loin d’arriver à son dortoir. En plus, je suis sûr qu’il se perdrait encore même en lui expliquant les routes à prendre. Certains endroits sont assez durs à trouver, moi-même, je me suis perdue plus d’une fois ! Néanmoins, j’hésite à suivre ce garçon, je ne le connais pas. M’enfin, j’avais bien suivi Sam.

_ T’as encore de la marche à faire mais à mon avis même si je t’explique comment t’y rendre, tu risques de tourner en rond ! Soufflais-je en un fin sourire.

Ce dernier me regarde avec de gros yeux, apparemment, il n’a pas envie de se perdre une nouvelle fois. Voir ce regard de chien battu me fait penser à Sam… encore. Pourquoi tout me fait penser à lui ? Ça fait mal !

_ T’es sûr de toi ? Car, si tu m’expliques bien ça devrait aller ! Répondit-il voulant apparemment rejoindre son dortoir.

En le voyant au bord de la crise de nerf, je lui offre un sourire, il avait réussi à m’avoir, ma bonté me perdra un jour.

_ Je vais t’y emmener, comme ça je serais sûr que tu ne tourneras pas en rond ! Ironisais-je.
_ Oh ! Merci, c’est vraiment gentil mais tu ne devais pas aller à la bibliothèque ?

C’est amusant de voir son petit air surpris, ce regard rond et ensuite, sa gêne. C’était assez chou. Je lui offre un second sourire puis, je me mets à marcher, ce dernier me suivant toujours aussi mal à l’aise.

_ T’en fait pas, c’était pour passer le temps. Je m’appelle Jess et toi ?

Je lui jette un regard en coin ne perdant pas mon sourire, ce dernier se gratte la tête, c’était étranges les similitudes qu’il avait avec Sam.

_ Encore merci Jess, moi c’est Kévin.

Le reste de la route se fit calmement, il me parle un peu de lui et de ce qu’il venait faire à Stanford alors que moi, je lui explique un peu les divers endroits. Il est plutôt sympathique et très séduisant, d’ailleurs ses nombreux regards en coin, je les ai remarqués mais je ne suis pas prête.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maya
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Julie
Age : 30

MessageSujet: Re: "Thinking of you" {AU} ~ Maya   Mar 18 Mai - 13:49

Chapitre 3 : Faire semblant…


L’appartement est si calme, encore plus calme depuis le départ de Sam, bon d’accord, monsieur était plutôt discret mais j’aimais le savoir près de moi. Il avait un certain charisme qui me rassurait, m’apaisait. Aujourd’hui, j’ai perdu cette sensation, je suis dans mon appartement mais il me manque une chose et cette chose c’est Sam. Rien que lui mais je ne dois pas me faire d’illusion, ça va faire deux mois qu’il est parti, même pas un coup de fils ou un email. Il est juste parti en me disant que sa place n’était pas ici même s’il aurait voulu rester. Mon œil oui, aujourd’hui, je me rencontre que son excuse était bidon, monsieur n’avait sûrement pas trouvé une bonne excuse pour me larguer. Je n’ai rien vu venir, je l’aimais et je pensais que ce sentiment était réciproque mais apparemment non. Pourtant, il m’a quitté mais je ne comprends pas qu’il est aussi quitté son avenir. Il venait d’être pris dans cette école de droit, il allait pouvoir devenir un grand avocat alors pourquoi a-t-il quitté ça ? Je ne comprends pas et je ne comprendrais jamais.
Je devais mettre Sam dans un coin de ma tête et l’y enfermer, arrêter de penser à lui, aux raisons qui l’ont poussé à me fuir. Je dois revivre, étudier, m’amuser. Après tout, au bout de deux mois, je peux me le permettre. Même si j’ai l’espoir qu’il revienne. C’est un sentiment étrange, d’un côté, je le hais pour la façon dont il est parti et de l’autre, je veux le serrer dans mes bras et lui dire combien je l’aime.

Quoi qu’il en soit, il n’est pas là et ce soir, Becky m’a forcée à sortir. Je me demande ce qu’il m’a pris de dire oui, bon, elle ne m’aurait pas laissé le choix mais à quoi bon m’amuser quand j’en n’ai pas l’envie ? Elle veut sûrement me changer les idées, elle n’a pas tort, enfin, je pense. Vers vingt heures, quelqu’un frappe à ma porte, je ne suis pas surprise d’y voir mon amie le sourire aux lèvres. Elle semble plus qu’heureuse de me kidnapper. D’ailleurs, à peine fut-elle entrée, qu’elle me dévisage… sûrement pour voir si je suis présentable ou non, puis toujours avec cette mine joyeuse, elle attrape mon sac et ma veste et me traîne dehors. J’ai beau protester encore et encore rien n’y fait, en à peine dix minutes, j’étais déjà dehors à la suivre en traînant des pieds. L’air est frais mais il ne fait pas froid pour autant, j’aime bien ce temps, s’est assez agréable. Néanmoins, ce soir, je m’en fiche éperdument, j’ai hâte de retrouver mon appartement et mon lit ou mais cours, n’importe quoi que me retrouver devant ce bar nommé « Beach Pub’s ». Un nom complètement idiot mais il est apprécié des étudiants et toujours bondé ! Becky me traîne jusqu’au fond de la salle, il y a déjà son frère Zack et un ami Carl. Je souffle un simple bonsoir avant de défaire ma veste et de m’asseoir au côté de Becky enfin, s’est plutôt elle qui me colle à croire qu’elle a prévu de rester tel une sangsue à moi.

J’étais là, sans vraiment y être, en réalité, j’avais beau détester Sam, il me manquait. Cet endroit me fait penser à lui, j’ai tellement de souvenirs dans ce café que s’est dur de les oublier. Il me manque même si je le déteste très fort !

_ Hey ! T’es avec nous ? Maugréa Becky en claquant des doigts devant mes yeux.

Je la scrute surprise, me demandant ce qu’elle veut. A en voir sa tête et le sourire en coin de Carl, je devine qu’ils avaient parlés et que je suis restée dans mon nuage, encore une fois.

_ Quoi ? Répondis-je.
_ Je demandais juste ce que tu voulais boire ! Sourit Carl.
_ Oh ! Euh… un coca.

Je n’avais pas trop envie de boire, mais au vu de la tête de Rebecca et de son frère, je devinais qu’ils n’étaient pas de mon avis.

_ Prend lui un cocktail, le meilleur ! Répondit Becky sourire aux lèvres.
_ Quoi ?! Non, je ne veux pas de… Carl… Criais-je agacée alors qu’il était déjà parti au bar.

Je jette un regard de reproche à mon amie, elle me le payera. Je n’ai pas envie de m’amuser et de boire avec eux, alors pourquoi me force-t-elle ? Bon, je pense savoir pourquoi elle fait çà ! Elle veut sûrement me remettre en selle, me faire oublier Sam même si je lui ai dis encore et encore que je ne pense plus à lui mais apparemment, je ne suis pas assez convaincante !

_ Tu as besoin de t’amuser de passer du bon temps alors tu restes avec nous et tu t’amuses ! Ajouta Becky.

Je lui lance un regard agacé mais quand Carl ramène mon verre je fais avec après tout, je suis là, avec eux alors autant faire ce qu’elle me demande après, peut-être me lâchera-t-elle les baskets !

_ Ok ! Ça marche mais je t’assure que tu n’as pas besoin de me surprotéger comme ça ! C’est agaçant.
_ Désolé chérie mais je suis ton amie et une amie ça sert à ça ! N’est-ce pas les garçons ?

Zack et Carl se dévisagèrent apparemment, ce n’étaient pas trop leur point de vue. En voyant le regard de Becky contre son frère, je ne peux m’empêcher de sourire. Heureusement qu’elle est là ! Elle a beau m’agacer mais au moins, elle est à mes côtés, pas comme Sam qui lui est parti sans aucune raison valable. Néanmoins, à ma plus grande surprise, je me surprends à m’amuser. Carl faisait ces blagues pourries pour me faire rire et Zack avait toujours ce regard protecteur et Rebecca s’amusait à me faire voir tous les mecs dans le bar. A croire qu’elle souhaite me caser tout de suite !

Après quelques heures en leurs compagnies, je pars aux toilettes me soulager ainsi que me rafraîchir un peu. Il fait chaud dans la salle et le monde ainsi que l’alcool n’aide pas pour rester fraîche. Enfin façon de parler. Je ressors des WC quelques minutes plus tard mais à peine avais-je fait un pas que quelqu’un me percute manquant de peu de me renverser son verre sur mon t-shirt.

_ Oh ! Je suis vraiment désolé… Souffla celui-ci confus.

Moi, je suis bien trop occupée à observer où le verre s’est renversé mais heureusement juste mes chaussures ont pris. Je relève alors mon regard et ce fut là que je le reconnu. Toujours aussi séduisant que la dernière fois. Son regard azur avait tendance à m’hypnotiser. Je ne l’ai pas revu depuis qu’il s’est perdu mais quant il m’a reconnu, je remarque un sourire charmeur sur ses lèvres.

_ Kévin c’est ça ? Demandais-je oubliant déjà la bousculade.
_ Oui et toi c’est Jessica.
_ C’est bien ça. Ajoutais-je ne le quittant pas du regard.

D’ailleurs, pourquoi, je reste à le fixer ainsi ? Bon d’accord il est très séduisant et son sourire est vraiment…. Enfin bref, stop !

_ Alors, tu ne t’es pas reperdu depuis la dernière fois?
_ Un peu mais ça allait, j’ai arrêté de tourner en rond ! Sourit-il un peu mal à l’aise.
_ Tant mieux.

Je me sens moi aussi mal à l’aise, pourquoi, je n’en ai aucune idée, je ne sais pas quoi lui dire et apparemment lui non plus. On ne fait que se lancer des regards et ça en devient gênant, du moins pour moi ! Il a beau me plaire, ça en reste là !

_ J’ai été contente de te revoir mais je pense que tes amis vont t’attendre ! Soufflais-je espérant qu’il me laisse partir.
_ Oh… euh… je pense qu’ils sont déjà pas mal bourrés pour s’en rendre compte.

Je reste à le scruter souriant à ses paroles même si j’aurais préférée qu’il les rejoigne! Ce n’est pas qu’il me gêne mais… mais je vois bien que je lui plais et je ne veux pas de ça ! Qu’est-ce que je peux dire ou faire pour me dérober ?

_ Ils sont bourrés et pas toi ?
_ Oui, bon… en réalité on vient juste d’arriver ! Avoua-t-il plutôt gêné.
_ Tu ferais mieux d’aller les rejoindre alors, moi je ne vais pas tarder à rentrer.

C’est le moment ou jamais, je le trouve très gentil mais je n’ai pas besoin de ça maintenant. Je veux vraiment rentrer, j’ai fait plaisir à Becky alors, elle n’a pas intérêt de me retenir. Kévin ne semble pas ravi de me laisser partir mais je lui proteste être fatiguée et que je dois encore réviser des cours. Je vois bien à son air qu’il est déçu mais peu m’importe. Je lui souhaite une bonne soirée et je pars rejoindre mes amis.
Comme prévu Becky me prie de rester mais cette fois, elle ne gagne pas, je leurs souhaite à eux aussi une bonne soirée mais avant que j’ai le temps de partir Becky me souffle à l’oreille amusée… « Demain, tu as intérêt de me parler de ce beau spécimen ! » Je lève les yeux aux ciels, agacée qu’elle voit toujours tout puis, je réussis tout de même à sortir du bar.

L’air s’est encore rafraîchi mais avec la chaleur du café, ça me fait un bien fou. Le noir a envahi les rues mais j’en ai l’habitude même si j’ai horreur d’être seule dans les rues, la nuit. Avant j’avais Sam mais aujourd’hui, je dois m’habituer à moi ! Et puis, avant, il n’était pas avec moi et je m’en sortais très bien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maya
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Julie
Age : 30

MessageSujet: Re: "Thinking of you" {AU} ~ Maya   Mar 18 Mai - 13:54

Chapitre 4 : Blackwater Ridge

Mon regard ne quitte pas la route, pourtant, je ne la fixe pas réellement, non, mon esprit est ailleurs, auprès de Jessica. Jessica que j’ai laissée en plan sans aucune raison valable. J’ai essayé de lui expliquer mais comment lui dire que ma place est auprès de mon frère et de mon père ? Que la vie d’étudiant n’est pas la mienne ? Bien sûr, j’aime cette vie, j’aime Jess mais en revoyant mon frère près de moi durant cette chasse de dame blanche. Le voyant repartir seul, un déclique s’est fait en moi. Ma place n’est pas à la fac mais auprès de mon aîné ! Je ne peux pas le laisser seul alors que John l’a déjà abandonné à son sort ! Pourquoi d’ailleurs est-il parti ? A-t-il trouvé une piste sur le démon ?

Je resserre mon volant désirant me calmer mais rien ne se fait, au contraire, l’image de Jess en pleurs me revient, son regard d’incompréhension. Elle n’avait pas compris mon départ, après tout, je lui ai dit que ma place n’est pas là-bas, pas auprès d’elle mais je m’en rends compte bien tard ! Trop tard. Elle va souffrir par ma faute et moi aussi. Je l’aime et j’aurais souhaité de tout cœur rester avec elle, me marier avoir des enfants mais voilà, on n’a pas ce qu’on veut ! Surtout pas nous, les Winchester. Nous, on est des chasseurs, on sauve des vies et une femme et des enfants n’ont pas cette place dans ce monde bien noir. J’aurais aimé que tout cela soit différent que ma mère ne meurt pas au-dessus de mon berceau mais s’est arrivé et durant plus de deux ans, je me suis voilé la face !

Ça fait mal de l’admettre mais John avait raison, je ne lui dirais sûrement pas, ça s’est sûr mais il a raison. On est avant tous des chasseurs et non des étudiants. Je suis sûrement égoïste mais j’ai aimé ces deux dernières années même si une chose me manquait aux plus profond de moi mais avoir l’amour d’une femme, c’est… c’est magnifique, c’est une sensation exquise que j’allais perdre. J’en suis conscient, Jessica n’allait pas me pardonner à moins que je revienne dans les jours à venir. Mais je n’allais pas revenir et Jessica me détestera. C’est peut-être mieux ainsi, elle pourra plus vite se reconstruire, refaire sa vie même si la voir avec un autre me ferais mal ! Très mal mais c’est ainsi, un chasseur ne peut pas avoir cette vie.

Mon pied s’enfonce davantage sur la pédale d’accélération, je dois me rendre au plus vite à Blackwater Ridge qui c’est ce qui se cache là-bas ? Et si mon frère est en danger ?
Je roule durant de nombreuses heures perdu dans mes pensées, revoyant sans cesse Jess me demander de rester auprès d’elle, je refoule mes souvenirs et essaye de me concentrer sur Dean. Dean et John, la chasse. Ce monde que j’avais fui mais qu’aujourd’hui, j’allais retrouver!

Il me fallut encore quelques heures pour retrouver la trace de mon aîné, apparemment, il est parti en forêt avec une fille prénommée Haley ! Ça m’énerve mais après avoir acheté une carte de la région et dans apprendre un peu plus sur cette affaire, je me dirige vers la forêt. Je retrouve assez vite la Chévy mais question mon frère, là, s’est plus compliqué. Mais au final, je trouve facilement le campement du frère d’Haley, Tommy. A en voir le déluge, ce qui se cache dans cette forêt doit être puissant, après un rapide coup d’œil par ici et par-là, je continue mon chemin, quand j’entends un cri, je tourne sur moi-même écoutant la source du bruit. Est-ce la bête ? Peu importe, je prends mon arme en main et j’avance droit vers le bruit. Je vois alors un jeune homme habillé en noir criant à toute haleine le prénom de la fille.

_ Hey ! Haletais-je en sortant des feuillages.

Le jeune homme sursaute mais quand il voit qu’il n’y a aucun danger, il avance vers moi. Il a un peu de boue sur le visage, il semble paniqué, très même.

_ Ma sœur a disparu, elle la prise…
_ Calme-toi ! Est-ce qu’il y avait un jeune homme avec elle ?

Il me jauge un instant, il doit sûrement se demander qui je suis mais je suis pressé, mon frère ainsi que sa sœur sont en dangers et d’après mon instinct, ils sont encore en vie mais pour combien de temps ?

_ Il a aussi disparu.
_ Ok ! Soufflais-je en me passant une main nerveuse dans les cheveux.
_ Vous pouvez m’aider ?

Je lui jette un regard, je n’en sais strictement rien, si seulement je savais ce que s’est !

_ Tu as vu ce que c’était ?

A cet instant, il se mit à m’expliquer tous ce qui s’étaient passés, passant du chasseur qui s’est fait tuer à leur fuite ! D’après Dean, c’est un Wendigo, pas courant par ici mais maintenant, je sais comment agir, comment tuer cette saloperie ! Je sors de mon sac, deux lances fusées, j’en tends une au gamin qui me scrute avec ahurissement. Agacé, je lui fourre de force dans sa main en commençant à avancer.

_ Pour tuer un Wendigo, on doit le brûler !
_ Le brûler ? Mais…

Je jette un regard sur lui, il est complètement tétanisé, quoi de plus normal ? Sa sœur et son frère se sont fait prendre par un Wendigo et un inconnu lui fout une arme dans les mains ! Il y a de quoi être alarmé !

_ Garde l’arme juste au cas où, ok ! Tentais-je de le rassurer.

Ce dernier acquiesce en silence, alors que nous continuions à avancer, je lui explique que Dean est mon frère, au moins, il arrêtera de se demander ce que je fiche là ! Alors que nous marchions durant environs 20 minutes, Ben m’attrape le bras et me fait voir des m&ms au sol. Je ne peux m’empêcher de sourire en reconnaissant la marque de mon aîné.

Après quelques minutes à suivre cette piste, on se retrouve dans une mine, alors que j’ai fait à peine quelques pas, une chose me propulse contre la roche ! Elle est vive et ce grognement ne me trompe pas. Il me faut quelques secondes pour reprendre mes esprits. Et je la vois, elle est là, à m’observer, je cherche du regard mon arme mais je l’ai lâchée durant mon vol plané. Le Wendigo semble prendre son temps étant donné qu’il avance lentement mais une chose me fait sursauter, Ben a tiré avec son lance fusée ! Bien sûr, il a raté sa cible mais au moins, il l’a fait fuir durant quelques secondes mais assez pour que je me relève et attrape à mon tour mon lance fusée. Quand je la vois se précipiter vers le jeune homme je ne prends pas de gant et je tire sur lui ! Ce dernier cri d’un ton rauque mais en quelques secondes, il retombe mort sur le sol !

Je jette un œil sur l’adolescent, ce dernier en fait autant. Aucun mot entre nous, on n’en a pas besoin. Il n’a rien à part quelques bleus alors ça me va. Nous avançons en silence dans la grotte et arrivés à une alvéole, je vois Ben partir en courant. Je regarde où est-ce qu’il est allé quand je vois une jeune femme accrochée.

Mon cœur cogne durement contre ma poitrine, mon regard dévie d’Haley pour voir son cadet, je pris le temps de respirer voulant essayer d’apaiser mon rythme cardiaque mais j’allais revoir mon frère. Frère que j’ai lâchement lâché après notre dernière chasse. Comment allait-il réagir ? Je reste planté dans l’embrassure de l’alvéole mes jambes refusant d’avancer. Cependant, quand je vois mon frère suspendu par une corde, l’inquiétude s’empare de moi. En moins de deux, je suis auprès de lui à le secouer pour lui faire reprendre connaissance.

_ Hey ! Dean ! … ouvre les yeux ! Dean…

Il lui fallut plusieurs secondes avant d’ouvrir les paupières, je ne peux m’empêcher de sourire alors que je sors un couteau de ma poche pour le décrocher sans vraiment m’apercevoir de son regard. En réalité, je l’évite ne voulant pas l’affronter.

_ Sammy ? Souffle-t-il dans une grimace.

Au même moment, la corde cède et je le transporte contre la paroi pour l’asseoir, il semble aller bien mais quand mon regard croise le sien. Je peux lire de la surprise et de l’incompréhension. Je fais comme ci de rien…

_ Ça va ?
_ Qu’est-ce que tu fous là ? Grogna-t-il.

Apparemment, il a repris tous ses esprits à mon plus grand malheur !

_ Je savais que tu aurais eu besoin qu’on te sauve les miches ! Ironisais-je.
_ Quoi ?!J’avais un plan ! Marmonna-t-il.
_ Celui de te faire bouffer par un Wendigo ?

Il me scrute d’un regard noir, très noir, je ne peux m’empêcher de sourire alors que je me tourne vers Ben, son frère et sa sœur semblent aller bien alors je décide de reprendre la route et de sortir au plus vite de cet endroit et ainsi éviter le sujet crucial pour le moment.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maya
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Julie
Age : 30

MessageSujet: Re: "Thinking of you" {AU} ~ Maya   Mar 18 Mai - 13:55

Chapitre 5 : Il y a des choix à prendre dans la vie. Bon ou mauvais…

La famille d’Haley est partie avec quelques bleus, ils vont plutôt bien même si cette randonnée leur restera gravée à vie. Je conduis la Chévy de mon frère, ce dernier est silencieux, depuis qu’on a quitté Blackwater Ridge, Dean est resté muet. Il n’a même pas insisté pour conduire son bébé. Je sais que quelque chose cloche. Peut-être n’est-il pas heureux de me voir ? Enfin, je n’en sais trop rien, j’aurais pensé qu’il aurait été heureux. Du moins, moi je ne le regrette pas. Jess me manque c’est sur mais Jessica est une chose que je ne peux pas atteindre, je ne peux pas rester avec elle alors que Dean lui me connaît, je n’ai pas besoin de lui mentir. Il a toujours été là pour moi et aujourd’hui, je dois lui rendre la pareille! En plus si je n’aurais pas quitté Palo Alto, il serait mort ! Raison de plus pour que je reste collé à lui !

Néanmoins, ce silence entre nous me pèse ! Pourquoi reste-t-il ainsi muet ? Je serre la mâchoire agacé. Les minutes continuent à avancer n’y tenant plus, je lui jette un regard agacé.

_ Tu comptes me dire ce qui se passe ?

Les yeux émeraude de mon aîné se pose sur moi, il reste un instant silencieux à me jauger. J’en fais autant tout en observant la route. Puis, je le vois souffler. Pourquoi souffle-t-il ? Je l’interroge du regard mais apparemment, il prend son temps !

_ Pourquoi as-tu quitté Stanford ? Questionne-t-il d’un ton sec.

Je lui jette un nouveau regard incrédule, me reproche-t-il d’avoir quitté la fac? Lui qui quelques jours auparavant est venu me chercher et m’a demandé de me joindre à lui ? Je prends sur moi car c’est Dean, cependant mon regard doit bien faire comprendre ce que je ressens.

_ A ton avis ? Lui demandais-je sur le même ton.

Il se tourne vers la fenêtre ce qui m’agace d’autant plus, va-t-il se fermer dans son mutisme à la noix ? Va-t-il arrêter la conversation là car il ne souhaite pas parler de ses émotions ? Il en est hors de question, autant crever l’abcès maintenant pour mettre les choses à plat.

_ Tu es venu me chercher non ? Soufflais-je agacé.

Je le vois me scruter un moment, je lui lance un bref regard, il semble perdu dans ses pensées, pourquoi ne se lâche-t-il pas ? Je lui laisse le temps qu’il lui faut après tout, Dean Winchester, il ne faut jamais le presser. Il va à son rythme même si pour l’interlocuteur s’est plus qu’énervant.

_ J’ai… je n’aurais pas dû venir ! T’as toujours été différent, tu n’as jamais aimé la chasse alors Standford c’est chez toi. En plus tu as Jess alors oui pourquoi tu es revenu ?

Il me scrute avec un regard où reflète l’incompréhension, je reste interloqué par ses mots ! Lui, qui est venu me chercher veux maintenant que je reste à Standford ? Se fout-il de moi ? La colère grimpe à vitesse grand V. John a disparu croit-il que je suis insensible ? Croit-il que je peux rester à me croiser les bras à étudier alors que lui risque sa vie ? Non mais qu’est-ce qu’il peut-être con !

_ Je suis revenu pour te sauver la peau ! Je suis revenu car ma place est avec toi et non dans une université de droit ! Criais-je agacé.

Je suis tellement énervé que je serre avec force le volant, mon regard observe durement la route alors que je sens celui de mon frère poser sur moi. Peut-être ai-je agi trop violement mais j’en ai assez d’être jugé. Un silence perdure un instant entre nous mais la voix de Dean me parvient jusqu’à mes oreilles.

_ Et Jessica ? Tu l’oublies elle ?

Je me mords les lèvres, pourquoi s’amuse-t-il avec mes sentiments ? Merde, je suis là, c’est que je le veux alors qu’il arrête de me faire chier avec Jess. J’ai déjà assez mal comme ça en pensant à elle alors si je dois en plus entendre son prénom de la bouche de Dean, je n’arriverais pas à tenir mais encore une fois, je prends sur moi me redressant sur mon siège.

_ C’est fini entre nous ! Rétorquais-je durement.
_ Fini ? Comment ça fini, tu l’aimes Sam.

Je respire un bon coup, je dois me calmer, Dean y est pour rien après tout, il est venu me chercher, il m’a bousculé, il m’a fait prendre conscience de ce que je voulais alors je ne dois pas m’engueuler avec lui mais merde ne peut-il pas la boucler ?

_ Elle ne sait rien sur moi ! Tu avais raison point barre et si tu ne veux pas de moi tant pis pour toi car je te lâche pas d’une semelle ! Ajoutais-je en lui lançant un regard sombre.

Je reporte mon regard sur la route, me fichant complètement de la réponse de Dean, j’ai fait mon choix que ça lui plaise ou non, de toute façon, je ne reviendrais pas en arrière. Mais je suis soulagé de ne rien entendre de plus de la part de mon aîné, apparemment, j’ai réussi à lui clouer le bec, du moins pour ce soir, on verra ce que ça donnera plus tard.


*/*/*/*/*/*/*


Après plusieurs heures de route en silence, je me suis garé au premier motel qu’on a croisé. Il n’est pas l’un des plus beaux et des plus confortables mais il fera très bien l’affaire. Dean ne m’a pas adressé de nouveau la parole, il semble m’en vouloir ou alors, il préfère garder le silence comprenant que moi, je ne désire pas parler de Jess. Ce choix a été difficile à faire car je l’aime, j’ai même acheté une bague pour elle, je rêve de me marier et de vivre à ses côtés mais voilà, Dean est arrivé, John a disparu. Je ne peux pas le laisser seul alors que ma place est à ses côtés. Ça fait mal, après tout, je suis moi aussi un être humain mais j’ai dû faire un choix et mon frère est passé avant Jess.

Cette nuit là, je dors mal, je rêve d’elle encore et encore revoyant son visage, ses larmes, son sourire. Dean a dû s’en rendre compte mais le lendemain, il ne m’a rien dit. Il parle d’autre chose, de tout sauf de Jess. Moi, ça me va, tout est redevenu comme avant, enfin presque. Ça revenait peu à peu. Ce lien qui nous unissait moi et Dean, il est toujours là, et après quelques jours passés en sa compagnie, après quelques chasses pour me dérouiller, ça allait bien. Enfin presque ! Jessica me manque mais jamais je ne l’avouerai à Dean.

En quelque sorte, je fais l’autruche faisant chasse après chasse, essayant de retrouver notre père qui reste désespérément introuvable et ceci a vraiment le don de m’énerver surtout quand je vois Dean suivre encore ses instructions qu’il envoie par sms. Par moment j’ai envie de le laisser là et de rejoindre Palo Alto mais je le referais souffrir et qui me garantie que Jess veut encore de moi ? Après tout plus de deux mois sont passés ! Je n’ai pas le droit d’agir égoïstement encore et encore. J’ai fait mon choix et aujourd’hui, je me retrouve dans ce snack à observer mon frère entrain de manger un hamburger alors qu’il me parle la bouche pleine. Pour résumé, je suis en face de mon abruti de frangin !

Mais quand mon portable sonne, je suis sorti de ma léthargie, Dean lève les sourcils tout en avalant alors que je regarde le nom de mon correspondant… Jessica.
Pourquoi m’appelle-t-elle ? Ça fait plus d’un mois que je n’ai pas reçu de coup de fils de sa part. Comme les fois précédentes, je laisse mon portable sonner. A quoi sert-il que je lui réponds ? Pourtant cet appel m’intrigue, allait-elle bien ?

_ Hey Oh !! Sam ? Tu m’entends?

Je lève mon regard sur Dean, ce dernier agite le bras devant mes yeux, je fronce les sourcils, qu’est-ce qu’il a encore dit comme vanne ?

_ Quoi ? Marmonnais-je.
_ C’était qui ?
_ Personne.

Je suis désagréable mais voir son nom s’afficher sur mon portable me remonte tout un tas de souvenirs, ça me fait prendre conscience de tous ce que j’ai quitté. Bien sur, je ne regrette pas vraiment d’être avec Dean mais c’est juste différent ! Si j’ai le choix, je serais resté avec Jessica. A en voir le visage de mon frère, je comprends qu’il a capté alors avant qu’il ne reprenne la parole, je me lève de ma chaise et sors. J’espère juste qu’il ne me suit pas.

Une fois dehors, je m’appuie contre la Chévy scrutant les alentours, on était encore dans un blend pourri. Je sors alors mon téléphone, puis hésitant, j’écoute mes messages. J’entends la voix monotone de la bonne femme puis, enfin, celle de Jess. Mais à peine je l’entends, que je me redresse sentant mes poils se dresser sur mon corps ayant la chair de poule qui traverse mon échine. Ni une ni deux, je cours jusqu’au restaurant, faisant sonner bruyamment la petite cloche. Puis, je me précipite vers mon aîné, ce dernier me dévisage comprenant que quelque chose ne va pas… ce n’est alors qu’à ce moment que je lui souffle d’une voix étrangement rauque…

_ Jess a des problèmes…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maya
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Julie
Age : 30

MessageSujet: Re: "Thinking of you" {AU} ~ Maya   Mar 18 Mai - 13:57

Chapitre 6 : La vengeance est un plat qui se mange froid.


Je sens mon crâne tambouriner fortement, j’ai l’impression que mon corps flotte ou alors d’être encore dans mon rêve, enfin, si je rêve, je ne pense pas. Mais l’effet se dissipe peu à peu, sauf bien sur pour mon plus grand plaisir, mon mal de crâne, lui, il est toujours là et semble bien plus fort. Je n’ai pas encore ouvert les yeux, je n’en ai pas l’envie ou le courage. Cependant, je sens que je suis allongée sur quelque chose de dur, alors, je me décide à ouvrir mes paupières. Je ne vois rien, non, il fait noir, je me redresse légèrement, et j’entends des cliquetis, c’est alors que je sens quelque chose autour de mes poignets, ma vue s’habitue peu à peu à l’obscurité et je sens mon cœur cogner fortement alors que j’observe les bracelets en fer autour de mes avants bras, tout en fronçant les sourcils mais ce n’est pas tout, mon regard se pose sur ses chaînes qui me retiennent et je remarque que ces dernières sont fixées au mur.
Qu’est-ce que je fiche ici, où suis-je ? Pourquoi suis-je attachée ? Tout un tas de questions m’assaillent, la seule chose dont je me souviens c’est de cette soirée avec Becky, j’ai croisé ce Kévin puis, j’étais sur la route pour rentrer et… . La peur m’enveloppe, déjà qu’elle est bien présente, là, je panique légèrement, beaucoup même. J’essaie de passer ma main dans l’espace du bracelet mais rien à faire, elles sont bien trop serrées. Je me mords la lèvre pour ne pas pleurer, pour ne pas paniquer. Malgré mon mal de crâne, je me redresse et me mets sur mes jambes, j’avance jusqu’au mur d’un pas légèrement flanchant, puis, je tire sur ces chaînes mais avec ma force de mouche, je ne vais pas aller bien loin. Je suis bloquée, je suis enchaînée ! Je me laisse glisser contre le mur, les larmes coulent sur mes joues, je n’essaie même plus de les retenir à quoi bon ? Un fou vient de m’enfermer ici ! Pourquoi s’est-il attaqué à moi ? Pourquoi ? Je n’ai jamais rien fait à personne, j’ai toujours aidé mon prochain ! Merde, alors pourquoi un con m’a collé ce tissu sur la bouche puant le chloroforme ? Pourquoi moi ?

La vie peut parfois être injuste, en tout cas, en ce moment, elle est pour moi, d’abord Sam puis ça ! Et dire que je m’apitoie sur mon sort au lieu d’essayer de m’en sortir. Je ne peux dire combien de temps je suis restée à observer le vide, perdue dans mes pensées mais quand je me secoue un peu, je commence par examiner un peu mieux le lieu.

Bon, il fait sombre mais je suis là depuis un moment alors je vois très bien le mur en face de moi. Il est en brique, tout comme celui sur lequel je suis appuyée, la pièce n’est pas très grande, il n’y a pas grand chose à part des tuyaux, des toiles d’araignées et de la poussière. Puis, je remarque une porte, elle est dans le fond, j’ai espoir de pouvoir l’atteindre mais quand je me lève et que ma main touche le mécanisme, je me tape intérieurement, non mais ou croyais-je aller avec ses fichues chaînes ? Même si j’arrive à ouvrir la porte je suis bloquée.

Mon regard se fait plus dur, mes pleurs ont cessé, ok, je suis enfermée, un dingue m’a mise là, pourquoi ? Aucune idée mais il me séquestre et je n’aime pas ça ! Alors sans vraiment réfléchir, je donne un gros coup de pied dans la porte avant de gémir à cause de la douleur électrique qui s’empare de mon pied ! Merde, le chloroforme m’a cramé des neurones ou quoi ? Je sais que je suis blonde mais quand même !
Après que la douleur est passée, j’avance au centre de la pièce, mes chaînes sont grandes, au moins, je ne suis pas obligée de rester accroupie sur le sol ! Alors, que j’observe une nouvelle fois la pièce, une idée me vient à l’esprit et encore une fois, je me cogne intérieurement pour ne pas y avoir pensé avant mais quand je fouille mes poches rien n’y fait, mon portable n’est plus sur moi ! Ce salopard me l’a pris ! Merde, pourquoi m’enfermer ici en compagnie des araignées si ce n’est pas pour quelque chose ? Pourquoi n’a-t-il pas le culot de se montrer ?

Je peux vous dire, qu’oui j’ai peur, mais là, maintenant, je suis plus en colère, oui en colère contre cet agresseur, d’être enfermée ici alors qu’il est cinq heures du mat’, de ne pas savoir pourquoi moi ? Bon, j’étais sûrement au mauvais endroit au mauvais moment mais si Sam aurait été là. Si Sam ne serait pas parti, je ne serais pas enchaînée à ce mur ! Non, il aurait été là pour me protéger, je ne serais pas sortir seule de ce bar, je n’aurais pas été attaquée ! Alors oui, je suis en colère, en colère des événements qui me tombent dessus sans arrêt et pour me défouler, je crie… ouais, je gueule après le fumier qui m’a foutu ici, je le traite de tous les noms, je veux voir son visage, voir cet ordure. Mais j’ai beau gueuler rien ne se fait ! Je suis toujours seule dans cette pièce lugubre, enchaînée.

Je repars alors à mon mur et une nouvelle fois je me laisse glisser jusqu’au sol ramenant mes genoux près de mon corps. Les larmes viennent de refaire surface, la peur aussi. Je me suis sûrement trop défoulée, là, je comprends que personne ne viendra m’aider, d’ailleurs personne même-moi savent où je suis, alors autrement dit ! Je vais sûrement mourir ici.

Plusieurs heures se sont sûrement écoulées et sans que je m’en aperçoive, je me suis assoupie dans cette position recroquevillée. Alors à peine, j’ouvre les yeux, que je bouge de position, grimaçant légèrement à cause des courbatures. Il est vraiment inconfortable de dormir à même le sol et surtout assise. Je me mets alors sur mes jambes, regardant une nouvelle fois ses chaînes, je suis vraiment dans la merde.

_ La belle au bois dormant est enfin réveillée.

Je ne bouge plus, cette voix est doucereuse, menaçante, je le sais et je n’aime pas ça, je regarde alors où le son est venu et au même moment, il avance. Moi, je suis tétanisée, le dingue qui m’a enlevé et enfermé ici est dans la même pièce que moi et la seule chose qui me vient à l’esprit est : « Qu’est-ce qu’il va me faire ? ». Me tuer ? Me violer ? Ou autre chose ? Je me recule alors que j’entends ses pas, il avance… et vers moi !

Je sers la mâchoire mais quand son visage est assez près pour que je le reconnaisse, je déglutis difficilement, je lui lance un regard d’incompréhension, lui soufflant d’une voix forte et énervée…

_ Toi ? Mais pourquoi ?

Son regard ne m’inspire pas confiance et sans m’en rendre compte je recule jusqu’à heurter le mur, je n’aime pas ça, il a ce regard de psychopathe, j’ai l’impression d’être de la viande pour lui et c’est mauvais signe, très même. Il continue à avancer alors que je ne le quitte pas des yeux, mon cœur cogne dur contre ma poitrine et quand il pose sa main sur ma joue, je la lui enlève précipitamment, lui balançant un regard noir.

_ Du calme Jess, je ne te veux pas de mal, du moins pas maintenant ! Sourit-il.
_ Laisse-moi partir ! Demandais-je durement.

J’ai peur mais hors de question que je me laisse faire, ok, je suis peut-être la blonde de service, celle qui a besoin d’être sauvée mais je n’en ai rien à foutre, je ne lui faciliterais pas la tâche, hors de question.

_ Je ne t’ai pas amené ici pour te laisser sortir quelques minutes plus tard !

Je lui lance un regard noir, je m’en doute bien mais je peux toujours tenter, je n’y perds rien. Je serre la mâchoire plus fortement quand sa main se pose sur moi ! J’ai envie de l’étriper mais attaché, je ne peux pas faire grand chose. Quoi que ? A peine, j’y pense, que je le fais, je lui envoie une gifle monumentale qui s’abat avec fracas sur sa joue.

Mon cœur tambourine fortement, merde, ce coup peut m’amener pas mal d’ennuis, rahh et peu importe, je ne suis pas une chose fragile. Toutefois, le voir sans réaction, restant le visage tourné aux trois quarts me file la chair de poule. Je reste moi aussi silencieuse, fixant ses moindres faits et gestes, contrôlant ma respiration pour ne pas lui montrer que j’ai peur mais en réalité, je suis morte de trouille et mes mains tremblent toutes seules sans que je puisse faire quoi que se soit.

_ Sale Garce ! Cri-t-il avec hargne.

Je sursaute alors que je me plaque contre le mur, il me regarde, une lueur de psychopathe dans les yeux, je sais que je n’aurais pas dû le frapper mais bon, au moins, ça défoule. Soudain, je sursaute une nouvelle fois alors qu’un léger gémissement s’échappe de mes lèvres. Ce bourrin, m’a attrapé les cheveux et me les tires avec force. J’essaie de me retenir, mais je finis par tomber sur le sol alors qu’il me traîne sans montrer aucune pitié face à mes cris et à mes pleurs. Oui, mes larmes coulent d’elle-même, je n’arrive plus à les retenir.

Ayé, il s’est stoppé, mais il ne m’a pas lâché pour autant, mes mains sont posées sur le sol alors que j’essaie de contrôler mes tremblements mais mon regard se lève pour l’observer. Ce fou a sorti… mon portable, je fronce les sourcils mais je n’ai pas le temps de lui poser des questions, qu’il m’offre un sourire tenant l’appareil entre ses mains alors qu’avec une violence inouïe, il me tire les cheveux me soulevant du sol, un cri aiguë sort de ma bouche alors que je le supplie de me laisser partir.
Je tombe d’un coup à genoux, il m’a lâché, mais moi je ne bouge pas, gardant les mains au sol, ma respiration est saccadée et mon corps est sur le point d’exploser. Mes yeux sont embués de larmes et je ne comprends rien à ce qu’il m’arrive du moins pour le moment…

_ Je parie qu’avec ce cri Sam ne va pas tarder ! Il a osé partir, il t’a changé, avant lui tu étais bien plus belle, plus indépendante, moins fermée. Il va le payer, tu vas redevenir libre, tu pourras revivre ta vie !

Je fronce les sourcils, de quoi parle-t-il ? Qu’avait à voir Sam là dedans ? Qui était ce fou ? Je relève mon visage vers mon agresseur, fait-il ça pour attirer Sam ? Que lui veut-il ?

_ Quoi ? Soufflais-je ne comprenant pas là où il voulait en venir.

Je vois son sourire, ce regard lumineux et d’un coup je sursaute alors que sa bouche frôle mon oreille, je n’ose pas bouger, je tremble alors que je l’entends sentir mes cheveux, puis, je retiens ma respiration alors que les paroles qu’il chuchote à mon oreille me donne la chair de poule.

_ Je n’ai rien fait avant car tu étais heureuse mais Sam t’a fais du mal et je vais m’arranger pour lui en faire à son tour.

Sur ses paroles, il se redresse me caressant le visage au passage. Je ferme les yeux sous ce geste puis, j’entends la porte… il est sorti et là, je laisse mes larmes couler encore et encore alors que j’ai peur. Oui peur pour moi, pour Sam. Peur de ce qu’il va se passer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maya
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Julie
Age : 30

MessageSujet: Re: "Thinking of you" {AU} ~ Maya   Mar 18 Mai - 14:09

Chapitre 7 : Impasse quand tu nous tiens.

Me voilà au volant de ma Chévy, aucune musique, aucune parole, juste un silence pesant. Je jette des regards à mon cadet, il contemple son portable ou alors le paysage, je vois bien dans ses yeux de l’inquiétude. Dire que je mangeais tranquillement et voilà qu’il vient m’annoncer que Jess a des problèmes. J’avais bien vu à sa tête qu’il ne disait pas de connerie, une chose grave s’était passée alors je n’avais rien dit, je m’étais juste levé pour sortir du snack ! Cinq minutes plus tard, j’étais dans ma voiture à faire crisper les pneus et depuis, j’attends qu’il m’explique. Je sais qu’il y a quelque chose, que ça un rapport avec son ex mais quoi ? Je resserre un peu mon volant bougeant légèrement sur mon siège, j’aimerais tellement qu’il me parle mais je le connais, il est perdu dans ses pensées, pensées que j’aimerais connaître. Je lui jette alors un nouveau regard, j’hésite mais je finis par me lancer…

_ Tu vas me dire ce qu’il se passe ?

Je suis calme, la situation semble grave alors j’attends que mon frère se décide. Il relève les yeux vers moi avant de les tourner vers la fenêtre. Moi, je me reporte sur la route en l’écoutant.

_ Quand je l’ai rappelé… enfin, je trouvais étrange qu’elle m’appelle après tout ce temps alors je… je voulais m’assurer qu’elle allait bien.

Il s’arrête de parler, je le comprends, je le connais. Il s’en veut, je suis sûr qu’il pense que s’il serait resté avec elle rien de tout ça ne se serait passé mais dans ce cas, moi j’aurais été tué par ce fichu Wendigo. Je suis vraiment une plaie pour lui. Il mérite d’être avec Jess, d’être à l’université, d’être heureux et pas de me suivre à la trace. Je souffle légèrement, j’ai beau vouloir ça pour lui, rien ne se fera. On est chasseur, on a ça dans le sang et pour le moment, c’est Jess le plus important. Voyant que mon cadet est encore perdu dans ses pensées, j’interviens.

_ Que s’est-il passé ?

Je tourne mon regard vers lui, il en fait autant à la fois inquiet et en colère… il me répond…

_ Elle criait en sanglotant. Je ne sais pas ce qu’il se passe mais je vais retrouver la chose qui lui fait du mal, et je la tuerais Dean !

Je l’observe un moment en le jaugeant, il est déterminé, je le vois et je le sens. Quelqu’un a osé toucher à Jess et il le regrettera sûrement mais je compte bien réfréner les ardeurs de mon frère. Hors de question qu’on attaque sans savoir à quoi s’attendre, l’une des règles fondamentales est de connaître son ennemi. Toutefois, j’acquiesce en silence, pas besoin de mots ?, non, il n’en a pas besoin…

Une fois arrivés à Palo Alto, je me suis arrêté au premier motel, on a pris quelques heures de repos. Je sais que Sam est pressé mais en pleine nuit, on n'avancera pas. Quoi que, nous avons quand même été à son ancien appartement, histoire d’enquêter un peu. Cependant, il n’y avait rien à part les affaires de la jeune femme. J’ai remarqué quelques photos d’elle et de Sam. Apparemment mon cadet les a aussi vues mais il a pris sur lui. Je le comprends mais ça me fait chier. Après tout, il vit ce calvaire à cause de moi. Je l’empêche d’être heureux alors, que cette fille l’aime toujours, rien qu’à voir leurs photos. Ils font un super couple et je suis la chose qui les sépare. Si on retrouve Jess indemne, j’empêche Sammy de repartir avec moi. Il a trouvé un truc super alors si moi je ne peux pas avoir cette vie. Lui, il l’aura.
Une fois rentrés au motel, je vois bien que Sammy est inquiet mais je le laisse tranquille, de toute façon, je suis trop crevé pour quoi que se soit. Je le laisse même ouvrir son ordinateur, de toute façon, le connaissant, il ne fermera sûrement pas l’œil alors autant qu’il cherche si un événement étrange sévit dans les parages.
Le lendemain quand je me réveille, je sens déjà le café, j’ouvre difficilement un œil mais une fois fait, j’ouvre le deuxième me redressant sur mon lit. Sam n’est pas dans la chambre, je regarde l’heure, il n’est que huit heures. Je me lève et au même moment la porte s’ouvre, je jette un regard à mon cadet, je sais qu’il n’a pas dormi mais bon, je vais pas l’emmerder avec ça, autant aller droit au but.

_ Tu étais où ?

Après tout le café est là donc, s’il est dehors c’est bien pour quelque chose non ? Je me lève en me grattant les cheveux, pourtant je n’ai pas de poux ! A moins que cet oreiller en soit infesté. Toutefois, je regarde mon frère m’appuyant contre le dossier de la chaise. Ce dernier évite mon regard et jette son portable sur son lit.

_ J’essayais d’appeler Jess mais rien à faire.

Elle doit vraiment avoir un problème sérieux, rien à son appartement, elle ne répond toujours pas, j’ai beau essayer de faire comme si rien de grave ne s’était passé mais tout indique le contraire.

_ Tu as trouvé quelque chose ? Demandais-je en lui montrant son pc.

Sa mine déconfite me fait comprendre que non. On est dans une grosse impasse pourtant, si Jess criait, c’est qu’il lui arrivait quelque chose. Je me passe une main sur le visage essayant de réfléchir. Il n'y avait aucune affaire pour nous mais peut-être que Jess était la première victime mais dans ce cas pourquoi appeler Sam ? Pourquoi avoir juste crié ? Le ravisseur l’a dérangé ? Non, ce n’était pas un schéma comme d’habitude un truc cloche.
Je remarque que Sam réfléchit lui aussi ou alors, il est paumé, c’est rare que je le vois comme ça mais cette enquête lui tient à cœur et je refuse à ce qu’il perde Jess, en espérant bien sûr qu’elle soit encore en vie.

_ Tu crois… enfin, Jess a des ennemis ? Questionnais-je intrigué.
_ Quoi ? Non, c’est une fille super…

Ok, je ne vais pas contrarier le petit à en voir son regard vaut mieux pas, pourtant, pour moi, cette affaire n’a rien de surnaturelle, si s’était le cas, on aurait un truc et puis, Jess n’aurait pas pu téléphoner, il y aurait eu des pistes, de la friture derrière, là, rien, que dalle ! Je vois que mon frère me fixe…

_ Pourquoi tu me demandes ça ?

Je le dévisage, est-ce que je dois lui dire ma théorie ? Je ne pense pas qu’il l’aimerait mais peut-être que c’est mieux celle-ci qu’une chasse habituelle mais j’ai horreur des humains, ce sont les plus tarés, on ne sait jamais sur quel pied danser avec eux. Toutefois, face au regard déterminé de mon frère je m’appuie sur le dossier de cette chaise et je commence à lui révéler mon point de vue.

_ On n'a aucune piste, rien sur un quelconque esprit, démon. A son appart, il n’y a rien, quand elle a appelé aucune friture, elle n’a pas parlé alors j’en conclus qu’il n’y a rien pour nous là-dedans. Elle a dû être confrontée à un psychopathe enfin j’en sais trop rien mais mon instinct me dit qu’il n’y a aucun monstre à chasser.

Bon, je ne dis rien pour nous mais il est évident que s’il y a une chance de retrouver Jess, je suis le premier partant et Sam me comprend, d’ailleurs, je le vois, il analyse tout, il réfléchit ! Un vrai intello mais tout d’un coup il me jette l’un de ses regards, regard qui me fait penser à papa. C’est étrange mais je sais ce qu’il va me dire.

_ Je vais le butter Dean, je vais le tuer.

Je reste à le fixer, est-ce que c’est bien mon frère ? Où est passé le Sammy qui ne fait pas de mal à une mouche ? Non, là, quelqu’un a touché à une personne qu’il aime et je le comprends, je serais pareil que lui si s’était lui qui était dans les mains d’un malade mais hors de question qu’il tue un humain.

_ Pour le moment je vais prendre une douche et ensuite on va aller rendre une visite aux amis de Jess et on verra par la suite.

Je préfère ne pas lui dire ce qu’il doit faire, je le connais, il risque de se braquer mais ce qui est sûr, c’est qu’une fois retrouvé ce salopard, je garderais un œil sur mon frère.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maya
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Julie
Age : 30

MessageSujet: Re: "Thinking of you" {AU} ~ Maya   Mar 18 Mai - 14:11

Chapitre 8 : Retour au bercail…

Je pense que Dean n’a pas tort, tout correspond, à moins que se soit un démon mais… je n’y crois pas. Quoi que, ça peut-être un piège et que Dean et moi on fonce droit dedans mais pourquoi Jess ? Après tout, je l’ai quitté. Elle était seule, j’étais plus dans les parages alors pourquoi s’attaquer à elle ? Oui, je me pose un tas de questions et j’apprécie que mon frère garde le silence, pour une fois, il est le plus calme des deux. C’est assez étrange mais sa sérénité m’aide à garder mon sang froid. Sans lui, je… je n’en sais rien, je serais sûrement paumé. Dans tous les cas, qu’il prenne les commandes comme ça, m’aide beaucoup et je l’en remercie, même si cette affaire n’a rien de démoniaque, il est là. Il a toujours été là dans n’importe qu’elle solution.

La musique n’est pas trop forte, juste bien, Dean observe la route et moi… moi j’attends, je suis nerveux, Jess a disparu, depuis combien de temps ? Le courrier ne s’est pas encore entassé, apparemment, ça ne date pas de longtemps. Pourtant, l’appel date d’hier ? Est-ce que Becky pourrait me renseigner ? Sûrement mais comment va t-elle réagir ? Après tout, je suis parti, ok j’ai dis au revoir à Jess mais tous les autres, je n’ai rien dit, rien fait, je suis juste parti. Alors oui, j’appréhende, j’ai peur pour Jessica, surtout pour elle, mais j’appréhende aussi de revoir mon ancien campus, mes anciens amis. J’ai fait une grosse erreur en allant à Standford mais je m’en rends compte bien tard.

La voiture se stoppe, mon frère descend de sa Chévy, moi, je reste à regarder les différents bâtiments, me revoilà ici. Qui l’aurait cru ? Pas moi dans tous les cas. Je souffle un bon coup puis, je descends à mon tour, mon frère m’attend, il semble assez paumé, après tout, ce n’est pas son monde… ni le moins d’ailleurs.

_ Bon, on va où ?

Je le regarde, je ne peux pas m’empêcher de sourire, en le voyant observer à droite puis à gauche et hop, il contemple les fesses d’une fille qui passe. Je lève les yeux au ciel alors que je me mets en route. Je vais d’abord à l’accueil où je me fais passer pour de la famille de Becky prétextant qu’un décès avait eu lieu dans sa famille, en à rien de temps, j’ai récupéré son emploi du temps. Alors que mon frère me suit tout en sifflant pour l’architecture moi je fais comme si de rien, je me suis posé sur un banc sous l’œil questionneur de mon aîné. On avait quarante minutes à poireauter alors autant s’asseoir.

Dean n’est vraiment pas patient alors le temps que Becky finisse son cours, monsieur est parti chercher à manger, où, je n’en ai aucune idée mais ça fait bien vingt minutes qu’il est parti. Celui là ne changera pas. J’ai le visage baissé sur le sol à penser à lui, à papa, à Jess. Tous se mélangent, ma vie de chasseur et celle que je n’aurais jamais. Dure de faire une croix mais s’est ainsi et à cause de moi Jess est coincée en plein milieu, peut-être morte. Non, elle ne l’est pas, elle ne peut pas l’être.

_ Sam ?!

Je relève mon visage, je vois d’abord des pieds puis, je reste à fixer une jeune femme, c’est Becky. Mon regard ne reste pas plus de quelques secondes dans ses prunelles bleues clairs. Non, je ne peux rester à la fixer après ce que j’ai fais subir à Jess. C’est idiot, elle n’a rien à voir mais, elle était l’une de mes amies, l’une de ses amies et en quelque sorte, je m’en veux d’être parti comme je l’ai fait.
Néanmoins, je prends sur moi et je me lève me grattant maladroitement le crâne. Qu’est-ce que je peux dire ? « Hey oui, c’est moi Sammy ? » Non, c’est complètement idiot mais il faut bien que je sorte quelque chose, alors je lui lance un regard gêné suivit d’un petit, tout petit sourire.

_ Comment vas-tu ?

Voilà mes premiers mots, un peu con mais bon, c’est bien mieux que l’autre solution… ou pas. Je vois qu’elle pose ses mains sur ses hanches me jetant un léger regard noir. Apparemment, elle m’en veut et je la comprends alors j’attends un peu penaud qu’elle se décide à me parler, ce qu’elle fait la seconde suivante.

_ Moi je vais plutôt bien mais Jess, elle, elle remonte difficilement la pente mais apparemment toi, tu vas très bien. Qu’est-ce que tu viens faire dans les parages ?

Sa question est moins sanglante que ses premiers mots, elle est même inquiète, je l’observe alors comme un enfant pris en faute mais je me reprends, après tout, je suis juste là pour aider Jess.

_ Je m’inquiète pour Jess.
_ Toi ? Tu t’inquiètes pour Jess ?! Tu ne crois pas qu’il est un peu tard ? Tu es parti depuis des semaines et là qu’elle commence à sortir la tête de l’eau tu veux la remettre dans le fond ? Mais qu’est-ce qui ne va pas chez toi ?

Elle me jette un regard interrogateur, elle est sèche mais je la comprends, après tout, je réapparais d’un seul coup et elle et Jess étaient comme des sœurs alors, elle prend soin d’elle, mais si seulement, elle savait combien s’est douloureux de revenir ici. De la revoir, de revoir l’université, voir toutes ses choses que je rate. J’ai fait une croix sur cette vie est à cause de cet appel, de ses cris de Jess je suis là, à lui faire face, la mâchoire crispée.

_ Je suis vraiment désolé Becky mais…

Je prends une profonde inspiration, je ne peux pas lui dire que Jess est en danger sinon, elle va poser des questions et vouloir appeler les flics. On n’a pas besoin d’eux, on ne peut pas avoir à faire avec ces types alors, je vais lui mentir. Ça me tue mais bon, je suis bien obligé.

_ J’ai besoin de la voir et elle n’est pas à son appartement, tu sais où je peux la trouver ?

Oula, mauvais pour moi, j’ai l’impression que si elle pouvait tuer avec un seul regard, ça serait celui là, mais je ne me laisse pas faire et je lui lance mon regard de puppy. Celui qui marche toujours avec Dean, et je vois, que ça marche, elle se pince les lèvres alors qu’elle fronce les sourcils.

_ S’il te plait ! Ajoutais-je.
_ Sam, tu…

Elle semble contrariée, durant une seconde, j’ai cru qu’elle allait refuser mais j’ai besoin de savoir si elle a vu oui ou non, Jess aujourd’hui.

_ Ok mais ne lui brise pas une deuxième fois le cœur.

J’avale difficilement… lui briser le cœur ? Si elle me revoit et que je repars, je le lui briserais forcément. C’est dur mais à l’origine, je suis là pour elle, pour l’aider et non pour lui faire du mal ! Mais bon, je suis censé répondre quoi à Becky ? T’inquiète pas je suis rentré pour de bon ? Non, je ne peux pas lui faire un aussi gros mensonge alors j’ouvre la bouche pour répondre mais rien ne vient. Je reste à la fixer quand soudain…

_ Waouh !! Tu nous présente ?!

Je me retourne pour voir Dean un hot dog à la main faire un clin d‘oeil à mon amie. D’ailleurs cette dernière le regarde des pieds à la tête avec un drôle d’air. Moi je souris malgré moi. Pourquoi ce gars est mon frère ? Non franchement, parfois, je me demande comment il peut agir aussi bêtement. La honte…

_ Dean, Becky, Becky, mon frère Dean.

Je lance un regard gêné à la jeune femme alors que mon frère lui adresse un magnifique sourire, cette dernière lui sourit légèrement avant de me scruter. Moi, je ne me gène pas pour adresser un regard noir à mon aîné en lui fichant un coup de coude dans les côtes. Ce dernier m’observe avec interrogation, avant de comprendre qu’il ferait mieux de se tenir.

_ Continuez votre conversation, faite comme si je ne suis pas là ! Ajouta-il en fourrant le reste de son hot dog dans la bouche.

Je lève mes yeux au ciel alors que je préfère faire comme s’il n’est pas là, et je me concentre sur Becky qui regarde d’un air dégoûté mon frangin qui s’est légèrement éloigné.

_ Excuse-le, il est l’aîné mais parfois je me demande si je ne me trimbale pas un gamin de cinq ans ! Ironisais-je.

Cette dernière sourit avant de me fixer plus intensément, j’ai l’impression qu’elle me scanne, je la laisse faire, en espérant, qu’elle finisse par me dire où je peux trouver Jess mais mes espoirs sont de courte durée.

_ Pour Jess, si elle n’est pas à son appartement, je ne sais pas où elle est. Elle n’est pas venue en cours ce matin.

Elle ne semble pas plus inquiète que ça mais moi oui, car ça veux dire que cet appel était bel et bien réel, qu’elle était bien en danger. Je reste muet perdu dans mes pensées quand j’entends la voix sérieuse de mon frère.

_ Tu l’as vu quand pour la dernière fois ?
_ Hier au « Beach Pub’s », elle est partie avant nous, j’ai cru qu’elle était rentrée.

Je lui jette un regard, moi j’ai peur mais pas elle, qu’est-ce qu’elle ne nous dit pas. Pourquoi ne pas voir Jess en cours et savoir qu’elle n’était pas à son appartement ne lui faisait rien ?

_ Et ça ne t’inquiète pas qu’elle n’est ni en cours et qu’elle n’a pas dormi chez-elle ? Soufflais-je.

Elle semble gênée, elle observe mon frère puis moi avant de baisser les yeux. Qu’est-ce qu’elle cache ?

_ Becky ?
_ Hier, elle a rencontré ce gars, grand, brun, athlétique, plutôt sympathique, elle la… enfin, peut-être qu’ils ont fini la…


Aouch ! Ça, ça fait mal, j’ai l’impression, d’avoir des milliers d’aiguilles plantées dans le cœur, j’en suis complètement abasourdi. Est-ce que Becky vient de m’avouer que Jess voit d’autres hommes ? M’a-t-elle oubliée ? Je ne pense pas que ça ferait aussi mal, non, ok, je suis parti mais bon, pas aussi vite. Soudain, la colère m’envahit ou alors la jalousie, choisissez ce que vous voulez…

_ Comment, il s’appelle ?
_ Euh… (elle semble hésiter mais je ne lâcherais pas le morceau…) Elle m’a dit qu’il s’appelait Kévin, je me souviens, qu’elle l’a croisé à la fête mais il ne semblait être qu’un ami.

Un ami ? Ouais, bien essayé mais trop tard, ce mec est un homme mort….

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maya
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Julie
Age : 30

MessageSujet: Re: "Thinking of you" {AU} ~ Maya   Mar 18 Mai - 14:15

Chapitre 9 :Un frère jaloux, c’est violent…


En voyant mon frère silencieux, j’ai pris les devants en n’en demandant plus à cette jeune femme. Apparemment, Jess voyait un autre homme et cette nouvelle, a pas mal secoué mon cadet mais bon, ce n’est peut-être rien, les filles ça aiment englober les choses, surtout question mec. Toutefois, Jess revivait sans Sam et c’est un bon point pour elle, quoi que si ce gars est celui qui l’a enlevé, elle aurait mieux fait de rester bien sagement chez elle.
D’après Becky, cet homme se prénomme Kévin, un grand brun, yeux clairs, athlétique, un peu comme Sam. Elle aime les grands cette fille, en conclus-je.

Alors dès que Becky nous a lâchés, Sam est parti à la réception du campus, alors que moi, je suis allé faire un tour dans ce bar. A part le numéro d’une petite serveuse hypra sexy, il n’y a rien d’intéressant, je suis bien vite rentré au motel. J’ai profité de l’absence de Sam pour prendre une douche, autant éviter qu’il prenne toute l’eau chaude.

Quelques minutes plus tard, alors que je faisais des recherches sur le pc, Sammy entre une mine renfrognée en guise d’accueil, le pauvre, après un appel alarmant de son ex, voilà qu’il apprenait qu’elle sortait avec un autre géant ! M’enfin, elle a des ennuis alors, je m’abstiens de toutes remarques qui pourraient l’énerver d’avantage, après tout, c’est moi qui dois le supporter.

_ Alors ? Demandais-je voulant en finir au plus vite.

Sam me jette quelques dossiers sur la table avant de se pencher et dans prendre un en particulier. Ces gestes sont rapides, il ne parle pas, et ça, ça signifie qu’il ne va pas bien mais qu’est-ce que je peux dire ? Je lui lance un regard intrigué puis, j’observe la photo qu’il me montre. Kévin Chase, 24 ans, brun, yeux clairs, ouais, plutôt pas mal, il n'y a pas à dire Jess à très bon goût.

_ Comment sais-tu que c’est lui ? Questionnais-je en voyant le tas de dossier.
_ J’ai fouillé tout les Kévin, j’ai imprimé tous les dossiers et pour moi, c’est lui, tous les autres sont des petits intellos ou des gros enfin, ce Kévin est…

Il ne finit pas sa phrase et baisse les yeux, pas besoin d’être devin pour savoir là où il veut en venir, il est du goût de Jess. Rahh, c’est vraiment un truc à vous foutre un poignard en plein cœur et s’amuser à le tourner encore et encore.

_ On va aller lui rendre une petite visite. Soufflais-je en me levant.

Après tout, je ne l’ai pas encore dit à mon cadet mais le temps nous est un peu compté, qui peu savoir ce que devient Jess ? Elle est peut-être déjà morte, après tout, ça sent le piège à plein nez. J’ai l’impression qu’on veut la peau de mon frère et je n’aime pas ça. Non pas du tout.


On a bien tourné une petite heure avant de trouver ce cher Kévin, il était à la bibliothèque, elle est immense, trop grande pour moi. Comment des gens saint d’esprit peuvent construire des lieux pareils ? Non mais franchement, autant de livres pour quoi faire ? Je suis entrain d’halluciner sur le nombre d’étagère alors que mon frère vient de se stopper. Bien sûr moi marchant le bec en l’air, je ne l’ai pas vu et puis, pourquoi s’est-il arrêté ? Ben ouais, je lui ai foncé dedans et Monsieur m’envoie un regard noir, moi je lève les épaules en lui lançant un regard penaud. Puis, je vois droit devant moi, ce mec, il est aussi grand que Sam ! La vache, je vais paraître d’un nain à côté d’eux. Voyant que mon frère ne bouge pas, je me décide l’air un peu grognon, pourtant je ne suis pas petit mais on m’a donné un frère super géant !

_ C’est toi Kévin ? Questionnais-je les mains dans les poches alors que je fixe le gars.

Ce dernier semble surpris et me fixe avant d’affirmer qu’oui, il ne semble pas méchant, enfin, il a une gueule d’ange ou plutôt. On dirait un gamin perdu dans un monde d’adulte, et voilà que je souris malgré moi en pensant à ça. Ce type va me prendre pour un dingue. Merde voilà Sam, j’ai intérêt à l’avoir à l’œil, je n’ai pas envie qu’on se fasse remarquer.

_ Je m’appelle Dean et voici mon frère Sam, on cherche Jess. Tu ne serais pas où on pourrait la trouver ?
_ Pourquoi vous vous intéressez à elle ? Demanda-t-il suspicieux.
_ On est des cousins, on a essayé de la joindre mais pas moyen !

Je n’ai pas eu le temps de répondre que Sam m’a devancé d’une voix assez menaçante, je lui jette un regard pour lui faire comprendre de se calmer puis, je me retourne vers ce Kévin en lui offrant un petit sourire encourageant. Je dois arrêter de sourire comme ça, il va me prendre pour un homo si ça continue.

_ Et bien, je l’ai croisé hier soir au bar du coin, on a parlé, mais elle était fatiguée alors, elle est partie. Pourquoi, il se passe quelque chose ?

Ça ce n’est pas normal, il semble s’inquiéter, pourquoi ? Il joue la comédie ? Etrange, néanmoins, je jette un regard ahuri à mon frère qui vient de me dépasser pour être en face de Kévin, je vois qu’il ne l’aime pas, waouh, j’aimerais pas être à la place du mec vu la façon dont Sam le regarde.

_ Toi et Jess, vous vous fréquentez depuis longtemps ?

Merde, la façon dont Sam lui parle ne semble pas lui plaire, j’aurais du prendre du pop-corn moi, Dean sérieux merde ! En tout cas ce mec semble assez surpris, pour moi, ce n‘est pas lui à moins qu’il sait brouiller les pistes !

_ Jess est juste une amie.
_ Et tu ne sais pas où elle est ?
_ Non, pourquoi ? Je devrais ? Rétorqua-t-il agacé.
_ A toi de me le dire.

Moi, j’observe l’échange, j’ai l’impression d’assister à un match de tennis, c’est assez marrant mais vu les circonstances, je n’en ris pas et j’attends de voir ce que l’autre répond. Cependant, il regarde Sammy avec des yeux noirs, soit, il joue super bien la comédie où ce n’est pas lui !
Je décide alors de prendre Sam, je l’entraîne un peu plus loin avant de me tourner vers Kévin.

_ Merci, si tu as des nouvelles d’elle fait le nous savoir.

Puis, j’entraîne mon frère un peu plus loin, ce dernier est énervé, je le sens très bien et quand il se dégage de mon emprise, je lui jette un regard d’incompréhension. Ok, il s’inquiète pour Jess mais ce n’est pas une raison de menacer ce mec même s’il est peut-être son nouveau copain. Merde, il l’a quitté, cette fille a le droit de refaire sa vie ! Ça fait mal mais c’est ainsi qu’on le veuille ou non.

_ Tu peux me dire ce qu’il t’a pris ?
_ Quoi ? Il y a que toi qui à le droit de s’emporter ? Crie-t-il.

Rahhhh, il m’énerve, il me prend la tête à toujours me foutre mon caractère dans le nez ! Oui, je suis un con qui fonce et qui gueule tout le temps mais ça, c’est moi pas lui ! Alors oui, quant il s’emporte, je n’aime pas !

_ Ce gars n’a rien fait, t’étais à deux doigts de lui foutre ton point dans la gueule! Et pourquoi ?
_…

Il ne répond pas, il évite même mon regard, il sait où je veux en venir, ça fait un mal de chien mais c’est notre putain de vie alors oui, je vais lui faire mal je le sais mais je lui fou (fous) quand même dans le nez…

_ Tu es parti Sam, tu es revenu avec moi, tu l’as laissé. Tu pensais quoi ? Qu’elle allait passer sa vie à t’attendre ? Je sais, ça fait mal mais …

Waouh !!!! Il a de la poigne le petit père ! Merde, je ne l’ai pas vu venir ce coup de poing. Je mets ma main sur ma joue tout en bougeant ma mâchoire alors que je le regarde, il me foudroie sur place, je l’ai peut-être mérité ce poing, après tout, il souffre à cause de moi ! Si je n’étais pas là, lui et Jess seraient encore ensemble ! Je suis qu’un con !

_ Tu n’en sais rien Dean, tu as toujours été un petit con qui baise toutes les nanas qui passent sur ta route alors ne viens pas me faire des leçons, pas toi !

Il me jette un dernier regard noir avant de sortir de la bibliothèque, moi je reste à le fixer avant de me rendre compte que les étudiants m’observent ainsi que la chef des lieux qui semble assez mécontente. Je me sens vraiment minable mais bon, il est à cran alors je vais le laisser respirer un peu. Alors que j’allais sortir quelqu’un m’attrape le bras. Je me retourne et je vois un jeune homme à lunette, les cheveux en bataille, il a un air très intello. Je lève les sourcils me demandant ce qu’il me veut.

_ Je vous ai entendu parler de Jess, je serais bien venu avant mais…

Il s’arrête de parler, je comprends très bien ce qu’il veut dire alors, je reprends assez sérieux…

_ Tu as une info sur elle ?
_ Hier, je l’ai croisé… enfin, j’ai plutôt croisé un mec la portant.

Alors là, je reste stoïque à l’observer, ce mec voit ça très tard le soir et ne fait rien ? Il n’a même pas appelé les flics ? Mais c’est quoi ce gus-gus de mes deux ?

_ Qui s’était ?
_ Euh… je ne sais pas, il faisait noir.

Je ferme les yeux, il est vraiment trop nul ce mec, je suis sûr qu’il ne sait jamais tapé une fille, néanmoins, je reste sur le sujet car apparemment, je dois lui tirer les vers du nez.

_ Où est-ce que s’était ?
_ Juste devant la bibliothèque, j’en sortais et il est passé, j’ai vu Jess endormie, je me suis dit qu’il devait être un ami et qu’il la ramenait chez-elle, vous pensez qu’il… enfin…

Je le scrute, bien sûr qu’elle était en danger et ce con n’a rien fait mais pas besoin de l’alarmer, sinon, à coup sûr on aura les flics sur le dos.

_ C’est peut-être le cas et qu’il l’a ramené chez-elle, en tout cas merci.
_ Ben en vous voyant, je me suis dit que ça pouvait vous aidez.
_ C’est le cas et dis-moi, tu la connais d’où ?

Après tout, ce campus est énorme et voilà qu’on parle d’une fille et lui il rapplique ? Plutôt louche. C’est peut-être lui après tout ? Oula, je deviens parano moi.

_ On suit le même cours de chimie, elle et moi on est partenaire.
_ Ah ok, ça m’a l’air passionnant.

Je lui offre un sourire avant de quitter la pièce, je suis sûr que ce mec est amoureux de Jess mais qu’il n’a jamais sauté le pas. Après tout, je le comprends, moi à sa place, je n’oserais même pas sortir de chez-moi ! Rah, je suis vache.
Une fois dehors, je remarque qu’il y a des caméras, après tout, c’est une université grande et prestigieuse alors, il faut bien garder un œil sur ses élèves ! Et si j’allais faire un tour dans les locaux de surveillance, ça laissera le temps à Sam de se calmer en espérant qu’il ne fait pas de connerie !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maya
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Julie
Age : 30

MessageSujet: Re: "Thinking of you" {AU} ~ Maya   Mar 18 Mai - 14:17

Chapitre 10 : Une chanson peut parfois faire très mal…


Non mais pour qui se prenait Dean ? Ok, j’y suis allé un peu fort avec ce Kévin mais merde, il me piquait Jess. Bon, oui, je suis parti mais quand même, ça fait mal, et non, c’est trop tôt, elle ne peut pas m’oublier aussi vite, aussi tôt alors oui, j’ai pété les plombs mais au final, il n’est pas avec Jess et ça, ça fait du bien à entendre mais mon aîné a été trop loin, il s’amuse à me psychanalyser et j’ai horreur de ça surtout quand ça touche Jess. Lui, il n’est jamais tombé amoureux tout simplement par-ce qu’il a toujours suivi John, chasse après chasse, s’amusant avec les filles qu’il croise. N’a-t-il pas envie de se poser ? D’avoir une belle et grande histoire d’amour ? Non, bien sur que non, seules la chasse et la vengeance l’habitent. Je comprends mais pour moi, c’est dur à accepter et maintenant, je m’en veux de l’avoir cogné. C’est plutôt Dean qui envoie les poings d’abords et parler ensuite, je déteins sur lui.

Après plusieurs minutes à avoir déambulé dans les rues, je rejoins le motel, Dean n’est pas encore là et ça m’inquiète un peu. M’enfin s’est Dean, alors je rentre dans la chambre avant de l’attendre heureusement pour moi, il entre quelques minutes plus tard, il n’enlève même pas son blouson. Pourtant, la journée est déjà bien passée, peut-être veut-il manger un morceau mais, je ne veux pas lui parler, pas le premier, pas après ce que je lui ai fait mais je n’ai pas besoin de le faire car Dean le fait pour moi mais ce qu’il me dit, m’interloque…

_ Je sais où est Jess !

Comment peut-il le savoir ? Ce Kévin semblait ne rien savoir alors comment peut-il le savoir ? Qu’a-t-il fait durant mon absence ? Quoi qu’il en soit, je me lève en fronçant les sourcils attendant dans savoir plus !

_ Après que tu sois parti, un gars m’a parlé, il m’a avoué qu’un mec l’a porté hier soir alors en sortant de la bibliothèque, j’ai remarqué les caméras donc j’ai été rendre une visite à la sécurité du campus. Des vrais palmés.
_ Dean ! Le pressais-je.
_ Elle est quelque part dans la bibliothèque.

Quoi ? Celle du campus, celle-là même où on était ? Non… mais depuis tout ce temps j’aurais pu aider Jess. Cette ordure va me le payer. Je m’apprête à sortir mais mon aîné me retient, je lui lance un regard froid, j’ai besoin de la savoir en vie, j’ai besoin de la revoir, de la toucher. Elle ne peut pas mourir non, pas elle.

_ Du calme cow-boy, j’ai ramené les plans du bâtiment, on ne doit pas se jeter dans la gueule du loup, ça sent le piège à plein nez et d’après les caméras, on a à faire à un humain et tu sais autant que moi que se sont les plus tordus ! J’ai horreur d’avoir à faire à notre espèce. Ronchonne-t-il en étalant la carte sur la table.

Je l’observe un instant, les minutes sont comptées mais je dois admettre qu’il a raison, qui peut savoir ce que ce tordu à prévu comme accueil ! Alors j’écoute mon frère, mais bon, on a beau avoir le plan, rien nous indique où est Jessica, elle peut très bien être dans l’aile sud ou nord ! Cependant, avec cette carte, on sait qu’il y a plusieurs sorties et que cet endroit est immense mais nous avons aucun plan concret et Dean l’admet lui-même d’un air bougon.

Alors, après un moment à l’écouter sans aucune solution réelle, moi je suis parti, on perdait du temps, Jess est aux prises de ce fou depuis assez longtemps et je refuse qu’elle passe une nuit de plus dans cet enfer alors en quelques secondes, je me retrouve dans la Chévy suivi de près par mon frère. La Chévy se stoppe devant la bibliothèque, j’y avais passé de nombreuses heures là-dedans. De bon souvenir comme des mauvais et les meilleurs étaient bien sûr ceux avec Jess. Je reste à rêvasser quand j’entends la portière claquer. Je regarde le coté conducteur, Dean est sorti alors j’en fais autant et le rejoins à son coffre.

Là, je contemple le coffre, Dean a pris un couteau qu’il planque comme d’habitude puis un revolver. J’en fais autant sans vraiment savoir si oui ou non, nous allons tuer ce fou. Personnellement, ça ne me dérangerait pas, il s’en est pris une fois à Jess alors qu’est-ce qui me garantit qu’il ne recommencerait pas ? Strictement rien mais alors que j’allais pénétrer dans la bâtisse, la poigne de mon aîné me retient.

_ Ne le tue pas, les flics s’en chargeront.

Il emploie le même ton que John, il me donne un ordre ? Pourquoi me demande-t-il ça ? Merde, ce mec est un fou furieux, il est égal à ces monstres qu’on chasse alors pourquoi veut-il lui laisser la vie sauve ? Quoi qu’il en soit, je lui lance un regard noir, déterminé à en finir mais je ne réponds rien car il n’y a rien à répondre à ça ! J’aurais la peau de ce psychopathe. Alors, je me défais de son étreinte et j’entre dans la bibliothèque, l’endroit est sombre, l’odeur des ouvrages me chatouillent les narines alors que les imposantes étagères donnent un coté plus ténébreux à l’endroit. La pièce semble plus menaçante mais je m’en balance et avec méfiance j’avance jusqu’au fond. Je ne me retourne même pas pour voir si Dean me suit, ses pas lourds me confirme qu’il est juste derrière. Je vois une porte, je sors mes outils de crochetage et en à rien de temps, l’accès est libre. J’ouvre la porte et jette un œil sur Dean qui allume sa lampe torche. J’en fais autant puis, je m’engouffre dans la pièce.

Après quelques minutes à marcher en silence, j’arrive enfin à l’escalier qui mène au sous-sol, les choses sérieuses commencent, je sens mon cœur tambouriner durement contre ma poitrine. Est-ce le fait de savoir que Jess est en danger ? De la revoir ? De se demander comment elle va réagir en me voyant ? Je me pause tout un tas de questions mais j’en évite une seule, la seule qui me donne la chair de poule, qui me brise le cœur en milles morceaux, celle où Jess pourrait être morte, je l’oublie et l’efface, elle ne peut pas l’être.

Alors que le silence règne en maître dans ce couloir lugubre j’entends du bruit, je me stoppe d’un coup et Dean en fait autant, je sens son regard posé sur moi et tout d’un coup je me mets à courir alors que Dean me crie d’attendre mais trop tard, je suis parti dans ma course mais encore une fois je m’arrête, je balaie la petite pièce circulaire de ma lampe et à part des rats, il n’y a rien ! Juste des putains de rats…

_ Erk ! J’ai horreur des rats !

Je me retourne et lance un regard à mon aîné, il n’a pas peur des monstres mais rien qu’à la vue des rats, il a des frissons, franchement celui-là !
Mais alors que je repars de là où nous sommes venus j’entends du bruit, cette fois, j’avance plus doucement, Dean a raison de ne pas me presser, après tout, on est dans les entrailles de ce fou alors autant être prudent. Mais plus j’avance, plus je reconnais ce son, cette musique. Mon cœur se ressert, un frisson me parcourt, des larmes me brouillent la vue mais j’avance toujours, cette chanson, elle me fait penser à Jess, comment… comment ce dingue peut-il savoir ? Comment le savait-il ? Dean remarque mon mal être et reste à côté de moi, il ne me pose pas de question et j’en suis soulagé car je suis à deux doigts de craquer, cette musique, c’est l’une des chansons préférées de Jess, celle qu’elle adore et qui pourtant nous ressemble tellement, après tout je suis parti, je lui ai demandé de refaire sa vie et de m’oublier.

Quand j’arrive au détour du couloir, je remarque le poste, celui-là même qui crache ses paroles…


* You're the best
And yes I do regret


Ma main tremble mon frère observe tous les recoins mais moi je suis fixé sur l’appareil, oui, je le scrute et là, une larme m’échappe et coule sur ma joue, je n’aurais pas pensé que revenir ici et d’entendre cette chanson aurait été aussi dure…

* How I could let myself
Let you go
Now the lesson's learned


Ma main tremble mais je la lève et je pose mon doigt sur la touche stop. Je reste à fixer encore le poste…

* I touched it I was burned
Oh I think you should know



J’appuis alors sur le bouton quand j’entends mon frère crier d’une voix rauque…

_ SAM… NON !!

Trop tard, la musique se stoppe, le silence nous enveloppe, je lui jette un regard, il tourne son visage sur le mur, j’en fais autant et là, je vois, il y a des fils qui rejoint le poste ! C’est un piège mais il est trop tard, je vois Dean s’éloigner, j’en fais pareil, mais soudain, une explosion, un bruit sourd, puis… plus rien, le noir.

_________________________________________________

* Chanson de Katy Perry : "Thinking of you"

Traduction…

You're the best (Tu es le meilleur)
And yes I do regret (Et oui je regrette)
How I could let myself (Comment j'ai pu)
Let you go (Te laisser partir)
Now the lesson's learned (Maintenant la leçon est apprise)
I touched it I was burned (J'ai touché et je me suis brûlé)
Oh I think you should know (Oh je pense que tu devrais savoir)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maya
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Julie
Age : 30

MessageSujet: Re: "Thinking of you" {AU} ~ Maya   Mar 18 Mai - 14:19

Chapitre 11 : Et de un.

Alors que la musique s’amplifie au fur et à mesure de notre avancée, je serre mon arme contre ma paume, une chose n’est pas normal et l’attitude de Sammy non plus. Je fronce les sourcils en entendant cette mélodie, Katy Perry, le phénomène du moment. Cette chanson doit avoir un rapport avec mon cadet et Jess mais je ne pose aucune question, j’observe la pièce. Un poste, des murs, des tuyaux, des gouttes qui se fracassent sur le sol, rien de bien intéressant. Néanmoins, mon regard capte quelque chose, je m’en approche, se sont des fils, je les inspecte et je remarque avec horreur qu’ils sont reliés au poste. J’observe l’autre extrémité. Mon instinct de chasseur ne me permet pas de paniquer, non, je garde mon sang froid, je me tourne vers mon frère tout en lui criant de ne pas toucher mais trop tard ! Un déclique se fait, la musique se stoppe. Je me mets alors à courir voyant que mon frère en fait autant mais trop tard… une explosion et je me sens être propulsé par le choc, puis le noir…

Quand je me réveille, c’est pour entendre un sifflement strident qui me déchire les tympans, je fronce les sourcils alors que je grogne contre la douleur mais dès que je bouge mon bras, mon grognement se change en un léger gémissement. J’ouvre alors les yeux, ma vue est d’abord floue mais bien vite, je vois nettement mais je ne distingue que des décombres et un tas de poussières, je me redresse légèrement, une douleur vive m’électrise mais je sers les dents. Le moindre mouvement de mon bras gauche est une torture sans parler de mes côtes. J’ai dû faire un jolie vole plané, d’ailleurs de ma main valide, j’essuie le sang qu’il y a sur ma tempe et malgré la douleur, je me relève. Mes premiers pas sont incertains mais je dois retrouver Sammy.

La poussière me fait suffoquer mais peu importe, le plus important c’est Sam mais j’ai beau crier encore et encore remuant les débris je ne le vois pas ! Alors je me calme, je ne dois pas paniquer, je tourne sur moi-même quand je remarque une chose. L’explosion a fait affaisser le plafond, je suis bloqué de ce côté, Sam doit être de l’autre coté. La peur me prend, un fou furieux en veut à mon frère et ce con a réussi à nous séparer ! Merde, fait chier, Sam est à sa merci, je n’aime pas ça non vraiment pas ! Soit Sam se fait buter, soit c’est lui qui bute ce psychopathe et l’une comme l’autre solution ne me plait pas.
Je reste alors planté là, essayant de crier désirant entendre la voix rauque de Sam mais rien n’y fait, pour toute réponse je n’ai que ce fichu silence. Et si Sammy était déjà mort ? Non, non, je ne le suis pas alors il n’est pas mort ! Il est juste bloqué de l’autre côté ! Je pose ma main valide sur mon épaule meurtrie, il est temps que je me bouge les fesses, cet endroit est un vrai labyrinthe, il doit bien avoir un autre chemin pour retomber sur mon frère et puis, Jess est toujours quelque part. Alors après avoir retrouvé mon arme, j’avance dans le couloir face à moi, n’ayant plus ma lampe torche, je mets tous mes sens en éveils le moindre bruit me rend nerveux.

J’ai horreur de me retrouver dans le noir, sentant à peine un courant d’air sur ma peau, juste ce noir et ses goûtes qui raisonnent fortement en tombant sur le sol ! Non mais franchement pourquoi faut-il toujours que le boulot m’amène dans des endroits pareils ? En plus, le moindre pas me fait serrer les dents, saloperie d’explosion, les humains sont vraiment tarés ! J’espère que Sammy n’a rien de grave. Je souffle d’exaspération alors que je m’arrête en m’appuyant contre le mur, la vache qu’est-ce que des côtes cassées peuvent faire mal ! Je reste un moment dans cette position puis, je me remets en route, le noir ne m’aide pas mais bon, mes yeux s’habituent au fur et à mesure. Ça serait plus simple avec une lampe torche mais… je vais trucider ce dingue, si je le vois… j’essais de me calmer, c’est un type comme nous, juste frappa dingue mais humain, ne pas le tuer, je ne dois pas le tuer, ni moi, ni Sammy ! Les flics s’en chargeront !

Alors que j’avance sans trop savoir où je vais, j’ai deux choix qui s’offre à moi, un couloir sur ma droite ou cette porte ! Je pencherais pour le couloir si je veux retrouver Sam mais pour Jess, cette porte est idéale ! Je reste un instant à réfléchir, après tout si Sam est mal en point, je ne dois pas perdre de temps mais en même temps, laisser Jess avec ce fou, ne m’enchante pas !

J’avance alors d’un pas déterminé, j’examine le mécanisme de la porte. Je lève les yeux au ciel et malgré la douleur de mon épaule j’empoigne le mécanisme et je le tourne en criant légèrement sous la douleur. Je dois refaire le geste deux fois avant que la porte cède et s’ouvre enfin ! Je reste méfiant, serrant bien mon arme puis, j’entre doucement. Aucun bruit, juste le noir encore et toujours, néanmoins, je remarque une chaîne au mur quand je m’approche, je sens une douleur aiguë m’irradier l’épaule et tout mon bras. Je tombe à genoux alors que mon arme me lâche des mains, toutefois, je m’en passe et arrête le deuxième coup ! Ma main attrape le morceau de ferraille puis, d’un mouvement expert, j’empoigne mon agresseur. Cependant quand mon regard croise les yeux océans de la jeune femme, je lâche mon emprise. Elle me fixe un moment avant de me reconnaître. Je le vois, son regard passe de la peur au soulagement.

_ Excuse-moi… réflexe. Soufflais-je en reposant ma main valide son mon épaule qui me fait souffrir.

Elle ne paraissait pas comme ça mais la blondinette avait de la poigne. Je lui offre un demi-sourire avant d’aller ramasser mon arme. Cette dernière garde le silence, je ne comprends pas alors je me retourne pour l’observer. Elle semble épuisée, ses poignets sont en sang. Elle semble vraiment à bout alors je m’approche, je ne la connais pas vraiment mais elle est importante pour mon frère alors, elle doit être une fille géniale.

_ Je sais que ça n’en à pas vraiment l’air mais je suis là pour te sortir de cet enfer ! Ironisais-je en examinant ses chaînes.
_ Où est Sam ?

Mon regard passe de ses chaînes à ses yeux azur. Où est Sam ? Très bonne question, si seulement je le savais. Etait-il en vie ? Mort ? Non, il ne l’était pas mais ce qui est sûr, c’est que l’enlèvement de Jessica ressemble à un piège, d’ailleurs, il n’y a aucun doute. Mon silence semble alarmer la jeune femme, des larmes roulent avec douceur sur ses joues, je ne veux pas l’alarmer mais ça ne sert à rien de lui mentir !

_ L’explosion nous a séparé, je ne sais pas où il est c’est pour ça qu’il faut que je te détache de ses chaînes.

Tout en parlant, je m’approche du mur examinant les attaches. Ils ont l’air solides et au vu du sang à ses poignets, ils sont bien serrés et aucune épingle ne pourra venir à bout de ses fermetures. Je me gratte le crâne, il n’y a qu’une seule solution, assez périlleuse mais bon, c’est soit ça ou elle reste là !

_ Vous n’auriez pas dû venir, il a tendu un piège, il veut Sam ! Il va le tuer…

Ses paroles me glace le sang mais je garde mon sang froid, je me passe une main nerveuse sur le visage alors que je me penche vers elle. Je la regarde droit dans les yeux, je ne sais pas pourquoi je vais faire ça mais je n’aime pas la voir ainsi…

_ Sam sait se défendre, cet abruti n’arrivera pas à l’avoir ok ! Sammy est plus malin et bien plus futé ! Et pour le moment, je vais t’enlever ses saloperies ok ?

Je ne la lâche pas des yeux, elle semble dévastée, ses nerfs semblent sur le point de la lâcher mais elle tient bon et fini par me faire un léger signe positif de la tête. Là, j’avale difficilement ma salive, car oui, je le pense ce que je lui ai dit mais les humains sont de vraies putains d’épines ! Un monstre suit un schéma bien distinct mais un psychopathe non ! Alors oui, j’ai vraiment de quoi m’inquiéter pour Sammy mais je n’en fais rien paraître devant Jess…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maya
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Julie
Age : 30

MessageSujet: Re: "Thinking of you" {AU} ~ Maya   Mar 18 Mai - 14:22

Chapitre 12 : Espoir retrouvé…

Quand ce fumier est venu et a téléphoné à Sam, j’en suis restée paralysée. J’ai fermé les yeux et j’ai prié pour que je me réveille, j’ai souhaité que tout ceci ne soit qu’un cauchemar mais non, la porte a claqué, il est parti et moi je tressaille en laissant mes larmes couler à la suite des unes des autres. Sentir sa main toucher ma joue, rien que d’y repenser me donne un frisson horrible sur toute mon échine. Je ne pourrais pas dire combien de temps je suis restée recroquevillée sur moi-même mais à un moment donné, les larmes ne veulent plus sortir, non, je suis restée à fixer le sol me posant tout un tas de questions. Puis, je me suis réveillée, j’ai été prise de panique, je tourne en rond, assis, debout, à somnoler, merde, pourquoi moi ? Ah oui, parce que Sam est parti, parce que Sam m’a fait du mal ! Non mais franchement, pourquoi a-t-il fallu que je tombe sur un taré comme ça ? Ok, voir Sam me lâcher m’a fait mal mais je ne veux pas le voir mort, je ne veux pas voir ce fou s’en prendre à lui. Alors, je rumine, je tourne en rond, mon regard se pause partout, je tire sur mes liens, je crie sous la douleur mais non, je suis toujours prisonnière de ces fichues chaînes. Alors, je me laisse tomber au sol me prenant la tête entre les mains, je suis au bord de craquer, néanmoins, je n’ai pas le droit, pas encore, je vais sortir d’ici vivante enfin, c’est ce que je veux croire mais mes chances sont très infimes. Pourtant, pourquoi pas ? Je peux très bien me défendre, alors à ce moment, mon regard se pause sur une tuyauterie assez usée. Je me relève et avance jusque là, j’examine un peu mieux la ferraille. Elle est rouillée et un pan est déjà bien détaché.

Je reprends de l’aplomb, je ne sais pas depuis combien de temps je suis dans cette pièce lugubre et humide mais je vais m’en sortir. Oui, je vais réussir à me libérer, il n’aura pas Sam de toute façon, il est loin, très loin d’ici et ce n’est pas ce fichu appel qui changera quelque chose. Non, Sam a fait une croix sur moi, il n’a jamais rappelé alors ce n’est pas avec cet appel qu’il viendra !

En pensant ceci, je tire de toutes mes forces sur la barre, cette dernière bouge dangereusement mais tient encore, toutefois, je n’abandonne pas et au bout de quelques tentatives, la tuyauterie se casse et je me retrouve avec une barre de fer entre les mains ! Je reste à la fixer quelques secondes me demandant ce que je dois en faire ! Après tout, ok j’ai ça mais à quoi peut-elle bien me servir ? Cependant, je n’ai pas le temps d’y réfléchir d’avantage que j’entends un grand boom qui fait vibrer les murs. Là, je reste figée quelques secondes, que veut-il dire ce bruit ? Que se passe-t-il ? Je retiens ma respiration durant un moment, guettant le moindre bruit mais rien, seul le silence pesant voir inquiétant. Je me reprends et stupidement je tape sur mes chaînes avec la barre de fer avec un léger espoir de les casser. Mais après plusieurs coups sans résultat j’abandonne, il faut autre chose ! J’en ai ras le cul, merde, pourquoi moi ! Pourquoi ce taré s’est intéressé à moi ? Je suis une fille comme toutes les autres…

Soudain, j’entends un bruit, puis d’autre, je me tourne vers la porte, la manivelle tourne, mon cœur cogne durement contre ma poitrine, revoilà le taré, cette fois, je ne vais pas le manquer ! Quitte à crever ici, il y restera avant moi ! Je serre les dents, j’empoigne avec force le morceau de tuyau et je me positionne près de la porte, dans l’ombre, là où il ne me verra pas ! Qu’il entre, je l’attends de pied ferme, ce fumier a voulu me piéger, il va voir de quoi je suis capable. Je retiens ma respiration, le regard viré sur la porte, mes mains sont moites, mon cœur tambourine fortement mais je prends sur moi et j’observe l’homme entrer. A peine a-t-il fait un pas dans la pièce, que je sors de ma cachette criant de colère tout en abatant mon arme de fer sur lui. J’y mets toutes mes forces, toute ma colère. Je le vois tomber à genoux et lâcher son arme, je préfère garder la mienne mais malheureusement quand je souhaite réitérer mon coup, il m’en empêche. Un cri de stupeur sort de ma gorge alors qu’il m’empoigne violement, je reste à le fixer mais je fronce les sourcils en voyant ce visage. Ce n’est pas lui, ce n’est pas ce fumier mais… cet homme ne met pas inconnu. Il me lâche et je frotte légèrement mon cou alors que son visage me réapparaît dans mon appartement, un sourire espiègle, un regard brillant ! Non... Je dois me tromper, il ne… le frère de Sam ne peut pas être là. Néanmoins, la peur laisse place au soulagement, et quand je l’entends vaguement s’excuser, je reste à l’observer n’y croyant pas. Il m’offre un léger sourire alors qu’il récupère son arme. Pourquoi en a-t-il une ? Je reste interloquée, je suis surprise de le trouver là, après tout, je… je pensais que Sam avait fait une croix sur moi, qu’il avait refait sa vie mais… mais si son aîné est ici lui aussi doit être là ! Oh mon dieu, Sam ! C’est lui que ce fumier veut avoir.

J’entends à peine la voix de cet homme, mon regard se pose dans ses prunelles vertes, la peur me fait trembler, je n’en peux plus mais peu importe, je ne suis plus seule même si j’aurais souhaité ne jamais voir débarquer Sam ici. Car si Dean est là, lui ne doit pas être loin alors, hésitante, je lui pose cette simple question… « Où est Sam ? » Où était-il pourquoi n’avait-il pas franchi cette porte, était-il mort ? Est-ce que ce psychopathe l’avait eu ? Oh oui, la peur, l’angoisse s’emparent de moi, surtout quand les yeux émeraude de cet homme perdent encore un peu de leurs éclats ! J’aurais voulu voir ce sourire, ce même sourire lors de notre première rencontre mais non, à la place j’ai un visage fermé, tendu, inquiet ! Puis, il scrute mes chaînes, allait-il me répondre ? J’allais répliquer quand il ajoute ne pas savoir où il est, qu’une explosion les a séparées.

J’avale difficilement ma salive, un nœud se contracte au creux de mon ventre, merde, une explosion, c’est donc ça que j’ai entendu, c’est pour ça que cet homme en face de moi a une mine effroyable ? Et Sam là-dedans ? Est-il en vie ? J’essai de respirer calmement, de ne pas paniquer, rester droite, ne pas paniquer sinon… sinon, je serai bonne à rien. Je dois l’avertir, je dois faire quelque chose… alors je me mets à parler, la voix tremblotante, un peu trop aigue à mon goût mais je dois lui révéler que ce fumier en avait après Sam ! Et qu’il doit partir l’aider et non s’occuper de moi ! Mais à la place, il me scrute intensément, cet homme me donne la chair de poule mais en même temps, il me rassure. Des larmes se remettent à couler sans que je ne le veuille mais peu importe, Dean me dit de ne pas m’inquiéter, ok mais je ne lui promets rien. Pour moi Sam reste en danger, et je le vois bien, lui aussi est inquiet mais nous irons plus vite à me sortir de là, plutôt qu’à bavarder.

Je reste donc silencieuse, l’examinant, son épaule semble dans un sale état et je ne peux pas m’empêcher de m’en vouloir. Après tout, le coup que je lui ai porté n’a pas dû améliorer son état mais malgré cela, il reste stoïque et examine mes liens. Son visage est concentré, et je me demande bien ce qu’il a en tête. Quand je le vois observer son arme puis, mes chaînes, je sais qu’il a une idée mais j’ai peur de la connaître. Néanmoins d’une voix presque inaudible, je souffle son prénom. Ce dernier relève les yeux dans les miens. Il m’observe durant quelques secondes semblant hésiter mais il finit par se rapprocher et d’une voix calme mais déterminée, il me dit ce qu’il en est.

_ Tes liens sont solides mais au niveau de la serrure là… (mon regard suis ses doigts qui me montre la ferraille qui entoure mes poignets), la ferraille est plus fine. Il faut que… je dois tirer à ce niveau pour réussir à te libérer.

Je reste à le fixer ahurie, il veut me tirer dans les poignets ? Au niveau de la serrure mais est-il malade ? Et s’il manque son coup ? D’ailleurs rien qu’à voir l’expression de son visage ne me donne pas envie d’essayer.

_ Et si tu tires plutôt sur la chaîne ? Demandais-je d’une voix lointaine.

Son silence ne me dit rien qui vaille, et merde, pourquoi moi ? Pourquoi ? Je ferme un moment les yeux voulant me contrôler, ne pas craquer, je vais m’en sortir, ce gars a l’air de savoir ce qu’il fait ! Merde, je mettrais ma vie dans les mains de Sam alors pourquoi pas dans celle de son frère ? J’ouvre les paupières, je le fixe un long moment, il semble perdu dans ses pensées, on perd du temps…

_ Vas-y, si tu es sûr de toi vas-y ! Soufflais-je durement.
_ Tu risques de sentir la douleur.

Je le fixe durement ! Comme si je ne me doute pas qu’un tir à bout portant ne risque pas de me faire mal ? Alors pour toute réponse, je m’assois sur le sol et je pose mes bras sur celui-ci lui laissant bien le champ libre.

_ Je ne sais pas pourquoi tu as une arme, je ne sais pas ce que tu fais dans la vie mais si t’es sûr de toi vas-y sinon vas aider ton frère, maintenant !

Mon regard plonge dans le sien, on se jauge un moment, il semble surpris de mon comportement, pas étonnant, entre les larmes, la peur et maintenant ma détermination, je dois faire un jolie spectacle, pourtant, je ne me pensais pas aussi forte et je suis à deux doigts de tomber dans ce gouffre immense mais je tiens bon et quand je le vois acquiescer silencieusement, je ne peux m’empêcher de fermer les yeux respirant calmement. J’entends un déclic, sûrement la sécurité de l’arme, je l’entends vaguement souffler de ne pas bouger, ce que je ne manque pas de faire, pourtant j’ai beau faire, je me sens trembler malgré moi. Les nerfs, je tremble de la tête aux pieds mais peu importe, au moins, je veux tenter de me libérer. Les secondes semblent longues, très longues, je me demande quand va-t-il tirer pourtant, je garde les yeux clos ne voulant rien voir au risque de me terrer dans un coin et de chialer encore.

Soudain, un bruit sourd retentit suivi d’une douleur aiguë qui m’électrise le bras, instantanément, un cri de douleur franchit mes lèvres et je me tords de douleur, je sens la main de l’homme se poser dans mon dos me demandant si je vais bien. Je ne réponds pas, trop absorbée par cette douleur alors je sens sa main m’effleurer le poignet. C’est à ce moment, que je regarde à mon tour, la ferraille a disparu, je suis libre mais à la place, j’ai l’impression que mon bras pèse une tonne, des larmes de douleur coulent sur mes joues et quand mon regard croise celui de Dean, je comprends et je me prépare pour l’autre bras.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maya
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Julie
Age : 30

MessageSujet: Re: "Thinking of you" {AU} ~ Maya   Mar 18 Mai - 14:28

Chapitre 13 : Quand la merde nous tient…


Un grésillement incessant raisonne encore et encore, ce son est perpétuel et continue sur le même ton. Je n’ouvre pas les paupières tout de suite encore trop embrumé pour comprendre où je suis ou savoir ce qui s’est passé. Je reste à écouter ce son encore et encore, puis un bourdonnement fait son apparition ou alors, il était déjà là. Un mal de crâne suit et enfin, je bats des paupières sans pour autant bouger ne serais-ce qu’un seul muscle. Ma vue est floue mais après quelques minutes, je peux observer correctement. Je suis allongé sur le ventre à même le sol, la joue contre le béton, de là où je suis, je ne vois rien à part un tas de débris et un mur. Merde, les derniers événements se remettent en marche ! La musique, Dean qui me crie de ne pas appuyer puis… l’explosion ! Et merde, Dean…

A cette pensée, je me redresse, sûrement trop vite au goût de mon corps qui me rappelle à l’ordre en me faisant gémir. Je pose ma main sur mon ventre, mes côtes ont dû en prendre un coup, le sol tangue dangereusement mais à l’aide du mur, je me redresse plus lentement, une nouvelle grimace et un grognement sortent de ma gorge. Mon regard se pose sur ma jambe, je saigne ! Et pas qu’un peu, fait chier. Je lâche ma main posée sur mes côtes pour l’appuyer contre ma cuisse, un morceau de débris a élu domicile, en serrant les dents, je le retire vivement ! Un nouveau cri et je me laisse glisser contre le mur pour m’asseoir ! Mes mains tremblent, alors que ma main reste appuyée contre la plaie. Je sens le sang couler, je pose mon crâne contre le mur en fermant un instant les yeux ! Cette putain d’explosion m’a bien mis dans le pâté mais merde, je dois me reprendre, je dois retrouver Dean ! En pensant à lui, j’ouvre les yeux et observe un peu mieux les lieux. Je ne le vois pas, il n’est pas là. Puis, je remarque un pan du plafond, il s’est complètement effondré, l’horreur me prend et si Dean est là-dessous ? Non, non, pas ça ! Je sers la mâchoire puis, j’enlève ma ceinture avant de l’entourer avec force autour de ma cuisse. Ce garrot permettra d’arrêter le saignement !

Une fois fait, je souffle un bon coup puis, je me redresse avant de me mettre en marche, Dean n’est pas là alors autant avancer et contourner ce tas de débris ! Qui sait, peut-être que mon frère en fait tout autant ! Pourvu qu’il le fasse….


J’avance sans vraiment savoir où je vais, je n’ai pas retrouvé mon arme alors à part un petit poignard, je n’ai pas grand chose mais peu importe, ce fumier va payer ! C’est sûr, on n'a pas à faire à un putain de démon mais plutôt à un fils de pute qui se prend pour un caïd, fait chier ! Le noir m’entoure, je ne sens pas d’air et la sueur perlent sur mon front, ses putains de vertige ne m’ont pas encore fichu la paix ! J’ai hâte de sortir de cette merde, de régler son compte à cet enfoiré, de retrouver Dean et Jess et de sortir de cet enfer! Mais voilà, on n'a jamais ce que l’on veut alors, je continue à marcher en tanguant légèrement, je me tiens de temps à autre au mur, merde, c’est pas ma première blessure à la cuisse mais celle la, je la sens bien.

Alors que je tourne sur la droite, je ne vois que trop tard le coup venir ! Je me retrouve projeté au sol complètement sonné ! J’ouvre difficilement les yeux mais quand je discerne une nouvelle fois cette forme, c’est pour sentir une douleur aiguë dans les côtes, puis dans l’épaule et encore un dans les côtes ! Putain il est complètement entrain de me tabasser et je ne peux que subir réprimant des gémissements de douleur !

_ Depuis le temps que j’attends ça !

Cette voix je la connais mais pas le temps d’observer, ce fumier re-cogne fortement me faisant tousser et cracher du sang par la même occasion, putain j’ai horreur de ces humains ! Lentement, j’attrape mon poignard et d’un geste rapide, je l’enfonce dans son pied ! Pas de pitié, je l’entends hurler de douleur avant de reculer avec le couteau planté dans sa chaussure. Bien fait pour sa gueule, mais je n’ai pas de temps à perdre, malgré la douleur qui me transperce de toutes parts, je me relève d’un pas incertain, mon regard est légèrement flou mais je reconnais sans problème cette silhouette.

Putain de fumier, la rage boue en moi, je suis peut-être chancelant et j’ai mal partout mais mon regard lui est bien encré sur ce fils de pute ! Dire qu’il était l’un de mes amis, merde, je mettais bien trompé sur son compte. Au moins, j’ai perdu mon couteau mais qu’est-ce que s’est bon de le voir grimacer. Néanmoins son regard noir me dévisageant n’augure rien de bon. Il a une batte de baseball plus mon poignard, super !

_ Pourquoi ? Grognais-je ne comprenant pas pourquoi il s’en est pris à Jess.

Je le vois serrer la mâchoire me fixant avec un regard de psychopathe dire que j’ai traîné de nombreuses heures avec lui sans jamais voir cette facette de lui. Je ne baisse pas mon regard attendant, restant sur mes gardes, il veut ma peau, j’en suis sûr, il s’en est pris à Jess pour m’avoir moi et malheureusement pour lui, il a fait une grave erreur, je suis peut-être amoché mais je l’aurais avant lui.

_ Calme tes ardeurs Sammy !

Je ne réponds pas, comment veut-il que je me calme ? J’ai peur pour mon frère, pour Jess ! Il s’en est pris à ma famille, aux personnes que j’aime alors comment voulait-il que je me calme ? Merde, je pensais qu’il était un ami. Dean avait raison, on ne peut pas faire confiance à beaucoup de personne et malheureusement pour moi, je me suis bien fais avoir.
Alors que je le scrute avec colère, il s’approche en boitant légèrement, un sourire sournois s’affiche sur mes lèvres, ok, je ne suis pas dans la meilleure des positions mais lui avoir planté cette lame dans le pied était vraiment une sensation exquise. Rahhh et le pire c’est que je ne peux pas rééditer mon geste, ce fils de pute a gardé mon couteau et s’approche dangereusement de moi. Et merde, je suis dans la merde et il le voit, il me fixe avec des yeux de fou furieux, un sourire jaune aux lèvres. Jamais, non jamais je ne l’aurais pensé ainsi !

Je tiens à peine debout, le moindre mouvement, me provoque une grimace, la pièce tangue fortement alors comment puis-je faire pour l’éviter ? Pour lui faire mal ? Aucune idée de génie me vient à l’esprit, si Dean aurait été là, ça aurait été plus simple mais voilà, je suis seul et livré à moi-même, je n’ai plus le temps pour réfléchir, Carl est déjà face à moi me menaçant avec ma lame.

_ Tu vas regretter ton geste. Maugréa-t-il en me fixant intensément.

Je ne réponds rien, de toute façon à quoi bon ? Néanmoins, dois-je attendre qu’il attaque ? Ok, je ne tiens pas bien droit sur mes quilles mais tout de même. Alors, je ne réfléchis pas, mes vieux réflexes refont surface et mon poing va s’abattre dans le nez de mon assaillant, celui-ci surpris recule de quelques pas, j’avance vers lui chancelant près à lui en recoller une mais pas de bol pour moi, il a de très bon réflexe.
Sa batte s’abat avec force sur ma tempe me faisant perdre l’équilibre, je suis complètement sonné, un second coup me fait perdre connaissance…


Ma tête me fait mal, mon crâne est envahi par un concert de rock, je n’ouvre pas les paupières immédiatement, préférant rester dans la position où je suis. Je reviens peu à peu à moi tout comme les évènements. L’explosion, Carl… merde, je me suis fait avoir ! J’ouvre les yeux en grimaçant, j’essaie de bouger mes bras mais sans succès ses derniers sont attachés derrière mon dos. Mon regard est assez flou, encore, mais bien vite, je vois un peu plus loin qu’à un mètre devant moi !

Je suis face à un mur appuyé contre l’autre à même le sol, Carl ne semble pas être là, alors, j’observe un peu plus. Cette pièce est étroite et terne. Il n’y a rien, je me demande même à quoi peut-elle servir mais bon, là n’est pas la question. Je remue un peu avant de gémir à cause de ma cuisse et d’autres blessures. Il n’y a pas été de main morte cette enflure. Mon regard se baisse alors sur ma blessure, du sang s’y écoule encore mais d’un coup, je m’en fiche pas mal, elle peut bien saigner, je n’en ai rien à foutre. Je sens mon cœur cogner durement contre ma poitrine, je suis obligé de me contrôler pour reprendre une respiration normale. Merde, merde, merde.

Oui, voilà ce que je pense, un gros merde ! Je n’ose même plus bouger alors que mon regard est focalisé sur ce truc… nan mais quel malade ce mec ! D’ailleurs, il faut que je pense à lui pour qu’il se la ramène avec son rire à la con !

_ Tu ne peux pas savoir ce qu’on peut apprendre sur le net.

Son timbre est calme, je lève les yeux sentant des goûtes de sueur perler sur mon front, je le scrute comme si c’était la première fois que je le vois car oui, pour la première fois je vois son visage.

_ J’en ai une vague idée ! Répondis-je presque inaudiblement.

Après tout, après avoir trouvé tout un tas d’information sur les démons, esprits, non, ça ne me surprend pas de voir cette chose m’entourer le torse, pourquoi pas les explosifs ? Après tout, on trouve tous sur le net même la façon de fabriquer pareil engin alors si en plus vous ajoutez ce genre de mec assez dingue et assez intelligent pour comprendre leur fonctionnement, je ne suis pas surpris mais juste… juste… merde, je me suis fais avoir comme un bleu alors oui, je m’en veux, je suis là pour aider Jess et non pour me faire piéger par une putain de bombe.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maya
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Julie
Age : 30

MessageSujet: Re: "Thinking of you" {AU} ~ Maya   Mar 18 Mai - 14:29

Chapitre 14 : On s’y frotte, on s’y pique…

Jess m’a posé une colle, soit, elle ou Sam ! J’aurais bien foncé pour aller chercher Sam mais voilà, on revient au point de départ et pas sûr que je retrouve mon chemin pour Jess, alors, oui, ma solution est dangereuse mais tant pis, si elle est prête, je tente ! Après tout, la ferraille semble assez épaisse pour lui empêcher toute blessure mais les bleus, ça, elle les aura.

Je ne perds pas une minute, une fois que je la vois prête, j’enlève le cran de sûreté et je tire ! Je l’entends hurler alors, je m’accroupis à ses côtés le cœur battant. Et si je l’ai touché ? Je regarde prestement, et je souffle intérieurement, ça a marché, elle n’a rien même si la balle lui a fait un mal de chien. Elle tremble mais semble tenir le choc vu qu’après quelques secondes, elle positionne son autre bras. Je me relève et tire une nouvelle fois.

Je me demande comment j’ai réussi à garder mon sang froid, après tout c’est Jessica, la fille de mon frangin, j’ai une épaule bousillée, mon frère est porté disparu mais malgré ça je ne tremble pas ! Je peux remercier John pour son entraînement. Ok, ses façons de faire ne sont pas celle d’un père comme les autres mais au moins, dans ses situations, je sais quoi faire, comment agir. Je garde mon sérieux, et je m’abaisse au niveau de la jeune femme qui a ramené ses bras vers sa poitrine. Ça me fait mal de la voir comme ça et si j’aurais le temps, je la laisserais en paix quelques minutes mais voilà, le temps joue contre nous, qui sait ce que ce malade a préparé à Sammy.

_ Jess, on doit y aller.

Je prends soin de ne pas prendre un ton dur mais juste ce qu’il faut pour bien lui faire comprendre. D’ailleurs, je suis soulagé quant elle me lance un regard où je peux lire de la douleur mais elle l’a garde pour elle tout en se relevant. Je passe une main autour de sa taille pour l’aider un peu, elle ne la refuse pas. C’est alors ainsi que nous sortons de cette pièce. Je ne sais pas trop où aller mais je prends le couloir que je n’avais pas emprunté tout à l’heure. Nous marchons en silence et au fur et à mesure, la jeune femme s’est détachée de moi sans pour autant s’éloigner complètement. Sûrement a-t-elle peur, pas étonnant mais je ne dis rien, après tout, je ne la connais pas et puis, Sam occupe une grande partie mes pensées ainsi que cette douleur qui tiraille mon épaule et mes côtes ! Saloperie de bombe.

_ Pourquoi vous… enfin, pourquoi être venus ?

Mon regard se pose sur elle, sa question me prend au dépourvu, depuis tout à l’heure on marche dans le silence et la bing ! Elle me pose une question et attention, ce n’est pas n’importe laquelle. Elle se pose des questions et je la comprends, elle a du cran, elle me regarde de temps à autre dans les yeux tout en continuant sa marche alors j’en fais autant, hésitant de lui répondre après tout, c’est plus le rôle de Sammy mais voilà, c’est moi qui suis avec elle, car lui, il se paye le psychopathe, pourquoi ce n’est pas le contraire ? Autant les fous je sais quoi faire, autant une fille en pleine interrogation… je n’en sais rien ! Sammy, je te maudis !

Je me gratte la tête tout en observant le sol, je sens ses yeux azur me scruter, elle semble nerveuse, veut-elle savoir si mon cadet pense encore à elle ? Ouais s’est sûrement ça mais ce n’est pas à moi de répondre. Alors, je vais doucement, faisant attention à ne pas briser d’œufs.

_ Tu sais… quand Sam a reçu le coup de fils de ce taré… il n’a pas réfléchi, il ne m’a pas laissé le choix…

Je lui jette un regard, je n’ai pas vraiment envie de détailler mais quant elle porte sa vue au loin, ça sent mauvais, je ne l’ai pas aiguisé et elle semble encore plus perdue! Merde, pourquoi je n’ai pas le droit de buter les fesses de ce méchant ? Rahhh ! Ah non, un nouveau regard…

_ Vous n’auriez pas dû… il… pourquoi ne pas avoir appelé la police au lieu de venir avec… avec ça. Souffle-t-elle en me montrant mon arme.

Mon regard se porte de ses yeux à sa main puis à mon flingue. Tu m’étonne que son cerveau boue, on est là, à vouloir la sauver et nous comme des cons, on se fait avoir sans aucune roue de secours. Après tout, les flics nous auraient mis des bâtons dans les roues ou alors, ils n'auraient rien fait.

_ Tu n’as disparu que depuis quoi, un jour. Même Becky ne s’inquiétait pas alors crois-tu que des flics auraient fait quelque chose ? Moi non, alors ces flingues (je lève mon bras en lui faisant un signe de tête) sont nos moyens de protection.

Elle me jauge un moment, là, je pense lui avoir cloué le bec, mais le sujet Sam risque bien de refaire surface mais ça se n’est pas mon domaine, Sammy réglera ses affaires avec elle ! D’ailleurs, je préfère accélérer un peu le pas, passant devant elle, je commence à en avoir assez de tourner en rond ! Il fait sombre, froid et j’en ai tout simplement marre alors que ce dingue se montre pour que je lui règle son compte une bonne fois pour toute.


Quelques minutes passent sans aucun bruit, Jess n’a pas reparlé depuis tout à l’heure et j’en ai été soulagé mais plus j’avance, plus j’ai l’estomac contracté, merde, où est Sammy ! Je n’aime pas ça, vraiment pas. Plus j’avance et plus mon instinct me dit de me méfier, j’observe le moindre recoin, j’écoute le moindre son mais toujours rien. Je fulmine et Jess semble exténuée ! D’ailleurs, je n’ai de cesse de me tourner vers elle, histoire de constater si elle est bien là.

Je commence à avoir les pieds en bouillis quand soudain j’entends des voix ! A cet instant, je me stoppe, la jeune femme me percute légèrement et je lui fais signe de se taire avant qu’elle ne parle. Je tends l’oreille tout en avançant, une fois près du mur, je m’accroupis examinant un trou dans le mur. Ce dernier est assez grand pour y passer, mais une grimace de dégoût peut se lire sur mon visage ! Merde pourquoi, ? J’ai horreur des endroits exigus et les canalisations bien le bonjour, je vais encore en sortir trempé !
Cependant, les voix sont de l’autre côté et mon cœur cognent fortement quand j’entends le timbre de mon cadet, il n’y a pas, il adore me foutre dans des endroits pas croyables.

Alors que j’allais entrer tête la première là-dedans, la voix de Jess m’interrompe, et oui, je l’ai zappé ! Je me tourne vers elle, dois-je la laisser ici ou l’emmener avec moi ? Après tout si ce dingue est de l’autre côté, ici, elle est sans danger.

_ Euh… (elle me demande ce que je fais, pourtant c’est voyant non ?)… on n'a pas 36 solutions, Sam est de l’autre côté et je ne compte pas faire le tour. Répondis-je dans un murmure.

Je la vois se pincer les lèvres gigotant nerveusement, qu’est-ce qu’elle a en tête ? Rahh et puis merde, je n’ai pas le temps pour ses conneries.

_ Je ne t’oblige pas à venir, tu peux rester là, Sam et moi on viendra te rechercher après.

Je la fixe et elle en fait autant, elle semble hésiter, je la comprends mais il faut qu’elle se décide… elle trépigne un peu puis, son visage semble d’un coup déterminé. Elle a vraiment du caractère.

_ Non, je viens, autant en finir tout de suite, aller vas-y, je te suis !

J’acquiesce silencieusement puis, je me glisse dans la canalisation, je garde mon arme d’une main alors que je me pousse à l’aide de mes bras et de mes jambes. Il fait noir, même très noir, j’ai horreur de ça mais je reste focalisé sur Sam ! Le tunnel semble long, j’entends la respiration saccadée de Jessica derrière moi, ça doit bien être la première fois qu’elle se retrouve dans un endroit aussi exigu !
Et enfin, je vois de la lumière, une grille et posée mais à travers je peux voir Sammy. Il est en face de moi et d’un coup je pâlis… je n’aime pas ça et pourtant mon regard ne quitte pas la ceinture qui entoure mon cadet.

Je sers la mâchoire tout en fixant Sam, je ne sais pas combien de temps je suis resté à le fixer mais quand Jess me tape sur les pieds, je reprends mes esprits en lui lançant un regard noir, regard qui d’ailleurs elle me rend ! Je me reporte alors à mon frère et ce dingue. Il est aussi là, juste devant la grille ! Je ne peux pas tirer au risque de me blesser ! Alors je sors mon couteau suisse de ma poche et doucement faisant le moins de bruit possible, j’enlève les quelques vis qui m’empêchent d’ouvrir la grille. Une fois celle-ci enlevée, je reste sans bouger. Le temps que j’ouvre la grille et que je sors de ce trou, qu’est-ce que ce type fera ?

Je tourne mon visage et fixe Jess qui est restée très discrète, elle me scrute tout autant, après tout qu’elle soit là, n’est pas une si mauvaise idée !

_ Je vais sortir, toi tu restes là ok ?

Elle acquiesce silencieusement même si je peux remarquer la peur dans ses prunelles, elle doit me prendre pour un fou mais je le suis peut-être.
Je souffle un bon coup, après tout si j’y vais assez doucement peut-être que ce mec ne me verra pas.

Alors avec tout l’agité que j’ai en stock, je pousse la grille, je remarque que mon frère m’a vu mais il fait comme si de rien, attirant l’attention de son bourreau. J’ai alors le temps de poser la grille en silence et de m’extirper, puis, avec haine, mon flingue se pose sur le crâne du type qui d’un coup ne bronche plus…

_ Surprise ! Lançais-je amèrement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maya
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Julie
Age : 30

MessageSujet: Re: "Thinking of you" {AU} ~ Maya   Mar 18 Mai - 14:30

Chapitre 15 : Un homme, une femme… des retrouvailles mais des adieux ?

J’écoute Carl bassiner des choses sur moi et Jess, dès la première fois qu’il l’a vu, il en est tombé amoureux mais il n’a rien fait par peur d’être rejeté. Je l’écoute sans rien dire, me disant qu’il avait bien fait, qui sait ce qu’il se serait passé sinon ? Puis, il continue avec mon arrivée à Stanford, le jour où la belle Jessica m’a présenté à lui. Ce jour là, il a fait comme si de rien, je m’en souviens, il a été sympathique et nous sommes devenus amis. En réalité, d’après ses explications, c’était juste pour mieux me surveiller, il me guettait. Jess était heureuse alors il a laissé faire puis, j’ai fais un faux pas.

Je suis parti, laissant Jess derrière moi. Mon cœur se serre quand il me parle d’elle et de sa réaction, je le fixe droit dans les yeux mais je me sens coupable, tout ça… tous ce qui s’est passé est de ma faute, Jess en a souffert. Il s’amuse à me faire mal, à prendre les bons mots pour me montrer à quel point, Jess a été anéanti après mon départ. Il m’explique, que s’est à ce moment là, qu’il a voulu se venger et qu’il a mit ce plan en place. Je ne peux m’empêcher de sourire amèrement.

Après tout, peut-être que j’ai fait du mal à Jessica mais en réalité, c’était pour son bien, je suis parti mais… mais si ça n’aurait pas été aujourd’hui, ça aurait été demain. Alors oui, ça fait mal mais s’était nécessaire et ce que ce dingue a entrepris par la suite est complètement stupide ! Il veut la venger, elle, en s’en prenant à moi ? Quel idiot…

_ Pourquoi ris-tu ?

Il a une voix dure mais mon sourire se fait plus large, il est tellement plongé dans ses plans qu’il a oublié un détail.

_ T’es qu’un cinglé ! Soufflais-je amusé.

Cette remarque me vaut un gros coup de poing mais peu importe, ça fait du bien ! Dire qu’il a été un ami ! Ah ! Je me suis vraiment fait avoir et maintenant je suis dans une très mauvaise position, je ne sais pas comment me sortir de là, alors autant, lui dire ces quatre vérités.

_ Tu peux me frapper, ça ne changera en rien le fait que t’as oublié un truc ! Ironisais-je en reportant mon regard dans ses yeux.

Ce dernier les plisse sous l’effet de la colère, je peux le voir, il enrage, il se croit parfait, il croit avoir pensé à tout mais voilà, je m’amuse à le contredire.

_ Tu ferais mieux de la boucler, ce n’est pas moi qui est relié à une bombe !

Touché ! D’ailleurs mon sourire perd de son atonalité mais bon, une bombe ce n’est pas rien ! Néanmoins, mon regard est attiré derrière Carl, une grille, ça bouge derrière. Et à cet instant, mon sourire réapparaît, Dean n’est pas mort ! Dean est bel et bien vivant ! Tout espoir n’est pas perdu. Alors, je saute sur l’occasion pour attirer toute l’attention de ce taré !

_ Je suis peut-être attaché à une bombe mais pour quelqu’un qui a mis tant de temps à vouloir venger la femme qu’il aime et qu’au final il s’en prend à elle, je trouve ça… ironique ! Je me demande comment elle va te voir maintenant ? Sûrement en un gars complètement taré !
_ La ferme Sam !

Roohh ! J’ai mis en colère le grand méchant loup ! D’ailleurs dépêche-toi Dean ! Aille ! Je commence à en avoir plein les fesses de me prendre des coups de poings ! Allez encore un… je m’apprête à en recevoir un autre quand soudain Carl se stoppe avec un air entre colère et peur. Je redresse alors le visage et je vois Dean, le visage fermé, le regard déterminé. Ça c’est mon grand frère de Batman ! Vos mieux que je garde cette pensée pour moi.

_ Hey ! T’en à mis du temps ! Ronchonnais-je.

Ce dernier me fixe un moment, je remarque bien cette lueur d’inquiétude en voyant la bombe mais je ne dis rien, puis, il m’adresse un de ses sourires made in Dean avant d’ajouter…

_ Tu te rouilles Sammy ! Franchement, ce mec ?! Comment t’as pu te faire avoir ?

Je lui adresse un vague sourire, non mais franchement, il devrait se regarder dans une glace, avec la tête qu’il se paye, je suis sûr qu’il se serait aussi fait avoir. Néanmoins mon attention se retourne sur Carl, ce dernier a retrouvé un sourire de psychopathe, j’ai envie de l’étriper mais je ne peux pas !

_ Si j’étais vous, je ne me sous-estimerais pas.

Je n’aime pas ça et Dean non plus car à peine a-t-il lancé cette phrase, qu’il lui écrase violement la crosse de son revolver sur le crâne. Carl s’effondre de tout son long sur le sol ! Alors que Dean et moi, on se jauge avec inquiétude.

Il reste à me scruter un moment, aucun mot, je sais ce qu’il pense mais il se reprend assez vite et vient me détacher, il utilise alors mes liens pour attacher ce cinglé. Je me relève lentement, grimaçant aux moindres mouvements, puis, une voix me fait tourner le visage, mon cœur cogne durement contre ma poitrine, cette voix je la connais. Dean… Dean l’a-t-il trouvé ? Quand je croise son regard azur, je reste interdit, ne bougeant plus, ne respirant plus. Elle en fait autant, on reste simplement à se fixer.

Elle est toujours aussi belle, même avec des heures de sommeil en moins et des saletés dans les cheveux. Alors à ce moment, je lui offre un sourire timide après tout, comment va-t-elle réagir. Dès larmes sont prêtes à glisser sur ses joues mais elle semble les retenir. Je m’avance alors vers elle doucement quand d’un coup je pense à la bombe. Je ne veux pas la remettre en danger… néanmoins, elle, elle s’approche…

_ Tu devrais rester loin de moi ! Soufflais-je le cœur serré.

Je la vois froncer les sourcils puis, ses larmes quittent ses yeux pour couler sur sa peau. Ayé, elle a vu ! Toutefois, elle se rapproche, j’aimerai l’arrêter mais j’ai tellement rêvé de pouvoir la resserrer dans mes bras, de pouvoir re-goûter à ses lèvres ou tout simplement la revoir, que je ne fais rien.

Une fois à ma hauteur, je n’ai pas le temps de réagir que je sens mon visage faire un quart de tour. Ma joue me pique et je mets un laps de temps à comprendre que c’est elle qui m’a giflé. Je replonge mon regard dans le sien voulant comprendre.

_ Tu l’as bien mérité ! Souffle-t-elle d’une voix rauque.

Je ne peux pas m’empêcher de sourire, elle a raison, je l’ai mérité…

_ Je suis vraiment déso…

Je ferme les yeux, sentir ses doigts sur mes lèvres me procure une sensation de bien être, il y a tellement longtemps que je n’ai pas ressenti ça. J’essaie de garder cette sensation, le plus longtemps possible mais je finis par ouvrir les paupières alors qu’elle me demande de me taire. Je lui obéis, me noyant dans ses prunelles, le temps semble soudain très long, du moins, jusqu’à ce que j’entende un raclement fort sur ma droite.
On se tourne sur Dean, ce dernier semble toujours inquiet mais comme toujours, il prend les choses en main.

_ Tu devrais partir Jess, on… enfin…

Il se gratte la tête, je ne pense pas qu’il peut m’enlever cette chose, putain, je vais crever à cause d’une bombe. Jess semble complètement tétanisée, elle scrute mon frère durant de longues secondes avant de se retourner vers moi. Malgré la bombe, elle se rapproche et pose ses mains sur mes joues. Encore une fois je ferme les yeux face à cette sensation merveilleuse. Elle m’a tellement manqué.

Je sens ses lèvres près de mon oreille et quand je l’entends murmurer d’une voix tremblante de sortir vivant de cette histoire, je me pince les lèvres. Puis, mes yeux ne lâchent pas ses pupilles. Nous restons ainsi durant quelques secondes avant qu’elle se penche sur mes lèvres me les effleurant avec tendresse. Je reste interdit un instant avant de répondre à son étreinte. Ce baiser restera à jamais gravé dans ma mémoire, alors quand elle s’éloigne un peu de moi, je sens mon cœur voler en éclat. Et si je la refais souffrir ?

Alors qu’elle marche vers la sortie, je sens la main rassurante de mon aîné sur mon épaule, il est silencieux et je l’en remercie mais la vache ! Qu’est-ce que ça fait mal !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maya
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Julie
Age : 30

MessageSujet: Re: "Thinking of you" {AU} ~ Maya   Mar 18 Mai - 14:31

Chapitre 16 : A bout de nerfs…


Je dois rester bien sagement dans ce trou à rat, super et lui qu’est-ce qu’il fait en attendant ? Il menace Carl de son flingue ? Non franchement super, je me mets toujours dans des situations pas possibles. Néanmoins avoir le frère de Sam avec moi me rassure, il semble si… si sûr de lui, j’ai l’impression que faire ces choses, il en a l’habitude. Pourtant c’est absurde. Dans tous les cas, il me rassure même si pour mes questions, il ne se mouille pas. Je sais grâce à lui que Sam s’est précipité ici. Pourquoi ? Peut-être, parce qu’il tient toujours à moi ou alors, c’est juste la peur ? Enfin, je ne sais pas, je ne sais plus quoi penser. Je croyais le connaître et du jour au lendemain, il est parti. Je pensais aussi connaître Carl mais en réalité, c’est un cinglé ! Je devrais peut-être faire plus attention aux personnes qui m’entourent, faire un entretien de passage par exemple.

J’observe ce qu’il se passe, je sursaute alors que Dean frappe violement Carl, ce dernier s’effondre et je me surprends à penser que c’est bien fait pour lui. Puis, Dean détache Sam, voyant que l’accès est sans danger, je sors de cet endroit qui me fiche la chair de poule. J’ai besoin de voir Sam de plus près, de voir s’il va bien, si ce fou ne lui a pas fait mal. Alors une fois sur mes jambes, je le fixe soufflant son prénom. Mon cœur cogne fortement, je tremble légèrement et enfin… enfin depuis plusieurs mois je l’ai en face de moi. Je peux l’admirer, lui sourire, le prendre dans mes bras. Il est là, ce n’est pas un rêve ni un mirage. Des larmes essaient de s’échapper mais je les retiens comme je peux. J’hésite à faire le premier pas, après tout, il est parti, il m’a quitté !

Alors quand je le vois avancer, mon cœur fait un bon, toutefois il s’arrête alors je vais pour le rejoindre mais je me stoppe quand il me demande de rester là où je suis. Ne veut-il pas de moi ? Ne m’aime-t-il plus ? Pourtant ça façon de me scruter… mes pensées se stoppent, j’arrête de respirer, je ne vois que cette chose, et la peur me prend. Mes larmes s’échappent et dans mon crâne raisonne sans arrêt… « Oh mon dieu ». Non, Carl n’a pas pu lui faire ça, cette bombe ne peut pas être une vraie. Il ne peut pas mourir, je ne veux pas le reperdre une seconde fois, je ne le supporterais pas. Mon cœur ne pourrait pas se recoller une seconde fois. Il vient juste de le faire et encore mais là… non, non Sam… je ne peux pas le voir partir, pas comme ça, pas par ma faute !

Alors, peu importe ses avertissements, je fais les derniers mètres qui nous séparent, il est parti, j’ai déjà vécu une fois l’horreur sans lui alors je refuse de le voir mort ! Je refuse qu’il me quitte une seconde fois. Je refuse d’être loin de ses bras. Alors pour toute cette douleur, pour ces longs mois sans lui, je lui envoie une gifle, c’est plus fort que moi, elle est partie toute seule, j’en avais besoin. Et là, je le lui dis, il l’a bien mérité, il m’a quitté pour Dean, je le conçois mais son explication n’était pas complète et cette fois, il ne partira pas avant de me dire la vérité ! Néanmoins, quand je l’entends vouloir s’excuser, je le stoppe. Je ne veux pas de ses excuses, pas maintenant. Pour le moment, il doit penser à lui et à cette chose attachée à lui.

Le voir fermer les yeux face à mon geste me procure une sensation de bien être, il tient encore à moi, ça se voit alors pourquoi ? Ça me fait plaisir mais dans un sens, ça me fait mal car je ne comprends pas son choix. Je reste à le scruter et il finit par en faire autant. Je me perds dans son regard, il y avait tellement longtemps que je n’ai pu observer son visage, ses traits. Mais toute bonne chose à une fin et cette fois, c’est Dean qui la stoppe en raclant fortement sa gorge. Je lui jette un œil alors qu’il me demande de partir. Il est mal à l’aise, il a peur pour la vie de son cadet. Je ne souris pas, je ne peux pas le rassurer car moi-même j’ai peur pour mon homme. Alors, même si pour lui, il n’y a plus rien entre nous, je m’approche de ses bras, je me mets sur la pointe des pieds lui soufflant aux creux de son oreille de rester en vie. J’ai besoin de lui, je ne veux pas l’enterrer. Je le fixe un moment, puis, je pose mes mains sur ses joues, et mes lèvres se collent avec douceur sur les siennes. J’espère qu’il répondra à mes avances et j’ai peur qu’il ne fasse rien cependant, il y répond et mon cœur se met à battre à tout rompre alors que le baiser s’enflamme un peu plus.

Puis, je le lâche dans de douces caresses, cet homme est celui de ma vie, jamais, non jamais je n’ai ressenti ça pour quelqu’un. Il m’a fait mal une fois mais j’ai espoir que tout rentre dans l’ordre, tout doit rentrer dans l’ordre. Je lui offre un dernier sourire, alors que mes larmes coulent toujours. Je me tourne vers Dean et là, je lui fais bien comprendre de prendre soin de lui, de ramener son frère sain et sauf !

Puis, je leur tourne le dos, je ne peux pas supporter de rester là sans rien faire, sans pouvoir aider un peu plus Sam mais bon, j’y connais rien en explosif et je ne sais pas si Dean si connaît plus mais question armement, il a l’air alors peut-être… peut être que Sam est entre de bonnes mains.

Quand je passe à côté de Carl, je me stoppe, je reste un instant à fixer la porte devant moi, puis, je regarde mon ami, enfin ancien ami. Il voulait me venger non mais franchement certaine personne ont vraiment des grains. Alors je m’approche de lui, il semble revenir à lui, Dean l’a bien attaché alors sans aucune hésitation, je lui colle mon poing dans le nez. J’y ai mis toutes mes forces et je peux sentir une douleur électrique circuler dans mes phalanges mais putain, qu’est-ce que ça fait du bien. Je lui lance un regard noir alors qu’il fait une grimace de douleur, je lui offre un sourire froid…

_ Sale connard…

Et là, je lui balance mon pied là où je pense, je l’entends gémir de douleurs et là, juste à ce moment je reprends mon chemin vers la sortie sans prêter attention aux commentaires de Dean.


Une fois dans le couloir, je recule de la porte me mettant sur le côté. Cet endroit ressemble à tout les autres, lugubre, humide. Là, je m’appuie contre le mur me laissant glisser, je me rends compte de tout ce qui s’est passé depuis mon enlèvement et là, mes larmes glissent toutes seules encore et encore, je sens ma respiration devenir saccadée alors que j’entoure mes bras contre mes genoux que j’ai ramené contre ma poitrine. J’ai retrouvé Sam, il semble heureux de me revoir, il semble encore m’aimer alors pourquoi était-il parti ? Pourquoi n’avait-il donc pas répondu à mes appels ? Et pourquoi avoir répondu à celui là ? Merde, il est attaché à une bombe à cause de moi ? Il est dans cette situation simplement à cause de moi. Et s’il mourait ? Et si… Et si… oh mon dieu.

J’essaie de reprendre mon souffle, mais seul des gémissements sortent de ma gorge, je craque, oui, je craque encore une fois. Je suis crevée, j’ai mal un peu partout et surtout, surtout, mon cœur s’est re-ouvert, ma douleur saigne encore et encore et tout ça à cause de Sam. Il m’a tellement manqué et là… Et là à cause de ce fumier, il peut mourir ? Non, non, je ne pourrais pas le supporter, je ne pourrais pas le perdre. Et pourtant, je reste là, assise à même le sol, à chialer après un amour qui était fini. Après tout, même s’il s’en sort est-ce qu’il restera avec moi ?

Non, je ne devais pas me faire de faux espoir, il allait sûrement repartir avec Dean je ne sais où à faire je ne sais quoi mais merde, qu’est-ce que ça peut faire mal.

Je ne pourrais dire combien de temps il s’est écoulé depuis que je suis sortie mais un bruit sourd suivi de tremblements violents me font sursauter, mon regard se porte vers la porte qui est sorti de ses gonds, de la fumée sort de la pièce et là, l’horreur me prend, je reste paralysée quelques secondes avant de me relever et de me précipiter dans la pièce.
La fumée me brûle l’oesophage mais j’en ai rien à foutre, je dois trouver Sam… il ne… non…

_ SAM !

Pas de réponse, la fumée ainsi que la poussière m’empêchent de voir correctement mais ça ne m’arrête pas, je défais des débris, je crie son prénom encore et encore et tout d’un coup, je me stoppe… une main. Mon cœur cogne, encore et encore, mes membres tremblent violement mais je me jette au côté de ce corps enlevant les débris qui le recouvrent et là, je le reconnais… une main se porte à ma bouche alors que je vois son visage ensanglanté…

_ Sam ! Murmurais-je en le secouant voulant le réveiller.

Il ne peut pas mourir, après tout, la bombe ne l’a pas déchiqueté alors… alors peut-être était-il vivant. Je me repris et d’une main tremblante, je pose mes doigts sur sa carotide, mon visage se fait blême très blême même… je ne sens rien…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maya
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Julie
Age : 30

MessageSujet: Re: "Thinking of you" {AU} ~ Maya   Mar 18 Mai - 14:32

Chapitre 17 : On ne devrait jamais s’amuser à copier Sergent Riggs.

Je suis assez mal à l’aise, après tout, je prends exprès tout mon temps pour attacher ce mec mais Jess et mon frère restent à se fixer dans le blanc des yeux. Font chier, j’ai horreur d’être la troisième roue du carrosse. Je reste à fixer ce Carl pendant quelques secondes, j’ai bien serré ses liens, puis n’y tenant plus, je me redresse et avance près des tourtereaux, je les observe un moment mais ils ne réagissent pas alors, je me fais entendre en me raclant la gorge fortement. Chouette ça, ça marche néanmoins, je suis assez mal à l’aise de mettre fin à ces retrouvailles, je sais que Sammy l’aime mais bon, je dois bien voir cette bombe de plus près et il est plus prudent pour la jeune femme de s’éloigner de lui.

Toutefois, une grimace de dégoût se dessine sur mon visage quand je vois ce moment de tendresse entre eux ! Rah ! Font chier, pourquoi je n’ai jamais de belle demoiselle en détresse moi ? Après tout c’est moi qui l’ai sortie de là, j’aurais pu mériter un baiser ! Non, non… c’est la copine de mon frère alors stoppe les plans dragues ! Elle est prise.
Une fois qu’elle le lâche, je remarque son regard, je comprends ce qu’elle me dit et elle peut compter sur moi, de toute façon, Sammy a toujours été important pour moi, même si c’est un vrai casse bonbon mais voilà, c’est mon frangin et ce n’était pas une putain de bombe qui allait le tuer.

Je l’observe partir, puis, je me tourne vers Sam lui posant une main rassurante sur l’épaule, je sais qu’il a peur, qu’il a mal et si on s’en sort, je n’ai aucune idée de ce qu’il fera mais je pense… enfin, ça serait égoïste de ma part de le garder près de moi, une solution doit exister alors, Jess et lui, s’étaient peut-être possible.

Un bruit sec me fait faire demi-tour, de peur que se soit le cinglé qui se libère et s’en prenne à Jess mais ce que je vois me fait faire des yeux ronds alors qu’un sourire amusé se dessine sur mes lèvres. La blondinette a du peps ! Waouh, le mec est complètement sonné ! Oh Ouille !!!! Alors là, je ne voudrais pas être à sa place, rien que le fait de le voir aïe, j’imagine rahhh !!!! Pourquoi les filles frappent toujours dans les bijoux ?? Rahhh ! J’adore cette fille…
Je repose alors la main sur l’épaule de mon frère, lui offrant un sourire franc et enfantin et là, d’une voix joyeuse…

_ Pourquoi je ne l’ai pas rencontré avant toi ? C’est une vraie bombe !

Sammy m’offre un sourire amusé, je peux très bien comprendre à travers, je traduis… « désolé Dean, mais, elle est à moi »… ouais ben ça je l’avais bien remarqué, sinon, elle m’aurait au moins offert un câlin pour me remercier de ne pas lui avoir tiré dans les bras mais non, rien, nada, que dal ! Néanmoins, je reprends mon sérieux, et je me penche vers la bombe…

_ Hey, Dean… fait pas n’importe quoi… ok ?

Je me redresse et lui fais fasse, fais pas n’imp ! Il en a de bonne lui, je ne suis pas un démineur moi, je suis un chasseur alors je ferais comme je peux ! Comme si j’avais besoin de pression en plus ? Merde ! Je le fixe un moment avant de me re-pencher vers la bombe, il veut que je lui dise quoi ? T’inquiète pas mec, j’ai la situation en main ? Je ne peux pas, ça serait lui mentir !

_ Ne bouge pas !

Ouais ça, c’est plus approprié mais la tension monte, j’essaie de ne pas trembler alors que je touche mon frère. Je ne suis pas un expert en bombe mais j’en ai déjà vu quelques-unes, ou faite. Même si j’évite cette tactique là, trop bruyante et bien trop explosif. Alors j’observe, j’examine le moindre détail et au fur et à mesure, la sueur perle sur mon front ! Fait chier.
Je me redresse et me passe une main nerveuse sur le visage évitant de regarder mon cadet ! Et là, là, j’entends ce fumier, ce connard rire à plein poumon ! Il ce fout de notre gueule et ça en est trop !

Je lâche, je me précipite vers lui, j’arme mon flingue, le tirant avec violence vers moi alors que je lui colle mon fusil sur la tempe ! Je vais lui faire passer son envie de rire !

_ Vas-y rigole encore et tu vas avoir un putain de trou dans le front !

J’étais à bout, mon doigt appuie déjà sur la détente quand soudain, je sens les mains de Sam se poser sur mon bras. Je lui lance un regard, pourquoi veut-il l’épargner ? Ne voulait-il pas le tuer quelques heures plutôt ?

_ Il n’en vaut pas la peine Dean.
_ Il t’a piégé !

Je lui fais de gros yeux mais il me tient tête, alors je souffle un bon coup agacé ! Merde, il fait chier ! Pourquoi il me fait toujours ce regard de chien battu ? Je serre la mâchoire puis je finis par lâcher ce fumier. Ce dernier m’offre un sourire de victoire mais cette fois, je ne me retiens pas et je tire dans sa putain d’épaule ! Je ne peux peut-être pas le tuer mais lui rendre la monnaie de sa pièce ça oui !

Je le vois grimacer et là, c’est moi qui lui offre un sourire franc avant de me tourner vers Sam. Ses bombes sont très instables, et je n’ai pas vraiment les bonnes connaissances. Et si je n’y arrive pas ?

_ Vous n’y arriverez jamais !

Je ferme les yeux, je suis à deux doigts de lui foutre une balle entre les deux yeux mais les mains de Sam sur mes épaules m’apaisent légèrement et quand j’ouvre les yeux, il me scrute intensément.

_ Fais ton possible ok, de toute façon, on n’a pas le choix…
_ Non, on ne l’a pas.

Non, soit Sam explosait dans quinze minutes, et oui, ce Carl a foutu une minuterie sur sa fichue bombe, putain quinze minutes… je dois me secouer les puces. Ce n’est pas ce bâtard qui va la désamorcer pour nous. Je souffle un bon coup, puis, je me mords la lèvre.

_ Ok Sam….

Je me penche une nouvelle fois sur la bombe alors que je sors mon couteau suisse, merde, j’ai l’impression de me retrouver dans l’arme fatale, le rouge ou le bleu ? Et merde, et si je coupe le mauvais ? Calme-toi prend ton temps, je souffle un bon coup, le temps passe et j’ai beau trifouiller encore et encore je ne sais pas quoi faire. Sam ne bouge pas, il ne parle pas, j’ai l’impression qu’il appréhende, qu’il espère un miracle, mais je ne suis pas ce qu’il pense. Je n’ai pas de super pouvoir, je ne suis pas Batman mais juste un mec paumé qui ne sais pas quoi faire pour sortir son cadet de ce mauvais pas ! J’essuie la sueur sur mon front, il reste 7 minutes et merde le temps passe vite. Et puis merde !

Sur un coup de tête je prends les fils que je pense être bon, puis, je les coupe nets, j’entends mon frère me demander ce que je fais alors que je viens à peine de couper les fils retenant mon souffle… mes yeux regardent la montre et là, je suis pris d’horreur…

_ Et merde !

Je ne prends pas de gant, je coupe les liens de la ceinture alors que je la balance loin de nous criant à mon frère de courir… sur ce coup, j’ai joué au con… l’onde de choc me balance quelque part, je n’ai pas le temps de réagir que je tombe dans l’inconscience…


*********

Un bruit sourd, une douleur instance dans tous mes membres, j’ai du mal à revenir à moi mais une voix qui crie le prénom de Sam m’oblige à ouvrir les paupières, je vois flou et le noir m’entoure, je bouge les bras, un gémissement se meurt dans ma gorge. Mais j’en fais abstraction, seul Sam compte, j’enlève ce qui me recouvre et malgré ma vision floue et ses putains de douleurs, je me redresse lentement, alors que j’essaie de me mettre sur mes pieds, je retombe à genoux, j’essaie de respirer calmement mais je n’y arrive pas, j’ai du mal, quelque chose m’empêche de bien respirer, merde, ça attendra. Je me redresse en grognant, avançant comme je peux… puis, je me laisse tomber au coté de Jess. C’est là, que je vois Sam, du sang recouvre son visage, merde. Je passe ma main sur mon visage quelque chose coule dans mes yeux, c’est chaud et épais, je ne cherche pas à savoir ce que c’est quand je remarque Jess devenir blême. Je fixe sa main sur sa carotide…

_ Non…

Je pose une main de l’autre côté, appréhendant, je retiens ma respiration une longue minute quand enfin je sens un pouls… il est faible mais il est là. Je tourne mon regard vers Jess…

_ Il est en vie… appelle les secours.

Ouais, car moi, je suis sur le bord de tomber, je ne tiens plus d’ailleurs je me sens à peine tomber au coté de Sammy… j’ai du mal à respirer. Merde, le noir m’entoure une nouvelle fois alors que j’entends la voix angoissée de Jess m’appeler…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maya
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Julie
Age : 30

MessageSujet: Re: "Thinking of you" {AU} ~ Maya   Mar 18 Mai - 14:43

Chapitre 18 : Face caché de Dean…

Trois semaines, trois et longues semaines à être assise sur cette chaise, dans cette chambre d’hôpital qui sent l’éther à plein nez. Je n’aime pas cet endroit mais avec le temps on si fait. Alors chaque jour, chaque heure, je le passe ici, dans cette chambre pâle. J’essaie de la rendre un peu plus chaleureuse, l’illuminer un peu avec ma présence ou des fleurs. J’ai espoir que ça le ramène par ici mais apparemment, ce que je fais n’est pas assez, alors, je lui parle, je lis pour lui. Je l’observe dormir. Mais, chaque moment, chaque seconde passée avec lui, à le scruter, mon cœur se sert, il éclate encore et encore petit morceau par petit morceau. Je trouve ça complètement débile, c’est peut-être d’ailleurs pour ça que j’ai si mal.

Je suis là, à son chevet, jours après jours, alors que, quoi… 3 mois auparavant, il m’avait quitté ? Soit, je suis débile ou alors je l’aime. Et je sais que c’est la seconde raison qui me pousse à être ici chaque jour à veiller sur lui. Je l’aime et j’ai besoin qu’il se réveille, j’ai besoin de le revoir rire aux éclats, de voir cette lumière dans ses yeux quant il me regarde. J’ai besoin de savoir si ce dernier baiser voulait dire quelque chose ou si simplement s’était un baiser d’adieu. J’ai besoin qu’il sorte de ce coma, j’ai besoin de ses bras, j’ai tout simplement besoin de lui mais est-ce qu’il reviendra à lui ? Après tout, ça fait trois longues semaines que je pleure tous les soirs dans mon lit de peur de le perdre et pourtant, le lendemain je suis ici et j’essaie d’être la plus forte possible, pour lui, pour son frère.


Ce jour là, j’ai eu peur, ça me hante encore, je n’aurais jamais pensé Carl comme ça, mais ce qui est fait est fait. Je dois ma vie à Dean et Sam, alors, quand j’ai vu ce dernier au sol couvert de sang, j’ai cru que mon cœur allait s’arrêter mais son aîné est arrivé, il était blanc, tremblant et il m’a dit ces mots. Juste ces quatre mots : « il est en vie » et là, oui là, j’ai pu souffler. Mais la seconde suivante l’angoisse a refait surface, j’ai peur pour lui mais j’ai pris sur moi, je ne voulais pas les quitter, le quitter mais je me suis mise à courir et au bout de quelques minutes, j’ai atterri dans la bibliothèque du campus, complètement désorientée, j’ai crié qu’on appelle des secours, je pleurais mais j’ai tenu bon, les secours sont arrivés, ils les ont trouvé et ils les ont sorti de là.

Et me voici là, aujourd’hui, dans un fauteuil inconfortable à tenir la main de mon beau brun. Il a encore quelques cicatrices, la jambe dans le plâtre mais ses blessures guérissent peu à peu avec le temps, il n’aura plus de séquelle exceptée… non, il va se réveiller, il ne peut que se réveiller. Je sens une larme glisser silencieusement sur ma joue, je l’essuie avec ma main alors que je peux très bien sentir mon cœur se serrer une nouvelle fois. Je commence à avoir l’habitude, depuis que Sam est dans cet état, il me joue ce tour ! Allez que je te fais mal, j’adore te piquer une aiguille dans le cœur et la tourner dans tous les sens. Cependant, plus les jours avancent et plus je ressens un trou se former. J’ai retrouvée Sam mais on me l’a une nouvelle fois enlevé.

La vie est injuste, trop même mais on est bloqué ici à faire avec ce que l’on a. D’après Dean, Sam va s’en sortir, il a vu pire. Je sais… qu’il me dit ça pour me rassurer mais je le vois bien dans ses yeux. Je ne suis pas dupe, il a peur lui aussi et puis, je ne vois pas ce qu’il aurait pu vivre de pire. A moins que… à moins que c’est cette part d’ombre que je ne connais pas, le point pour lequel, il m’a quitté.
J’ai essayé de questionner Dean mais il évite toujours le sujet, j’ai l’impression qu’il ne veut pas me le dire même s’il le voudrait. Il préfère sûrement que Sam prenne son courage à deux mains et me le dise lui-même mais voilà, pour ça, il faut qu’il se réveille.

Alors que j’observe Sam en pensant à tout un tas de trucs, je ne peux m’empêcher de sursauter légèrement en sentant une main se poser sur mon épaule. Je me tiens le cœur en me tournant vers le jeune homme qui venait de s’excuser. Je lui offre un maigre sourire en lui signifiant que ce n’était rien. Après tout, j’étais perdue dans mes pensées. Il me rendit mon sourire et s’installe en face de moi jetant un œil sur son frère.

Il a eu un peu plus de chance que Sam, bon, son foie s’était perforé à cause d’une côte mais tout s’était bien déroulé, d’ailleurs je m’étonne de le voir ici tous les jours depuis qu’il a quitté sa propre chambre. Les médecins voulaient le garder encore quelques jours mais lui non, ça me surprend de voir ce lien entre eux, du moins cette façon que Dean à de surveiller son frère. Il est toujours là, faisant abstraction de ses propres douleurs, je le vois bien, il est exténué. Pourtant, dans un sens, je suis heureuse qu’il soit là, les premiers jours n’ont pas été simples. Il était bien amoché mais tout de suite en me voyant, il m’a rassuré sur Sam. Les médecins ont été obligés de lui révéler son état.

En trois semaines, j’ai bien appris à le connaître, c’est un chic type, marrant, il aime Sam et ça, ça me suffit pour l’aimer lui et lui faire confiance. Néanmoins, je le rappelle à l’ordre de temps en temps, il est encore convalescent et ce n’est pas en restant ici 24 heures sur 24 qu’il s’en remettra. Il m’a fixé d’un regard dur et déterminé mais je n’ai pas lâché prise alors il a fini par aller se reposer. Ça m’a rassuré, après tout comment réagirait Sam si son frère était mort ? Alors autant empêcher ça. Les médecins, lui ont bien dit de se reposer alors, j’essaie tant bien que mal d’appliquer cette règle.

Les minutes passent sans qu’aucuns de nous parlent, à quoi bon ? Mon regard dévie de Sam à Dean. Il a l’air exténué, je suis sûr qu’il n’a pas dormi, je n’aime pas son teint blanc mais bon, ces derniers temps, ce n’est pas la joie de vivre et puis son épaule à l’air de le faire souffrir.

Je suis restée sûrement trop longtemps à l’observer puisqu’il me jette un regard et voilà qu’on se fixe mutuellement. J’aimerais qu’il me parle de cette part d’ombre mais je suis sûr qu’il esquiverait encore une fois.

_ Quoi ? Demanda-t-il intrigué.

Je reste à l’observer un instant, puis, je jette un regard sur Sam avant de plonger mes yeux dans ses prunelles. Après plusieurs tentatives, changeons là…

_ Je sais que… enfin… je sais que tu ne me révéleras rien sur cette part d’ombre qui vous enveloppe, je me doute… je me doute que c’est à Sam de me la révéler. Tu as sûrement peur qui le prenne mal quand… (je jette un regard sur Sam qui semble si paisible, mon cœur éclate encore une fois, creusant un peu plus ma douleur. Je me mords un moment la lèvre avant de me reprendre…) quand il se réveillera mais si… s’il ne veut rien me dire ? S’il repart avec toi sans que je sache je… je ne pourrais pas supporter Dean, j’ai besoin de cette vérité.

Je sers la main de Sam, mes larmes se sont remises à couler, à croire que ces derniers temps, je me suis transformée en fontaine mais j’ai besoin de parler, de lui révéler une partie de mes craintes car oui, je ne suis pas complètement idiote, si Sam s’en sort, il repartira sûrement, il me laissera encore seule et pour supporter ça, cette fois, j’ai besoin de plus, bien plus qu’un simple désolé. Je veux la vérité…

Dean reste à me fixer, il semble triste lui aussi, son silence me fait mal, j’en ai marre de cette situation, j’en ai assez de rien pouvoir faire. J’ai besoin d’être rassurée, de savoir que quoi qu’il arrive quelqu’un me révèle cette chose qui m’oblige d’être loin de la personne que j’aime. Et la seule qui puisse faire ça, c’est lui, c’est Dean !

_ Je… comme tu le dis, je ne suis pas celui qui doit te le révéler. Je…

Il se stoppe et je reste à le fixer fronçant les sourcils pour essayer de comprendre, je le vois se passer une main sur le visage, il est nerveux et hésitant mais il reprend… ça me rassure.

_ Je suis bien placé pour savoir ce qu’il se passe quant on révèle cette part d’ombre… ça… ça ne c’est pas passé comme je l’aurais espéré alors… en ce qui concerne Sammy et toi… je… je ne peux rien faire, c’est à lui de décider.

Je me mords la lèvre en baissant les yeux. Je suis déçue, ce n’est pas la réponse à laquelle je m’attendais mais bon, il a l’air mal à l’aise et je ne lui en veux pas, néanmoins ça me fait mal quand même. Le silence reprend sa place initiale et bizarrement cette fois, j’ai l’impression qu’il me comprime alors pour y échapper, je préfère en savoir plus…

_ Si je ne suis pas trop indiscrète, qu’est-ce qui s’est passé… quand tu as révélé votre secret ?

Oh oui, je préfère de loin ça, que ce silence pesant et puis, ça me permet dans savoir plus sur lui et sur cette affaire. J’espère qu’il en dit un peu trop s’en le vouloir ce qui me mettrait sur la piste. Mais ma question le trouble, son regard est posé dans le vide perdu dans ses souvenirs, je n’aurais pas dû… j’allais lui dire de laisser tomber quand il reprit la parole d’une voix presque inaudible…

_ C’était la première fois que je ressentais ça pour une fille… tu vois les trucs d’amours et tout le reste… d’habitude je ne m’accroche pas mais avec elle, j’ai été pris dans ses filets. J’ai fini par lui dire et…

Je l’écoute en silence, je l’avais bien cerné comme un garçon qui aime s’amuser avec les filles, alors quant il me révèle ça, le début de cette histoire, je trouve ça mignon mais la suite semble moins belle à entendre le son de sa voix et son regard. D’ailleurs il ne tarde pas à baisser les yeux en continuant…

_ et… elle ne m’a pas cru, elle m’a pris pour un dingue…

Il plante son regard dans le mien, je ressens bien sa douleur, cette histoire lui a fait mal, après tout, il n’est pas homme à s’attacher et la première fois qu’il le fait, il s’est fait mal alors je peux comprendre qu’aujourd’hui, il ne s’accroche plus, je peux très bien le comprendre…

_ Elle a fini par me larguer alors… je suis parti.

Son histoire est triste, je me surprends même à verser quelques larmes, il devait vraiment l’aimer pour s’ouvrir ainsi à elle, d’ailleurs ça me surprend qu’il s’ouvre à moi. Mais derrière son histoire, je comprends une chose, je comprends, mieux pourquoi il veut que se soit Sam qu’il me l’avoue, il a peur que je prenne son frère pour un fou. Pourtant, j’ai du mal à le croire, jamais… non jamais je ne pourrais laisser Sam partir. Non pas une nouvelle fois.

_ Je suis désolée pour ce qu’il t’est arrivé… je comprends que tu as peur que je réagisse pareille avec Sam mais… après ces mois sans lui, je ne pourrais pas le quitter. Je l’aime, je l’aime même si c’est un agent double, un militaire, un voyou. Je ne sais pas qui vous êtes réellement mais ce que je ressens pour lui, ça ne changera pas. Je ne dis pas que la femme que t’aimais, ne ressentait pas la même chose que toi mais… après ces mois sans lui, plus ce qui s’est passé dans le sous-sol de la bibliothèque crois-moi, je suis prête à encaisser alors s’il te plait… même si toi tu ne veux pas, essaie de parler à Sam, essaie de le convaincre de me parler, j’en ai réellement besoin… ne serais-ce juste pour avancer et me faire une raison.

Je reste à le scruter, le suppliant d’un regard larmoyant, il reste à me fixer, je vois qu’il réfléchit, il regarde son frère puis moi. J’espère qu’il va accepter, je l’espère vraiment.

_ Ok… mais quand Sam décide quelque chose, c’est dur de lui faire changer d’avis. Ironisa-t-il légèrement.

Je me mis à sourire nerveusement, que ça faisait du bien à entendre, cet homme était vraiment un homme en or. Je lui offre un sourire avant d’ajouter amusée…

_ Oh oui, je m’en souviens…

Nos regards se croisent un instant, je le remercie pour ce qu’il me fait, pour sa présence, pour être aussi bienveillant avec son cadet mais aussi avec moi. Je ne le connaissais pas mais je comprends que Sam l’aime autant, j’ai rarement vu un homme comme ça.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maya
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Julie
Age : 30

MessageSujet: Re: "Thinking of you" {AU} ~ Maya   Mar 18 Mai - 15:07

Chapitre 19 : Des questions sans réponses…


Les jours se ressemblent encore et encore, pourtant, sous les conseils de Dean, j’ai repris les cours. Même si juste, le fait de marcher seule dans la rue me fiche la trouille mais bon, Carl est mort et j’espère qu’un second fou n’existe pas, du moins, pas pour moi. Ce matin, je commence un peu plus tard, j’aurais bien aimé aller voir Sam dont l’état n’a pas changé. Mon espoir de le revoir me sourire part peu à peu et mon cœur en subit les conséquences. Dean a beau me répéter, qu’il va s’en sortir, j’ai bien l’impression qu’il perd lui aussi espoir après tout, cela fait sept semaines qu’il est dans cet état.

Parfois je me demande comment j’arriverais à m’en remettre, est-ce que l’espoir même minime me quitterait après plusieurs mois ? Que deviendrait Dean ? Je n’en ai aucune idée et franchement, j’essaie d’y penser le moins possible. Je suis entrain de préparer mon sac quand mon téléphone sonne, comme à chaque fois, je m’y précipite dans l’espoir que se soit de bonne nouvelle. Quand j’entends Dean à l’autre bout, mon cœur cogne durement contre ma poitrine, et ses mots raisonnent dans ma tête encore et encore… « il est réveillé »… Oh mon dieu ! Fini l’attente interminable, fini les nuits blanches à pleurer. Il est sorti du coma. Je lui réponds un simple « j’arrive » avant de raccrocher. Je pris mes clefs et en un rien de temps, je suis arrivée à l’hôpital.

Je franchis les portes en courant, j’entends à peine les infirmières me demander de ralentir l’allure que je l’ai déjà dépassée. J’ai besoin de le voir, de l’entendre, de voir de mes propres yeux qu’il est sorti d’affaire. Quand je suis près de sa porte, je vois Dean appuyé contre le mur, je cours jusqu’à lui, le souffle court, il lève son regard vers moi m’offrant un sourire… un de ses sourires qui vous fait sourire, il a les yeux éclatant, jamais, non depuis cette histoire jamais je ne l’ai vu sourire ainsi….

_ Alors c’est vrai ? Demandais-je n’arrivant toujours pas à y croire.
_ Ouais, il s’est réveillé cette nuit, j’ai eu le temps de lui parler, il a l’air d’aller bien, engourdi mais il est réveillé. Sourit-il.

Je me mords la lèvre n’y croyant pas, j’allais le voir, lui parler, oh mon dieu et s’il… Et s’il ne veut pas me voir ? Je perds de mon sourire alors que mon regard se pose sur la porte. Je sens les mains de Dean se poser sur mes épaules et instantanément mes yeux se posent dans son regard émeraude.

_ Le médecin est avec lui pour le moment et je me doute que tu te demandes comment Sam va réagir…

J’ouvre la bouche pour parler mais il me fait signe de me taire alors, je l’observe intriguée, il semble vraiment avoir repris du poil de la bête, je ne l’ai pas vu aussi… aussi heureux depuis… en faite, je ne l’ai jamais vu ainsi.

_ Crois-moi, il sera heureux de te voir, je lui ai dit que t’avais toujours étais là, que tu étais à son chevet, ça l’a plutôt surpris, si tu veux mon avis… il pense qu’il te mérite pas, il sait qu’il t’a fait du mal… et il s’en veut. Alors merde fonce, dis-lui ce que tu as sur le cœur, il te mérite, il mérite cette vie et je ne l’empêcherais pas de l’avoir. S’il souhaite rester avec toi, il restera et j’espère réellement qu’il décidera ça !
_ Dean…

Je suis touchée par ce qu’il vient de me révéler, j’en ai des larmes aux yeux, ça me touche réellement, profondément, merde ce mec est vraiment un ange, dommage qu’il se perde dans ce mec de dur à cuir. Il m’offre un sourire gratifiant et je finis par me jeter dans ses bras en lui soufflant un merci. Puis maladroitement je me défais de ses bras ayant oubliée son épaule fragile.

_ Désolée.
_ C’est pas grave… je vais aller me chercher un café.

J’acquiesçais-je en l’observant s’éloigner au même moment, le médecin de Sam sort de la chambre, il m’explique qu’il n’a subi aucune séquelle, qu’après des séances de rééducation tout devrait rentrer dans l’ordre. Je le remercie puis, hésitante, j’entre dans la chambre. Je scrute la pièce avec timidité avant de le voir lui… Sam, il a les yeux clos, il doit sûrement dormir alors j’avance en catimini m’installant sur ce fauteuil inconfortable, l’observant avec amour.


===================


Je marche le long du couloir me disant que j’ai pris la bonne décision, après tout, j’ai appris à la connaître, à l’aimer. Jess est vraiment incroyable, c’est une jeune femme intelligente et brillante, je suis sûr qu’elle peut digérer le fait que nous sommes chasseurs, j’en suis convaincu. Alors merde, j’espère vraiment que Sam restera avec elle, qu’il fondera une famille et qu’il laisse tomber ce monde noir. Moi et papa on est déjà dans cette vie de merde alors qu’il reste en dehors de ça, qu’il vit sa vie.

J’arrive devant la machine à café, j’introduis les pièces en observant ce truc qui me donne un de ces cafés dégueux mais peu importe, Sam et Jess ont besoin de parler, j’ai conseillé à Sammy de lui révéler ce que nous faisons, que Jess est là pour lui et qu’elle l’aime. Il a semblé septique alors je ne sais pas trop ce qu’il compte faire. Il est comme John, c’est fou comme il lui ressemble.

En pensant à mon paternel, je me passe une main lasse sur le visage, je m’inquiète, il n’est même pas venu pour Sammy. Il n’a pas décroché à mes appels. Putain, si je l’aurais eu en face de moi à cet instant. Il devait être sur une piste, sur les traces de ce qui a tué maman mais merde, pourquoi nous oublier dans la foulée ? Sam a failli y rester.
Je m’assis sur l’une des chaises, le regard dans le vide, je n’ai pas spécialement envie de reprendre les routes seul, je n’aime pas me retrouver seul mais… je serais égoïste de priver Sammy de cette vie, de la même vie que j’aurais aimé avoir. Alors oui, malgré mon envie de rester près de mon cadet, je lui ai dit de reprendre ses études que je pouvais très bien me charger de John tout seul, que je le tiendrais au courant à chaque fin de chasse. Je lui ai caché cette douleur que je ressentais, je ne voulais pas lui montrer que ça faisait mal. Je suis heureux pour lui mais l’un n’empêche pas l’autre.

Je porte le gobelet à mes lèvres buvant ce liquide dégueulasse mais bon après plusieurs semaines dans cet endroit, je commence à m’habituer à ce goût. J’espère que Jess va réussir à le garder auprès d’elle, il sera beaucoup plus heureux avec elle qu’avec moi. J’ai bien vu que durant ces mois séparés à sa belle, il n’était pas bien, je le voyais dans ses yeux. Il s’était voilé la face et puis merde, personne ne veut devenir un chasseur et s’il envoie Jess sur les roses, c’est moi qui lui botterais les fesses. Ok, je ne veux pas me retrouver seul mais son bonheur passe avant mes désirs. Ouais, mon choix était fait, Jess était la fille qui lui fallait, j’ai appris à l’aimer alors qu’il fonce…


===================


J’ouvre les yeux doucement, je me suis sûrement assoupi depuis un petit moment car quand j’ai fermé les yeux, le médecin était là et maintenant… maintenant, il y a la plus belle de toutes les créatures. Je reste à la scruter, détaillant le moindre de ses traits, gravant son visage dans ma mémoire. Elle m’a tellement manqué. D’après le doc, j’ai été dans le coma, ce dont je me souvenais, était la bombe et l’explosion après… le noir. Aujourd’hui, je suis engourdi mais ça va. D’après Dean, Jess a toujours été à mon chevet jour après jour.
Ça m’a surpris, après tout, je l’ai quitté sans une réelle explication, par ma faute un malade s’en est pris à elle alors pourquoi, pourquoi je mérite autant de sa part ?

Encore une fois, j’ai eu la réponse par mon frère, elle m’aime… Dean me parlait d’histoire d’amour, j’ai dû manquer beaucoup de chose en sept semaines, d’ailleurs Dean semble beaucoup apprécier la jeune femme. Ça me touche qu’ils s’entendent aussi bien mais… c’est plutôt étrange. Après tout, entendre mon frère me dire que Jess souhaite tout savoir sur nous, sur ce qui m’empêche d’être avec elle et après l’entendre, me dire que je dois lui révéler que nous sommes chasseurs me surprend. Dean est du genre fermé, ne rien dire, obéir au doigt et à l’œil de John alors, le voir, me dire ces choses m’a touché mais il m’a aussi troublé.

Il semble heureux pour moi, il m’a même conseillé de rester avec elle, de vivre une vie normale mais lui dans tout ça ? Il se retrouverait seul, seul à affronter ces monstres ! Je ne peux pas, John est aussi mon père, le démon qui a tué notre mère fait aussi parti de mon histoire alors pourquoi devrais-je leur laisser le boulot et ne pas y prendre part ? Ah mais oui, car d’après Dean, j’ai Jess. Oui je l’aime, oui, j’aimerais me marier, avoir des enfants avec elle mais je dois être réaliste, je ne peux pas vivre ainsi alors que mon frère et mon père sont en danger ! Je ne le peux pas ! Néanmoins, je n’ai rien dit de tout cela à Dean.
Après tout, je peux toujours y réfléchir, déjà est-ce que je dois révéler à Jess notre monde ? Est-ce qu’elle ne me prendrait pas pour un dingue ? Est-ce que je ne lui ferais pas peur ?

Mon cerveau ne va pas tarder à exploser si je continue comme ça, dire que j’ai juste posé mon regard sur elle, elle ne tarde pas à m’offrir un sourire éclatant alors qu’elle lance un « hey ». Je lui rends son sourire n’arrivant pas à la quitter des yeux. Je suis sensé lui dire quoi ?

_ Merci. Soufflais-je simplement.

Elle entrelace ses doigts aux miens, je reste à scruter sa main hésitant, devais-je répondre à cette étreinte ou mettre de l’espace entre nous ? Et puis merde… mes doigts se resserrent sur les siens alors que je la fixe de nouveau. Elle m’offre un sourire éclatant comme rassurée que je fasse ce geste envers elle…

_ Pourquoi me remercies-tu ? Demande-t-elle en m’observant avec des étincelles dans les yeux.
_ Pour avoir gardé un œil sur mon abruti de frangin ! Ironisais-je.

Elle ne peut s’empêcher de rire, un de ses rires qui m’emplissent le cœur de joie, j’adore la voir sourire ainsi, elle est si belle. Et merde, comment je vais pouvoir faire un choix ! Dean ou Jess ? La chasse ou une vie banale ?

_ Ton frère peut parfois être génial, c’est vraiment un ange quant il le veut.

Je reste à la scruter surpris, je suis d’accord avec elle mais qu’elle est réussie à cerner aussi bien Dean, après tout, ils ont passé plusieurs semaines ensemble et soudain cette perspective m’inquiète. Qu’est-ce que cet abruti a bien pu lui dire son mon compte ?

_ Quant il ne fait pas son idiot, oui ! Acquiesçais-je néanmoins.

Elle m’offre un sourire avant de s’approcher de mon visage. Je l’observe en silence, sentant mon coeur battre la chamade, elle me scrute tout autant, puis ses lèvres se posent sur les miennes, elle m’embrasse avec douceur et j’y réponds avec joie, ce baiser ne dure pas très longtemps mais… mais il est parfait. Dean a raison, je l’aime, elle m’aime, je lui dois bien une explication claire et nette.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maya
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Julie
Age : 30

MessageSujet: Re: "Thinking of you" {AU} ~ Maya   Mar 18 Mai - 15:09

Chapitre 20 : Garder le secret ou révéler la vérité ?


Après tous ces mois séparés, les blessures, voilà que son regard n’a pas changé, il est toujours pareil. Un peu perdu dans ses pensées mais, il est bel et bien sorti d’affaire, il a répondu à mon étreinte et à mon baiser. Peut-être… oui peut-être va-t-il rester à mes côtés, peut-être ne va-t-il pas partir. Non, je ne dois pas me faire de faux espoirs, je me le suis promis. Je reste à l’observer un sourire aux lèvres, il semble hésiter alors, je le laisse réfléchir. Je me contente de le scruter encore et encore, n’y croyant pas, pourtant, il est bien réveillé.

_ Jess…

Il a toute mon attention, il semble hésiter, veut-il me parler de nous ? De cette chose qu’il me cache ? Est-ce que Dean a réussi à le convaincre ? Oh mon dieu, mon cœur bat tellement fort, j’ai peur car à cet instant, mon avenir va se mettre en jeu… Je sais qu’il y a de forte chance pour que je me retrouve seule mais bizarrement, moi, je ne vois pas ma vie sans lui. Comment pourrais-je aimer un autre homme après lui ? Après avoir goûté à ses bras, à ses lèvres, aux timbres de son rire, de sa voix ? Oh mon dieu, non, je ne peux plus me passer de lui, ces mois ont été si horribles et aujourd’hui, aujourd’hui, je me sens revivre, fini d’être un zombie qui essaie de reprendre sa vie en main, non aujourd’hui je suis heureuse, il est en vie, je lui tiens sa main, je l’ai avec moi alors s’il vous plait ne m’enlever pas ce bonheur.

_ Je… je te dois une explication.

Il se mord la lèvre, j’aurais trouvé ce geste super hot si, si je n’étais pas aussi stressée, j’ai raison, il est prêt à parler et maintenant… maintenant, j’appréhende mais je lui fais signe de continuer.
Il se redresse légèrement, il m’observe un long moment, il doit sûrement penser au bon mot, je commence en avoir assez, depuis le temps que j’attends après ses réponses !

_ Je… je ne voulais pas te faire du mal… je t’aime Jess, je t’ai toujours aimé…

Je ne l’interrompe pas, je reste simplement à le scruter le cœur lourd, ne comprenant pas, car s’il m’a toujours aimé pourquoi est-il parti ?

_ Mais… quand j’ai vu Dean débarquer… quand je suis parti avec lui et ensuite revenu chez nous. Je… je me suis posé des questions… je me suis demandé si… si rester près de toi n’était pas une erreur.

Là, je fronce les sourcils, entendre ça me fait mal, pourquoi serais-je une erreur ? Je ne suis pas si chiante à vivre et s’il m’aime ? Non, franchement je ne comprends pas alors je garde mon calme, je ravale mes pensées et j’attends qu’il continue.

_ Comme tu le sais, mon père a disparu, on ne sait pas où il est…
_ Il n’a même pas eu la décence de venir te voir alors que tu étais dans le coma ! M’écriais-je héritée.

Oui bon, là, je l’ai coupé mais c’est plus fort que moi, merde, c’est son père, n’aurait-il pas dû venir au chevet de son fils ? Il n’a même pas répondu aux coups de fils de Dean. J’ai bien remarqué cette lueur dans le regard de l’aîné, j’ai bien vu que ça lui a fait mal et quand je lui posais une question. Il m’évitait en répondant que leur père était beaucoup occupé. Mon cul oui ! Leur père est indigne, il aurait dû venir à son chevet et prendre soin de son fils au lieu de laisser ce boulot à son aîné !

Toutefois, je remarque que ma soudaine animosité envers son père le surprend, il m’observe avec une drôle de lueur, puis il baisse les yeux et là, je m’excuse. Quelle idiote, pourquoi je l’interrompe alors qu’il essaie de tout me déballer ?

_ Tu as raison… mais… (il fait une légère grimace à laquelle je ne comprends pas le sens)… il a sûrement ses raisons et je… je ne lui en veux pas.

Là, je fronce les sourcils, alors que mon regard le transperce, comment pouvait-il lui chercher des excuses ? J’allais une nouvelle fois répliquer quand il lève une main pour m’arrêter…

_ Laisse-moi t’expliquer s’il te plait.

Je me mords la lèvre, je suis assez mécontente mais je prends sur moi et le laisse finir… calme-toi Jess….

_ Il n’est pas le meilleur des pères, ça je te l’accorde mais… il n’est pas non plus un père ordinaire. Tu vas sûrement me prendre pour un dingue mais… mais Dean a raison, je pense que tu peux savoir la vérité, comprendre pourquoi j’ai fais le choix de m’éloigner de toi plutôt que rester ici avec toi.

Il m’observe avec intensité que j’en reste interdit, voilà le temps venu, il va enfin s’ouvrir à moi. Je ne réponds rien, resserrant mes doigts aux siens, je suis prête à entendre ce secret, je suis sûr de pouvoir l’encaisser, depuis le temps que j’attends après. Je le vois prendre une grande inspiration puis, d’une voix calme, il commence, évitant bien mon regard…

Il commence son récit alors qu’il n’a que six mois, là, j’apprends que sa mère s’est fait tuer, son père l’a retrouvé au plafond, saignant à l’abdomen. Déjà rien que ça, me laisse sans voix mais je le laisse finir écoutant un à un ses histoires. Il me parle de démon, fantôme, loup-garou. Tous des mythes qu’on raconte aux enfants pour leur faire peur mais qui d’après lui, existent bel et bien. Son père après la mort de leur mère les a ballottés ville après ville. Dean a comme boulot de le surveiller et de prendre soin de lui. Alors que John chasse les démons.

Ils ont grandi dans cet univers, ils ont appris à leur tour à devenir chasseur, puis, ils ont secondé leur père. La vie n’était pas rose et un jour, il en a eu marre, il s’est engueulé avec son père, ce dernier lui a crié de ne plus revenir s’il passait le pas de la porte. Il a hésité quelques secondes pensant à son frère qui n’a pas réagi mais il a fini par la claquer et sans se retourner et il est venu à Stanford, là où il m’a rencontré. Le reste, je le connais enfin presque.

Il m’explique que quant il a revu Dean, c’était pour retrouver John, il était sur la piste d’une dame blanche mais une fois sur place, il avait déjà disparu, après l’affaire, il est revenu mais il s’inquiétait pour son frère. Il a vu que vivre seul comme ça, ce n‘est pas pour Dean, il le connaît, et je dois dire que je le vois moi-même mal sans Sam. Alors, il a dû faire un choix entre moi et lui et… malheureusement pour moi, Dean l’a emporté.

Des larmes coulent silencieusement sur mes joues, car je comprends que s’il n’était pas parti, Dean aurait été mort à l’heure qu’il est par un Wendigo, je ne sais même pas ce que sait. Enfin bref, maintenant, voilà qu’il me dit que son père est sûrement au trousse de la chose qui a tué leur mère, d’où la raison de son absence.

Il a enfin fini son histoire et moi… Moi je reste à le fixer sans réagir. Me dit-il la vérité ? Ou… comment cette histoire peut-être réelle ? C’est complètement absurde. C’est… non, pourquoi me raconterait-il ça si ce n’est pas vrai ? Je le vois baisser le regard alors que je ne réagis pas. L’histoire de Dean me revient alors en mémoire, la fille qu’il avait aimée, ne l’a pas cru, elle l’a jeté. Oh mon dieu, est-ce que je suis prête à en faire autant ? Est-ce que ça, ce n’était pas absurde ? Merde, après tout, je suis restée sept semaines à son chevet alors… alors oui, pourquoi me mentirait-il ? Après tout, ça expliquerait l’assurance de Dean au sous-sol, ça expliquerait ses flingues ! Oh mon dieu, les… les esprits, les démons existent réellement ?

_ Oh…

Voici, le seul mot qui sort de ma bouche, et au son de ma voix, ses prunelles scrutent les miens avec angoisse. Je reste à le fixer silencieuse, puis, je me lève de ce fauteuil inconfortable pour m’asseoir à ses côtés, mes mains caressent ses bras remontant jusqu’à son visage. J’ai dans mes bras un homme complètement fou, et moi… moi je suis aussi dingue que lui. Je suis prête à le croire, je suis prête à avoir pour petit ami, un chasseur.

_ Je… je te… je te crois Sam. C’est assez dingue mais... mais ça expliquerait pas mal de chose.

Oui, j’ai encore du mal à le croire réellement mais je sais que je l’aime, et, je sais aussi qu’il n’inventerait pas une histoire aussi farfelue pour rompre avec moi. Il n’est pas de ce genre alors oui, je dois me faire une évidence, les monstres existent. Je lui offre un sourire timide alors qu’il me fait de grands yeux, il ne me croit sûrement pas. Je pose alors mes lèvres sur les siennes, entamant un baiser doux, devenant de plus en plus tumultueux. Je sens ses bras m’encercler et là, à cet instant je me sens bien…. Merveilleusement bien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maya
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Julie
Age : 30

MessageSujet: Re: "Thinking of you" {AU} ~ Maya   Mar 18 Mai - 15:10

Chapitre 21 : Les dernières cartes sont posées sur la table…

Il m’a fallu encore plusieurs semaines avant de pouvoir sortir de l’hôpital. Mais les jours passent vite. Dean est presque constamment avec moi et quant il n’est pas là, Jess le remplace. J’ai eu peur de sa réaction vis-à-vis de la chasse, elle m’a même surprise sur la façon dont elle a réagi. Elle l’a plutôt bien accepté, moi qui pensais qu’elle m’aurait prise pour un fou ! Je me suis bien gouré. Bon au début, elle était encore méfiante, hésitante, se demandant si réellement s’était vrai mais aujourd’hui, elle me croit. Bon, à mon avis, si elle voit un esprit de ses propres yeux, elle serait plus sûr d’elle, moins à se dire, qu’elle croit des fous. Mais jamais je ne la laisserais approcher de ce monde. Jamais.

Les derniers jours ont été parfaits, j’avais Jess, j’avais mon frère, pas obligé de faire un choix tout de suite, du moins, c’est ce que j’ai décidé mais le temps m’a rattrapé car oui, aujourd’hui, je sors de l’hôpital, aujourd’hui, je vais devoir faire un choix. Choix que Jess a déjà voulu connaître mais que j’ai bien sagement évité de lui révéler car je n’en sais rien. Dean me dit de rester avec elle mais je ne suis pas dupe, il peut me dire qu’il s’en fiche de chasser seul, moi je sais la vérité et puis, je serais plus rassuré d’être avec lui. Néanmoins, laisser Jess ici seule, ça me déchire le cœur.

Je pousse un soupir alors que je rejoins la sortie, mon frère m’attend dans sa Chévy, je regarde cette carrosserie un moment. Cette voiture, c’est le bébé de mon frère, il ne pourrait pas vivre sans elle, ou alors, elle lui manquerait cruellement, moi avec Jess c’est pareil ! Je ne sais vraiment pas quoi faire et voilà que je compare la femme la plus belle du monde à une voiture. Je souris légèrement avant d’ouvrir la portière et d’entrer dans ce tas de ferrailles.


=*=*=*=*=*=

Quand je vois Sam entrer dans la voiture, je sais que c’est le moment de jeter les dernières cartes. Je vais le conduire à Jessica et là, il devra faire un choix, choix qui j’espère lui conviendra à lui tout comme à Jess. Je ne veux pas qu’il le regrette, je ne veux pas être un poids mort pour lui alors il a vraiment intérêt de rester avec cette fille géniale ! Il n’aura pas une seconde chance, ils sont fait l’un pour l’autre alors la chasse, la vengeance… non, qu’il oublie, qu’il laisse faire papa et moi, je sais qu’il n’aime pas cette vie, il a toujours préféré l’école… les trucs normaux. Je ne lui en veux pas, je suis même fier de lui, il arrive là où moi je reste au point mort.

Je sais que papa, n’aimerait pas ça, enfin, il préfère avoir Sam à ses côtés, pouvoir le protéger mais là… là, il va gagner bien plus. Pourquoi prendre une vie de douleur, de peur et de cauchemar quand on peut avoir une vie de rêve avec des traquas quotidiens ? Non, franchement, il n’y a pas photo. Pour moi c’est trop tard mais pour lui, non.

Sans un mot, j’allume le contact et je garde le regard fixé sur la route. Le silence a envahi l’habitacle, Sammy regarde le paysage alors que moi… moi j’essaie de trouver les bons mots pour le convaincre. Je respire un bon coup et je baisse la musique. Là, Sam se tourne vers moi, levant les sourcils. Il pense quoi ? Que je ne vais pas encore le barber avec Jessica ? Ce n’est pas ma faute s’il s’est dégoté une femme en or ! Je lui jette un regard, regard qui est celui d’un grand frère fier, ouais, fier de son petit frère.

_ Alors, t’as fait ton choix ? Questionnais-je détendu.

Mon timbre est plutôt décontracté mais pas le reste, mes mains serrent avec force le volant alors qu’en réalité, mon corps est tendu comme un manche à balai ! Enfin, vous voyez, j’appréhende sa réponse, d’ailleurs, il met le temps à la donner… je le regarde une nouvelle fois fronçant les sourcils. Il semble perdu dans ses pensées donc je comprends très bien, qu’il ne sait toujours pas. Je pousse un soupir, assez fort pour qu’il l’entende et que je vois que j’ai toute son attention, je me jette à l’eau…

_ Ecoute, je sais que sur ce coup, t’es coupé en deux, soit Jess, soit moi et papa. Mais… écoute bien ce que je vais te dire ok… (je souffle une nouvelle fois et j’évite son regard…). Jess t’aime, tu l’aimes aussi. T’as toujours voulu avoir une vie normale alors… fonce, prend cette vie là. Je sais… enfin… je me doute que tu dis que tu as autant ta place avec moi et papa, que c’était aussi ta mère mais… est-ce que ça en vaut le coup ? Est-ce que Jess ne passe pas avant un plan de vengeance ?

Cette fois je lui jette un regard, il semble assez troublé mais heureusement pour moi, il ne m’interrompe pas. Là, je sors vraiment le grand jeu mais… je veux lui expliquer qu’il a un choix et qu’il ne doit pas passer à côté.

_ Et puis… je suis sûr que papa serait fier de toi… la ligné des Winchester pourraient continuer alors reste avec elle… (ma voix se brise, la vache, c’est dur de lui révéler tout ça… je me mords la lèvres et reporte ma vue sur la route alors que je reprends la parole d’une voix un peu trop rauque à mon goût…) je suis… je pense que… de là où elle est… maman… elle… serait ravie de te voir avec Jessica.

Mon regard se fait un peu humide, à chaque fois que je prononce le mot maman mon cœur se déchire mais peu importe, si je peux faire pencher la balance en lui disant ça, ça me va. Je le regarde une nouvelle fois, il a lui aussi les larmes aux yeux et là, je lui offre un léger sourire avant de remettre de la musique…

_ Réfléchi bien ok et puis, rien n’empêche que tu viennes avec nous quand papa aura mis la main sur cet enfoiré. Ajoutais-je en reprenant contenance.

Voilà, tout ce que j’avais à dire, était dit, maintenant, à lui de prendre ses parts de responsabilité, moi, je ne peux pas faire plus.


=*=*=*=*=*=*=*=

Je l’écoute parler, je sais qu’il veut que je reste avec Jess, je trouve ça vraiment sympa de sa part mais égoïste de la mienne. Néanmoins, ses paroles me touchent, je ne le lâche pas des yeux alors que lui, évite les miens. Au fur et à mesure de ses paroles, une boule se forme dans ma gorge, l’entendre parler de papa, et surtout… surtout de maman me surprend et me touche. Il est rare que Dean parle d’elle et… la vache, ça me touche vraiment.
Il a touché une corde sensible, il a raison, pourquoi ne devrais-je pas dire merde à la vie de chasseur ? Pour lui et John ? Ouais c’est exactement ça. D’un côté une créature de rêve et de l’autre, ma famille, un père qui a toujours tout fait pour me protéger et un frère génial, toujours à mes petits soins alors je suis sensé faire quoi ?

Quand Dean a prononcé le mot maman, j’ai senti mon cœur se déchirer, j’entends au son de sa voix que lui aussi ça lui faisait mal. Mais ce qui me décide vraiment sur mon choix, c’est ça dernière réplique. Mon regard reste à le fixer alors qu’il a remis sa musique à tue-tête mais moi, moi je reste le regard dans le vide à réfléchir. Peut-être, je dis bien peut-être qu’il y a un autre choix qui s’offre à moi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maya
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 235
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Julie
Age : 30

MessageSujet: Re: "Thinking of you" {AU} ~ Maya   Mar 18 Mai - 15:10

Chapitre 22 : Un adieu ou un au revoir ? Voilà une très bonne question.

Dean m’attend dans le bar dans face, bien sûr monsieur m’a très bien fait comprendre de prendre TOUT mon temps. En le voyant faire ses mimiques stupides, je ne peux m’empêcher de sourire. Il peut parfois se montrer très puéril, trop même, mais bon, sans ça, il aurait dû charme en moins.

Je l’observe un moment s’éloigner un demi-sourire aux lèvres, puis, je prends mon courage à deux mains me tournant vers le bâtiment. Je l’examine un instant, il n’a pas changé, toujours comme dans mes souvenirs. Je pousse un soupir appréhendant la prochaine discussion. La prendrait-elle bien ? Accepterait-elle ce choix ? Et Dean ? Ouais, j’angoisse mais mes doutes se dissiperont seulement si j’affronte la belle blonde. Alors, je tire la porte de l’immeuble et je pénètre à l’intérieur. Je monte les quelques marches et enfin, enfin je suis devant cette porte, porte que j’ai franchi tellement de fois en rentrant des cours. Mon cœur cogne durement contre ma poitrine, j’ai les mains moites mais après une seconde d’hésitation, je frappe…

Je n’ai attendu que quelques secondes que son visage m’apparaît, je vois ses traits changer du tout au tout en me voyant. Elle semble surprise, apparemment, Dean, ne lui a pas dit que je sortais aujourd’hui. Je lui offre un léger sourire tout en ajoutant un salut. Elle reste à me fixer et j’en fais tout autant.

_ Oh… entre. Sourit-elle mal à l’aise en s’écartant.

Je ne me le fais pas dire une deuxième fois et j’entre dans la pièce, encore une fois, je remarque que rien n’a changé, cette pièce est toujours aussi accueillante qu’avant. Elle a vraiment un don pour la décoration. J’avance mal à l’aise dans le salon, en me voyant aussi tendu, elle comprend que je suis ici pour parler, elle reste à me fixer, le regard inquiet. J’en fais tout autant cherchant les bons mots mais j’ai beau en formuler dans ma tête, rien ne semble assez bien.

Alors, je finis par m’approcher d’elle lui prenant ses mains dans les miennes, elle ne cherche pas à s’éloigner de moi, et j’en suis heureux. On ne peut pas dire que ses derniers jours soient celui d’un couple, mais plutôt d’amis très proches. Je pense qu’elle n’a pas voulu se rapprocher trop de moi au cas où… au cas où je lui brise une nouvelle fois le cœur.
Je sers les dents à cette pensée, je l’ai déjà fait tellement souffrir. Je m’en veux mais pourtant, je ne regrette pas comment j’ai agi, après tout, à ce moment là, je me voyais mal lui révéler la vérité sur moi mais aujourd’hui, tout est différent, elle connaît ma part d’ombre et qui sait, elle accepterait de vivre avec ça.

Tout en gardant le silence, je m’approche du canapé et je m’y assois, l’incitant à en faire autant. Elle est si proche de moi, je ferme un instant les yeux, humant son parfum par la même occasion. Il faut que je me lance….

_ Sam… tu m’inquiètes.

J’ouvre les yeux, les pénétrants dans son regard azur, elle est vraiment inquiète, pas étonnant avec mon comportement. Je resserre mon étreinte autour de ses doigts, j’ai peur de sa réaction mais merde, j’ai pris ma décision, alors, il faut que je l’assume.

_ Dean a trouvé une affaire pour nous…
_ Quoi ? Déjà mais… tu viens juste de sortir de l’hôpital.

Elle me fixe avec ce regard inquiet et autoritaire, elle ne veut pas que je m’en aille parce que je viens juste d’avoir l’autorisation de quitter l’hôpital ? Ne remarque-t-elle pas que je pars avec mon frère ? Non, elle s’inquiète d’abords pour moi avant de penser à elle.

_ Calme-toi Jess… je vais bien, et puis, ce n’est qu’un foutu esprit.

J’essaie de la rassurer, alors qu’une de mes mains est toujours attachée à la sienne, je caresse son épaule de l’autre. Je peux voir des larmes dans ses yeux, mais soudain, je remarque aussi cette lueur, lueur qui doit être celle qui à compris… je suis qu’un nul pourquoi j’ai commencé par ça ?

_ Tu… tu repars ?

Je me rapproche d’elle, elle semble s’effondrer de seconde en seconde, alors je quitte sa main pour venir caresser son doux visage alors que mes prunelles ne quittent pas les siennes. Je lui offre un sourire encourageant car non… non je ne pars pas enfin, pas vraiment…

_ Oui mais…
_ Mais quoi Sam ? Tu me dis que tu pars sur une affaire de… de… de fantôme mais il y a un mais ? S’énerve-t-elle soudainement.

Je reste à la fixer surpris, je ne pensais pas qu’elle se serait énervée, d’ailleurs, elle semble s’en rendre compte car ses larmes se mirent à couler toutes seules. Je les essuie avec mon pouce, alors je reprends la parole, voulant l’apaiser…

_ Laisse-moi t’expliquer…
_ Je… je ne pourrais pas reprendre ma vie comme si de rien Sam… je… tu…

Et encore une fois, elle me coupe, ne peut-elle pas me laisser finir de parler ? Néanmoins, la voyant perdre haleine au fur et à mesure que ses émotions la saisissent, je la prends dans mes bras, la câlinant avec douceur alors que je l’incite à se calmer. Merde, je n’ai pas prévu ça, fallait dire aussi que je m’y prenais mal. Je continue à la bercer, embrassant de temps à autre son épaule. Je n’aime pas la voir ainsi, la voir aussi mal…


=*=*=*=*=*=*=*=


Non mais quelle madeleine, je me suis promise de ne pas pleurer, de ne pas me laisser dépasser par mes émotions, de ne pas espérer qu’il reste pour moi alors qu’il… alors qu’il est un chasseur. Sa place est avec les siens et non avec moi alors pourquoi je suis aussi surprise ? Pourquoi ça me déchire autant ? Pourquoi ça me fait aussi mal ? Ooh, je sais pourquoi, parce que malgré mon interdiction, le revoir aussi près de moi, a ré-ouvert mon amour pour lui, je l’aime et aujourd’hui, le sentir aussi près de moi, le sentir me bercer ainsi me fait du bien… mais je ne comprends pas… il me dit qu’il part chasser de nouveau, il m’avoue rejoindre une nouvelle fois son frère mais il y a un mais ? Je me demande bien ce que ça peut-être…

M’enfin, pour ça, faudrait déjà que j’arrête de chialer, que j’arrête d’être prise par ses soubresauts encore et encore mais je n’y peux rien, ça le fait malgré moi comme si… comme si toute cette appréhension, cette peur de le perdre de nouveau s’échappait maintenant alors qu’il est là, à me soutenir, à me souffler des choses aux creux de mon oreille, à faire des gestes auxquels je n’ai pas eu le droit depuis tellement longtemps. Alors, comment je suis supposée réagir quant il débarque chez moi pour m’avouer repartir sur les routes ? Dois-je sourire cachant mes réelles pensées ? De toute façon, il est bien trop tard pour penser à ça vu que je pleure dans ses bras.

Toutefois après quelques minutes dans cette position, j’arrive à me calmer mais je suis si bien dans ses bras que je ne bouge pas, voulant le garder le plus longtemps pour moi. Mais toute bonne chose a une fin alors je me redresse, m’essuyant les yeux. J’évite gracieusement son regard préférant observer mes mains. Cependant, Sam en décide autrement, étant donné que sa main se pose sur mon menton pour me faire redresser le visage. Là, mon regard se pose dans le sien, je me mords la lèvre pour ne pas re-flancher, ça façon dont il a de m’observer… oh mon dieu, jamais, non jamais je ne retrouverais ça chez un homme.

_ Sam… Suppliais-je.

Oui, je veux qu’il arrête ça, qu’il arrête de me torturer ainsi et qu’il m’avoue ce qu’il est venu me dire. Qu’il abrège mais souffrance, enfin qu’il essaie du moins…
Il me regarde et caresse mon visage, j’en ferme les yeux quelques secondes avant de les rouvrir et de le scruter intensément. Là, je fronce les sourcils, je vois un demi-sourire s’afficher sur son visage. Pourquoi sourit-il ?

_ Tu sais… tout à l’heure je ne savais toujours pas quoi faire. Rester avec toi ou repartir sur les routes avec mon frère. Et puis là, Dean m’a donné la solution, sans vraiment le vouloir. Je… enfin, je ne suis pas sûr que tu acceptes et… je comprendrais très bien que tu ne veuilles pas après tout…

Un sourire nerveux s’affiche sur son visage et me fait fondre par la même occasion, j’adore le voir ainsi, je le trouve toujours craquant néanmoins, j’ai du mal à comprendre le message alors je garde le silence, posant mes mains sur les siennes, l’incitant à continuer…

_ Après tout, je suis un mec qui tue des monstres, j’ai des chances de mourir jeune et ma vie ne sera sûrement jamais banale mais… mais j’ai envie d’essayer. J’ai envie d’être avec toi sans pour autant laisser mon père et mon frangin seuls. Je ne sais pas si c’est faisable, mais… mais cet appart’ pourrait être mon port d’attache après tout, les marins ne restent pas avec leur femme tous les jours. Je ne dis pas que ça serait simple, je… je ne veux pas être un poids pour toi mais… mais si tu veux de moi… je voudrais qu’on essaie. Je peux très bien chasser et revenir ici à chaque fois si… si …

Il reste à me fixer sans réussir à dire le mot, alors, les larmes aux yeux, mon doigt se pose sur sa bouche, il n’a pas besoin de continuer, j’ai très bien compris. Soit j’accepte l’homme qu’il est avec la chasse et les risques qu’ils vont avec ou soit… soit, je le laisse partir, reprenant mon train-train quotidien. Franchement, comment je pourrais choisir la seconde solution alors que sans lui, c’est comme si je n’existais plus ? Non, tant pis pour son monde noir, je suis prête à vivre avec ça, je suis prête à me faire du sang d’ancre durant son absence à me poser un tas de questions du style : « Est-il en vie ? Est-ce que ce monstre ne l’a pas tué ? » Je suis consciente que psychologiquement ça risque d’être dur mais… mais je pense que ça en vaut la peine, il en vaut la peine.

Il est l’homme de ma vie, l’homme de mes rêves, il m’offre une chance que je ne peux refuser, alors oui, mes yeux le scrutent intensément, des larmes de joies glissent sur mes joues, alors que ma main glisse sur son visage. Et là, je lui offre un sourire éblouissant, mon cœur cogne durement contre ma poitrine. Je n’allais pas le perdre, il n’allait pas partir mais s’était juste un au revoir, pas un adieu !

_ Ça me va Samuel Winchester, je suis prête à essayer, je donnerais tout pour t’avoir avec moi peu importe la chasse.

Pour la première fois depuis longtemps, je suis heureuse, depuis très longtemps un vrai sourire se dessine sur mes lèvres, il n’est pas comme ceux des derniers mois, ce n’est pas celui d’une fille qui fait semblant mais bel et bien d’une fille heureuse.

Quand cet homme pose ses lèvres avec entrain sur les miennes, j’y réponds avec joie.
Quand je sens ses mains caresser mon corps avec douceur, des frissons me prennent.
Quand ses lèvres glissent sur ma peau, mon cœur bat la chamade, le plaisir en demande plus.
Quand ses doigts dénudent ma peau, je le laisse faire.

Depuis longtemps, je n’ai pas revécu ça,
Depuis des mois, je l’ai rêvé,

Et aujourd’hui, mon rêve est réalité.

J’ai passé, ce moment de bonheur, à crier mon plaisir, ma joie.
J’ai pris plaisir à cette étreinte charnelle ; j’ai ressenti des choses nouvelles.
Nous avons pris du plaisir ensemble, et je sais, je sais qu’aujourd’hui, je ne serais plus seule.

Je suis la femme d’un chasseur, c’est le cœur lourd, que je l’observe s’éloigner au bord de cette carrosserie noire. Je sais qu’il est entre bonne main, je peux faire confiance à Dean. J’ai hâte qu’il me revienne, j’ai hâte de re-goûter à ses bras… à sa chair, de redormir avec lui. Oui, une partie de mon cœur est avec lui, pourtant, je n’ai plus mal, j’ai beau voir mes draps aussi vides qu’auparavant, je sais qu’il reviendra.

Aujourd’hui ma vie prend une nouvelle tournure, je sais que les monstres existent mais je sais aussi que des hommes courageux nous protègent. Je suis la femme de l’un d’entre eux, je suis consciente que ça ne va pas être facile, il risque sa vie mais je serais digne de lui, il peut compter sur moi.

La voiture est à présent loin, ça ne fait même pas cinq minutes qu’il est parti et j’ai déjà hâte de recevoir son coup de fil pour me dire qu’il va bien, qu’ils vont bien.

THE END

Pour laisser un commentaire c'est ICI

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Thinking of you" {AU} ~ Maya   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Thinking of you" {AU} ~ Maya
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» pyramides d'Amérique centrale (aztèques, maya...)
» Mr. Darcy's Diary ( version de Maya Slater)
» Figurines Maya l'Abeille
» Maya Memsaab était vraiment hot ?!
» Template Maya Road

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunter's Fanfics :: 
Séries Fanfics;
 :: . . Supernatural . . :: . . Univers Alterné [AU] . . :: Fanfictions :: Fanfics finies
-
Sauter vers: