AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La femme sauvage - Lili/Laney

Aller en bas 
AuteurMessage
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: La femme sauvage - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 17:23

La Femme Sauvage


Citation :
Se passe dans la saison 4 après au moins le 4x10

Chapitre 1 : La trouvaille.

Trop de bruit.

Il y avait un de ces boucans dans la pièce à côté ! Des cris, des meubles qui tombaient et ces grands fracas répétitifs. Elle ne comprenait pas, ici, tout était toujours très calme. La nuit elle n’entendait que les chants des animaux nocturnes, et le ronflement de son maître. Parfois il criait après elle, lui donnait quelques coups, mais ça se calmait généralement vite. Là c’était comme si l’enfer était venu dans leur maison pour tout détruire… Elle ne pouvait pas bouger, il l’avait attaché comme toujours dans la pièce adjacente, une sorte de grand placard qui lui servait de pièce à vivre. Elle y dormait et y prenait ses repas, quand il pensait à la nourrir. Ses petits cris plaintifs ne semblaient pas attirer leur attention, ni aux hommes qui étaient venus, ni à son maître. Elle tentait d’atteindre la porte, tirant sur ses chaînes qui lui meurtrissaient la chaire. Ignorant la douleur, elle grattait légèrement sur le bois, inquiète.

Ils ne cessaient pas de faire du bruit, encore et encore. Elle se sentait devenir folle, elle n’avait pas l’habitude de ça… Au fond d’elle, elle avait si peur. Pourtant elle ne savait pas ce que ce sentiment signifiait, elle avait toujours appartenu au maître et il prenait grand soin d’elle, c’est lui qui décidait de tout. Où était-il maintenant alors qu’elle avait besoin de lui ? Il lui ordonnerait sûrement de ce taire que ses plaintes l’agaçait mais au moins il serait là… Pour la première fois elle se sentait seule, abandonnée.

Puis brusquement tout cessa.

En une fraction de seconde la maison retrouva le calme olympien qu’elle avait avant leur arrivé. Les bruits et les cris cessèrent… Etaient-ils partis ? Oui… Le maître avait dû les chasser, ils n’étaient plus là.

Elle recula brusquement dans son coin. Quand il viendrait, il verrait qu’elle avait été sage et qu’elle était restée bien cachée, comme il le lui avait dit. Des bruits de pas firent craquer le plancher juste devant sa porte, il serait bientôt là ! Elle vit la poignée se tourner, son cœur battait la chamade de soulagement. La porte s’entrouvrit mais une forte lumière qu’on pointa sur elle, l’aveugla complètement.

- Oh mon dieu… Dean ! ?
Elle tourna légèrement son visage pour protéger ses yeux mais vit une deuxième silhouette apparaître dans l’entrée. Elle ne connaissait pas leurs visages, elle ne les avait jamais vu. Elle n’aimait pas ça, où était son maître ?
- Ca va aller, on est venu vous libérer tout va bien ! Lança l’un des deux hommes en l’approchant.
Il entrèrent dans la petite pièce, marchant lentement vers elle et se penchant à ses côtés.
- Sam passe-moi une épingle, il faut lui enlever ses chaînes.
- On va vous sortir de là, tout va bien se passer… Comment vous vous appelez ?
Elle regarda l’homme qui s’adressait à elle sur un ton très doux. Puis posa les yeux sur le second qui essayait d’ouvrir les cadenas la maintenant attaché.
- Je crois qu’elle est sous le choc !
- A ton avis elle est là depuis combien de temps ?
- J’en sais rien. Ce vieux monstre avait peut être un petit creux ou alors il faisait des réserves. En tout cas, elle semble dans un drôle d’état.

Elle regarda ses vêtements -ne comprenant pas ce qu’il voulait dire par là- elle portait une vieille robe très usée qu’elle avait toujours porté. Ils réussirent à la libérer de ses chaînes, délivrant ses poignets meurtris et ses chevilles tailladées par la ferraille. Ils passèrent une main sous chacun de ses bras et l’aidèrent à se mettre debout. Elle était intriguée, mais quand ils voulurent faire quelque pas elle comprit qu’ils voulaient l’emmener ailleurs. Mais elle n’avait pas le droit, non pas le droit avant qu’il ne lui ait dit d’accord !

Elle se débattit pour leur faire comprendre son désaccord mais ils étaient très forts.
- Du calme, vous ne risquez rien, du calme !
Elle secouait la tête négativement, elle n’avait pas le droit de sortir ! Ils essayaient d’avancer, mais elle freinait de ses pieds.
- Elle est morte de trouille !
- Ecoutez-moi, ça va aller… Il n’y a aucun danger.
- Pars devant, ça va peut être la rassurer ! Proposa Dean.
Sam acquiesça et poussa la porte en grand, faisant quelques pas dans la pièce d’à côté. Il fit ensuite signe à la jeune femme comme quoi elle ne risquait rien. Dean passa un bras autour de sa taille et la poussa un peu en avant pour qu’elle se décide à sortir.
Elle finit par le suivre, elle n’avait pas le choix, mais il la sentait trembler comme une feuille.
- Voilà tout va bien… ! Vous voyez, aucun souci.
- Sortons d’ici maintenant.

Ils marchèrent vers la porte. Sam devant l’ouvrit alors que Dean poussait toujours la jeune femme pour qu’elle avance. Il ramassa son sac d’arme qui était posé sur une vieille commode en bois. Brusquement elle aperçut une silhouette allongée sur le sol, son maître. Elle échappa furtivement à l’homme qui l’emmenait et accourut vers lui.
- Hé revenez !
Elle s’arrêta devant l’homme et se mit à genoux à ses côtés. Il était allongé sur le dos, il ne bougeait plus du tout. Il faisait encore jour, il était trop tôt pour dormir. Elle posa une main sur sa poitrine et le secoua doucement. Elle sentit un liquide chaud sur sa main qu’elle regarda intrigué…
- Dean… !
- Il est mort, il ne vous fera plus de mal !
Elle regarda l’étranger puis de nouveau son maître, elle fronça les sourcils et le secoua de nouveau.
- Dean… Je crois qu’elle ne comprend pas ce qui se passe. Réalisa Sam.
- Qu’est-ce que tu veux dire par là ?
- Regarde autour de toi… Ce genre de démon ne vivent pas dans des maisons à moins de…
- Ce n’est pas un démon, tu crois que c’est sa copine ?
- Son esclave plutôt. Mon dieu, je crois qu’elle s’imagine qu’il dort.
- D’accord, on devrait sortir de là !
- Je suis assez pour, mais vas-y en douceur, si elle réalise qu’on l’emmène loin d’ici, elle risque de ne pas aimer.
Elle tourna brusquement la tête vers eux.
- Tu crois qu’elle comprend ce qu’on dit ? Demanda Dean avec un sourire.
- J’en sais rien. Je crois que oui !
- Sam. Attrape là !

Avant que le chasseur ne puisse comprendre ce que son frère lui disait elle se leva d’un bond agile et courut vers la porte ouverte. Elle esquiva Sam qui la frôla à peine avant de la voir s’enfoncer dans la forêt. Les deux frères se mirent alors à sa poursuite, mais elle courrait plutôt vite.
Elle avait l’habitude des bois, et elle faisait de longue promenade avec son maître ! Elle était chez elle ici, il n’y avait aucune raison pour qu’elle s’en aille… Elle ne voulait pas partir, il serait furieux quand il se réveillerait !
Elle fut bientôt à bout de souffle, elle était déjà épuisée. Elle n’avait rien avalé depuis deux jours… Les forces lui manquaient. Elle ralentit le pas, regardant autour d’elle… Elle les avait probablement semé. Un craquement derrière elle lui indiqua que non, le plus petit aux cheveux courts se retrouva face à elle, les mains tendues en avant.

- On ne vous veut pas de mal ! N’ayez pas peur… Je sais que vous comprenez ce que je dis.
Elle le regarda attentive mais recula quand même de quelques pas.
- Ne vous enfuyez pas… ! S’il vous plaît, écoutez-moi… Comment vous vous appelez ?
La jeune femme secoua doucement la tête.
- Vous avez bien un prénom… J’en suis sûr.
Elle fit de nouveau signe de la tête que non.
- Moi je m’appelle Dean. Je ne sais pas exactement ce que vous faites là, ou depuis combien de temps vous êtes là. Mais maintenant, il est temps de partir, vous ne pouvez pas rester ici.
Elle regarda autour d’elle, complètement perdu. Elle ne savait plus quoi faire, ni qui croire…
- Donnez-moi votre main, tout ira bien.
Elle recula un peu plus, secouant toujours négativement la tête. Ses yeux étaient bordés de larmes.

Dean la dévisagea, il lisait le trouble dans ses yeux. Elle était encore jeune, ce n’était qu’une jeune femme élevée ou dressée par un monstre. A un tel point qu’elle lui était complètement dévouée et obéissante, aussi bien qu’un chien… C’est là que le chasseur réalisa. S’il était son négrier, son maître en quelque sorte, elle ne pouvait réagir qu’à une chose, aux ordres.
- Vous devez nous suivre ! C’est un ordre.
Cette fois Dean capta son attention. Elle arrêta de reculer alors que Sam arrivait à son tour. Ils s’étaient séparés pour lui couper la route.
- Je veux que vous veniez. Maintenant !
Sam fronça les sourcils légèrement désapprouvant la manière de faire de son frère.
- Dean… ? !
L’homme lui demandait de la suivre. S’il l’avait dit alors elle devait obéir.
- Alors vous venez ? !
Elle finit par acquiescer et marcha doucement vers Dean un peu méfiante tout de même. Les frères échangèrent un regard de soulagement alors qu’ils marchaient vers la voiture.

La Chevrolet était garé à quelques mètres de la maison sur le chemin boueux et quasi impraticable qu’ils avaient pourtant dû emprunter pour s’enfoncer aussi loin dans les bois. La voiture était dans un drôle d’état, mais un coup de jet d’eau et un peu de savon ferait partir toute cette crasse.
Dean ne lâchait pas la jeune femme des yeux, il se demandait quelle pouvait être ses réactions à tout moment. Pour l’instant, elle était docile… Mais est-ce que ça allait durer ?
Ils s’arrêtèrent devant la voiture, Dean ouvrit le coffre pour ranger ses armes. Sam aussi observait la jeune femme. Elle regardait la voiture un peu intriguée et posait sa main sur la carrosserie froide.
Le chasseur rejoignit son frère toujours penché dans le coffre.

- Je me demande si elle a déjà vu une voiture… Qu’est-ce que tu fais ?
Sam regarda Dean verser un peu de chloroforme sur un chiffon.
- Je préfère éviter la moindre surprise en route.
- Tu ne vas pas l’assommer ? Chuchota-t-il.
- Ca ne la tuera pas, tu préfères que je lui donne un coup de massue sur la tête ?
- Elle est calme pour l’instant !
- Pour l’instant oui. Tiens prends ça… Dit-il en lui donnant une couverture.
Le cadet fit un nouveau regard désapprobateur à son frère. Dean l’ignora et marcha vers la jeune femme toujours intriguée par sa voiture. Il l’attrapa par la taille, elle était plus petite que lui, et colla le chiffon sur son nez. Elle ne se débattit même pas et tomba dans les vapes en quelques secondes. Sam s’approcha et l’enveloppa dans la couverture avant de l’allonger sur la banquette arrière.
- Parfait, allons-y !

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: La femme sauvage - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 17:26

Chapitre 2 : Une décision difficile.

Ils sortirent des bois avec autant de perte et fracas qu’à l’allée. La route fut beaucoup mieux quand ils atteignirent la nationale. Sam jeta un coup d’œil à la jeune femme sur la banquette arrière qui dormait toujours et pour un petit moment.
- Alors la prochaine grande ville est dans cinquante kilomètres, on la déposera dans leur hôpital ! Proposa Sam en jetant un œil à la carte.
- Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée ! Lança Dean.
- Il faut qu’elle voit un médecin…
- Je suis d’accord, mais elle ne se laissera jamais faire !
- Ils ont des calmants à l’hôpital.
- Oui et ils l’enchaîneront à son lit avant de lui donner une jolie cellule capitonnée !
- Cette fille est complètement déphasée Dean, psychologiquement elle doit être dans un état lamentable… Qu’est-ce que tu veux qu’on y fasse ?
- Si j’avais vécu l’enfer une bonne partie de ma vie… Il s’arrêta gêné. Je n’aimerais pas finir l’autre partie dans une cellule si tu vois ce que je veux dire. Y a sûrement une autre solution…Faut prendre le temps d’y réfléchir !
- Dean c’est pas un petit chiot qu’on a trouvé c’est un être humain !
- Je suis d’accord avec toi sur ce point, voilà pourquoi elle mérite une chance ! Elle n’a même pas de prénom cette fille.
- Qu’est-ce que tu proposes ?
- On devrait l’emmener chez Bobby. Il est toujours de bon conseil !
- Comme tu veux, mais je ne trouve pas que ce soit une bonne idée.

Dean jeta un petit coup d’œil dans le rétroviseur. Sam n’avait pas tort dans un sens, mais cette fille lui faisait de la peine. Il n’y pouvait rien…

Ils roulèrent une bonne partie de la nuit et de la matinée, se relayant sur le chemin. La fille n’avait pas bougé d’un pouce, toujours complètement dans les vapes. Dean se demandait s’il n’avait pas trop forcé sur la dose… Où si quelque chose clochait chez elle. Elle pouvait être malade ou avoir autre chose, ils n’en savaient rien après tout.

Sam se gara devant la vieille maison de Bobby. C’est lui qui avait envoyé les deux frères sur cette chasse quelques jours plus tôt. Il attendait donc certainement le retour de leurs exploits. Dean descendit de voiture et ouvrit la portière arrière passager. Il attrapa la jeune femme par le bras, la tirant vers lui pour la soulever. Il fut surpris de constater qu’elle était si légère… Elle devait à peine faire cinquante kilos toute mouillée.

- C’est bon je la tiens ! Lança Dean à son frère.
- T’es sur de ton coup ?
- On verra bien ce qu’en pense Bobby !
- Oui tu espères surtout qu’il sera de ton avis…
- On y va où attend ici hum ?

Les deux frères marchèrent en direction de la maison, Sam le premier. Ils frappèrent à la porte et attendirent quelques secondes. Pas de réponse, Sam cogna de nouveau un peu plus fort… Bobby n’était pas sourd mais il pouvait très bien dormir.

- J’ai l’impression qu’il n’est pas là ? ! Lança Sam très perspicace.
- La clé est sous le pot de fleur !
- Merci je sais…
Sam s’empara de la clef de secours et ouvrit la porte. Leur vieil ami ne verrait pas d’inconvénient à ce qu’ils soient entrés en son absence. Ils avaient de toute façon l’intention de l’attendre pour décider du sort de la malheureuse.
- Tu devrais la monter dans une des chambres en haut ? Proposa le cadet.
- Ok !

Le chasseur monta par l’escalier situé au fond de la pièce. Bobby habitait surtout le rez-de-chaussée de sa maison point central de son repère de chasseur.

Dean entra dans une des chambres et installa la jeune femme sur le lit. En la déposant il la vit cligner légèrement des yeux, elle était en train de se réveiller… Sam monta à son tour, il tenait un verre d’eau dans la main.
La jeune femme ouvrit doucement les yeux, il faisait bon dans la pièce où elle se trouvait et son dos était appuyé contre quelque chose de confortable. Mais elle n’était plus chez elle, ni même dans la forêt et ça, ça l’inquiétait.
Ses yeux balayèrent la pièce et se posa sur les deux personnes qui l’entouraient. Elle reconnut les deux hommes, mais n’avait toujours que peu confiance… Qui étaient-ils ? !

- Ne craigniez rien, vous êtes en sécurité maintenant.
Son cœur battait fort dans sa tête, elle avait mal. L’homme avait mit quelque chose sur son visage et après tout était devenu sombre.
Elle avisa la porte ouverte, puis la fenêtre. Il fallait qu’elle s’en aille, ce n’était pas chez elle ! Elle se releva doucement et glissa hors du lit dans des gestes lents.
- Vous êtes ici chez vous, c’est la maison d’un ami mais il n’est pas là pour le moment.
- Tu perds ton temps, elle ne parle pas. Lui rappela Sam.
- Elle a l’air tellement perdu…
- Il va lui falloir du temps pour s’habituer. Si vous avez soif, je vous ai apporté un peu d’eau. Dit-il en posant le verre sur la table de chevet.
La jeune femme observa la chambre intriguée et mal à l’aise à la fois. Elle serrait les poings, les bras serrés contre elle.
- Qu’est-ce qu’on fait, on la laisse seule où…
- Bobby ne va sûrement pas tarder, mais dans le doute on devrait l’appeler. Et en attendant on ferait peut être mieux de la laisser quelques minutes, le temps qu’elle prenne ses repères.
- D’accord. Dean se tourna vers la jeune femme. On ne va pas loin, restez ici !

Ils sortirent tous les deux, refermant la porte derrière eux afin qu’elle ne s’échappe pas. Elle pourrait toujours l’ouvrir, mais Dean espérait que son petit ordre avait fait son effet. Ils redescendirent tous les deux.

- Une fille sauvage… Ce n’est pas la première qu’on voit et pourtant ça m’étonne toujours autant ! Soupira Sam.
- Au moins elle, n’a pas essayé de nous tuer. Fit remarquer Dean.
- Non, du moins pas encore.
- Qu’est-ce qu’on sait d’elle au juste ?
- Rien ! Elle n’a même pas un prénom. Et vu qu’elle ne parle pas…
- On aurait peut être dû fouiller la maison !
- On peut mettre une photo d’elle sur internet ! ? Proposa Sam.
- Ce n’est sûrement pas la meilleure chose à faire pour l’instant… Pauvre fille ce serait contraire à la morale !
- Non mais je voulais dire sur un site de personne disparu ! Râla Sam. Quelqu’un pourrait la reconnaître, ou alors peut être qu’on la cherche déjà ! Pour qui tu me prends ? !
Dean éluda la question avec un petit sourire d’excuse.
- Jette un coup d’œil aux enfants disparus. Elle doit avoir entre vingt et vingt cinq ans !
- Ok ! Je vais chercher mon ordinateur…

Sam sortit de la maison pour retourner à la voiture. Quelques minutes plus tard il revint, son PC sous le bras afin de ne pas perdre de temps.

- Je me demande pourquoi elle ne parle pas ?
- Elle ne sait peut être pas, ou alors elle a peur. S’il l’a eût enfant aussi ça peut expliquer qu’elle ait oublié comment on fait, ou même son propre prénom.
- J’espère que Bobby connaît un bon médecin, quelqu’un de confiance. Dieu sait ce que ce type lui a fait… Soupira Dean.
- Rien que l’idée me donne la chaire de poule !

S’installant sur la table du salon le cadet ouvrit son ordinateur et l’alluma, partant à la recherche d’informations sur cette fille dans les sites de personnes disparut. Ce qu’ils savaient d’elle était mince cependant. Pas de date d’enlèvement précise, pas d’idée non plus sur son âge réel, ni son nom…


Un bruit se fit soudainement entendre depuis l’étage au-dessus. N’échangeant pas un regard, Dean et Sam se levèrent d’un bond et montèrent les marches quatre à quatre jusqu’à l’ancienne chambre.

Ils y entrèrent avec précipitation, constatant dépité que la fenêtre était grande ouverte mais qu’il n’y avait personne sur le rebord. Les deux frères se regardèrent et se précipitèrent à celle-ci, se penchant pour apercevoir le sol en contrebas. A leur plus grand soulagement, elle n’y était pas… La chute aurait été méchante, voir mortelle.

- Elle s’est fait la malle tu crois ? Demanda Sam en regardant la chambre vide.
- Non… Je ne pense pas.

Dean donna un petit coup sur le bras de son frère en désignant le placard. Ils marchèrent vers celui-ci et l’ouvrirent doucement. Elle était allongée là-dedans, ses bras ramenés sous sa tête en guise d’oreiller, elle semblait s’être endormie. Ses jambes étaient repliées contre elle, en chien de fusil.

- Elle n’a pas l’habitude des grands espaces… Expliqua Sam.
- Qu’est-ce qu’on fait, on la laisse là ?
- Ca vaut peut être mieux, le temps qu’elle s’habitue.
- Ok… Passe-moi une couverture.

Sam attrapa la couverture dans laquelle ils l’avaient emmitouflés dans la voiture. La soulevant il aperçut quelque chose tomber à ses pieds et se pencha pour le ramasser. Il s’agissait d’une grosse boule sombre, en laine probablement.

- C’est un ours en peluche ! ?
Dean se tourna vers son frère qui lui tendit l’ours en question, un peu abîmé, sale et dont une patte était à moitié décousue.
- On dirait bien.
Sam recouvrit la jeune femme de la couverture alors que Dean gardait l’ours en question avec lui. Laissant le placard ouvert, ils redescendirent finalement avec leur trouvaille. La présence de cet ours était sûrement un témoin de sa vie passé. Il leur apprendrait peut être des choses.

Sam fouilla sur les sites de personnes disparut s’il trouvait des enfants pouvant correspondre au descriptif de cette fille… Le problème n’étant pas qu’ils ne trouvaient rien, non, il y avait justement trop de petites filles correspondantes aux peu de choses qu’ils savaient. Les critères physiques, les âges, les lieux de disparitions… Des centaines d’enfants disparaissaient chaque année sans qu’on ne les retrouve… Autant dire mission impossible.

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: La femme sauvage - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 17:28

Chapitre 3 : On s'apprivoise.

Dean revint du centre ville avec leur déjeuner sous le bras. Il était sortit quelques heures plus tôt se sentant un peu inutile alors que son frère cherchait. Sam avait dû mal à comprendre pourquoi Dean était si décidé à aider cette fille. A lui aussi elle lui faisait de la peine, mais ce n’était pas leur job ! Les motivations de Dean étaient sans doute plus profondes que ce qu’il voulait bien laisser paraître.

- Quelque chose de neuf ?
- Non rien…
- Et l’ours en peluche ?
- Banal… On en tirera rien non plus.
Dean sembla déçu, il attendait peut être un miracle…
- Bon, je vais voir si notre hôte est réveillée, elle a sûrement faim.
- Bonne idée ! Hé, tu as réussit à joindre Bobby ?
- Oui il sera là ce soir.
- Tu lui as dit pour… La fille ?
- Non, je préfère qu’il la voit avant de se faire une opinion.
- Tu sais… C’est très… Noble, ce que tu fais.
- Je ne vois pas ce qui a de très noble là-dedans… Soupira Dean.
- On aurait tout aussi bien pu la jeter dans le premier hôpital venu et s’en débarrasser… Ce n’est pas notre job.
- Y a pas trente six personnes qui pourraient comprendre ce par quoi elle est passée. Nous on sait… C’est là, la différence.
- Tu veux dire toi.

Dean ne répondit pas et monta à l’étage sans attendre. Il entra dans la chambre sans faire trop de bruit au cas où elle dormait encore. Elle devait être bien épuisée pour avoir autant dormit, le chloroforme n’avait pas dû aider non plus. S’arrêtant devant le placard ouvert il croisa son regard un peu effrayé et toujours aussi perdu. Elle ne devait rien comprendre de ce qu’il se passait, ils avaient bousculés tout son univers du jour au lendemain.

- Bonjour… Comment tu te sens ? ! Demanda-t-il.
Ses lèvres étaient scellées, elle le regardait pourtant dans les yeux. Il n’était pas certain qu’elle comprenne tout. Après tout cette chose qu’ils avaient tués avait peut être un autre langage ou…
- Est-ce que tu me comprends ? Tu parles notre langue ?
Elle ne répondit pas, la communication ne semblait pas être son fort.
- Vient avec moi, on va descendre.

Dean posa une main sur son bras pour lui intimer de se lever. Mais son seul réflexe à elle fut de reculer au fond du placard et de protéger son visage comme si il allait la frapper. Elle était morte de peur, elle avait peur de lui… De ce qu’il allait lui faire.

- Je ne vais pas te faire de mal.

Il l’entendit gémir doucement alors que sa tête tombait sur ses genoux. Elle avait l’air d’un animal apeuré. C’était peut être même ce qu’elle était, un animal… Ses réflexes n’avaient rien d’humains. Dean la regarda peiné et se posa sur le plancher face au placard. Il resta ainsi immobile jusqu’à ce qu’elle se calme et reporte son attention sur lui. Il n’y avait pas trente six solutions pour qu’elle se fasse à cette nouvelle vie de liberté… Il faudrait du temps et de l’attention. Il fallait aussi qu’elle s’habitue à leurs présences, ce qui serait certainement le plus simple pour le moment.

- Je ne veux pas te faire de mal. Est-ce que tu as faim ? En bas il y a de quoi manger… Mais il faut que tu viennes avec moi.

Dean se leva lentement sans geste brusque pour ne pas l’effrayer de nouveau. Il lui fit ensuite signe de sortir du placard, ce qu’elle fit avec méfiance.

- Suis-moi… Vient…

Ouvrant le chemin il marcha lentement, elle était hésitante, n’avait aucun repère par ici. Elle traversa le couloir, laissant une bonne distance entre eux. Ses yeux balayaient toute la maison, comme si elle découvrait chaque chose et les mémorisaient. Il faut dire que la cabane d’où elle venait n’avait rien du confort de la maison de Bobby. Ils s’engouffrèrent ensuite dans l’escalier, elle le suivit mais se figea en apercevant Sam.

- C’est ok… Lui non plus ne te fera pas de mal. Vient…

Elle posa les yeux sur Sam qui lui lança un sourire rassurant. Continuant d’avancer elle atteignit enfin le salon, continuant de regarder autour d’elle et de détailler chaque chose. Elle ne touchait à rien, gardant ses bras contre elle, poings serrés.

- Tu peux te balader dans la maison… Mais ne sors pas. L’informa Dean.
- Il n’y a pas beaucoup d’endroit où elle pourrait se cacher de toute façon.
- Imagine qu’elle se planque dans l’une des voitures de la casse on a pas finit de chercher ! Lui rappela Dean.
- Très juste.
- Oh et évite de la toucher, elle apprécie pas vraiment. L’informa l’aîné plus doucement.
- Noté.
- Alors… Ca te plaît ici ? S’enquit Dean avec un petit sourire.
Elle posa les yeux quelques secondes sur lui sans répondre avant de finalement se figer.

- Vient t’asseoir… On va manger ! J’imagine que tu dois être morte de faim.

Dean tira une chaise à table et lui fit signe de venir s’asseoir. Elle s’exécuta, toujours avec des gestes lents un peu hésitants. Sam posa devant elle un emballage en carton contenant des œufs, du bacon, des frites et d’autres petites choses qui sentaient bon à se damner. Les deux frères s’installèrent de chaque côté de la table, n’attendant pas pour commencer à manger. La jeune femme figée, les mains sous la table ne bougea pas d’un pouce, les regardant tour à tour.

- Tu n’as pas faim ? !
- Elle a peut être l’habitude de manger d’autres sortes d’aliments ? Proposa Sam.
- Tu ne veux pas dire qu’elle avait le même régime alimentaire que… Ce cannibale ?
- J’avoue que j’en sais trop rien.
Ils la dévisagèrent tous les deux, essayant de lire sur son visage ce qui clochait.
- C’est très bon… Je t’assure. Tenta Dean.
Sam poussa sa fourchette vers elle.
- Elle préfère peut être manger avec les doigts à mon avis…

La jeune femme posa les yeux sur Dean comme s’il avait dit quelque chose de censé. L’aîné posa sa fourchette et se mit à manger avec les doigts comme pour lui montrer l’exemple. Sam fronça les sourcils mais en fit autant même si manger avec les doigts le dérangeait un peu… Tant pis c’était pour la bonne cause ! Elle continua de les regarder, ne bougea ni ne mangea pas pour autant.

- Raté ! Soupira Sam.
- Bon essayons autre chose… Mange ! C’est un ordre !
- Dean ! Protesta son frère.
- Tu préfères qu’elle meure de faim ?
- Bien sûr que non… Il a raison. Mange !

Ils posèrent les yeux sur elle alors qu’elle se redressait un peu, prête à obéir. Elle posa ses mains sur la table, et regarda l’assiette improvisée devant elle. Ses doigts s’avancèrent vers la nourriture mais elle renonça au dernier moment et essuya ses mains sur sa vieille robe usée.

- Dean… Elle ne mange pas parce que ses mains sont sales ! Fit remarquer Sam.
L’aînée regarda son frère un air idiot sur le visage.
- Cette fille est mieux éduquée que nous !
- Tu peux le dire oui… ! Vient avec moi… Tu vas pouvoir te laver les mains.

Sam se leva lui indiquant de le suivre ce qu’elle fit. Marchant jusqu’à la cuisine il lui ouvrit le robinet d’eau chaude puis se recula un peu. Glissant ses mains dessous elle sembla surprise par la température de l’eau.

- Trop chaude ? ! S’inquiéta-t-il. Sam passa sa main sous l’eau qui était tiède.
Elle s’avança de nouveau et glissa ses mains sous l’eau. Un léger sourire passa alors sur ses lèvres.
- Chaude tout court. Réalisa Sam. Tu n’as pas l’habitude, c’est agréable j’imagine ?
Il l’a vit opiner de la tête vivement. Un petit sourire traversa le visage de Sam alors qu’elle se lavait longuement les mains. Elles étaient couvertes de sang séché et de poussière, de terre. Quand elle eût finit, il lui donna un torchon sur lequel elle s’essuya les mains.

Ils revinrent tous les deux à table, elle reprit sa place sur sa chaise les yeux brillants d’émotions. Dean jeta un œil surprit à Sam qui affichait un petit sourire.

- L’eau chaude ! Expliqua-t-il.
- Parfois j’oublie combien le monde moderne à de confort.
- Ca oui !
- Mais elle ne mange toujours pas… Constata Dean.

Elle ne touchait toujours pas à la nourriture en effet.

- Il faut vraiment que tu manges. Insista-t-il.

Cette fois elle attrapa le carton de nourriture mais se leva de sa chaise et la repoussa avant de se glisser sous la table. Les deux frères se regardèrent étonnés avant de se pencher sous celle-ci se demandant ce qu’il lui prenait.

- Bon… Je suppose que le principal c’est qu’elle mange, peu importe où.
- Il lui faudra sûrement du temps pour apprendre à se comporter comme un être humain.
- Oui… Mais j’ai l’impression qu’elle pourrait nous surprendre. Lança Dean.
- Je crois que tu as plutôt raison.

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: La femme sauvage - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 17:33

Chapitre 4 : Une surprise de taille.

Dean se pencha sous la table lançant un petit sourire à la jeune femme. Elle avait finit de manger mais n’était pas sortie de sa nouvelle cachette. Sam installé sur le canapé avait son ordinateur devant lui sur la table basse.

- Pourquoi tu ne sortirais pas hein ?
- Je crois qu’elle n’a pas l’air décidé ! Constata Sam.
- C’est sûrement plein de poussière là-dessous en plus !
- A mon avis trouve autre chose, je doute que la poussière la dérange vraiment.

Le chasseur poussa un petit soupir puis regarda autour de lui. Il posa soudainement les yeux sur l’ours en peluche qui devait être le sien et qui était posé sur un tas de bouquin plus loin. Se levant il s’en empara et revint vers la table s’accroupissant pour lui faire face. En apercevant l’ours elle poussa un petit gémissement d’attention et se redressa vivement intéressé.

- Tu le veux ? !
Elle ne répondit pas mais ses yeux brillaient d’envie.
- Si tu le veux alors vient…

Se relevant le chasseur recula vivement et la vie sortir de sa cachette pour le suivre. Se félicitant de sa trouvaille il se dirigea vers Sam pour le narguer de son ingéniosité. Elle le suivit docilement, voulant réellement récupérer son bien.

- Je connais certaines femmes qui te suivraient comme ça pour des diamants ou de l’argent mais un ours en peluche c’est bien la première fois ! S’amusa-t-il.
Dean lui fit faire pratiquement tout le tour du salon rien qu’en agitant le vieil ours.
- C’est de la cruauté, donne lui son ours en peluche Dean !
- Cet ours pourrait nous être très utile…
- C’est du chantage, rend-le lui !
- Ca va…
Le chasseur désigna un fauteuil.
- Assis-toi là, et je te le donne.
Elle s’exécuta sans discuter. Dean lui tendit alors l’ours en peluche qu’elle se pressa de serrer contre elle, lui faisant bien comprendre que c’était SON bien. L’aîné prit ensuite place sur le canapé à côté de son frère.
- Tu n’es pas mieux que sous ta table franchement ? !
- Je ne suis pas sûr qu’elle apprécie d’être là avec nous…
- Vaut mieux l’habituer un maximum à notre présence !
- Je pense qu’il faudrait qu’elle prenne un bain aussi et… Faut lui trouver d’autres vêtements !
- On va s’en occuper dès que Bobby…
Le bruit de la clef de ce dernier résonna dans la serrure.
- Quand on parle du loup !

Le bruit de la porte s’ouvrant résonna. Les deux garçons se retournèrent s’attendant à voir leur vieil ami surgir d’une seconde à l’autre dans la maison. Mais tout ce qu’ils virent c’est la silhouette de la jeune femme se précipitant sous la table qu’elle venait à peine de quitter.

- Non, c’est un ami il… Dean poussa un léger soupir.
- Bien essayé !
- La ferme !

Bobby entra dans la maison un sac dans la main et regarda les deux jeunes chasseurs.

- Salut les garçons.
- Salut Bobby !
- Quoi de neuf… ?
- Oh heu… On a eût ce démon dont tu nous avais parlé ! Commença Sam.
- Oui Dean m’a apprit ça ! Vous les avez tous eût ?
- Tous ? Y’en avait plusieurs ?
- C’est ce qu’il paraîtrait !
- Non… Y’en avait qu’un là où a été. Il habitait une vieille cabane…
- Une cabane ? ! Ca ne leur ressemble pas ça.
- Oui, bizarre. Mais y a encore plus bizarre !
- C’est aussi ce que Dean m’a dit… Il a dit que vous aviez trouvé quelque chose d’étonnant ? !
- C’est le moins qu’on puisse dire !
- Je vous écoute…

Bobby jeta son lourd sac sur la table de la salle à manger ce qui produisit un grand fracas. Ils entendirent un petit cri de surprise suivit de quelques gémissements de peur en provenance de sous celle-ci.

- Qu’est-ce que c’est que ça ? S’écria Bobby.
- C’est… Ce qu’on a trouvé.

Le vieux chasseur s’avança vers la table et se pencha sous celle-ci, observant la jeune femme toute tremblante qui se trouvait dessous, sa peluche serré contre elle. Passant une main sur sa casquette Bobby se frotta un peu le crâne.

- Par l’enfer, c’est qui cette petite ?
- On en sait rien, elle était avec le démon… Enchaînée dans une sorte de placard.
- Elle est complètement inoffensive. Elle ressemble plus à un bébé chat qu’à une lionne sauvage ! Crût bon de préciser Dean.
Bobby se tourna vers les deux frères et se releva lentement.
- Et vous comptez en faire quoi, pourquoi l’avoir ramené ici ?
- C’était l’idée de Dean !
L’aîné jeta un regard d’infime gratitude à son lâcheur de frère.
- J’ai pensé…
- Excuse-moi ? S’écria Bobby visiblement mécontent.
- J’ai pensé que c’était cruel de la balancer dans un hôpital où ils l’auraient attachée et enfermée dans une cellule capitonnée, autant la laisser avec ce démon !
- Si elle est folle c’est peut être bien ce dont elle a besoin !
- Elle n’est pas folle Bobby. Affirma Sam. Effrayée, maltraité, sous alimenté mais certainement pas folle. Elle est calme et intelligente.
Le vieux chasseur maugréa quelques instants.
- Et vous comptez en faire quoi ?
- Heu… On pensait que tu aurais une idée sur la question.
- Vous plaisantez ?
- Il existe sûrement mieux qu’une cellule capitonnée non ? !
- J’en sais rien… Peut être…
- S’il te plaît Bobby. Si ça se trouve on peut retrouver sa famille, quelqu’un qui pourrait veiller sur elle. Inutile de lui faire vivre l’enfer deux fois de suite…
- Vous avez des pistes sur qui elle est ?
Les deux frères se regardèrent.
- On y travail… ! Affirmèrent-ils d’une même voix.
- Hum… J’ai l’impression que vous êtes deux gosses qui viennent de ramener un petit chien à la maison…
- Ca veut dire qu’on peut rester le temps de chercher un peu ?
- Evidemment ! Mais ne comptez pas sur moi pour jouer les baby-sitters, j’ai d’autres chats à fouetter.
- Bien sur que non. On s’en occupe !
- Parfait… Alors vous pouvez peut être lui dire de sortir de sous la table.
- Ca c’est pas gagné… Tu lui as sûrement fichue une trouille bleue !

Bobby roula des yeux et récupérant son sac se dirigea vers une pièce adjacente dont il claqua la porte afin de leur faire bien comprendre qu’il était dans son coin et qu’on devait lui ficher la paix. Les deux frères étaient un peu surpris de sa réaction, mais plutôt content d’avoir eût gain de cause… Surtout Dean à vrai dire. Il savait qu’ils avaient bien fait…

Pour faire sortir la jeune femme de sous sa table ce fut une autre paire de manche. Comme ils s’en doutaient la légère altercation qui pour eux n’était qu’une broutille l’avait complètement terrifiée, brisant ainsi le peu de confiance établi entre elle et eux.
Dean dû faire preuve de tout son charme et Sam usa et abusa de ses yeux de chiens battus pour qu’elle accepte de les suivre jusqu’à l’étage. A peine entrée d’ailleurs elle se précipita vers son placard et n’en bougea pas de la soirée, y passant même la nuit dans la foulée.

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: La femme sauvage - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 17:34

Chapitre 5 : Teddy.

Bobby était repartit de bonne heure le matin même, il ne rentrerait qu’en fin de soirée tout comme la veille. Il ne les avait pas vraiment informé de ses activités, ils pensaient simplement que le vieux chasseur était sur une affaire rien de plus. D’un côté cela les arrangeaient, son côté un peu trop bourru n’aidait pas à rassurer la jeune femme qui ce matin, semblait moins effrayée. Elle allait commencer à s’y faire tout doucement, mais cela prendrait un peu de temps…

- C’est plutôt… Perturbant ses petites habitudes. Soupira Dean.
- Elle ne doit pas avoir l’habitude de manger à table.
- Ou alors c’est nous qui la gênons !
Dean se pencha sous la table lançant un sourire à la jeune femme qui mangeait son assiette, son ours posé à côté d’elle.
- C’est bon au moins ?
Elle hocha lentement la tête en signe d’approbation mangeant ses pancakes en les coupant en petit morceau qu’elle picorait ensuite. Dean se releva lentement et sortant son bras de sous la table posa le vieil ours en peluche à côté de lui. Sam lui lança un petit regard sévère.
- Dean !
- Quoi ?
Ils entendirent un petit soupir de frustration depuis sous la table.
- T’es vraiment méchant, c’est comme si tu piquais son doudou à un enfant !
- Oui mais elle ne va pas passer sa journée sous la table non plus !
Là-dessus il n’avait pas tort.
- Ce n’est pas des manières de procéder…
- Si ça marche ! ?
- D’accord… Fait ce que tu veux. Renonça le cadet qui n’aurait pas gain de cause.

Ils terminèrent de déjeuner tranquillement puis la narguant de son ours, Dean l’obligea à sortir de sa cachette.

- Je crois que maintenant un bon bain s’impose !
- A mon avis tu vas t’amuser… Se moqua Sam.
- D’où l’utilité du nounours, lui aussi à bien besoin d’un bon bain.
- Je suis plutôt d’accord, ce truc empeste !
- Il faudrait penser à lui trouver un nom tant qu’on y est !
- Elle en a sûrement déjà un, même si à mon humble avis elle ne s’en souvient pas. Je me demande comme le démon l’appelait ?
- Bonne question.
Dean se tourna vers la jeune femme qui louchait sur son bien comme un chien sur son os.
- Aller vient, on va voir ce qu’on peut faire pour toi et cette chose…

L’aîné monta à l’étage suivit de près par la jeune femme. Elle commençait à comprendre son petit jeu avec l’ours en peluche, elle n’était pas idiote. Elle avait aussi comprit que la seule façon de le récupérer c’était de le suivre et de faire ce qu’il disait ! Elle était prête à tout pour ça, quoi qu’il lui demande.

Dean entra dans la salle de bain du premier étage et elle le suivit s’arrêtant alors qu’il se penchait vers la baignoire pour la remplir. Il boucha l’évacuation puis alluma l’eau et passa sa main dessus pour la régler à bonne température. Il n’y avait plus qu’à attendre…

- Reste ici, je reviens. Annonça-t-il.

Elle le regarda s’éloigner un peu surprise mais ne le suivit pas car il referma la porte pour l’en empêcher. Il ne tarda cependant pas, revenant quelques secondes plus tard avec quelques vêtements pliés dans sa main. Il posa la pile de linge sur une petite tablette à côté de l’évier et jeta un œil à la baignoire qui se remplissait doucement mais sûrement.
Pendant ce temps elle regardait autour d’elle comme à son habitude, mais quelque chose attira son attention plus particulièrement. Le miroir… Et son reflet.

Dean s’écarta légèrement quand elle s’avança vers celui-ci pour se regarder. Ses yeux balayèrent longuement son propre visage, elle ne c’était probablement jamais vu aussi clairement. Tout du moins pas depuis qu’elle vivait là-bas. Si c’était le cas la dernière image qu’elle devait avoir d’elle était celle d’une enfant ! A présent elle était une adulte, avec des traits de femmes.

Elle passa les mains sur ses joues sales, ses pommettes et ses lèvres. Ses cheveux très longs étaient rêches et emmêlés au possible. Elle avait vraiment l’air d’une sauvage… Elle sembla ne pas se reconnaître et toucha même le miroir pour être sûr que ce n’était pas quelqu’un d’autre qui était en face d’elle. Dean resta silencieux, la regardant se découvrir et être presque effrayé par sa propre image.

- Ca ira mieux après un bon bain ne t’en fais pas.

Elle se tourna vers lui alors qu’il allait arrêter l’eau coulant dans la baignoire. Maintenant celle-ci était pleine, ne restait qu’à lui expliquer le principe.

- Faisons un peu de science naturelle voyons… L’être humain dans la vie de tout les jours fait pleins de choses, alors il touche des objets sales et il transpire donc il a besoin de se laver… Ca c’est un bain donc…

Il s’arrêta en voyant la jeune femme attraper sa robe par la taille et la faire passer au-dessus de sa tête, la laissant tomber à ses pieds. Dean s’obligea à garder les yeux à hauteur de son visage alors qu’elle entrait dans la baignoire et se glissait dans l’eau tiède.

- Je vois que tu connais le principe, super !

Dean attrapa le gel douche qu’il posa à côté d’elle ainsi qu’une éponge.

- Savon, éponge, frotte bien derrière les oreilles !

Se penchant il ramassa sa vieille robe toute usée du bout des doigts et garda avec lui la peluche ce qu’elle ne manqua pas de remarquer.
- Lui aussi à besoin d’un bain, de se laver ! Expliqua-t-il. Tu as des vêtements propres ici…

Elle opina pour lui faire comprendre qu’elle avait saisit. Dean sortit de la salle de bain, le reste elle saurait probablement faire.

Redescendant au rez-de-chaussée il ouvrit la poubelle et jeta sa vieille robe usée avant de s’occuper du cas nounours qui termina sa course de déchet ambulant dans la machine à laver ! Quelques longues minutes plus tard, alors que Sam travaillait toujours à rechercher son identité, il remonta voir où elle en était.

Frappant deux petits coups sur la porte de la salle de bain, il passa seulement la tête par l’entrebâillement de la porte. Elle n’était plus dans son bain dont elle avait déjà vidé l’eau. Assise sur le tapis par terre, elle avait enfilé le tee-shirt trop grand et le pantalon lui aussi trop grand qu’il avait trouvé à lui donner. Ses cheveux rassemblés sur un côté, elle tenait un peigne en main et essayait vainement de les démêler. Ils étaient mouillés, propre, mais n’ayant pas de super démêlant sous la main la partie n’était pas gagné.

- Tout va bien ? ! S’enquit-il.
Elle ne répondit pas, continuant sa triste besogne. Entrant dans la petite pièce il se pencha à sa hauteur et fit une petite moue.
- Il vaudrait peut être mieux… Les couper ? ! Proposa-t-il.
Elle lui lança un regard quasi désespéré alors que ses yeux s’embuaient de larmes.
- Ca repoussera tu sais, et puis ils seront plus jolies ensuite.
Elle passa une main dans sa longueur de cheveux puis regardant de nouveau Dean elle hocha la tête lentement.
- D’accord, on va demander à Sammy de faire ça… C’est son truc à lui les cheveux !

Dean se leva et elle l’imita, le pantalon retombant sur ses pieds nus. Il lui avait fournit une paire de chaussette mais elle préférait visiblement ne pas les mettre. Il ne l’y obligerait pas, cela était l’une de ses premières décisions libres. Rester pieds nus !

Ils descendirent sans qu’il n’ait eût besoin de lui demander de le suivre. Arrivant dans le salon, Sam les reçut par un petit sourire.

- Enfin propre ?
- Oui mais on a besoin de toi… Pour jouer les coiffeurs. Impossible de démêler ses cheveux.
- Moi ?
- Avec tout ceux que t’as sur le crâne t’es plus qualifié que moi !
- Mais je ne me coupe pas moi-même les cheveux !
- Allons c’est pas bien sorcier.
- Pourquoi tu ne le fais pas alors ?
- Fait pas l’enfant Sam.
- Mais…

Dean ouvrit le tiroir de la cuisine et en sortit une grosse paire de ciseaux qu’il s’empressa de mettre dans les mains de son frère. Abandonnant là son ordinateur il jeta un petit regard navré à la jeune femme qui ne semblait guère plus ravi que lui. Se posant dans un coin du salon, Sam la fit asseoir sur une chaise.

Elle tenait ses cheveux sur le côté, espérant peut être qu’un miracle arrive. Sam jeta un œil accusateur à son frère qui lui avait filé lâchement le rôle de bourreau. Elle semblait vraiment ne pas vouloir couper ses cheveux pourtant elle était consciente que c’était la meilleure chose à faire. Le cadet tenta de la rassurer comme il pouvait.

- Je vais essayer de couper le moins court possible, promis.

Elle caressa une dernière fois sa longue chevelure brune puis les repoussa derrière ses épaules à la portée de Sam. Les rassemblant en queue de cheval, il essaya de voir à quelle hauteur ils n’étaient pas trop abîmés. Il fallait au moins couper jusqu’aux épaules pour ça. Tenant ses cheveux serrés entre deux doigts le chasseur prit une petite inspiration et coupa tout net alors qu’elle fermait les yeux crispant le visage comme si elle allait le sentir passer. Il avait essayé de faire en sorte que ce soit le plus droit possible.

Quand le dernier coup de ciseau retentit, elle porta les mains à ses cheveux qui tombaient seulement sur ses épaules maintenant. Un simple coup de brosse dedans suffit ensuite pour qu’ils retrouvent un aspect normale et sain. Plus de nœuds, ils étaient presque comme neuf.

Assise dans le fauteuil elle essayait de s’habituer à ses cheveux, à ses nouveaux vêtements. Tout devait lui paraître si étrange, si différent moins… Sombre et violent. Elle semblait plus à l’aise en leur compagnie, même si elle gardait sa méfiance naturelle. Ils lui faisaient sans doute moins peur…

- On dirait presque une autre fille ! Commenta Dean.
- Elle a l’air humaine.
- Humaine… Comme une vrai petite femme.
- Oui mais il faut lui trouver d’autres vêtements.
- On s’occupera de ça au prochain ravitaillement !
Dean se pencha sur le canapé pour voir où son frère en était.
- Les recherches avancent ?
- J’épluche les dossiers de la police… C’est dingue le nombre d’enfants et particulièrement les petites filles qui disparaissent, ça fait froid dans le dos.
- Ouais et de penser qu’elles sont entres les mains de démons peut être c’est encore pire.
- Y a pas que les démons, les humains ne sont pas mieux.
- Parfois même pire, nous on a aucune excuse !

Levant tous les deux les yeux sur la jeune femme ils la virent se lever lentement de son fauteuil. Elle aussi les surveillait du coin de l’œil pour voir leur réaction. Ils se contentèrent de lui faire un léger sourire avant de reporter leurs attentions sur l’ordinateur. Elle devait se sentir libre de ses mouvements, comme si ça ne leur faisait rien…

- Pas sous la table, pas sous la table… Pria doucement Dean.

Sam eût un petit rire amusé alors qu’elle se contentait de faire un petit tour de la pièce comme si elle cherchait quelque chose. Revenant à leur hauteur elle s’assit à même le sol en face d’eux. Ses doigts se posèrent sur la table basse en bois, touchant les marques que le temps avait creusées dans celle-ci.

- Teddy… Souffla-t-elle doucement comme pour elle-même.

Sam et Dean levèrent la tête vers elle avant de se regarder quelques secondes.

- Est-ce que tu as dit quelque chose ?

Elle leva les yeux sur eux mais garda les lèvres scellées. Elle reporta son attention sur la table alors qu’ils soupiraient un peu déçu. Elle n’avait probablement émis qu’un son qu’ils avaient prit pour un mot. Elle ne bougea pas tout le temps où ils travaillèrent à son affaire, cherchant une ressemblance quelconque avec une des fillettes disparut du fichier.

Se lassant très vite de n’obtenir aucun résultat, ils décidèrent de manger un morceau. Dean se porta volontaire pour faire un saut en ville pour acheter ce qu’il fallait. Même si le frigo de Bobby était plein, ils n’étaient pas adeptes de la cuisine, le « déjà chaud prêt à manger » leur convenait un peu mieux. Il en profiterait aussi pour acheter quelques petites choses pour leur invitée, des vêtements notamment.

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: La femme sauvage - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 17:38

Chapitre 6 : Les livres.

Le bruit de la Chevrolet s’éloignant Sam referma son ordinateur et se dirigea vers la bibliothèque de Bobby où il prit un livre. Il fallait bien qu’il s’occupe en attendant et la jeune femme toujours sans nom n’était pas vraiment une grande bavarde. Celle-ci faisait d’ailleurs une nouvelle inspection plus approfondie de la pièce à vivre. Se laissant tomber dans le canapé il ouvrit le livre qui traitait de chamanisme et sauta quelques chapitres avant d’en trouver un qui l’intéressait.

La jeune femme reportant son attention sur lui l’observa quelques instants avant de s’avancer vers le canapé. Levant les yeux Sam remarqua qu’elle semblait intéressé par son activité. S’arrêtant à sa hauteur, elle se posa au pied du canapé à genou ce qui mit Sam assez mal à l’aise. Il n’aimait pas cette idée de position inférieure qu’elle avait prit envers eux. Mais de là à lui faire comprendre, c’était une autre paire de manche. Comme elle ne voudrait certainement pas s’asseoir à côté de lui, il se laissa glisser du canapé à côté d’elle afin de les mettre à égalité.

- C’est un livre… L’informa-t-il. Tu connais ?
Elle toucha le livre qu’il tourna un peu vers elle pour qu’elle puisse mieux voir. Il la vit froncer les sourcils comme si elle fouillait sa mémoire, puis elle le regarda de nouveau. Sam l’interrogea du regard avant qu’elle ne pose le doigt sur la première ligne et suive la phrase de son doigt comme l’on apprenait aux enfants pour ne pas se perdre parmi tous les mots.
- Oui… C’est comme ça qu’on lit. Est-ce que tu sais lire ?
Elle secoua doucement la tête, lui apprenant que non.
- Si tu veux, je pourrais t’apprendre.
Un petit sourire passa sur ses lèvres alors qu’elle acquiesçait.
- A écrire aussi…

Elle reposa son doigt sur le livre et traça du bout des doigts ce qui ressemblait à un A, puis elle fit un B, le C… Avant de s’arrêter, visiblement hésitante.

- Tu connais déjà quelques lettres. Ca veut dire que tu as au moins été jusqu’au CP avant de disparaître. Tu avais aux environs de six ans…
Elle fronça les sourcils comme si elle ne le suivait pas.
- Tu ne connais vraiment pas ton nom… Ou ton prénom ? Moi c’est Sam, mon frère c’est Dean et toi ?
Elle secoua doucement la tête.
- Tu as oubliée ?
Elle n’acquiesça pas, mais ses yeux disaient oui.
- Ca ne fait rien… On finira bien par trouver et tu viens de bien nous aider merci !
La jeune femme reporta son attention sur le livre qui semblait réellement l’intéresser. Sam devina qu’elle devait s’ennuyer…
- J’ai peut être ce qu’il te faut, attend…

Se levant le chasseur se dirigea vers la bibliothèque et parcourut le titre de quelques volumes assez imposant. Il en sortit l’un d’eux et revint s’asseoir à côté d’elle. Il ouvrit le lourd volume à la première page et le lui donna.

- C’est l’encyclopédie des plantes et des fleurs… Y a des tas de jolies photos dedans.

Il désigna la première illustration qui fit briller ses yeux d’intérêts. Elle tourna à la seconde page, découvrant une nouvelle photo qui sembla lui plaire. Elle continua ainsi l’air vivement intéressée. Quand ils disaient qu’elle était intelligente et saine d’esprit ils étaient bien en dessous de la vérité. Elle était aussi curieuse…

Dean revint une petite heure plus tard, la faisant sursauter pour de bon quand il poussa la porte. Il eût heureusement le réflexe de s’annoncer ce qui la tranquillisa. Lui jetant un coup d’œil pour s’assurer qu’il ne représentait pas une menace elle reporta son attention sur son livre tout comme Sam. Posant ses courses sur la table, Dean leur jeta un petit regard suspect.

- Je m’absente juste un peu et tu en profites pour en faire un rat de bibliothèque ? ! Gronda l’aîné.
- Plaisante pas, je viens d’apprendre quelque chose de capital sur son compte !
- Quoi donc ?
- Elle connaît quelques lettres de l’alphabet !
- Oui moi aussi… Et ?
- Non mais ça veut dire qu’elle a commencé à apprendre, donc elle avait au moins six ans quand on l’a enlevé !
- D’accord je dirais plus que les livres ne servent à rien… Et tu lui as filé quoi, l’encyclopédie des monstres en dix volumes ?
- Un livre sur les plantes et les fleurs, rien de traumatisant là-dedans !
- Super ! Qui a faim ? C’est burger au menu…
- Tu sais je crois qu’on devrait essayer de lui faire manger des choses plus équilibrés, elle prend de mauvaises habitudes.
- Si ça se trouve elle vient de passer les dix dernières années à bouffer des racines et tusaisquoi alors ça va pas la tuer !
- Je dis surtout ça pour sa santé, elle doit manquer de pleins de choses…
- Elle à l’air en pleine forme pour l’instant, aller à table !


Bobby poussa la porte d’entrée plus en douceur que la veille et entra dans sa propre maison qui était investit par les deux frères et leur petite protégée. Balayant la pièce des yeux il n’aperçut que les deux garçons qui se trouvaient à table en train de manger.

- Salut Bobby !
- Sam, Dean… Les salua-t-il.
- Alors t’as fait le mur, on t’as pas vu de la journée ?
- Je travail sur une affaire… Et vous, du neuf ?
- Pas pour le moment ! On t’a gardé à manger au cas où tu aurais un petit creux ! ?
- C’est gentil mais j’ai mangé sur la route… Qu’est-ce que vous avez fait de votre inconnue ?
- Elle est sous la table.
- Quoi ?
Le vieux chasseur se baissa légèrement, faisant un petit signe à la jeune femme qui mangeait assise dessous.
- A ce point là ? ! S’enquit-il.
- Elle ne veut pas manger avec nous à table… Et je crois que les endroits exigus la rassurent !
- Elle dort dans un de tes placards.
Bobby fronça un peu les sourcils, secouant la tête.
- Sérieusement… Les gars…
- Mais on avance bien avec elle ! Tu devrais la voir, elle a l’air plus humaine qu’hier… Et on a découvert qu’elle a dû être enlevé environ à l’âge de six ans ce qui va bien nous aider je pense !
- Bon… Si ça vous amuse. J’ai encore du boulot à faire, quelques recherches alors…
- T’as besoin d’aide ? ! Proposa Sam.
- Non ça ira je te remercie. Je vais plutôt regagner mon coin… Amusez-vous bien… !
- Toi aussi Bobby !
Le vieux chasseur regagna la pièce adjacente un peu à l’écart alors qu’eux finissaient leur repas.

La jeune femme assise au bord de son placard continuait de feuilleter l’épais livre que Sam lui avait donné. Il devait bien faire cinq cents pages faciles et autant d’espèces et de photos différentes, elle avait de quoi s’occuper un long moment. Elle avait posé la couverture sur elle, avec la nuit les températures refroidissaient vites et le sol n’était pas des plus chauds. C’était une vieille maison un peu humide ce qui n’arrangeait rien.

Sam était assis sur le seul lit de la pièce, lui aussi bouquinait un peu. Dean squattait le vieux sofa qui se trouvait contre le mur, occupé à faire des cocottes en papiers avec quelques feuilles vierges alors qu’il s’ennuyait ferme. La jeune femme ne retenant pas un bâillement s’allongea sur le sol posant le livre à côté d’elle. Un de ces bras était passé sous sa tête pour plus de confort. De l’autre main elle continuait à tourner les pages…

- Tu crois que j’ai une chance si j’essai de la convaincre de prendre le lit ?
- J’en doute… Mais tu peux toujours tenter ta chance.

Sam referma son bouquin et le posa sur la table de chevet se levant. Il se dirigea vers elle, s’accroupissant pour être plus prêt d’elle.

- Le lit est plus confortable tu sais…
Mais elle semblait bien où elle était. Trop l’habitude de dormir par terre pour avoir envie de changer sans doute.
- J’aurais eût le mérite d’essayer.
- Tiens file-lui au moins un coussin !

Sam se retourna au moment où son frère lui envoya un des nombreux coussins dont cette chambre ne manquait pas. L’attrapant au vol, il le montra à la jeune femme et le posa près d’elle, à côté de sa tête des fois qu’elle ne sache pas trop son utilité. Elle ne s’en servit pas, mais cela n’empêcha pas Sam de lui donner une couverture supplémentaire qu’il posa sur elle. Si ça ne la soulageait pas elle, s’était au moins le cas de leur conscience !

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: La femme sauvage - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 17:39

Chapitre 7 : Cauchemars.

Quelques heures plus tard.

La jeune femme serra la couverture contre elle dans son sommeil avant de rouler sur le dos, poussant un petit gémissement plaintif. La chambre était plongée dans le noir, les deux frères dormant du sommeil du juste. Elle s’agita, ses bras remuèrent dans la couverture qui l’emprisonnait à présent, enroulé autour d’elle. De ses lèvres s’échappaient quelques plaintes, des cris étouffés de protestation, de supplication. Sam remua légèrement à son tour depuis le lit, sortant de sa phase de sommeil profond. Il changea aussitôt de position pour repartir dans les limbes avant d’entendre juste un peu plus loin les petits cris plaintifs qui s’échappaient du placard.

S’obligeant à ouvrir les yeux, il se tourna dans sa direction se demandant ce qu’il lui arrivait. Elle était sûrement en train de cauchemarder… Se relevant, il aperçut son frère qui s’agitait à son tour.

- Dean ! Chuchota Sam. Je crois qu’elle est en train de faire un cauchemar.
- Mh… Réveille là alors.
- Tu crois que…

Un hurlement déchirant s’éleva du placard coupant Sam dans sa réflexion. Les deux hommes se levèrent d’un bond, se précipitant vers la jeune femme. Celle-ci s’était redressée et affolée avait accourut jusqu’à la porte pour sortir. Plus rapide elle avait ouvert cette dernière et filait déjà dans le couloir…

Dean devança son frère et la rattrapant de quelques enjambés l’agrippa pour l’immobiliser. Ses deux bras la ceinturèrent mais elle n’apprécia pas des masses ce contact forcé et tout en hurlant se débattit de toutes ses forces. Elle n’était ni bien grande ni bien épaisse, mais le désespoir dans lequel elle se débattait pour lui échapper la rendait difficile à maîtriser.

- Du calme, c’est moi, c’est Dean ! Lui criait-il pour la calmer.

Mais elle était hystérique, ne l’entendait probablement même pas. Sam figé chercha un moyen d’aider son frère mais il ne voyait pas comment. Brusquement Dean poussa à son tour un cri de douleur alors qu’elle venait d’enfoncer ses ongles dans son bras. La relâchant légèrement par réflexe, il eût tout juste le temps de raffermir sa prise pour ne pas la laisser partir.
La soulevant de terre, il la ramena en quelques enjambés dans la chambre et laissa Sam refermer la porte.

Dean n’eût d’autre choix pour la calmer que de la plaquer au sol et de lui affliger une bonne partie de son poids pour l’empêcher de bouger. Complètement immobilisée, elle n’eût d’autre choix que de se calmer.

- Ca va… C’est finit. Je sais… Je sais. Lui chuchota-t-il alors qu’elle recommençait à pousser de petits cris plaintifs.

Sam échangea un regard étonné avec son frère qui la tenait toujours fermement pour l’empêcher de bouger même si elle semblait s’être calmée. Dean resta un moment dans la même position, il voulait être sûr qu’une fois qu’il la lâcherait elle ne recommencerait pas. Se relevant légèrement, elle en revanche ne bougea pas, avachit contre le plancher. Dean dû la relever et la porta jusqu’à son coin dans le placard où il la posa sur les couvertures. Quand elle fut à l’intérieur, elle se précipita au fond de ce dernier et se recroquevilla sur elle-même, comme un animal sauvage blessé.

- Qu’est-ce qu’il lui a prit ? ! S’étonna Sam au près de son frère.
- Elle a du faire un cauchemar.
- Un violent cauchemar… Elle est si calme d’habitude… ! ?
- Tu oublies de quel enfer on l’a tiré… Elle à l’air calme, mais à l’intérieur d’elle c’est le chaos.
- A ce point ?
- Tu n’as pas idée… Moi si. Soupira l’aîné en retournant vers son lit.

Sam jeta un œil à la jeune femme puis à Dean.

- Tu ne crois pas qu’on devrait…
- Elle ne bougera plus, je doute qu’elle referme l’œil !
- D’accord mais peut être… Que l’un de nous devrait veiller avec elle.
- A mon avis, elle a envie d’être seule.

Le cadet posa un regard empreint de tristesse sur la jeune femme avant de regagner son propre lit avec la ferme idée que lui non plus ne fermerait pas l’œil après ça.


***

Sam posa avec désespoir l’assiette juste devant elle, lui lançant un sourire d’encouragement qui fit un flop. Une deuxième assiette était posée à l’entrée du placard, pleine aussi et à laquelle elle n’avait pas touchée. Les genoux ramenés contre elle, elle avait posé la tête dessus et ses bras entouraient le tout. Elle se protégeait ainsi de tout et de tout le monde, prostré dans une immobilité et un silence quasi parfait.

- Mange au moins un peu… S’il te plaît.
Il poussa un peu plus l’assiette vers elle.
- Ce n’est pas grave ce qu’il c’est passé cette nuit, ça n’a aucune importance…
Le cadet poussa un petit soupir. Il avait presque tout essayé pour qu’elle sorte de sa catatonie, mais il n’y avait rien à faire. Dean aussi avait essayé… Sans succès non plus.
- J’aimerais me sentir moins inutile pour une fois. Qu’est-ce que je peux faire et qui te rendrais les choses moins pénibles ? !
Sam soupira une nouvelle fois avant de poser les yeux sur le livre qu’il lui avait prêté. Une idée lui traversa alors l’esprit… Se levant d’un bond il sortit de la chambre et revint quelques minutes plus tard un livre version de poche dans la main.

Il s’installa en face d’elle et ouvrit le livre à la première page.

- J’aime bien cette histoire… Je l’ai lu quand j’étais plus jeune. J’imagine que si on a à peut prêt le même âge tu la connais sûrement aussi.

Sam s’éclaircit la gorge et posa les yeux sur la première phrase du prologue. Il se mit à lire à voix haute, lui contant l’histoire de ce petit garçon qui s’appelait Charlie et du ticket qu’il avait gagné afin de visiter une célèbre chocolaterie…

Au fil de sa lecture il commença à attirer son attention, elle semblait l’écouter visiblement intrigué. Et puis au fur et à mesure des chapitres elle sembla se détendre, prit une posture un peu plus ouverte, se méfia moins. Sam lui lançait de temps en temps des coups d’oeils, content de voir que son histoire faisait son effet sur elle. Quand il arriva à la fin elle avait posé son menton sur l’une de ses mains, l’écoutait comme parole d’Evangile, imprimant chaque mot et chaque phrase.

Refermant lentement le roman le chasseur observa ses réactions, cherchant sur son visage ce qu’elle ressentait à présent. Elle battit des paupières quelques secondes, comme si brusquement elle relâchait toute la tension et n’avait plus qu’une idée dormir. Sam la vit se mettre en position pour s’allonger, il en profita pour pousser le coussin sous sa tête. Elle s’appuya dessus puis ramena la couverture contre elle.

- Je reste dans le coin… Tu peux dormir tranquille.
Elle ferma les yeux quelques secondes avant de les rouvrir et de se relever. Sam la regarda un peu surpris, elle avait l’air bien partie pour un bon somme.
- Qui a-t-il ?
Elle se redressa, s’asseyant sur les couvertures et jeta un petit coup d’œil autour d’elle. Finalement elle posa les yeux sur Sam, lui lançant un petit regard suppliant.
- Je ne… Soupira-t-il.
Elle poussa un petit soupir à son tour et se pencha un peu vers lui comme si elle allait lui parler.
- Tu veux quelque chose ? ! Comprit-il.
- Teddy…Souffla-t-elle.
Un grand sourire passa sur le visage de Sam alors qu’il se répétait mentalement ce qu’elle venait de dire.
- Qui est Teddy ? !
- Hé qu’est-ce qui se passe ici ? ! S’enquit Dean en entrant dans la chambre quelques vêtements dans la main.
- Tu ne vas pas le croire. Elle vient juste de me parler.
- Quoi ?
L’aîné s’avança vers eux surprit.
- Oui à l’instant.
- Qu’est-ce qu’elle t’a dit ? ! Dean se trouva idiot de ne pas s’adresser directement à elle. Qu’est-ce que tu lui as dit ?
- Vas-y… Encore une fois, s’il te plaît.
Elle avisa leurs grands yeux curieux sur elle et se renfrogna un peu… Trop de pression. Au bout de quelques secondes ils affichèrent un air un peu déçu. Sam tourna la tête vers son frère.
- Elle a dit…
- Teddy. Souffla-t-elle de nouveau d’une toute petite voix.
- Elle a dit ça !
- Teddy… Teddy est un grand mot, un super mot ! Affirma Dean tout content.
- C’est incroyable !
- Tu sais quoi, c’est mon nouveau mot favori !
- Ouais moi aussi.
- Teddy… Répéta Dean. Ca veut dire quoi à propos ?
- Heu… Pas la moindre idée.
Ils reportèrent leur attention sur elle qui suivait leur échange dubitative.
- Qui est Teddy ? ! Ce n’est pas ton nom n’est-ce pas ?
- Peut être quelqu’un de ta famille ? Proposa Dean.
Elle soupira et pointa légèrement la main vers Dean.
- Teddy.
- Non… Moi c’est Dean.
- Dean… Teddy… Oh ! Teddy, l’ours, c’est ton ours en peluche n’est-ce pas ? ! Réalisa Sam.
Elle hocha la tête.
- Oh mon dieu… L’ours en peluche, je l’avais oublié celui-là…
- Dean tu lui as volé son ours, rend-le-lui !
- Heu… Je sais plus ce que j’en ai fait.
- Quoi ?
Dean se pencha vers son frère et lui chuchota :
- J’espère que je ne l’ai pas fichu en l’air…
- Tu n’as pas fait ça ?
- Je ne sais pas…
- Heu… Faut vraiment qu’on te trouve un nom. Dean a laissé Teddy en bas, si on allait le chercher tous les trois hum ? !
- Ouais bonne idée.

Les deux frères se levèrent se dirigeant vers la porte. Sam jeta un petit coup d’œil à la jeune femme.

- Tu ne veux pas nous aider à chercher Teddy ? ! Tu peux venir…

Elle sembla hésiter quelques secondes puis se leva finalement et suivit le mouvement. Ils descendirent dans la pièce à vivre puis se mirent à chercher tous les trois. Dean croisa les doigts pour ne pas avoir jeter l’ours en même temps que sa vieille robe, à vrai dire il n’avait pensé qu’à ça tout en manipulant cette vieille chose malodorante ! Il espérait juste ne pas l’avoir fait, la jeune femme en ferait probablement une maladie !

Retournant les coussins, les coins et recoins de chaque pièce de l’étage inférieur, ils commencèrent un peu à désespérer… S’étant séparés, ils avaient perdus leur hôte des yeux sans s’en inquiéter, certains qu’elle n’essaierait pas de s’enfuir !

- Dean… ! Essai de te rappeler !
- Je ne me souviens déjà pas ce que j’ai mangé au petit déj’ alors…
- OH !

Le cri de surprise provenait d’une petite pièce adjacente à la cuisine. Suivant la provenance du bruit ils aperçurent la jeune femme accroupit devant la machine à lavé, une main posé avec désespoir sur le hublot et d’où on pouvait apercevoir le pauvre nounours… Ce dernier avait prit un bain forcé dans la machine et marinait depuis en attente d’un petit séchage en bonne et due forme… Seul hic à macérer dans l’humidité depuis deux jours le pauvre ours ne devait plus être aussi pimpant !
Elle regarda les deux frères un peu choqué comme si elle avait découvert la salle des tortures et que Teddy en avait fait les frais !

- Ce n’est rien… C’est… Une sorte de bain pour nounours ! Expliqua Dean.
- Ne lui parle pas comme si elle était idiote… Dean a oublié Teddy dans la machine à laver alors… On va le laver de nouveau et une fois qu’il sera sec, on te le donnera ! Cette fois c’est promis !

Sam relança le cycle de la machine et jeta un petit regard soulagé à son frère. Il valait mieux ça plutôt que d’aller devoir le récupérer dans les poubelles… !

Teddy termina sa course devant la cheminée dans laquelle un feu brûlait. Pendu par une patte juste devant l’âtre il finissait de sécher afin que la jeune femme puisse le récupérer. Celle-ci se languissant un peu avec désespoir, s’était assise sur le tapis devant la cheminée et attendait tranquillement qu’il lui revienne.

Dean s’arrêta à sa hauteur un mug dans la main et se laissa tomber à côté d’elle sur le tapis. Il tenait une autre tasse dans sa seconde main. Il lui tendit la première avec un petit sourire.

- Attention, c’est chaud. La prévint-il.

Elle prit la tasse qu’elle serra entre ses deux mains, se nourrissant de la chaleur que cela lui procurait. S’était étrange à son sens, de sentir de la chaleur s’échapper de l’eau, d’objets dans les pièces ou des aliments. Avant cela elle ne connaissait que le feu qui en produisait…
Mais tout semblait différent, cette vie, ces hommes… Ils n’étaient pas comme son précédent maître. Ils étaient… Gentils.

- Je suis désolé pour ton… Ours.
Elle hocha lentement la tête et posa les yeux sur son bras, là où elle l’avait griffé la nuit dernière. Son visage semblait dire « pardon »
- Oh ça… Les femmes adorent me griffer, c’est pas la première fois !
Elle fronça un peu les sourcils ne comprenant pas.
- Oh c’est rien. Peu importe. Tu sais… Il soupira. Je comprends, je sais ce que tu ressens.
Elle se fit attentive, semblant l’écouter.
- L’impression… De n’être rien. Rien qu’un jouet… De voir les autres aimer te voir souffrir… Ouais, moi aussi j’ai vécu un truc du style.
Il l’entendit prendre une petite inspiration.
- Tu… Tu n’as plus à avoir peur. Tu es libre maintenant, et Sam et moi on ne te fera jamais de mal.
Elle rassembla ses genoux vers elle et posa doucement la tête dessus.
- On essai de retrouver ta famille tu sais. Parce qu’avant d’être avec ce monstre… Tu viens de quelque part. On ne sait pas encore où… Mais on va trouver. Il y a forcément des gens qui t’aiment et qui t’attendent quelque part.
Dean posa les yeux sur elle.
- Est-ce que… Tu sais parler ? !
Elle baissa un peu les yeux.
- Tu sais, mais tu ne veux pas n’est-ce pas ? Ca ne fait rien… Je comprends ça. Mais quand tu te sentiras prête, tu pourras parler…
Elle secoua négativement la tête, se recroquevillant d’avantage.
- Pourquoi pas ? S’enquit Dean.
Elle fronça un peu les sourcils ses yeux s’embuant de larmes.
- Tu peux me le dire…
Quelques larmes roulèrent sur son visage alors que sa tête tombait contre ses genoux, submergé par un sanglot.
- Je suis désolé, je n’aurais pas dû insister… Se morigéna Dean. Je te laisse tranquille…

Le chasseur allait se lever mais elle posa une main sur son bras le retenant. Se rasseyant il la vit essuyer ses larmes et reprendre une légère contenance. Levant un bras, la tasse posé à côté d’elle, elle le tourna paume en l’air dans sa direction. Dean regarda l’intérieur de son bras et posa une main dessous juste pour l’examiner de plus près. Des cicatrices, blanches donc ancienne et d’autres un peu moins vrillaient son bras. Certaines étaient fines, longues, d’autres plus petites rondes. Elles semblaient avoir été faites avec divers objets, probablement des couteaux, d’autres avaient l’air de brûlure.

Le chasseur lui lança un regard navré, comprenant ce que pour elle parler signifiait. Douleur. Ses blessures équivalaient certainement aux moments où elle avait ouvert la bouche. Beaucoup étaient très anciennes, c’est quelque chose qu’on lui avait apprit, à se taire.

- Je suis désolé.
Elle reprit son bras qu’elle serra contre elle. L’autre était dans le même état…
- Ici personne ne te fera ça. Peu importe ce que tu fais ou dit.
Elle hocha lentement la tête venant la reposer sur ses genoux. Quelques nouvelles larmes glissèrent sur son visage qu’elle ne prit pas la peine d’effacer cette fois.

Dean tourna légèrement la tête vers Sam appuyé un peu plus loin contre le chambranle de la porte et qui avait suivit ce qu’il venait de se passer. Ils avaient comme dans l’idée que celui qui pouvait faire ça, pouvait faire bien pire… Qui sait ce qu’elle avait traversé, subit, vécu, pour en arriver là…

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: La femme sauvage - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 17:47

Chapitre 8 : Jeux et détente.


Il sentait bon. Un mélange de feu de bois et de fleur, un vrai délice pour ses narines. La jeune femme serra un peu plus l’ours en peluche contre son visage puis poussa un petit soupir d’aise tout en fermant les yeux. Elle était bien, même couché sur le plancher dans son placard, elle se sentait bien. En sécurité presque. La lumière s’éteignit et elle continua d’observer les deux hommes dans la chambre qui cherchaient une position confortable pour dormir. Bien au chaud entre ses deux couvertures, elle ferma les paupières pour de bon.

Un cri lui échappa quand en pleine nuit elle se redressa dans son lit, réveillée par un mauvais rêve. L’envie de se lever lui prit, mais elle se contenta de serrer son ours contre elle, inspirant sa bonne odeur. Ce n’était pas un rêve, elle était bien là, en sécurité. C’était l’autre le rêve… Ou plutôt le cauchemar. Il semblait plus réel que jamais mais ne l’était pas.
Une silhouette se leva dans le noir grande, massive. Celle de Sam… Elle le regarda s’accroupir à côté d’elle puis s’asseoir sur le plancher à ses côtés.

- C’est rien, c’est juste un cauchemar… Rendors-toi.

Elle s’exécuta, se rallongeant dans les couvertures. Il s’occupa de remonter la couverture sur elle, l’emmitouflant de nouveau tout en laissant s’échapper un bâillement.

- Je reste là, jusqu’à ce que tu t’endormes. Lui chuchota-t-il de nouveau.

La jeune femme ferma les yeux, poussant un petit soupir rassuré. Sam se frotta un peu les yeux, il était à peine réveillé, luttait pour ne pas se rendormir tout de suite. Il regagnerait son lit quand elle se serait rendormit. Il valait mieux ça qu’une autre crise de panique. Cette fois elle ne lutta pas, ne tarda pas trop à se rendormir malgré son cœur battant la chamade et les flashs lui glissant encore devant les yeux.

***

Dean observa la jeune femme fixement, cherchant sur son visage une réponse qui ne venait pas. Elle ne semblait pas trop concerné, assise au pied du fauteuil, elle grignotait quelques gâteaux. L’aîné jeta un œil à son frère qui lui aussi semblait chercher…

- Sarah ? ! Rebecca, Anna, Brandy, Michelle, Lena, Sandra, Gwendoline, Carole, Julie, Mona…
- On ne t’a pas demandé de faire la liste de tes conquêtes Dean !
L’aîné afficha un petit sourire pervers qui agaça Sam.
- Non mais c’est sérieux… Essai de te concentrer un peu !
- Je suis concentré !
- Qu’est-ce que tu penses de… Melanie ?
- J’ai couché avec une Melanie… Non attend, peut être même deux…
- Dean !
- Mais c’est un très joli prénom mis à part ce détail !
- Non ! Je vois d’ici ton sourire d’ahurie en l’appelant.
- Bon alors trouvons autre chose… Pourquoi pas… Quel sourire d’ahurie ? ! Réalisa Dean offusqué.
Sam poussa un nouveau soupir.
- Pourquoi pas un prénom en rapport de là où elle vient ?
- Sauvagegirl ? !
- Non ! Un truc du genre… Rose, Marguerite…
- Marguerite ! Ce n’est pas une vache Sam.
- Marguerite est un prénom porté par beaucoup de grandes femmes très célèbres.
- Hors de question, et puis elle n’est pas si grande, elle fait un tout petit mètre soixante et des brouettes…
- Ce n’est pas ce que je voulais dire par grande !
- Pourquoi pas… Monica ! ?
- D’accord, quelle actrice de porno s’appelle comme ça ? !
- Je suis outré que tu puisses penser que j’oserais !

Un petit sourire pervers passa sur le visage de l’aîné qui se reprit bien vite. Des bruits de pas résonnèrent depuis l’étage puis dévalèrent les escaliers. Bobby fit son apparition, jetant un coup d’œil au conseil improvisé qu’avaient organisé les garçons dans le salon.

- Bobby donne-nous ton avis, on lui cherche un prénom !
- Cette petite à déjà un prénom sûrement !
- Oui mais on ne sait pas ce que c’est et ça devient compliqué pour s’adresser à elle…
- Et bien… Vous l’avez trouvez dans le Wyoming non ? !
- Oui… A quelques kilomètres de Sheridan ! Précisa Dean.
- Alors appelez là Sheri…
- Sheri ? !
- Oui… Sheri ! Ce n’est pas pire que ce que vous deviez avoir en tête tous les deux.
- Très juste… Mais ce n’est pas à nous de trancher.

Ils se tournèrent vers la jeune femme qui regardait longuement Bobby, les yeux fixés sur lui et les moindre de ses mouvements. Si elle commençait à se faire à leur présence, elle avait plus de mal avec le vieux chasseur. Il faut dire qu’il ne passait que peu de temps avec eux.

- Qu’est-ce que tu penses de Sheri ? Ca te convient si on t’appelle provisoirement comme ça ?
Elle secoua les épaules, apparemment elle s’en fichait royalement.
- Bon alors va pour Sheri.
- Parfait… ! Une bonne chose de faites.

Sam secoua le petit sachet vert qu’il tenait dans la main avec un sourire triomphal. S’avançant vers le coin salon d’où Sheri ainsi nommé depuis peu se trouvait toujours, il s’installa devant la table basse puis lui fit un petit signe de s’approcher. Elle s’exécuta curieuse, alors que Sam ouvrait le sachet et le déversait sur la table. Des flots de petits carrés jaune pâle tombèrent sur la table, s’y répandant un peu partout.

- Ce sont les lettres du scrabble ! On va voir où tu en es dans ton apprentissage de l’alphabet. Expliqua-t-il.

Sam tria les lettres pour obtenir un alphabet complet puis poussa les autres un peu plus loin. Il prit soin de ne pas les mettre dans l’ordre mais les étala sur la bonne face, donc avec la lettre gravée pour qu’elle puisse bien tous les voir.

- Est-ce que tu peux… Remettre les lettres dans le bon ordre ? !

Il posa les yeux sur elle, l’air d’un professeur attendant de son élève qu’il lui récite sa leçon. Sheri fit une petite moue tout en regardant les lettres devant elle. Elle posa son doigt sur le A puis le fit venir jusqu’à elle. Elle n’hésita ensuite pas trop sur le B et le C qu’elle connaissait aussi. Sa main sembla ensuite hésiter entre plusieurs lettres qui se trouvaient aussi au début de l’alphabet. Elle attrapa au final le D qu’elle ajouta à la liste.

- C’est juste, c’est ça. La félicita-t-il.
Le E puis le F suivirent sans faute… Mais ensuite, ce fut le blocage.
- C’est le G… Celui-là désigna Sam. Comme Garage.
Elle le prit et l’ajouta, relisant la ligne déjà commencée. Elle prit ensuite le H, le i, le J, le K, le L…

Sam la regarda hésiter sur les lettres suivantes, son cœur semblait balancer entre le N et le M…

- C’est le M… Comme…
- Maman.
- Oui… Comme maman.

Sheri fronça un peu les sourcils tout en prenant la lettre M qu’elle plaça sur la ligne. Ses yeux continuèrent de se poser sur la ligne qui n’était pas terminé. Elle prit ensuite le N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, X, Y et Z.

- C’est bien ! Tu connais pratiquement tout l’alphabet… Tu pourrais me lire les lettres à voix hautes ? ! Je sais que tu peux.
Sam posa un petit regard suppliant sur elle. Sheri baissa les yeux sur la ligne puis posa son doigt sur le N qu’elle sortit du lot, puis le O et alla fouiller parmi les autres lettres pour dénicher un autre N.
- Non. Lut Sam. Ca à le mérite d’être clair !
Dépité il tourna la tête vers elle et aperçut un grand sourire se figer sur ses lèvres. Changeant d’expression il l’entendit rire doucement.
- Tu te moques de moi ? ! Réalisa-t-il. Ok… Tu te moques… Rit-il à son tour.

La jeune femme garda son sourire encore pendant quelques secondes puis redevint sérieuse tout comme Sam.

- Ok, tu ne veux pas parler… Tu sais écrire d’autres mots ? !

Elle jeta un œil parmi les lettres et en rassembla quelques unes. Le mot « oui » se forma en écho à son « non » précédant. Elle tenta le « bonjour » aussi, mais elle avait du mal avec le G et le J comme beaucoup d’enfants en apprenant. Il lui montra comment écrire d’autres mots courant, comme « maison » « ours » et même « Sam » et « Dean » !

La leçon aurait pu durer des heures, elle ne semblait pas se lasser un instant d’apprendre ou de montrer les petites choses qu’elle savait. Sam était un bon professeur, patient, ouvert, intéressé. Il était autant fasciné par son intelligence que par sa capacité d’attention. On aurait pu croire qu’elle serait agitée, vite agacée, mais ce n’était pas le cas.

- Bon, suffit la classe ! Intervint Dean en mettant fin à ce premier cours. Il n’y a pas que les bouquins et tous ses trucs ennuyeux dans la vie !
- Ennuyeux ? S’offusqua Sam.
- Qui veut faire une partie de basket ? Rectification, qui veut prendre la raclée de sa vie ?
Sam jeta un œil à la jeune femme qui semblait neutre.
- Ouais Sheri et moi on te prend quand tu veux !
- J’ai hâte de voir ça !
- Tu viens jouer avec nous, j’ai besoin de toi pour lui rabattre son clapet !

Elle se contenta de suivre le mouvement, un peu réticente quand elle dût sortir hors de la maison. L’encourageant cependant elle suivit et s’arrêta tout comme eux sous un vieux panier de basket, rouillé et sans filet qui était accroché à l’arrière du garage de Bobby. Il devait être là depuis de très nombreuses années…

Dean attrapa un ballon de basket, plus récent lui heureusement, et le fit rebondir plusieurs fois entre ses mains pour être sur qu’il soit bien gonflé.

- Près à prendre une taule Sammy ?
- Arrête de discuter, et envoie le ballon !
- Peut être qu’on devrait expliquer le principe à Sheri avant de jouer.
- Oui…
Dean posa les yeux sur la jeune femme et lui lança le ballon. Se reculant, elle l’esquiva lui jetant un petit regard surpris.
- Ok… En faites tu dois prendre le ballon, l’attraper.

Elle jeta un œil au ballon à ses pieds et se penchant le ramassant.

- Bien, donc le but du jeu… C’est d’envoyer le ballon, dans le cerceau là-haut ! Pour ça il faut que tu le jettes.

L’aîné mima le mouvement pour lui faire comprendre. Sheri raffermit sa prise sur le ballon et avisant l’anneau un peu plus haut lança tout net. Ce dernier fila droit dans le trou sans en toucher les bords. Cela lui valut un petit sifflement de la part de Dean et Sam applaudit vivement.

- Bon… La partie va être encore plus intéressante que je pensais !

Terminant de lui expliquer les règles ils entamèrent une partie. Sheri avait visiblement compris les règles mais le principe d’essayer d’arracher la balle des mains de Dean ne semblait pas lui convenir. En réalité elle n’osait pas. Sam lui filait donc de temps en temps la balle et elle se contentait de la lancer dans l’anneau ne marquant pas à chaque fois. En réalité elle semblait plus s’amuser de voir la rivalité des deux frères que le jeu en lui-même. Voir Sam et Dean se narguer, se voler la balle en traître, sortir un peu des règles parfois, juste pour faire enrager l’autre ou avoir le dernier mot était hilarant. Elle s’était d’ailleurs mise elle-même hors jeu au bout d’un moment et prenant place sur un tas de vieux pneus les regardaient un petit sourire aux lèvres.

- Pas de coup en traître mauvais joueur ! Ragea Sam en faisant rebondir la balle.
- J’y suis pour rien si mon coude a malencontreusement frappé ton estomac !
- Menteur… !
- Tais-toi et joue fillette !
- Tu vas voir ce qu’elle te dit la fillette !

Sam s’avança vers le panier, esquivant Dean qui tentait de s’emparer de la balle. Un petit rire échappa au cadet alors que Dean tournait en bourrique tellement il jonglait vite d’une main à l’autre, de gauche à droite…
L’aîné se recula soudainement, Sam en profita pour attaquer et sauta le ballon entre les mains. Mais Dean qui avait prévu de l’intercepter en vole sauta au même instant et les deux frères entrèrent en collision, retombant tous les deux sur leur dignité dans la poussière…

Ils entendirent Sheri exploser de rire un peu plus loin alors qu’ils se relevaient maugréant l’un après l’autre. Epoussetant leurs vêtements, ils se tournèrent vers la jeune femme prise d’un véritable fou rire. C’était la première fois qu’ils la voyaient se laisser aller à ce point. Bon c’était à leur dépend mais c’était trop bon à entendre pour qu’ils soient gênés. Elle se calma finalement, les joues rouges vives à force de sourire, ce dont elle n’avait pas l’habitude.

- Bon… Restons-en là pour aujourd’hui ! Lança Dean en portant une main à son dos douloureux.
- Ouais… Acquiesça Sam en grimaçant un peu aussi.
Ils reprirent leurs souffles, jetant un œil au beau soleil qui réchauffait la journée de cette fin d’hiver.
- Je vais nous chercher de l’eau. Lança Sam en entrant dans la maison.

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: La femme sauvage - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 17:49

Chapitre 9 : Son père, un chasseur ?

Dean récupéra le ballon qui avait terminé sa course un peu plus loin sur la route qui menait à la casse automobile. Il aperçut un gros camion, du type de celui de Bobby, qui venait dans leur direction. Sam sortit au même moment de la maison une bouteille d’eau dans la main. Il rejoignit son frère alors que le bruit du véhicule se faisait maintenant de plus en plus entendre.

- Je ne savais pas que Bobby attendait de la visite ! ?
- Moi non plus.
L’aîné tourna la tête vers le tas de pneu pour s’assurer que Sheri n’avait pas prit peur mais elle avait disparut.
- Où est Sheri ?
- Caché derrière moi ! Expliqua Sam.

Elle l’avait en effet suivit quand il était sortit de la maison et s’était collé à lui en espérant bien qu’on ne la remarque pas. Le camion roula jusqu’à eux et s’arrêta dans un bruit de frein mal huilé et de vieille ferraille. Un homme en descendit, à l’âge plutôt inqualifiable. On aurait pu lui donner de trente cinq à presque cinquante ans. Il portait un jean sale, une chemise aux manches retroussés et un gros gilet matelassé par-dessus. Une casquette était fichée sur sa tête et il mâchouillait ce qui devait être une chique.

- Salut ! Lança-t-il en les saluant.
- Salut…
Un second homme descendit du camion. Il devait avoir dans le même âge, la même dégaine.
- T’aurais pu me réveiller nom de dieu ! Maugréa-t-il.
- On peut faire quelque chose pour vous les gars ? ! S’enquit Dean.
- Ouais on cherche Bobby Singer !
- Il s’est absenté… Vous êtes de ses amis ? !
- Pas vraiment… Mais on à une affaire à traiter avec lui.
- Il ne reviendra qu’en fin de journée.
- Ca c’est fâcheux, on a fait une longue route pour le voir !
- La prochaine fois passez un petit coup de fil…
Les deux hommes se regardèrent, n’appréciant pas vraiment la blague.

- Ptêtre que vous pouvez nous aider ! Lança le second homme endormit. On cherche une fille…
- Je vous conseil le net, ou alors en centre ville le soir y a des dames…
- On cherche MA fille ! Rectifia le premier type.
- Votre fille ? ! Répéta Sam.
- Ouais… Elle a disparut quand elle était môme pendant une chasse. Et il parait que Bobby aurait trouvé une fille dans les bois… C’est ce qu’il a prétendu en tout cas alors je me suis dit que c’était peut être la mienne.
- C’est quoi votre nom ?
- Je m’appelle Jeff, et mon frère Tim. La môme s’appelait Helena, comme sa mère. Elle doit avoir une vingtaine d’année maintenant.
- Et vous l’avez… Perdu pendant une chasse ?
L’homme secoua les épaules.
- Vous n’auriez pas de photo d’elle par hasard ? ! Tenta Sam.
- Non ! Mais si je la vois, je pourrais vous dire… Elle doit ressembler à sa mère.
- C'est-à-dire ?
- Petite, brune… Les yeux clairs.

Sam et Dean échangèrent un petit regard mi inquiet mi intéressé. Ca correspondrait bien à Sheri… En revanche ce qui correspondait moins était l’idée que les deux garçons se faisaient de la famille de la jeune femme. Ils avaient pensés à des parents aimants, pas deux chasseurs bourrus et peu civilisés.

- Alors elle est là où pas ? !
Sam se tourna vers la jeune femme et passa un bras autour de ses épaules pour la convaincre de s’avancer un peu.
- Vient… N’ai pas peur, ils ne vont rien te faire.
Les deux chasseurs se rapprochèrent un peu, curieux.
- Qu’est-ce qu’elle a ? ! Demanda Tim.
- Oh deux petites décennies à vivre avec un monstre l’ont rendu un peu timide ! Lança Dean cynique.
- Ben approche petite, on ne va pas te manger !

Sheri s’accrocha vivement à Sam alors qu’il réussit à la pousser un peu en avant, au moins à sa hauteur. Elle ne semblait pas convaincu du tout, ni ravie que ces deux là l’examine, ni même qu’ils soient de la même famille !

- Bon dieu ! Ah oui… Je crois que c’est bien elle !
Jeff se tourna vers Tim.
- T’as raison, tout le portrait de sa mère !
- Vous êtes sûr ?
- Y a l’air de ne pas avoir de doute possible ! Allons Helena, tu ne te souviens pas de ton vieux père ?
L’homme s’approcha d’elle, les mains accrochées à sa ceinture. Sheri se colla d’avantage à Sam tremblante.
- Tout va bien, il ne va pas te faire de mal. Tenta-t-il pour la rassurer.
- Elle à pas l’air de me reconnaître ! ?
- Elle est un peu perturbée. Elle ne vous connaît pas.
- Mais si elle me connaît ! Pas vrai gamine ?

Il avança une main vers elle qui lui fit pousser un petit gémissement. Elle tourna la tête vers Sam enfouissant son visage dans sa chemise pour se protéger. Ce dernier referma son autre bras autour d’elle peiné de la voir si mal et si terrorisé.

- Tu ferais bien de ramener Sheri à l’intérieur pendant que je discute avec ces messieurs. Proposa Dean.
- Ok… Vient on rentre.

Le cadet n’eût pas besoin d’insister pour la faire rentrer sous l’œil avisé des deux types et de Dean. Pénétrant dans la maison Sam ne fut pas surpris non plus de la voir se précipiter sous sa table et de s’y pelotonner en serrant sa peluche contre elle. Et dire qu’ils venaient tout juste d’installer un climat de joie, de tranquillité… Mais c’était trop beau pour durer certainement.

Quelques longues minutes plus tard Dean fit son entré dans la maison, seul. Sam posa des yeux interrogateurs sur lui, mais à sa mine renfrognée des mauvais jours, il comprit presque tout de suite. Ca ne sentait pas bon pour Sheri…

- Où est-elle ? !
- A ton avis ?

Dean jeta un œil à la table et attrapant son frère par le bras l’emmena un peu plus loin. Sam se laissa faire, d’hors et déjà se préparant à ce que Dean allait lui dire.

- Je ne sais pas quoi faire… Tout correspond, le lieu, son âge, la date à laquelle elle aurait disparut, son physique…
- Tu penses que c’est réellement son père ?
- Je pense que ça fait trop de coïncidences. Mais je pense aussi que ce type et son frère sont de vrais cons !
- Pourquoi ?
- Il m’a demandé… Il soupira. Si elle était folle, si elle n’était pas malade, si elle était docile et obéissante…
- C’est pas une fille qu’il veut, c’est une bonne en clair ! ?
- Je crois bien… D’un autre côté, si c’est réellement sa fille… On n’a pas notre mot à dire.
- Nous non ! Mais elle oui, elle est majeure !
- Oui mais sûrement pas en état de prendre des décisions justes.
- A ton avis qu’est-ce qui va se passer pour elle si on l’a renvoie avec eux ? !
- J’imagine… Que ça ressemblera plus ou moins à sa vie d’avant. La violence en moins.
- Ca on en sait rien…
- C’est des cons mais ils n’ont pas l’air méchant.
- Non, non, non Dean c’est pas pour ça qu’on a décidé de la garder avec nous, pas pour qu’elle finisse comme avant !
- C’est mieux qu’un hôpital psychiatrique !
- Pas question de l’envoyer avec eux.
- Sam… C’est toi-même qui m’a dit dès le départ que c’était une mauvaise idée, tu avais peut être raison. On s’est trop attaché à cette fille.
- Ouais… Peut être. Mais j’avais tort !
- J’ai pas plus envie que toi de la voir s’en aller. Mais il ne faut pas qu’on pense à nous… C’est sa famille. Elle a sûrement qu’eux.
- Et elle nous a nous.
- Pour l’instant… Et après, on ne va pas rester indéfiniment ici ! ? Qu’est-ce qu’on va faire d’elle ?
- J’en sais rien ! Mais à mon avis ce n’est pas lui rendre service que de l’envoyer avec ces types !
- Je ne sais pas… Ils attendent dehors. Ils sont biens décidés à l’emmener.
- Dean…

L’aîné suivit le regard de son frère qui s’était posé juste derrière lui. Sheri se tenait là, debout, les écoutant probablement depuis un moment. Les deux frères la regardèrent quelques secondes l’air désolé. Ils étaient en plein dilemme, tout s’était passé si vite.

- Sheri… L’un de ces hommes dehors… Commença Dean.
Elle acquiesça vivement le coupant dans sa phrase.
- Tu as entendu ?
Elle acquiesça de nouveau.
- Dis-nous ce que toi tu veux… Tu veux retourner avec ta famille… Ou… Rester ? S’enquit Sam.
- Demander. Souffla-t-elle.
- Demander quoi ?
- Teddy.
- Tu veux qu’on leur demande si tu peux emmener Teddy c’est ça ?
Elle acquiesça tout en tendant la peluche aux deux garçons.
- Si… Si ils veulent bien que tu emmènes ta peluche, tu partiras avec eux ?
Elle acquiesça tristement.

Sam prit l’ours dans ses mains alors que Dean faisait entrer les deux hommes. La jeune femme se figea en les voyant mais ne partit pas se cacher malgré ce que ses jambes semblaient lui dire.

- Bon… On a une longue route à faire alors vaut mieux ne pas traîner.
- Ouais à propos de ça… Commença Dean.
Sam remarqua le regard insistant de Sheri.
- Dîtes-moi… Vous avez déjà vu cette peluche avant ? ! Demanda Sam.
Les deux chasseurs froncèrent les sourcils tout en regardant le cadet.
- Jamais… On devrait ?
- Elle appartient à Sheri… Elle l’avait avec elle quand on l’a trouvé.
- Ben c’est sûrement qu’elle l’a eût après ! On dit toujours que gâter les gamins c’est mauvais.
- Vous pensez que ce démon lui a offert un ours en peluche… Avant ou après l’avoir mutilé selon vous ? !
- Qu’est-ce que vous insinuez ?
- Elle avait sûrement cette peluche bien avant son enlèvement. Sheri, c’est le… La chose avec qui tu vivais qui te l’as donné ?
Elle protesta fermement.
- Alors si vous ne le lui avez pas donné, et que ce n’est pas le démon non plus ça signifie que ce n’est pas votre fille.
- Elémentaire mon cher Sam ! Affirma Dean avec un sourire de soulagement.
- Ca ne veut rien dire.
- Désolé messieurs, mais je crois que si au contraire… Merci d’être passé, vous savez où se trouve la porte.
- Aller quoi… Qu’est-ce que ça peut vous faire qu’elle soit ou non ma fille… Vous n’allez pas l’épouser cette petite, ça vous débarrasserait ! Proposa-t-il.

Dean s’avança vers les deux hommes l’air plus que menaçant.

- Débarrassez le plancher… ! Je n’ai pas envie de me répéter.

Les deux chasseurs ne se firent pas prier ne cherchant certainement pas les ennuis. Ils sortirent de la maison et quelques secondes plus tard c’est leur camion qui s’éloigna dans l’allée jusqu’à la route. Dean se tourna vers son frère qui souriait légèrement lui aussi soulagé.

- Bien trouvé le coup de l’ours… Je n’y avais pas pensé !
- Ce n’est pas mon idée Dean.
Sam se tourna vers Sheri qui affichait un air neutre, ni soulagé, ni déçu…
- Et bien, on a peut être sous estimé notre invitée. Réalisa Dean.
- Je pense que oui.
Le cadet fit quelques pas vers la jeune femme et lui tendit son ours. Elle le prit, le serrant contre elle avant de tourner les talons. Ils la virent se diriger vers la table et se glisser dessous dans son abri de fortune.
- Je pensais qu’elle serait contente de rester ! ? S’étonna Dean.
- Je pense qu’elle a entendu ce qu’on a dit tout à l’heure… A savoir qu’on ne savait pas quoi faire d’elle.
- Ah… Se morigéna Dean. Peut être que je devrais lui parler ?
- Je pense qu’elle a sûrement envie d’être seule pour le moment.

Dean acquiesça lentement un peu coupable de la peine qu’il lui avait probablement causé sans le vouloir.

Le bruit de la télé résonnait dans la pièce à vivre alors que tout le reste était calme et paisible. Sam et Dean étaient assis dans un canapé de Bobby, une bière à la main regardant une émission de variété qui se voulait divertissante. En réalité la seule chose qui était divertissante était que ce jeu qui se voulait sérieux, avait un don pour choisir les candidats… Soient ils étaient complètements idiots, soient ils étaient à moitié cinglés… Et parfois les deux. Ce qui faisait sourire Sam, rendait Dean complètement hilare. Si Sam répondait aux questions sans trop se creuser, l’aîné sortait des énormités encore pire que les candidats. Sauf quand il s’agissait de voiture, de cinéma, ou de rock. Là Dean restait incollable.

- Ce jeu est complètement stupide…
- J’adore ce jeu !
- Ca ne m’étonne pas… Il n’y a pas autre chose ?
- Non ! Protesta Dean en s’emparant de la télécommande.

Sam poussa un léger grognement tout en croisant les bras. Dean avait et aurait toujours le monopole de la télécommande… Un de ces trop nombreux privilèges d’aîné !
Une silhouette discrète s’avança vers le canapé qu’ils ne remarquèrent pas tout de suite. C’est son ombre qui attira leur attention à tous les deux.

- Regardez qui se joint à nous ! Lança Dean avec un petit sourire.

Sheri fit le tour du canapé alors que les deux frères s’écartaient pour lui laisser une place. Mais pour rien bien entendu car elle préféra s’asseoir au pied du canapé, juste entre eux. Enfin s’était mieux que rien, elle avait déjà recherché leur contact ce qui était rare pour ainsi dire la première fois même. Finalement tout ne s’était peut être pas brisé entre eux…

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: La femme sauvage - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 17:59

Chapitre 10 : Les frères.

Sheri ferma les yeux, profitant avec délice des bienfaits de l’eau chaude sur sa peau. Elle ne se lassait pas de cette sensation, ce sentiment d’être bien au chaud, détendue, choyée. Les seuls bains qu’elle prenait avant étaient dans un ridicule cours d’eau toujours glacé, hiver comme été. L’eau descendait de la montagne, des plus hauts sommets de la fonte des neiges dites éternelles.
Penchant la tête en arrière, elle se laissa porter à la surface écoutant les bruits de l’eau et de son corps dans la baignoire. Tout y était plus diffus, plus sourd, c’était étrange et différent à la fois.

Faisant durer le plaisir quelques minutes encore elle finit par se rincer et sortir de la baignoire. Laissant s’évacuer l’eau, elle s’emmitoufla dans une serviette moelleuse et se posa sur le tapis épais devant le miroir. Elle posa une autre serviette sur sa tête et frotta ses cheveux pour en évacuer les gouttes d’eau qui roulaient sur ses épaules. Un léger frisson la prit l’obligeant à s’emmitoufler plus chaudement dans la serviette de bain.

Elle entendait du bruit provenir de l’étage inférieur mais celui-ci était accompagné des voix de Sam et Dean ce qui la rassura un peu. Frottant son corps pour se sécher, elle enfila les nouveaux vêtements que Dean avaient posés sur la tablette à son intention. Elle les prit et les enfila, surprise que cette fois ils lui serrent le corps au lieu d’être trop grand, trop long et pas du tout adapté. Cette fois ils étaient à sa taille, cela changeait. Finissant par se relever elle se colla face au miroir et attrapa une brosse à cheveux, commençant à coiffer les mèches brunes encore mouillées. Se figeant brusquement elle laissa la brosse tomber à ses pieds et sentit sa respiration s’accélérer…

Posant les mains sur le lavabo elle se regarda quelques secondes avant d’ouvrir la porte et de sortir de la petite pièce en courant. Elle traversa le couloir pieds nus et s’engouffra dans les escaliers qu’elle dévala rapidement. Se faisant elle se cogna dans Dean qui lui montait.

- Hé ben dis donc, j’en connais une qui est pressée !

Elle l’ignora royalement et continua de descendre les quelques marches restantes s’engouffrant dans le salon. Sam lui jeta un œil surpris alors qu’elle s’approchait de la table basse Dean sur les talons.

- Quelque chose ne va pas Sheri ? !

Elle attrapa le sac de lettre qu’elle vida devant elle avant de fouiller dedans, comme si elle était pressée. Les deux frères se rapprochèrent un peu curieux.

- Qu’est-ce que tu fais ? !

Elle sembla trier les lettres, cherchant les bonnes. Elle posa le M devant elle, ainsi que le A et le I puis un C… Elle assembla le M et le A… Mais ne sembla pas savoir quoi faire du reste des lettres.

- Ma ? ! L’interrogea Sam.

Elle fronça les sourcils, un air perdu et déçu sur le visage.

- Tu essais de nous dire quelque chose ? !

Elle continua de regarder les lettres devant elle puis finit par les mélanger de nouveau avec les autres secouant négativement la tête. Elle rangea les lettres dans le sac, les deux frères échangeant un regard un peu surpris. Elle ne sembla pas vouloir faire mention de ce qu’il venait de se passer alors ils ne dirent rien. Ils étaient tout de même intrigués… Avait-elle eût comme une sorte de révélation ? Un souvenir de sa vie passé peut être…

Sheri était assise sur le canapé, seule, Teddy posé à côté d’elle. Sur ses genoux se trouvait un cahier où elle recopiait avec application les lettres de l’alphabet. Son écriture était hésitante, un peu tremblante mais plus elle s’entraînait mieux c’était. Du coin de l’œil elle aperçut Dean s’accouder au dossier du canapé et jeter un œil sur ses activités.

- Ca à l’air ennuyeux à faire peur ce que tu fais là…

Elle secoua les épaules, au moins ça l’occupait. Elle entendit le chasseur pousser un petit soupir d’ennui. Brusquement elle le vit fondre vers son ours en peluche et par réflexe elle essaya de le lui reprendre des mains. Dean tenait Teddy par la tête alors que ses mains à elles s’étaient refermées sur sa patte et demie valide. Réalisant ce qu’elle faisait elle se dépêcha de lâcher l’ours et de le lui laisser.

- Mais non, tu as raison défend ton bien… ! L’encouragea-t-il. Prend-le…

Il agita l’ours sous son nez pour la faire enrager. Elle essaya de l’attraper mais Dean l’esquiva, la faisant languir avec un petit rire amusé.

- Si tu le veux… Il va falloir l’attraper.

Elle fronça les sourcils lui lançant un petit regard fâché. Dean la nargua de nouveau en lançant l’ours en l’air, lui faisant faire quelques tours comme s’il jonglait avec. Sheri repoussa le cahier et se leva d’un bond faisant le tour du canapé, l’air de prendre le défi au sérieux. Dean un sourire sur les lèvres la nargua de nouveau en lui agitant l’ours sous le nez. Elle tenta une nouvelle fois de l’attraper au vol mais rien n’y fit, il était trop rapide pour elle. Se figeant brusquement elle observa les mouvements de Dean, comme un chat aux aboies prêt à bondir. Puis d’un coup d’un seul, elle fondit sur sa proie, la frôla mais ne s’en empara pas. Le chasseur eût un petit rire amusé alors qu’elle revenait à la charge essayant vainement de s’en emparer. Moqueur il finit par lever le bras et rester statique. Pas très haute sur jambe Sheri poussa un soupir de frustration en faisant de petits bonds pour tenter sa chance.

- Va falloir sauter un peu plus haut si tu veux l’attraper ! Se moqua-t-il.

Dean eût un petit rire amusé de nouveau quand on lui arracha la peluche des mains sans difficulté. Se retournant il aperçut Sam qui le narguait à son tour d’un grand sourire.
Sheri eût un petit rire amusé en s’avançant vers Sam qui lui rendit son bien qu’elle s’empressa de caler dans sa veste dont elle referma la fermeture éclair.

- C’est de la triche ! Protesta Dean.
- Tu devrais avoir honte, arrête de l’embêter !
- Je ne l’embête pas, on s’amusait monsieur rabat joie !
- Tu t’amusais à ses dépends… Trouve un jeu où elle pourrait avoir sa chance !
- Elle avait toutes ses chances… Un bon coup bien placé et je lui aurais filé.
- Tu sais très bien qu’elle n’oserait jamais !
- Si on ne lui laisse pas l’occasion de s’affirmer en même temps…
- C’est un peu brutale ta façon de faire !
- Parce que lui faire recopier des lettres c’est mieux ? !
- Je lui apprends à écrire, et toi tu lui apprends quoi ? A frapper pour obtenir ce qu’elle veut ? !
- Evidemment que non ! Je ne suis pas stupide !
- Si tu le dis…
- Hé ! T’es en train de me…

Dean s’arrêta en apercevant le regard affolé de Sheri qui passait de l’un à l’autre des garçons. Ce début de dispute ne semblait pas beaucoup lui plaire, pas du tout même. Ce qui pour eux n’était rien, prenait des proportions un peu trop importantes en sa présence, ils avaient tendance à l’oublier parfois.

- Désolé… On ne voulait pas…

Sheri tourna brusquement les talons et partit sous sa table, un lieu un peu trop familier et un peu trop rassurant où elle avait tendance à se cacher dès que quelque chose n’allait pas. Les deux frères se regardèrent quelques instants.

- Bien joué !
- La ferme. Râla Sam.
- Je vais aller lui parler. Soupira Dean.
- Non j’y vais.
- Non… C’est moi !
- Et pourquoi ? ! Sam s’auto censura et lâcha l’affaire avant que ça ne finisse en nouvelle dispute.

Dean se retourna faisant face à la table sous laquelle se trouvait la jeune femme. Se penchant il s’assit lentement juste devant celle-ci croisant les jambes sous lui. Il lui lança un petit regard coupable, ne sachant pas par quoi commencer. Comment lui expliquer que même si Sam et lui se disputaient sans arrêt ils s’adoraient ? Que même s’ils élevaient la voix ça ne voulait pas forcément dire que c’était quelque chose de mal et aussi et surtout que ce n’était en aucun cas sa faute ? ! Les relations humaines étaient si compliquées, que ce soit à comprendre ou à expliquer… Celle de deux frères l’était même encore plus !

- Sheri… Commença Dean.

Il ouvrit la bouche mais ne sut vraiment pas par quoi commencer. Il fronça un peu les sourcils, fouillant dans sa tête pour trouver une phrase qui sonnerait bien, qui la convaincrait tout de suite. Mais ce genre de phrase miracle n’existait pas vraiment. En fin de compte il aurait mieux fait de laisser Sam se charger de ça.

- Tu sais… Sam est un emmerdeur.
Elle fronça les sourcils, visiblement surprise.
- Mais c’est mon petit frère tu vois… Et je l’aime. Donc même si je lui cri dessus et que je lui dis des horreurs, ça ne veut pas dire que ce n’est plus mon frère. Tu saisis ? !
Sheri afficha une moue dubitative.
- Quand Sam et moi on hausse un peu la voix, ce n’est pas grave. C’est grave si on se tape dessus seulement. Mais ça n’arrive pas souvent je te rassure. En clair… Ce n’est pas ta faute si on se dispute, même si on parle de toi, et il ne faut pas que tu ais peur de ça… C’est quelque chose de normal. C’est comme rire ou s’amuser, et parfois même une petite dispute ça fait du bien parce qu’après on se réconcilie et on oublie.
Elle sembla réfléchir au concept.
- C’est la nature humaine qui veut ça. Alors… C’est ok ? !
La jeune femme acquiesça lentement.
- Ok ! Tant mieux…

Dean fit une moue soulagée et lui lança un petit sourire. En fin de compte ça n’avait pas été si laborieux. Ca aurait pu être pire même. Se relevant il capta le regard interrogateur de Sam.

- Elle a dit qu’elle était ok !
- Vraiment ?
- Oui… Monsieur je sais tout !

Le cadet poussa un petit grognement de mécontentement et roula des yeux en se dirigeant vers le canapé, son ordinateur dans la main.

Quelques minutes plus tard alors que Sam traînait encore sur des sites de personnes disparues, dans le vain espoir de trouver une piste fiable, Sheri se décida à refaire son apparition. Elle sortit timidement de sous sa table et s’avança vers le canapé d’un pas discret. Le cadet lui lança un léger sourire quand elle s’avança vers lui et se posa au pied du canapé pour observer ce qu’il faisait.

- Je recherche si l’une des ces personnes pourrait être toi. Pour trouver ta vrai famille. Expliqua-t-il. Pour l’instant ça ne donne pas grand-chose mais il y a beaucoup à fouiller et on sait peu de choses sur toi. Je parle de toi avant que tu sois… kidnappée, par ce monstre.
Sheri posa les yeux sur l’écran quelques secondes.
- Me rappelle pas. Dit-elle doucement.
Sam baissa des yeux surpris sur elle.
- Tu ne te rappelles pas, avant c’est ça ?
Elle acquiesça.
- J’ai… Toujours connu que le maître.
- Le maître ? C’est comme ça que tu l’appelais ?
Sheri baissa les yeux, acquiesçant lentement.
- Si tu n’as connu que lui, où tu as apprit à écrire ?
- Je ne sais pas.
- Quelle est la première chose, le premier souvenir, le plus ancien dont tu te rappelles ?
Elle fronça de nouveau les sourcils.
- Noir… Froid… Le placard.
- Tu ne te rappelles pas de ton école, de ta maison, ta famille ?
Sheri secoua négativement la tête.
- Peut être que tu as oublié tout ça à cause du choc… Je veux dire parfois certaines personnes, qui ont vécus des choses vraiment difficiles oublient presque volontairement des moments de leurs vies, c’est le subconscient qui fait ça pour se protéger soi-même.
Elle acquiesça comprenant où il voulait en venir.
- Tu sais, j’aime beaucoup quand tu utilises ta voix pour discuter avec moi. La taquina-t-il.
- Je n’ai pas l’habitude. Ce n’est pas un réflexe…
- Je comprends. Mais tu sais que tu es libre de parler si tu en as envie. Comme tu peux t’asseoir à côté de moi au lieu de t’asseoir par terre.
- Ce n’est pas comme ça qu’on m’a apprit.
- Je sais. Et tu feras de toute façon comme tu veux, tu n’as plus aucune obligation.
Sheri lui fit un petit sourire en réponse.
- Ca aussi j’aime bien quand tu souris !

Son sourire s’agrandit un peu plus et Sam le lui rendit bien volontiers, conscient que ça aussi elle n’avait pas l’habitude. Mais tout finirait par changer, doucement mais sûrement, comme c’était déjà le cas.

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: La femme sauvage - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 18:02

Chapitre 11 : Confidences.

Elle avait du mal à respirer, le lieu était trop petit, trop étroit. Elle n’était pourtant pas bien grande mais ses jambes étaient repliées contre son buste, impossible de les allonger. La planche au-dessus de sa tête touchait presque son front, elle pouvait à peine bouger les bras, ses ongles s’enfonçant dans le bois et lui glissant des échardes dans le bout des doigts. Mais elle n’en avait rien à faire, la douleur du mange d’oxygène était pire tout comme la position qui ne l’aidait pas à respirer correctement. Son visage était baigné de larmes, des heures de supplications tentaient de mettre fin à son calvaire qui continuait pourtant ! La terre dans son dos était humide, les insectes grouillaient tout autour d’elle, lui grimpait dessus. Ses mains s’écorchèrent sur la planche, sa tête commençait à tourner dangereusement… Elle allait partir…

Sheri se réveilla en sursaut, aspirant de grosses bouffées d’airs qui semblaient lui avoir manqué cruellement dans son cauchemar. Ses yeux balayèrent la grande pièce où elle se trouvait et sa tête tomba entre ses mains pour étouffer un sanglot. Se rallongeant sur la couverture elle chercha Teddy à tâtons et referma ses bras dessus quand elle le trouva enfin.

- C’est rien, c’était juste un cauchemar… Entendit-elle tout près.

La main de Sam se glissa lentement dans ses cheveux qu’il caressa pour l’apaiser. Bougeant légèrement la tête elle repoussa son contact et se recroquevilla sur elle-même comme pour se protéger.

- Pardon… Essai de te rendormir, je reste là. Continua-t-il.

Ne lui prêtant guère d’attention elle pleura encore un moment le visage camouflé dans l’un de ses bras et la couverture remontée sur elle. Quand elle se calma enfin Sam ne sut pas si elle s’était rendormie ou non. Dans le doute il resta un moment près d’elle avant d’aller se recoucher pour replonger dans les limbes d’où il était sortit un peu brusquement.

Sheri tournait en rond depuis un moment à la plus grande surprise des deux frères. Elle avait l’air un peu maussade, peu encline à quoi que ce soit. Elle avait passé sa matinée sous la table, silencieuse, et faisait maintenant les cents pas près de la fenêtre s’arrêtant de temps à autre pour contempler ils ne savaient guère quoi. Teddy était très fermement tenu entre ses bras et Dean ne se serait pas amusé à essayer de lui voler aujourd’hui…

- Elle à l’air grognon.
- Elle n’a pas bien dormit cette nuit. Elle a fait un cauchemar et elle a beaucoup pleuré.
- Je sais, j’ai entendu. Soupira Dean.
- Ca lui passera.
- Probablement. Bon… Je vais bricoler la Chevrolet si tu me cherches.
- Ok…

Dean sortit de la maison sous l’œil de la jeune femme qui se posa sur le rebord de la fenêtre, silencieuse. Sam un peu plus loin lui lança un petit regard inquiet avant de reprendre ses activités afin de s’occuper l’esprit. Ils n’avaient pas l’habitude de tant d’inactivités, ils commençaient à tourner en rond tous les deux. Une affaire ne serait pas du luxe mais ils ne voulaient pas déjà la laisser. Sheri se leva de nouveau, recommençant à tourner en rond pendant un moment. S’arrêtant devant la porte elle sembla hésiter avant de se tourner vers Sam.

- Est-ce que je peux sortir ? ! S’enquit-elle.
Sam leva les yeux vers elle un peu surpris.
- Bien sûr.

Elle posa la main sur la poignée et inspira une petite bouffée d’air pour se donner du courage. Elle passa le seuil non sans une nouvelle hésitation mais finit par glisser les deux pieds dehors et même refermer la porte. Elle avisa le chemin poussiéreux qui menait à la casse et Dean un peu plus loin qui était penché sous le capot de sa voiture.
C’est vers lui qu’elle se dirigea d’un pas toujours aussi léger, qui faisait à peine du bruit. Le soleil était haut dans le ciel et mis à part une légère brise, il ne faisait pas trop froid.

Sheri s’arrêta à hauteur de la voiture, jetant un œil intrigué au moteur qu’il bricolait.

- Tu viens prendre un cours de mécanique ? ! Lança Dean en lui jetant un petit sourire amusé.
Elle fronça les sourcils, perplexe.

- Tu ne sais pas ce que c’est la mécanique…
Elle secoua négativement la tête.
- C’est ça… Le moteur, qui fait avancer la voiture !
La jeune femme fit une nouvelle moue perplexe.
- Ouais… Ca ne fait rien, tu viens me tenir compagnie, ça c’est gentil !
- J’ai… Une question ? S’enquit-elle de sa voix à peine audible.
- Je suis un livre ouvert, vas-y !
Elle sembla hésiter.
- Tu as dit… Que tu savais, ce que… Tout ça. Hésita-t-elle.
- C’est juste. Mais dans mon cas c’est une longue histoire un peu compliquée. Pourquoi tu demandes ?
- Parfois… Dans mes rêves, j’ai l’impression, d’y être… Encore.
- Tu fais des cauchemars ?
Elle acquiesça.
- De violent cauchemar un peu trop réel ?
Sheri hocha de nouveau la tête.

Dean se releva un peu, s’essuyant les mains sur un chiffon et s’appuya contre la voiture, prenant une petite inspiration.

- Moi aussi je fais ce genre de rêve.
- Tu n’as pas peur ?
- Si… Sur le coup. Et puis je me dis que c’est du passé, que ça n’arrivera plus. Tout du moins que je ferais tout pour que ça n’arrive plus. C’est quelque chose… Qu’on ne peut pas oublier, mais avec le temps peut être que… Dean eût un petit sourire amusé. Non je suis en train de te raconter des sornettes de bonne femme, tu ne pourras jamais oublier et ça fera toujours aussi mal ! Mais… La vie continue, et tu dois continuer à vivre… Enfin commencer à vivre dans ton cas.
- Je ne sais pas comment faire. Je me sens…
- Perdue ?
- Différente. Je ne suis pas… Humaine.
- Non. Tu as tort. Si tu n’étais pas humaine il y a longtemps que ta tête décorait le dessus de la cheminée…
Elle fronça les sourcils.
- Je plaisante, c’est une façon de parler. La rassura Dean.
- Pourquoi Sam et toi vous êtes… Gentils?
- Parce que nous sommes humains aussi.
- Et le ma… Celui avec qui je vivais avant ?
- Il n’était pas humain.
- Mais… La différence ?
- Il faisait des choses mauvaises. A toi et à d’autres personnes. Et il était différent, physiquement. Pas que le physique détermine si on est humain ou pas… Mais il n’était pas de notre espèce.
Sheri acquiesça doucement.
- Je crois que je comprends.
- Et moi je vois que tu sais parler quand tu veux…
- Je n’aime pas ça. Avoua-t-elle.
- Merci de faire l’effort alors.
Elle acquiesça de nouveau.
- Merci de… M’expliquer les choses.
- On est là pour ça !

La jeune femme lui rendit son sourire et s’éloigna en direction de la maison sous l’œil amusé de Dean qui reprit ensuite son bricolage. Sheri entra dans la maison avec moins d’hésitation, un peu plus rassurée, soulagée aussi. Posant les yeux sur Sam elle s’avança vers lui et vint s’installer comme la veille à côté de lui au pied du canapé. Il la laissa faire alors qu’elle sortait Teddy de sous sa veste où elle l’avait caché pour que Dean n’essai pas de lui voler. Elle était très méfiante sur ça maintenant…

- Sam… ?
- Oui ?
- Merci.
- Pour quoi ? ! S’étonna-t-il.
- Tout. Répondit-elle.
Le cadet lui lança un petit sourire.
- De rien ! On dirait que tu t’habitues à parler… Tant mieux.
- J’ai trop parlé pour aujourd’hui… Soupira-t-elle.
- Dean est une vraie pipelette, il aurait pu partager un peu… Maugréa-t-il.

Sheri lui lança un léger sourire puis scella ses lèvres pour de bon. Sam la regarda amusé avant de reporter son attention sur son ordinateur. La jeune femme replia ses jambes sous elle, observant l’écran avec intérêt. Se penchant légèrement elle vint brusquement s’appuyer contre la jambe de Sam posant sa tête contre son genoux. Il ne dit rien mais un autre sourire passa sur ses lèvres, elle commençait visiblement à s’attacher aussi à eux.

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: La femme sauvage - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 18:07

Chapitre 12 : Complications.

Une autre matinée, semblable aux autres ou presque.

Le temps s’était dégradé rapidement pendant la nuit. Quelques perturbations arrivaient depuis l’Est, beaucoup de pluie et même des orages selon la météo. Midi était bientôt là et pourtant la lumière était allumée dans toutes les pièces à vivre occupées. De gros nuages sombres couvraient le ciel qui était de toute façon gris. Il faisait froid, les radiateurs avaient du mal à fournir.
Sheri portait sur le dos un gros pull de Sam. Les manches étaient deux fois trop longues, il lui arrivait presque jusqu’aux genoux mais au moins il était chaud. Elle avait aussi enfilé des chaussettes, chose dont elle n’avait pas l’habitude mais qui était confortable elle devait bien l’avouer.

- Un temps à ne pas quitter son lit ! Maugréa Dean.
- Moi je vais aller me glisser devant la télé avec un bon chocolat chaud et manger un tas de cochonnerie en guise de déjeuner ! Qui me suis ?
Sheri s’empressa de lever le bras depuis le lit où elle était assise en train de bouquiner.
- Moi aussi !
Dean se leva de sa banquette, s’étirant longuement et se dirigea vers le placard pour attraper un pull.
- Fait un froid de canard ici !

Il passa le vêtement au-dessus de sa tête et passa la porte, suivit de près par Sam. Sheri se leva à son tour et partit jusqu’à son coin lit pour prendre Teddy. Elle ne sortait pas d’une pièce sans lui ! Soulevant les couvertures elle chercha le dit ours en peluche mais s’étonna de ne pas l’y trouver. Tournant et retournant plusieurs fois son coin lit, elle se releva et se tourna vers la porte où elle jeta un regard suspicieux à Dean.

- Tu as perdu quelque chose ? ! S’enquit-il.

Elle fit une petite moue contrariée alors qu’il sortait la peluche de derrière son dos. Sam roula des yeux alors que Sheri agacé accourut en direction de Dean qui prit la fuite. Le cadet regarda la jeune femme courir après son frère dans le couloir et le suivre jusque dans les escaliers avec un rire amusé. Elle commençait à ne plus se laisser faire par les vols constants de l’aîné. En fin de compte ce n’était pas une mauvaise idée, en plus du côté ludique de la chose il lui apprenait à se rebeller et s’affirmer sur ses biens.

De son pas peu pressé Sam s’avança dans le couloir mais se figea bientôt en entendant un grand fracas. On aurait dit que quelque chose venait de tomber… Ou quelqu’un plutôt.

- SAM ! Hurla Dean la voix paniqué.

Le chasseur se précipita à nouveau dans le couloir et s’arrêta en haut des escaliers, qu’il dévala ensuite rapidement. Balayant la pièce des yeux, il aperçut son frère un genoux au sol à côté de Sheri, allongé sur le parquet et secoué de tremblements.

- Qu’est-ce qui c’est passé ? ! S’écria-t-il.
- J’en sais rien, on était juste descendu quand brusquement elle a perdu connaissance et…
- Je crois qu’elle convulse !

Sam s’approcha à son tour regardant un peu perdu la jeune femme dont les muscles étaient secoués de tremblements compulsifs, incontrôlable.

- Qu’est-ce qu’on fait, qu’est-ce qu’elle a ? !
- J’en sais rien ! répondit Sam aussi affolé.
- Ecartez-vous d’elle, ne la touchez pas ! Lança Bobby en arrivant à son tour.
Les frères se reculèrent légèrement tout en regardant le vieux chasseur qui s’approchait à son tour.
- On ne devrait pas…
- C’est une crise d’épilepsie, il faut attendre que ça passe !

Quelques secondes plus tard Sheri resta figée au sol, immobile et inconsciente. Cela n’avait duré que quelques longues secondes même s’ils avaient l’impression du contraire. Les deux frères se rapprochèrent tout comme Bobby.

- Dean va me chercher un oreiller, une couverture et un verre d’eau ! Quémanda le chasseur.
- Ok…
L’aîné s’exécuta alors que le cadet posait les yeux sur leur vieil ami.
- C’est grave, tu crois que ça va aller ? !
- Le plus grave dans ce genre de malaise, ce n’est pas la crise mais la chute ! Vérifie qu’elle ne s’est pas cognée la tête où qu’elle n’a rien de cassée !

Sam posa une de ses mains sous sa nuque et passa sa tête en revue cherchant une bosse ou une plaie. Il regarda ensuite ses poignets et ses jambes. Au même moment Dean revint avec ce que Bobby lui avait demandé. Ils placèrent l’oreiller sous sa tête et la couvrirent attendant maintenant son réveil.

- Elle semble n’avoir rien de casser !
- Quand elle va se réveiller, elle ne se rappellera certainement rien, ne l’affolez pas…
- T’es médecin toi maintenant ? ! S’étonna Dean.
Bobby lui lança un regard réprobateur.
- Non. Mais ma femme était épileptique, je connais ça par cœur.
- Oh… Désolé. Se morigéna-t-il.
- On aurait peut être dû l’emmener voir un médecin, on a été négligent !
- Ca n’aurait probablement rien changé… L’épilepsie ne se soigne pas, et il existe peu de traitement. Cela dit il faudrait peut être qu’elle voit un médecin et passe des examens oui !
- Je doute qu’elle soit ok pour ça. Et puis elle n’est pas vraiment censé exister… Enfin si quelque part mais…
- Je connais un médecin qui la verrait en toute discrétion. C’est une femme…
- Il faudra lui en parler. C’est normal qu’elle ne se réveil pas ?
- Ca peut prendre un peu de temps !

Quelques minutes plus tard la jeune femme s’agita un peu, ouvrant lentement les yeux un peu éblouis par la lumière. Les deux frères se figèrent se demandant qu’elle serait sa réaction mais elle se contenta de les regarder tour à tour. Ils lui lancèrent à tour de rôles un sourire conciliant et un regard rassurant. Seul Bobby était stoïque, l’air de presque rien.

- Gamine, comment tu te sens ?
Elle acquiesça légèrement en guise de réponse, se redressant lentement, le corps un peu douloureux visiblement. Dean lui tendit le verre d’eau qu’elle prit et en but quelques gorgées. Elle le lui rendit ensuite et chercha à se relever, retenu par Sam.
- Doucement, tu es sûr que tu te sens bien ?
Sheri acquiesça de nouveau mais posa une main sur le bras de Sam juste au cas où.
- Tu te souviens de ce qu’il s’est passé ? ! Demanda Dean.
Elle secoua lentement la tête.
- Je suis tombé… Encore. Demanda-t-elle doucement.
- Oui. Ce n’est rien… Mais tu devrais t’allonger un petit moment, viens.

Il l’accompagna jusqu’au canapé où il la fit s’allonger. Dean s’avança vers elle posant le verre d’eau sur la table basse et lui tendit son ours en peluche, un air coupable sur le visage. Elle le prit, le serrant contre elle et lui accorda un sourire léger en guise de pardon.

***

Sam poussa un soupir tout en regardant son ordinateur. Sa main caressa ses lèvres quelques secondes dans un geste pensif alors que ses sourcils étaient froncés. Il ne comprenait pas, quelque chose était vraiment étrange dans cette histoire, dans son histoire.
Ils savaient qu’elle avait disparut dans les années quatre vingt, sûrement aux alentours de quatre vingt trois, cinq, sept maximum. Une courte période dans laquelle il n’y avait pas eût des milliers d’enlèvements, même dans tout le pays. Quelques petites filles, plusieurs aux alentours de cinq à sept ans, plusieurs petites brunes aux yeux clairs…. Mais aucune de ces fillettes n’avaient comme particularité d’avoir disparut avec un ours en peluche où n’était épileptique.

Alors si elle n’était pas dans le fichier officiel… Qu’est-ce que cela voulait dire ? !

- Peut être qu’on ne regarde pas au bon endroit. Lança Sam à son frère.
- Qu’est-ce que tu veux dire ?
- On a supposé qu’elle avait été enlevée, mais on ignore dans quelle condition.
- C'est-à-dire ?
- Le démon avec lequel elle vivait, le cannibale… Peut être qu’il ne s’est pas contenté de la kidnapper, peut être que c’était toute sa famille.
- Tu veux dire que toute la famille serait passée au menu ?
- Peut être qu’elle n’est pas sur les sites de personnes disparus, ni dans les fichiers officiels parce que les autorités pensent qu’elle est morte. Peut être qu’elle n’a plus de famille pour la rechercher.
- Je déteste quand tu fais ce genre de supposition.
- C’est pourtant la vérité. Et ça me semble malheureusement la seule explication plausible.
- Tu veux dire qu’elle n’a plus personne.
- C’est une possibilité.
- Mais si sa famille a disparut, peut être que les rapports de police du comté de Sheridan en font mention… Il faut être sûr !
- Le seul hic… C’est que pour vérifier les rapports de police de ce comté… Il faut être dans le comté.
- Tu veux dire aller sur place ?
- Oui… Rechercher à la source !
- Hum un peu de mouvement ne serait pas pour me déplaire !
- Et qu’est-ce qu’on est censé faire pour Sheri ? !
- Je veux venir avec vous…

Les deux frères se retournèrent, faisant face à la jeune femme qui sortait tout juste de la salle de bain, les cheveux encore trempés. Se regardant quelques secondes Sam et Dean se tournèrent vers elle.

- Tu as entendu ?
Elle acquiesça lentement.
- Sheri… Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée que tu viennes ! Lança Sam.
- On a une autre option ? ! Chuchota Dean à son frère.
- Tu sais on va enquêter, on ne sera pas souvent là et même si tu venais avec nous il faudrait sortir voir du monde…
- Je peux… Faire l’effort. Je crois…. Je veux savoir qui je suis.
- Tu te sens vraiment prête ?
- Je… Vous serez là, avec moi ?
- Evidemment.
- Alors… Oui.
Sam et Dean se regardèrent quelques secondes.
- Il y a une petite condition… Une sorte de test… Pour être sûr que tu peux venir.
- Quoi ? S’enquit-elle.

Un peu plus tard.

- Pas de bol, y a pas de table… Lança Dean avec un grand sourire sadique.
- Pas peur. Affirma la jeune femme.
Un vieil homme s’avança dans leur direction, une perfusion accrochée au bras. Sheri sauta derrière Dean se cachant dans son dos et se faisant toute petite.
- Tu n’as pas peur hein ? !
- Détend-toi, personne ne va te faire de mal. Tenta Sam.
- Trop de monde !
- C’est un hôpital c’est normal ! C’est quoi le nom du docteur que nous a donné Bobby déjà ?
- Le docteur Lavigne, comme la chanteuse.
- Quelle référence, merci Dean !
- De rien.

Le petit groupe s’arrêta devant le comptoir des infirmières auquel Dean lança son plus beau sourire. Lui et les uniformes blancs… Une grande histoire.

- Bonjour ! Nous avons rendez-vous avec le docteur Lavigne !
- Votre nom s’il vous plaît ?
- Singer…
Bobby avait appelé pour leur faciliter la tâche. Cette doctoresse était une vieille amie, il disait qu’elle ne poserait pas de questions gênantes.
- Oui, elle vous attend c’est la porte numéro 12, son nom est inscrit dessus.
- Merci infiniment.

Ils continuèrent à marcher dans le long couloir, Sheri entre eux deux, l’air vraiment peu convaincue. Ils savaient qu’elle faisait vraiment un gros effort pour ne pas se recroqueviller sur elle-même ou pour se précipiter dans le premier placard venu ! Ils appréciaient la chose, elle avait du cran. La preuve en étant qu’elle voulait vraiment les accompagner. Au fil des jours la réalité de la vie faisait son nid chez elle aussi. Elle prenait conscience qu’elle venait de quelque part et les questions commençaient à naître.

Ils s’arrêtèrent devant la porte portant le numéro douze et où était inscrit en toute lettre le nom du docteur Angela Lavigne, l’amie de Bobby. Ils frappèrent à la porte et entendirent un « entrez » significatif. Poussant la porte du cabinet médical ils pénétrèrent dans une petite pièce aseptisé et parfaitement bien ordonnée. Une femme d’une cinquantaine d’année se trouvait derrière un imposant bureau en chêne. Elle portait un tailleur confortable sous une blouse blanche avec son nom brodé dessus.

- Bonjour !
- Bonjour… Je suppose que vous êtes les amis de Bobby ? !
- Absolument.
Elle se leva prestement main tendu en avant et salua Dean et Sam chaleureusement. Ce dernier avait refermé la porte derrière eux, et sentait Sheri caché derrière son dos.
- Je suis le docteur Lavigne, mais vous pouvez m’appeler Angela.
- Merci de nous recevoir si vite.
- Bobby à dit que c’était plutôt urgent… Il a parlé d’un patient particulier.
- Oui…
Sam s’écarta légèrement sur le côté pour laisser apparaître Sheri mais celle-ci l’avait suivit dans son mouvement. Se retournant, il l’attrapa gentiment par les épaules pour l’obliger à se montrer.

- Voilà Sheri… C’est elle la patiente !
- Bonjour Sheri. Lança Angela avec un sourire rassurant.
- Elle… Est assez timide.
- Bobby m’a expliqué rapidement, une bonne partie de sa vie avec un démon, je comprends pourquoi.
- Vous… S’étonna Dean.
- Ne soyez pas si étonné. Où pensez-vous que les grands garçons comme vous font soigner leurs blessures trop graves résultant de chasse ? !
- Je ne savais pas que certains médecins soignaient les chasseurs en particulier ? !
- Ce n’est pas une spécialité de l’école de médecine mais disons que nous nous rendons services mutuellement.
- Où avez-vous rencontrez Bobby ? ! S’enquit Sam.
- Ah ça c’est une histoire qui ne regarde que Bobby et moi… Sourit-elle mystérieuse.
- Quel tombeur ce Bobby… Lança Dean à son frère discrètement.

La doctoresse s’avança vers Sheri et lui prit doucement le bras.

- Alors Sheri… Tu ne dois pas t’inquiéter, je ne vais te faire aucun mal…
La jeune femme suivit la médecin docilement, se tournant tout de même une petite fois vers les garçons.
- Et si nous commencions par bavarder un peu toutes les deux… ? Qu’en dis-tu ?
Angela se tourna vers les deux frères, presque impatient de savoir si elle réussirait à l’apprivoiser.
- Messieurs, je vais vous demander d’attendre dans la salle d’attente si vous voulez bien…
- Oh mais peut être que Sheri…
- A besoin d’un peu d’intimité ! ? Proposa Angela.
- Vous avez raison… On va attendre dans la salle d’attente.
- Parfait, je viendrais vous chercher quand nous aurons terminé.
- Ok !

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: La femme sauvage - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 18:11

Chapitre 13 : Le médecin.

Une heure et demi plus tard.

Sam fit une nouvelle fois le tour de la petite salle d’attente. Celle-ci qui n’était pas bien grande était décorée d’une fausse plante verte et quelques affiches médicales ornaient les murs. Dean tranquillement assis sur une chaise en plastique lisait une revue féminine qui semblait réellement le passionner.

- Je n’y crois pas… ! Lança soudainement l’aîné.
- Quoi ?
- Je suis une garce… Enfin si j’étais une femme… Ces tests psychologiques sont vraiment nullissimes !
Sam roula des yeux l’air pratiquement désespéré d’être de la même famille que lui.
- Tu ne trouves pas que c’est long ?
- C’est toujours long dans les hôpitaux, c’est comme dans les administrations.
- Tu crois que ça va aller pour Sheri ?
- Elle a l’air en forme.
- Sauf qu’elle est malade… Enfin, épileptique du moins.
- Bobby à dit que c’était plutôt courant… Et il à l’air de s’y connaître.
- Je sais.
Le cadet cessa de tourner en rond et prit place sur un fauteuil en face de son frère.
- Tu sais… Je me demandais ce qu’on allait faire si on découvrait que Sheri n’a plus de famille.
- J’y pensais aussi.
- Va falloir réfléchir à ça. On ne peut pas la balancer en lui disant de se débrouiller, on en a prit le responsabilité on doit assumer.
- Je suis d’accord avec ça.
- Elle apprend vite, fait des efforts… Elle est courageuse. Mais vivre seule…
- Non. Trop tôt.
- Alors quoi ? Qu’est-ce qu’on va faire…
Dean fit un peu la grimace.
- Je n’en sais rien. On doit vraiment y réfléchir déjà ? !
- Le plus tôt sera le mieux.
- Pour être franc… Je n’en ai pas la moindre idée. Avoua Dean.
- Moi non plus…

Une blouse blanche fit son apparition sur le pas de la porte. Angela…

- Messieurs, désolé de vous avoir fait attendre si longtemps…
Les deux frères se levèrent tous les deux.
- Pas de problème.
- J’attendais d’avoir tous les résultats d’analyses.
- Ok… Où est-elle ?
- Dans mon cabinet, elle attend. Mais j’ai pensé que vous voudriez me poser sûrement des questions… Même si je suis tenu au secret, elle a donné son accord pour que je ne vous cache rien.
- Comment va-t-elle ? Je veux dire, elle n’est pas malade ou…
- Elle se porte bien. Les tests sanguins sont bons, elle ne semble manquer de rien, rien de vital en tout cas.
- Ok… C’est une bonne chose.
- Et pour l’épilepsie ?
- Ce problème là semble ancien, je pense que c’est un fardeau qu’elle aura toute sa vie… Mais, ça ne met pas sa vie en danger même si ça la modifie un petit peu. Elle devra prendre un traitement léger qui atténuera les crises jusqu’à les faire disparaître sûrement.
- D’accord…
Angela leur lança un léger sourire alors qu’ils réfléchissaient à d’autres questions. Dean se lança le premier.
- Et pour ce qui est… Des marques, des anciennes blessures…
- Son corps à subit un bon nombre de traumatisme. Les radios ont montrés plusieurs anciennes fractures à ses mains, ses jambes, ses côtes, son crâne. Pas mal de cicatrices types brûlures, coupures…
- Et… Est-ce que… Commença Sam. Est-ce qu’elle a subit d’autres choses ?
- Vous pensez à des choses en particulier ?
- Abus… Sexuelles… ?
- Non. Rien de ce côté-là. Il ne semblait pas avoir ce genre de relation avec elle… D’après ce qu’elle m’a dit, elle était pour lui comme une sorte d’amusement, comme un animal de compagnie.
- Minute… Elle vous a dit ? Vous avez discuté avec elle ?
- Longuement ! C’est une jeune femme absolument étonnante. Elle est très intelligente, je dirais même qu’elle a sûrement un QI dépassant bien la moyenne.
- Je me suis rendu compte de ça. Elle assimile très vite, et elle n’a rien oublié du peu d’enseignement qu’elle a reçut.
- Non. Elle est aussi très saine d’esprit malgré ce qu’elle a vécut. Comme je disais, très étonnante, elle serait un cas d’étude formidable pour quelqu’un comme moi…
- Ah oui ? ! S’enquit Sam.
- Absolument… Mais pour le moment je crois qu’elle nous attend, elle doit s’impatienter, ses nerfs ont été mis à rude épreuve. Je vous conseil d’ailleurs de la laisser tranquille ce soir, ce qui veut dire pas de vol de peluche…
- Elle vous a parlé de ça aussi ? ! S’étonna Dean.
- Oui… Suivez-moi.

Angela ouvrit la marche en direction de son cabinet médical, les garçons sur les talons. Ils étaient maintenant soulagé de savoir qu’elle se portait plutôt bien malgré son lourd passé…


Sheri se releva dans l’obscurité de la chambre, retenant le cri de terreur qui manqua pourtant de lui échapper. Le souffle court, le corps tremblant elle fixa de ses yeux un point stratégique qui était la lumière provenant de l’extérieur et qui filtrait par la fenêtre. La lumière était celle de la lune, douce et rassurante, moins violente que celle du soleil ou celle artificielle. Serrant Teddy contre elle, elle resta assise un moment dans son lit, avant de poser les yeux sur Sam.

Cette fois-ci il ne s’était pas réveillé, peut être parce qu’elle n’avait pas criée. Pourtant toutes les nuits, à chaque fois il se levait et venait près d’elle, lui disant quelques paroles rassurantes qui l’aidait à se rendormir. Mais cette fois, il dormait du sommeil du juste. S’extirpant de son lit, elle marcha lentement vers le lit où le cadet était en train de dormir.
Elle se posa à genoux devant celui-ci et avança la main vers son bras, le secouant doucement pour le réveiller.

Le cadet ne tarda pas à ouvrir les yeux, un peu brusquement cela dit. Réalisant qu’il venait de quitter les limbes du sommeil, il aperçut la silhouette de Sheri près de son lit quand ses yeux s’habituèrent à l’obscurité ambiante.

- Sheri… Quelque chose ne va pas ? ! S’inquiéta-t-il.
- Cauchemar.
- Oh… Je ne me suis pas réveillé, je suis désolé.
- Je ne pourrais plus dormir. Je peux rester près de toi ?
- Bien sûr.
Elle se posa par terre au pied du lit.
- Si tu veux rester va falloir faire un effort… Je fermerais pas l’œil si tu restes là à m’observer.
- Tu as dit que je pouvais rester…
- Oui mais pas là.
Sam s’écarta un peu du lit lui laissant une place. Epaisse comme elle était de toute façon elle n’en prenait pas beaucoup.
- Là. Dit-il en tapant sur le matelas.
- Non… C’est mal ! Protesta-t-elle.
- Pourquoi c’est mal ? S’inquiéta-t-il.
- Parce que tu… Je suis… Je ne dois pas. Ce n’est pas ma place.
- Sheri… Il est… Deux heures du matin, je suis fatigué et demain on prend la route alors discute pas. C’est un ordre.
- Un vrai ordre ?
- Vrai de vrai.

Elle lui lança une moue désapprobatrice mais se leva et se hissa sur le lit. Sam la laissa s’allonger et referma la couverture sur elle alors qu’elle se tournait pour lui faire face. Il l’observa quelques secondes, cherchant à savoir ce que ça lui faisait d’être dans un vrai lit pour changer.

- Alors… Ce n’est pas mieux que sur le sol ?
- Non.
- Je sais que tu n’as pas l’habitude, mais quand même. C’est chaud, moelleux…
- Pas ça. Toi.
- Je vais me sentir vexé à force.
- Je ne me sens pas à ma place… Ca fait très bizarre.
- Ce n’est rien, tu vas t’y faire.
- Il m’aurait tué pour avoir osé… Je sais qu’il m’aurait tué.
- Mais il est mort… Il ne pourra plus rien te faire. Et moi… Je suis comme toi, ni plus ni moins.
- Non. Tu es différent.
- Je t’assure que non.
- Tu es un garçon, je suis une fille.
Sam eût un petit rire amusé.
- Très juste. Mais je ne parlais pas de ça.
- Je suis moins importante que toi.
- Non. C’est faux…
- Si je le sais.
- Tu es têtue ! La gronda-t-il.
- Pardon… Je suis désolé… Je dois retourner…
Sam la retint alors qu’elle allait se lever.
- Non… Ce n’était pas un reproche, reste. Ce que j’essai de t’expliquer c’est que tous les humains sont égaux, c’est un des principes fondamentaux de notre société. Tout le monde ne croit pas ça, mais c’est pourtant la réalité. Peu importe, son sexe, sa taille, sa couleur de peau on est tous égaux. On est tous des êtres humains, on respire le même air et on a besoin des mêmes choses pour survivre.
- Ce n’est pas comme ça…
- Je sais. On t’a appris des mauvaises choses. Les valeurs que tu as sont complètement fausses… Mais c’est celles qu’on t’a apprise et c’est difficile de passer outre. Avec le temps, tu comprendras ce que j’essai de t’expliquer.
- Ca te met en colère que je ne pense pas comme toi ?
- Non. Ca ne me met pas en colère. Ca me rend juste un peu triste.
- Je suis désolé…
- Ce n’est pas ta faute. Aller, essayons de dormir un peu… On aura le temps d’en reparler.

Sheri acquiesça doucement et ferma les yeux Sam l’imitant quelques secondes plus tard.

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: La femme sauvage - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 18:15

Chapitre 14 : Sur la route.

Le lendemain matin.

- Où est-il ? ! Lança Sheri en se plantant devant Dean qui portait les sacs jusqu’à la voiture.
Le chasseur fronça un peu les sourcils.
- De quoi tu parles ?
- Teddy !
- Je n’y ai pas touché !
Elle fronça un peu les sourcils, l’air peu convaincue et surtout très embêtée.
- Je te jure, ce n’est pas moi ! Affirma-t-il.
- Je… Je ne le trouve pas.
- Il doit être en haut.
- Non ! J’ai fouillé partout.
- Qu’est-ce qui se passe ? ! Demanda Sam à son tour.
- Teddy à disparut !
Le cadet posa les yeux sur son frère.
- Dean, rend lui son ours !
- Mais c’est pas moi bon sang ! Je ne vois pas pourquoi je m’amuserais à lui voler son ours alors qu’on est déjà en retard sur l’horaire de départ initiale !
- A qui la faute, tu as mis deux heures pour te lever…
- Gnagnagna…
- Peux pas partir sans lui ! Annonça Sheri.
- Il ne doit pas être loin si ce n’est pas Dean qui l’a prit.
- Peux pas l’avoir perdu… C’est impossible, il me quitte jamais, jamais…
- Sheri, du calme on va le trouver.

Dean s’éloigna vers la Chevrolet pour mettre les sacs dans le coffre pendant que Sam et la jeune femme commençaient à chercher en bas, dans les coins et recoins du salon, salle à manger. Ils retournèrent le canapé, les piles de bouquins, sous les meubles…

- Bon tout est prêt ! Annonça Dean en revenant.
- Mais on n’a pas Teddy ! On va pas partir sans lui… Je peux pas…
Les deux frères échangèrent un petit regard ennuyé.
- Il sera là à ton retour tu sais.
- Non… Non ! Lui et moi on se sépare pas.

Bobby fit son entrée dans la pièce sûrement pour leur souhaiter une bonne route.

- Bobby tu tombes bien, tu n’as pas vu la peluche de Sheri ? !
- Si c’est moi qui lui ai prit !
- Vous êtes vraiment sans cœur… ! Se fâcha Sam en regardant les deux hommes.
- Minute papillon ! Je me suis dit qu’il aurait besoin d’un bon coup d’aiguille avant de pouvoir prendre la route !

Le chasseur exhiba le nounours dont la patte tombante presque arraché avait été soigneusement recousue. Tout comme son bras ouvert sur une bonne longueur et qui perdait un peu son rembourrage. La jeune femme se dirigea vers le vieux chasseur, les yeux brillants d’excitation.

- Je me suis permis de le réparer… J’espère que ça ne te dérange pas.
Elle secoua vivement la tête. Il le lui tendit et elle s’empressa de le prendre.
- Merci beaucoup.
- Bah pas de quoi.
Sheri lui accorda un petit sourire tout en serrant la peluche contre elle.
- Soyez prudent sur la route ! Lança ensuite Bobby.
- Compte sur nous !
- A bientôt Bobby !
Tous les trois s’éclipsèrent laissant le vieux chasseur seul dans sa grande maison.
- Ca va être calme… Soupira-t-il à voix haute.


Dean jeta un coup d’œil à Sheri sur la banquette arrière qui s’était installé à son aise, la tête posée contre la vitre. Cela faisait plusieurs heures qu’ils roulaient maintenant et elle n’avait pas dit un mot. Son instinct de se taire prenait encore et toujours le dessus sur sa voix. Même si elle faisait des efforts de plus en plus considérables, elle restait incroyablement calme. Cela bien sûr quand elle n’était pas effrayée. Elle avait toujours l’air plongé dans ses réflexions, dans un autre monde… C’était troublant, et il aurait bien voulut lire dans ses pensées, juste par curiosité.

- Ca fait beaucoup de bruit. Lança-t-elle brusquement en brisant le silence.
- Quoi donc ?
- Ta… Musique.
Sam pouffa recevant le regard noir que Dean lui aurait jeté s’il n’avait pas eût peur de l’effrayer.
- Ce n’est pas du bruit, c’est de l’art !
- Oh… Alors je crois que je n’aime pas beaucoup ça.
Dean vexé fit une petite moue en reportant son attention sur la route.
- Heureusement la musique ne se limite pas aux cinq malheureux CD de Dean… Y a de très bons morceaux.
- Sam est fan de Céline Dion !
- Qui ?
- N’importe quoi, ne l’écoute pas. Il dit des bêtises.

Elle acquiesça vaguement avant de reporter son attention sur la route reposant son visage contre la vitre. Plusieurs centaines de kilomètres les séparaient de Sheridan, en tout une bonne grosse journée de route. S’arrêtant plusieurs fois ils mangèrent près de la voiture pour éviter à Sheri d’être trop mal à l’aise. Manger avec eux n’était toujours pas d’actualité alors ils avaient mit le frein sur les restaurants habituels. Les gens auraient sûrement réagit bizarrement en la voyant s’éclipser sous la table pour avaler son repas !

Quand ils arrivèrent dans le comté de Sheridan, Wyoming, il se faisait déjà tard et ils n’auraient le temps de rien faire. Cette soirée d’acclimatation ne serait d’ailleurs pas plus mal. Se cherchant un petit motel ils prirent une chambre avec deux lits et un canapé pour que théoriquement parlant chacun ait un endroit où dormir. Ce dernier se trouvait un peu à l’écart de la ville, le long de la route principale qui était pas mal fréquenté par les gens de passage. Adjacent au motel se trouvait un bar devant lequel une collection impressionnante de moto stationnait. C’était apparemment le « repère » des motards dans le comté. Autrement dit cela en faisait un lieu assez bruyant mais convivial selon le point de vue de chacun.

Dean aimait ce genre d’endroit, surtout parce que les motards n’étaient jamais contre une partie de poker ou de billard avec en jeu de l’argent. C’est ce qui leur faisait gagner leur vie le plus souvent, ça et les arnaques de cartes de crédits.

- Home sweet home ! Lança Dean en entrant le premier dans la chambre de motel.

Sam jeta un coup d’œil au papier jaunis à fleur datant probablement des années soixante, à la moquette en ayant vu des vertes et des pas murs puis au mobilier abîmé par les nombreux passages et les clients peu soigneux…

- Ah oui pas de doute, ça ressemble vaguement à un semblant de chez nous !

Sheri fut la seule à ne pas émettre de commentaire mais à côté de la cabane miteuse où elle avait vécue une bonne partie de sa vie, tout semblait bien !
Dean déposa leurs affaires sur la table calée devant la fenêtre puis se mit à son aise, se dirigeant vers la salle de bain pour y jeter un œil. Même si c’était vieux, ça ne semblait pas trop sale, c’était le principal.

- Je suis vanné, et la route ça creuse, je mangerais bien quelque chose !
- Encore ? ! S’amusa Sam.
- Ouais… Je vais sortir voir si je trouve un truc à manger ! Il faudra que j’aille probablement jusqu’au centre alors…
- Ah d’accord, j’ai compris va te fatigue pas !
- Quoi ?
- Traduction, je vais boire une bière à côté ne m’attendez pas.
- Qui… Moi ? !
- Essai de revenir sobre, on doit passer au bureau du shérif dès demain.
- Promis Nanny Sam, je serais sage comme une image ! A plus tard…

L’aîné se dirigea vers la porte un petit sourire sur le visage et sortit alors qu’ils venaient à peine d’arriver. Sam poussant un petit soupir –il connaissait son frère et ses petites manies par cœur- retira sa veste et se laissa tomber sur un des lits. Faire la route était fatiguant à la longue et ils avaient un peu perdu l’habitude ces dernières semaines à force de rester chez Bobby. On s’habituait vite au confort d’une vraie maison…

Sheri s’avança vers la fenêtre et écarta le rideau jetant un œil à la devanture du bar qui clignotait. Il y avait quelques personnes devant qui parlaient bruyamment et avaient tendances à hausser la voix. Le bruit des motos, dont certains faisaient retentir exprès était aussi assez nouveau pour elle et pas très agréable.

- Ca change du calme de chez Bobby ! Lança Sam.
Elle acquiesça tout en refermant le rideau, se tournant vers le chasseur.
- Il est un peu tôt pour dormir… Alors tu as le choix, télévision, cours d’écriture ou…
- J’aime bien quand tu me fais la lecture. Avoua-t-elle.
- Ou lecture, ça me va aussi…

Sheri s’avança vers le lit d’à côté et s’y posa, croisant ses jambes sous elle. Teddy était rangé dans sa veste, créant une petite bosse sous ses vêtements. Elle le sortit, tortillant de ses doigts une de ses oreilles alors que Sam sortait un livre et s’installait à son tour.

- Celui là est plein d’aventure, je suis sûr que tu vas aimer… Voyons…

Le chasseur s’éclaircit la gorge avant d’entamer sa lecture du célèbre roman de Jules Vernes, le tour du monde en quatre vingt jours. Il avait prévu la chose en emportant quelques livres de poches qu’il avait emprunté à Bobby. Le vieux chasseur n’avait en effet pas que des traités de démonologie et autres livres surnaturelles dans sa collection. Il avait aussi des classiques du genre.

Sheri l’écoutait avec une patience d’ange, plus attentive que jamais. Elle aimait apprendre et laisser son imagination travailler en écoutant la voix de Sam. Ses histoires l’emmenaient dans d’autres pays, d’autres mondes qui semblaient si intrigants, excitants… Les personnages étaient comme autant de gens qu’elle rencontrait, apprenait à connaître. Ca élargissait son champ social d’une certaine façon, elle concevait mieux le fait que tous les autres humains de la planète n’étaient pas mauvais, ou qu’elle pouvait peut être faire confiance à d’autres gens que Sam et Dean.

Une petite heure passa, puis une autre. Plus de la moitié du bouquin était déjà passé. Sheri retint un petit bâillement qui fit s’arrêter Sam dans sa lecture.

- Fatigué, on peut reprendre demain si tu veux ? !
Elle secoua négativement la tête.
- Je veux savoir la fin de l’histoire.
- Ok… Mais rien ne t’empêche de te glisser dans ton lit pendant que je finis de lire ?

Sheri acquiesça doucement et se dirigea vers la salle de bain, récupérant son pyjama dans un des sacs. C’était simplement une tenue plus confortable, la notion de pyjama ne lui était pas vraiment familier elle qui n’avait eût que peu de vêtements toute sa vie. Prête à aller dormir elle revint vers les lits et s’avança entre les deux prête à se poser sur la moquette.

- Oh non, pas là… la propreté est d’un goût douteux ici.
La jeune femme regarda autour d’elle l’air embêtée.
- Je peux dormir avec toi ?
- Heu… Ca ne te gêne plus ?
- Non ça va.
- Bon… Si tu veux oui.

Elle s’avança vers le lit alors que Sam se relevant avait ouvert les draps et les couvertures. Sheri se glissa à l’intérieur, minuscule dans cet amas de tissus et de vagues. Se replaçant à ses côtés il la laissa s’installer confortablement avant de reprendre sa lecture. Tourné sur le côté, la tête sur l’oreiller mais son bras entre les deux, elle ne bougea plus. Le chasseur posa un bras au-dessus de sa tête pendant que l’autre tenait le livre à bonne hauteur pour qu’il puisse continuer de lire.

Il reprit là où il s’en était arrêté alors que lentement mais sûrement elle partait dans les limbes du sommeil. N’étant pas sûr qu’elle soit complètement endormie, il poursuivit sa lecture jusqu’au bout du chapitre puis marqua une pause, histoire de voir si elle s’en rendait compte ou non. Mais elle ne bougea pas, la respiration régulière et l’air paisible. Il aurait pu s’arrêter là et la laisser dormir tranquillement mais il décida de poursuivre sa lecture, même si elle ne l’entendait plus. La voix un peu plus légère, il arriva rapidement à la fin du livre. Il n’eût cependant pas le temps de terminer que Dean refit son apparition, un air plutôt joyeux sur le visage.

- Hé Sammy… !
- Chut ! Lui intima-t-il. Sheri dort…
L’aîné baissa les yeux sur la jeune femme roulée en boule dans le lit de son frère.
- Elle dort dans ton lit ! ? Demanda-t-il surpris.
- C’est elle qui a voulut.
- Et toi tu vas dormir… ?
- Heu…
- Sam ! Je ne pensais pas ça de toi !
Le cadet se releva légèrement l’air visiblement vexé et choqué que son frère puisse croire qu’il oserait profiter de la situation.
- Pour qui tu me prends, je n’oserais jamais…
- Ca va je sais, je plaisante !
Dean sortit une imposante liasse de billet de sa poche.
- Regarde un peu ça… Ils sont vraiment nuls dans ce bled au poker !
- Tu veux dire qu’ils n’ont pas remarqués que tu trichais ? !
- C’est ce que je veux dire en effet… S’amusa-t-il.
Sam roula des yeux tout en se levant avec précaution.
- Bon… On a une longue journée demain, je vais me coucher.
- Garde tes mains dans tes poches ! Se moqua Dean.
Sam lui lança un autre regard outré alors que l’aîné affichait un autre petit sourire pervers.

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: La femme sauvage - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 18:17

Chapitre 15 : Dean et les ennuis.

Sheri se fit toute petite dans la Chevrolet en attendant que Sam et Dean reviennent. Ils avaient enfilés leurs beaux costumes sobres, avaient glissés leurs deux badges du FBI dans leur poche puis étaient courageusement partit au bureau du shérif en centre ville. Ils avaient besoin d’accéder aux archives pour consulter les vieux dossiers criminels de la région. Les affaires trop anciennes comme celle-ci n’étaient pas informatisés, pas dans les si petits comtés. Ils n’avaient donc pas le choix, la seule solution était de se rendre à la source.

Poussant un petit soupir elle jeta un œil dans la rue autour d’elle et observa les passants avec intérêt. Les femmes, les enfants, les hommes, les vieillards, autant de visages inconnus et de personnalités intrigantes. Elle se demandait si un « Charlie » ou un « Phileas Phogg » se trouvait parmi ces inconnus. Elle se posait bien sûr la question, mais n’irait pas dehors pour vérifier… Tant de foule l’inquiétait, elle ne pouvait pas tout surveiller, ne se sentait donc pas en sécurité.

Les deux frères sortirent finalement du bureau du shérif, un bâtiment peu imposant devant lequel était garé quelques voitures. Ils avaient dans les bras de gros cartons, cela devait être les fameuses archives. Sam en portait un deuxième posé sur le premier alors que Dean n’en avait qu’un. Ils s’arrêtèrent devant la Chevrolet et posèrent les cartons quelques secondes avant de les ranger dans le coffre.

- Du gâteau ! Lança Dean en entrant dans la voiture.
- Tu as encore faim ? ! Demanda Sheri surprise.
Ils venaient en effet de déjeuner avant de venir. Dean éclata de rire alors qu’elle fronçait les sourcils.
- Quoi ?
- Tu es tellement chou !
Elle fronça d’avantage les sourcils, perplexe.

L’aîné redémarra sans lui donner plus d’explication direction le motel. La partie moins drôle les attendaient maintenant, les recherches.

La chambre était tapissée de dossiers éparpillés du bureau aux lits, en passant par le canapé. Sam était installé sur la table, Dean avachit sur un des lits, des piles de dossiers les submergeant d’un côté comme de l’autre. Ils avaient réquisitionnés les archives sur trois années consécutives, histoire de faire large. C’était beaucoup d’affaires criminelles à éplucher, chaque meurtres, disparitions pouvait être une piste. Ils ne cherchaient plus seulement une fillette, mais ce qui ressemblait le plus possible à une famille entière…

Une pile de « potentiel » assez mince s’entassait sur un coin du bureau après une longue journée de recherches. Sortant de la salle de bain Sheri navigua entre les dossiers et les feuilles prenant soin de ne marcher sur aucun d’eux de son pas délicat. Se laissant tomber sur la moquette près du lit de Dean elle jeta un œil aux deux hommes très concentrés et attira jusqu’à elle quelques dossiers. Elle en ouvrit un, jeta un œil aux photos les rapports étant eux pleins de mots qu’elle ne maîtrisait pas encore.

Les visages lui étaient inconnus mais à son sens ils n’inspiraient pas du tout confiance. Elle passa plusieurs dossiers en revus avant d’en ouvrir un assez épais qui contenait pleins de photos. Des photos de personnes, et d’autres… Pleine de sang. Des photos de crime, un crime très sanglant à première vue. Surprise elle poussa un petit gémissement et réprima un frisson d’horreur.

- Oh ne regarde pas ça Sheri, ce n’est pas pour les petites filles ! Lança Dean.
- C’est…
Elle chercha les mots mais il n’y en avait aucun pour qualifier ça. Horrible était seulement un doux euphémisme ! Se levant elle donna par mégarde un petit coup dans la pile de dossier qui se répandit devant elle. Se baissant, elle ramassa les quelques feuilles et photos avant de subitement se figer. L’un de ces visages lui était comme… Familier.

Elle ramassa la photo d’un homme et la garda entre ses doigts, l’observant avec attention. Il tenait un panneau devant lui, faisait un peu la grimace. Il semblait avoir dans la quarantaine, les cheveux poivre et sel, les yeux bleus. Son visage était assez fin, les mâchoires carrées lui donnant un air un peu trop méchant à son goût. Cependant… Elle avait l’impression de le connaître, de l’avoir déjà vu. Et s’il faisait partit de sa famille ? !

Se posant sur ses genoux devant le lit, elle s’accouda au matelas quelques instants avant de tirer un peu sur la manche de Dean pour attirer son attention.

- Qui a-t-il ?
Elle lui tendit la photo qu’il prit un peu surpris.
- C’est ton type ? ! S’amusa-t-il.
Sheri fronça les sourcils, ne saisissant pas vraiment l’allusion.
- Je le connais.
Sam se tourna subitement intéressé.
- Tu le connais d’où ? !
- Je sais pas. Mais son visage m’est familier.
- Ce type ?
Elle acquiesça vivement.
- Fait voir son dossier…

La jeune femme ramassa le dossier d’où était extraite la photo et le donna à Dean. Ce dernier jeta un œil à l’intérieur alors que son frère attendait lui aussi intéressé par la chose. Le chasseur y jeta un œil surpris, il ne contenait rien de bien passionnant, le type était une petite frappe du coin dans les années quatre vingt, il avait commis quelques vols, avait plusieurs grosses contraventions et quelques insultes à agent à son actif. En réalité ce n’était pas du tout ce qu’ils cherchaient.

- Tu le connais d’où ? ! S’enquit Dean.
Elle haussa les épaules.
- Nulle part. C’est son visage… Je l’ai déjà vu, je crois.
- Tu crois ?
- Peut être simplement qu’il ressemble à quelqu’un que tu as connu ? Proposa Sam.
Sheri baissa légèrement les yeux, réfléchissant à la chose.
- Possible. Acquiesça-t-elle.
- A mon avis c’est sûrement ça… De toute façon le type à pas laissé d’adresse alors, je doute qu’on le retrouve vingt ans après.
Sam et Dean échangèrent un regard un peu embêté alors qu’elle semblait un peu triste subitement.
- Sheri, tu sais tu devrais jeter un coup d’œil sur les photos de ces dossiers là. Peut être que tu te rappelleras quelque chose ? !

Acquiesçant elle se leva et prit la pile de dossier que Sam lui désignait. Se posant de nouveau sur la moquette elle s’installa à moitié sous le bureau et commença à éplucher les dossiers… Dean glissa la photo de l’homme parmi d’autres papiers puis envoya le tout dans la pile des « impossible, rien à voir. »

Quelques heures plus tard.

L’aîné poussa un long soupir à fendre l’âme tout en refermant d’un coup sec un énième dossier. Cette fois il en avait marre, il fallait qu’il aille prendre l’air qu’il se sorte de cette chambre et des rapports de police sinon le prochain serait sûrement sur son cas ! Des heures et des heures qu’ils n’avaient pas bougés, c’était trop pour lui, il avait besoin d’action, il avait besoin… D’une bière !

- Vous savez quoi les enfants je crois que je vais…
- Sortir boire une bière et aller jouer au poker ? Proposa Sam.
- Vous voulez venir ?
- Non merci !
- Tant pis pour vous…

Se levant du lit Dean attrapa sa veste et l’enfila. Il vérifia que son portefeuille était à la bonne place puis d’un dernier geste sortit de la chambre. Sam profita que son frère se défile pour faire une pause à son tour. Il y avait de quoi devenir chèvre à éplucher tous ces dossiers. Mais le jeu en valait la chandelle, c’était pour le bien de Sheri.

- Alors… Certaines choses te sont familières ? !
- Non. Soupira-t-elle.
- Ca ne fait rien, ça ne veut pas dire qu’on n’est pas sur la bonne piste.
- Je sais.
- Bon… Puisque Dean nous a lâché, si on laissait le reste pour demain et qu’on se divertissait nous aussi ?
- Comment ?
- Je ne sais pas, qu’est-ce que tu veux faire ? !
- Apprend-moi à lire ?
- T’apprendre à lire… Je veux bien, mais ça ne se fera pas en un soir.
- Pas grave. S’il te plaît.
- Ok… Prend une chaise et vient t’asseoir, on va voir ça.

Ils attaquèrent un cours de lecture, en commençant par la prononciation des lettres, des syllabes. Apprendre à l’âge adulte était moins facile que lorsqu’on est enfant. Peut être à cause du cerveau modulable et curieux de l’enfance… Mais la jeune femme ne manquait pas d’intérêt, ni d’intelligence et encore moins de curiosité pour apprendre et apprendre vite. Sam était bluffé de ne devoir lui répéter les choses qu’une fois avant qu’elle n’assimile. Elle avait en plus de ça quelques restes qui n’étaient pas négligeable, sa mémoire visuelle remontait loin, dommage que ce ne soit pas pour tout.

Deux petites heures passèrent comme des minutes. Ils ne s’étaient pas vraiment rendus compte que tant de temps était passé ni que dehors, le temps s’était dégradé. Le ciel clair parsemé du début de soirée était maintenant recouvert de nuages qui cachaient aussi la lune, presque pleine.

- G E et U font « geu » comme dans guépard ou guerre ou…
- Guêpe ?
- Oui ! Tu as plus de vocabulaire que moi… S’amusa-t-il.
- Je n’aime pas les guêpes. Elles font mal.
- Ouais… Je me souviens d’une fois ou Dean m’avait entraîné avec lui pour déloger un nid… Ce sont elles qui ont finit par nous déloger !
Sheri eût un petit rire amusé alors que le téléphone de Sam se mit à sonner dans sa poche. Plongeant la main dedans tout en se soulevant un peu, il sortit le portable.
- Excuse-moi ! Lança-t-il avant de décrocher. Allô ? ! Dean… Quoi ? ! Oh mec, tu plaisantes ? Ca va… J’arrive, essai de rester en vie !
Sam se leva glissant son portable dans sa poche de nouveau.
- Quoi ? ! S’enquit la jeune femme.
- Dean à des ennuis, je dois y aller… Tu peux rester ici toute seule ?
- Non je veux venir.
- Non ça risque de… Bastonner un peu…
- Je ne veux pas rester ici toute seule. Je me ferais toute petite.
- Bon mais tu restes à l’écart si ça tourne mal !
- Promis.

Enfilant chacun une veste ils sortirent de la chambre direction le bar un peu plus loin. Sam marchait vite, la jeune femme avait du mal à suivre et il mit une petite distance exprès entre eux. S’ils voyaient trop tout de suite qu’ils étaient ensembles et que les choses tournaient mal il ne voulait pas qu’elle soit prit à partit.

Le cadet se rendit tout de suite compte que ça allait mal tourner. Un petit groupe de gens à l’air peu fréquentable étaient réunis dehors, devant le bar, et son frère discutait avec un autre type au centre d’un cercle qu’ils avaient formé volontairement ou non. Certains regardaient seulement, d’autres encourageaient déjà les deux partis à se mettre sur la figure !

- Je ne triche jamais ! Lança Dean avec un grand sourire de menteur professionnel.
- Tu te fiches de moi ? ! Répondit le type.
- Non… Je n’oserais pas, tu es bien trop… (gigantesque… Il le dépassait d’au moins deux têtes plus que son frère) intelligent… ? ! Proposa Dean.
- T’es un homme mort !
- Hé ! Intervint Sam. Et si on essayait de régler ça à l’amiable hein ? !
- Ouais… T’as raison…

Le poing du gros costaud partit dans la mâchoire de Sam qui tomba à terre un peu sonné. Presque aussitôt Dean fonça dans le tas et quelques autres types se mêlèrent à la bagarre. Les cris d’encouragements s’élevèrent d’avantage tandis que de plus en plus de gens s’amassaient autour du cercle pour voir qui était en train de se battre et commencer à prendre les paris.
Sheri qui n’avait pas pu entrer dans le cercle se tenait tout derrière, sautant sur place pour essayer d’apercevoir quelque chose. Peu à peu cependant la foule commença à l’envelopper malgré elle, les gens se pressent pour voir. Presque tous les consommateurs du bar étaient sortis, plus quelques clients du motel. A croire que ce n’était pas si souvent qu’un tel spectacle arrivait…

Plusieurs minutes s’écoulèrent quand brusquement des sirènes de police se firent entendre, venant dans leur direction. Sheri mal à l’aise au milieu de plusieurs gros costauds sentit un important mouvement de foule qui l’entraîna malgré elle et ses protestations… La foule se dispersa rapidement en quelques minutes à peine. Dean et Sam qui terminaient de mettre une correction aux types qui les avaient plus ou moins cherchés (a raison après tout) ne tardèrent pas non plus à prendre la poudre d’escampette. Dean en tête d’ailleurs qui n’avait aucune envie de dire bonjour aux forces de l’ordre… Pour des soit disant agent du FBI en plus ça la fichait mal !

- Dean, attend où est Sheri ? ! Réalisa Sam alors qu’ils atteignaient la chambre.
- Probablement à l’intérieur, elle est moins folle que nous !
- Non, non, elle m’a accompagné.
- Elle est sûrement rentrée Sam !

Dean poussa la porte de la chambre et obligea son frère à en faire de même. Ecartant ensuite le rideau de la fenêtre il jeta un œil à la voiture de police qui fit le tour de la place sans ramasser personne. Ils voulaient juste disperser la foule et mettre fin à l’affrontement ce qui avait plutôt bien fonctionné.

- Sheri ? ! Cria Sam en s’avançant vers la salle de bain.
L’aîné se retourna balayant la chambre vide des yeux.
- Merde… Dean elle n’est pas là !

Les deux frères échangèrent un regard inquiet avant de se précipiter de nouveau dehors et de revenir sur leurs pas.

- Sheri ? !
- Sheri ! Crièrent-ils.
- Dean… On se sépare, va voir dans le bar, je fais le tour.
- Ok !

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: La femme sauvage - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 18:19

Chapitre 16 : Une fille perdue.

Sheri ignora comment mais se retrouva finalement ballottée dans un groupe d’une petite vingtaine de personne fuyant la police. Ils avaient emprunté plusieurs ruelles derrière le bar, un dédale de route dont elle n’avait pas vu la moitié du chemin à cause des grands gaillards l’entourant. Elle avait bien essayé de se fondre sur le côté mais le mouvement de masse la gardait prisonnière. Au bout de longues minutes seulement ils se séparèrent enfin et elle put s’arrêter. Les autres continuant leur chemin, elle se retrouva seul au milieu d’une carrefour sombre et inconnu sans la moindre idée de quel endroit elle venait…

- Oh non… Oh non… Réalisa-t-elle en regardant autour d’elle.

Les ruelles étaient toutes les mêmes, ne semblaient déboucher sur rien de particulier. Il faisait aussi très sombre, il n’y avait pas d’éclairage public dans le coin. La panique n’aidant pas, elle ne se souvint déjà plus de quelle ruelle elle venait de surgir. Devant, derrière, sur les côtés ? ! Pourquoi fallait-il qu’elle soit à un croisement, prendre des décisions n’était pas son fort !
Un bruit résonna soudainement derrière elle, la faisant sursauter. D’instinct elle se précipita vers de gros conteneurs et passa derrière, se glissant à l’abri derrière un tas de cageot en bois.

Il fallait qu’elle attende, Sam et Dean viendraient sûrement la chercher… Oui, il fallait seulement qu’elle attende.

Dean pressa le pas en voyant que son frère était déjà revenu au centre de la place à mi chemin entre la chambre et le bar. Il se pressa d’autant plus qu’il était seul… Et que lui aussi. Sam sembla faire le même triste constat en le voyant arriver.

- Tu ne l’as pas trouvé ? !
- Non et toi ?
- Non ! Et personne ne l’a vu comme par hasard ! Pesta Dean.
Sam porta les deux mains à son visage.
- Bon sang qu’est-ce qui m’a prit de la laisser venir avec moi.
- Ca va monsieur culpabilité, tu t’en voudras plus tard !
- Faut élargir à tout le quartier…
- On prend la voiture !

Ils s’élancèrent tous les deux vers le parking où dormait tranquillement la Chevrolet. S’engouffrant dedans ils s’élancèrent sur une des routes qui faisait le tour du pâté de maison…

Le temps lui paraissait infiniment long. N’était-ce que des minutes, ou bien des heures ? Sheri n’en avait pas la moindre idée, mais ce qui était certain c’est qu’elle avait froid. Très froid. Immobile, sa veste ne suffisait pas à la garder au chaud, pas quand maintenant une légère bruine s’était mise à tomber. Le sol humide lui transmettait de la fraîcheur à travers son pantalon, il fallait sans doute qu’elle trouve un endroit plus indiqué et plus à l’abri mais elle ne se décidait pas à bouger. Elle tremblait de froid, et de peur aussi… Elle aurait tout donné pour que Dean et Sam arrivent comme par miracle. Mais comment sauraient-ils où elle se trouvait ? !

Trois fois de suite. C’est le nombre de tours qu’ils avaient fait dans tout le quartier afin de trouver Sheri. Ils s’étaient arrêtés plus d’une fois pour interroger les passants et quelques personnes dans l’espoir qu’on l’ai aperçut. Mais elle restait introuvable, comme si elle s’était envolée !

- On ferait bien de repasser au motel ! ? Proposa Sam.
- Tu crois qu’elle pourrait être rentrée ?
- Oui c’est possible.

Ils n’étaient de toute façon pas très loin. Presque une heure et demie était passé depuis la fin de la bagarre. Garant la Chevrolet sur le parking, Sam et Dean en descendirent et se précipitèrent de nouveau vers la chambre.
En poussant la porte le cadet compris qu’elle n’était pas rentrée, toujours pas…

- Où est-ce qu’elle a pu passer ? ! S’écria Dean.
- J’en sais rien. Elle s’est sans doute sauvé…
- Tu crois qu’elle s’est enfuie ?
- Non, elle a du avoir peur. Peut être qu’elle s’est perdue. Tu crois qu’elle pourrait s’être sauvé, dans le sens… Vraiment sauvé ?

Dean prit un air pensif avant de poser les yeux sur quelque chose à ses pieds. Se penchant il ramassa l’ours en peluche de la jeune femme.

- Tu crois qu’elle serait partie sans Teddy ?
- Non… Jamais.
- Faut continuer à chercher.
- Ouais… Peut être aller plus loin ?
- Oui… On devrait se séparer, je vais faire le tour de la ville tu restes ici au cas où elle reviendrait !
- Ok. Je vais essayer de prévenir le shérif, des fois qu’une patrouille la repérerait.
- Tu crois que c’est une bonne idée ?
- Je préfère ça que la savoir toute seule dehors, on sait jamais ils auront peut être plus de chance que nous.
- On se tient au courant !
- Oui.

Dean emmena Teddy avec lui, s’il la trouvait elle serait contente de le récupérer au plus vite. Retournant vers la Chevrolet il repartit pour quadriller la ville. Il espérait juste qu’elle ne tombe pas sur des gens peu fréquentable… Elle n’était pas à même de se défendre, ni de dire non.

Sheri sentit des larmes rouler sur ses joues et se mêler aux gouttes d’eaux qui la trempaient à présent. Ses doigts engourdies par le froid passèrent sous ses aisselles, juste pour les réchauffer un peu mais sans grand succès. Complètement perdue, elle avait du mal à réfléchir calmement. Elle se sentait tellement seule et abandonnée, incapable de décider de la bonne marche à suivre. Néanmoins, vu la pluie et le froid elle comprit que si elle ne se décidait pas à faire quelque chose, elle ne passerait peut être pas la nuit. Ses yeux avaient tendances à vouloir se fermer, et si elle s’endormait, c’était la fin.

- Je suis perdu… Ne me laissez pas. Souffla-t-elle doucement.

Un nouveau sanglot la secoua, des nouvelles larmes glissèrent sur ses joues. Elle savait qu’elle devait prendre une décision mais n’arrivait pas à se décider. Cela lui faisait peur. On avait toujours décidé pour elle, c’est une responsabilité qu’elle n’apprenait que maintenant. Elle devait choisir ce qui était bon pour elle, elle devait s’assumer… Seule.
Prenant une petite inspiration elle se força d’abord à garder les yeux ouverts. Elle essaya ensuite de calmer ses tremblements et de se reprendre pour réfléchir en adulte qu’elle était.

Elle était perdue, mais elle venait bien de quelque part… Il lui suffisait peut être de chercher le bon chemin. Avec un peu de chance, elle tomberait même sur quelqu’un de gentil qui pourrait l’aider. Oui… C’était la bonne décision, bouger. C’est ce que Phileas aurait fait dans pareille situation. C’était le moment ou jamais de devenir la propre héroïne de son histoire !
S’accrochant à la poubelle devant elle, elle se releva lentement, les jambes un peu flageolantes. Ne restait qu’à décider quel chemin prendre…

Sam fixa le parking des yeux par la fenêtre en même temps qu’il soupesait son téléphone portable dans sa main. Plus de deux heures s’étaient écoulés depuis que Dean était partit, trois que Sheri avait disparut. La nuit était bien avancée et pas un signe à l’horizon. Pour couronner le tout il pleuvait des cordes et on y voyait rien. Faisant un tour nerveux de la chambre Sam aperçut les phares de la Chevrolet depuis l’extérieur et se précipita à la porte.
Il aperçut Dean sortir de la voiture… Et seulement lui. L’aîné se précipita dans la chambre pour se mettre à l’abri le visage fermé. Sam le laissa entrer puis hésita un instant à refermer la porte… Mais il était seul.

- Tu ne…
- Non ! Maugréa Dean.
- Mais… T’es sûr que t’as bien regardé partout ?
- J’ai fais quinze fois le tour de la ville, j’ai interrogé tous les passants que je croisais. Rien. Et de ton côté ?
- L’adjoint du shérif a fait passer son signalement… Mais toujours rien non plus.
- Bon sang, où est-ce qu’elle a bien pu passer ?
- J’en sais rien. La connaissant elle doit se cacher quelque part, terrifiée…
- Ouais c’est bien ce que je me dis aussi. Mais il fait un froid de canard dehors et il pleut… J’espère qu’elle n’est pas roulée en boule quelque part, personne ne peut survivre à ça.
- On devrait peut être repartir…
- Ca sert à rien, on a déjà fouillé partout. Peut être que les flics auront plus de chance.
- On ne va pas rester là ?
- Qu’est-ce que tu suggères ? !

Sam savait que Dean avait raison, ils avaient déjà tout fouillé, interrogé beaucoup de monde. Personne ne l’avait vu. Ca ne dépendait plus vraiment d’eux cette fois.

Sheri marchait lentement, jetant des coups d’oeils inquiets autour d’elle. Peut être qu’elle n’avait pas prit la bonne décision. Elle marchait depuis des heures, mais ne tombait que dans des culs de sacs, des ruelles plus sordides les unes que les autres. Il n’y avait que des grands bâtiments abandonnés dans ce coin là…
Continuant de marcher elle déboula aux abords d’une grande usine. Elle s’arrêta surprise en apercevant quelques hommes réunis autour d’un bidon dans lequel brûlait un feu. Se plaquant contre le mur qui faisait l’angle, elle se recroquevilla, espérant qu’ils ne la verraient pas. Elle savait qu’elle avait tort de faire ça, ils lui indiqueraient peut être le bon chemin…

Mais parler à des inconnus… C’était comme sauter d’une falaise en sachant que l’eau en dessous était assez profonde. Ce n’était pas un gros risque, mais il fallait quand même avoir le cran. Et ce cran… Sheri n’était pas sûr de l’avoir.
Restant figée et cachée de longues minutes elle écoutait leurs voix qui lui parvenait faiblement mais suffisamment. Apparemment ils travaillaient dans le coin et se réchauffaient simplement autour d’un bon feu. Un bout de bâtiment leur servait d’abri contre la pluie, mais pas contre le froid.

- Tu peux le faire… S’encouragea-t-elle à voix haute.

Elle avait envie de fondre en larme, encore, mais elle se retint. Elle aurait tout donné pour ne pas avoir à faire ça…

Dean tira sur l’oreille de Teddy dans un geste un peu agacé. Cet ours était la preuve vivante que sa disparition n’était pas de son fait. Mais où pouvait-elle bien être ? Entre les mains de tordus, perdue dans une rue, roulé en boule derrière un tas de carton… ? ! Il n’en savait rien, elle avait disparut depuis des heures et ils n’avaient pas été capables de mettre la main sur elle.

- Ca fait un sacré vide. Lança soudainement l’aîné.
- Dean… Arrête. Le stoppa d’emblé Sam.
- Je constate… C’est tout.
- On va la retrouver. C’est obligé.
- Je sais. Mais on a été si peu de temps avec elle et ça fait déjà un gros vide, c’est étrange.
- Ouais.
Dean passa une main sur son visage qui était marqué de quelques bleus dus à la bagarre. Il les avait cependant déjà oublié, tout comme Sam. Seul Sheri occupait ses pensées.
- Les flics sont vraiment bon à rien dans cette ville !
- Autant que nous. Constata Sam.
L’aîné lança un regard noir à son frère même si au fond, il n’avait pas tord.

Un éclair déchira le ciel, les faisant sursauter tous les deux. Pas qu’ils avaient peur de l’orage…

- Il ne manquait plus que ça, c’est le bouquet ! Tempêta Dean.
Sam se tût mais il n’en pensait pas moins. Il regarda son frère se lever brusquement de son lit.
- Où tu vas ?
- Je tiens plus, je vais faire un tour et voir si je ne la trouve pas !
- Je viens avec toi !
Sam se leva à son tour, se dirigeant vers le bureau pour prendre sa veste. Au même moment ils entendirent de légers coups sur la porte. Se regardant quelques secondes, Dean le plus proche, se dépêcha d’aller ouvrir.

Il n’avait qu’un faible espoir, n’y croyait pas trop…

- Sheri ! ?

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: La femme sauvage - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 18:20

Chapitre 17 : Enquête.

Et pourtant elle se tenait là, sur le pas de la porte. Elle était trempée, tremblotante, comme un chien laissé trop longtemps sous la pluie. Mais elle était bien là. Elle regarda le chasseur de ses grands yeux humides, comme une supplication de la laisser entrer. Sortant de sa torpeur Dean l’attrapa par le bras et la fit entrer dans la chambre avant de refermer la porte.

- Oh mon dieu, Sheri… Tu vas bien ? ! S’écria Sam.
- Froid. Répondit-elle.
Sam et Dean échangèrent un regard avant de se bouger un peu. Elle était gelée, les bras serrés contre elle au beau milieu de la chambre. L’aîné attrapa une couverture sur le bout du lit et la déplia, la posant sur ses épaules.
- Tu es trempée, où tu étais passé on s’est fait un sang d’encre ?
Sheri posa les yeux sur Dean mais ne répondit pas, préférant souffler dans ses mains pour les réchauffer.
- Faut vite que tu enfiles des vêtements secs, tu vas attraper la mort.

Sam prit quelques affaires dans son sac et les lui donna, la poussant vers la salle de bain pour l’inciter à se changer rapidement. C’est ce qu’elle fit, se débarrassant de ses vêtements mouillés qu’elle posa sur le rebord de la baignoire. Quand elle fut sèche, les cheveux encore trempés, elle revint dans la chambre, la couverture toujours sur le dos.

A sa sortie les deux frères l’attendaient de pieds fermes, espérant des explications. Se plantant face à eux, elle se sentit presque coupable de n’avoir pas réagit plus tôt. Ils s’étaient sûrement beaucoup inquiétés pour elle. Les regardant tour à tour, elle s’avança soudainement presque timidement vers eux. S’arrêtant entre eux, elle se rapprocha d’avantage et posa sa tête sur le bras de Dean, glissant son bras sous celui de Sam par la même occasion.

- Est-ce que… Tu réclames un câlin ? ! S’enquit Dean surpris.

Elle qui ne recherchait pas leur contact, ou en de très rares occasions, même quand elle dormait avec Sam ? !

- Oui. Répondit-elle doucement.

Sam et Dean échangèrent un nouveau regard surpris et un peu amusé à la fois. Ils n’étaient pas du tout contre bien au contraire… Mais ne faisaient pas ça à trois !

- Moi d’abord ! Lança Dean en se dépêchant de refermer ses bras sur la jeune femme.
- Pourquoi toi d’abord ?
- Parce que je suis le plus vieux.
- C’est injuste !
- Chut… Ne gâche pas le moment ! Le gronda Dean.

Sam voulut protester mais préféra ce taire. Non, il ne voulait surtout pas gâcher ce moment…

Sheri s’ouvrait enfin un peu à eux, leur témoignait son affection comme elle faisait par exemple avec Teddy. Les comparer à un ours en peluche était peut être étrange, mais il n’y a rien au monde qu’elle aimait plus que son ours. Du moins jusqu’à maintenant.

- Est-ce que tu vas bien ? ! S’enquit Dean.
- J’ai eu très peur. Confessa-t-elle.
- Où tu étais passé ? !
- Je me suis perdue… Y avait tellement de monde et… Je sais pas comment, je me suis retrouvé entraîné dans la foule. Quand j’ai voulut revenir je ne connaissais pas le chemin.
- On t’as cherché partout tu sais. On avait peur que tu restes caché dans un coin…
- Je l’ai fais. Et puis… J’ai décidé de me débrouiller toute seule.
- Tu as décidé ? ! Lança Sam impressionné.
- Oui.
- Comment tu as retrouvé ton chemin finalement ? !

Sheri prit une petite inspiration s’écartant un peu de Dean, elle leva les yeux sur lui.

- J’ai… Demandé.
- Tu veux dire à des gens ?
- Oui.
- Tu as parlé à des gens que tu ne connaissais pas ? !
- Oui. Et ils ont été très gentils. Mais j’ai quand même eût très peur.
- Mais tu l’as fait. Tu sais ce que ça veut dire ?
- Quoi ? ! S’étonna-t-elle.
- Que tu es capable de te débrouiller toute seule. Sans personne.
- Je ne sais pas.
- Mais si… Affirma Sam. Et Dean et moi on est très fier de toi !
- Ouais et ça mérite bien un autre gros câlin ça !

L’aîné referma ses bras autour de la jeune femme qui se laissa faire un peu amusée. Sam lui roula des yeux avant de perdre patience. Tapotant sur l’épaule de son frère il lui fit comprendre que c’était son tour. Relâchant finalement Sheri Sam pu la prendre dans ses bras à son tour, ne se privant pas de son contact qui ne se renouvellerait peut être pas…

***

Dean et Sam poussèrent tour à tour un long soupir d’agacement, se lançant un long regard qui voulait probablement tout dire. Là ils ne comprenaient plus… Ils pensaient vraiment que ça allait changer que c’était sur la bonne voie mais non… Il n’y avait rien à faire, elle gardait ses mauvaises habitudes.

- Alors tu demandes ton chemin à des inconnus, tu dors avec monsieur gros ronfleur ici présent…
- Je ne ronfle pas ! Se vexa Sam.
- Peu importe… Et tu ne veux toujours pas manger à table avec nous ? !
- Je fais déjà beaucoup d’efforts ! Protesta la jeune femme.
- Ecoute, ça ne fait rien si tu manges comme un petit cochon, Sam aussi et on ne lui en veut pas…
- Hé !
- Je ne mange pas comme un… Petit cochon ! Protesta-t-elle.
- Alors pourquoi tu ne manges pas avec nous ?
- Parce que…
- Ce n’est pas une réponse.
- Sheri, je suis plutôt d’accord avec Dean. Vient manger avec nous… !

Elle ne répondit pas visiblement peu décidé à changer cette habitude là. Sam et Dean se regardèrent quelques instants avant d’attraper leur assiette et d’avoir la même réaction. Repoussant leurs chaises, ils se glissèrent sous la table et vinrent s’installer à côté d’elle à même la moquette.

- Mais… S’étonna-t-elle. Qu’est-ce que vous faites ?
- La même chose que toi.
- Mais vous ne pouvez pas…
- Si on peut, Sam passe-moi le sel !
- Il est au-dessus de ta tête !
Dean tendit la main vers la table et attrapa un petit sachet de sel qu’on leur avait donné avec le déjeuner. Sheri les regarda tour à tour, étonnée et un peu gênée. Dean et Sam eux ne s’en formalisèrent pas plus que ça ! S’il n’y avait que cette solution là pour l’encourager dans ses efforts… Et bien ils le feraient à tous les repas. Après tout, la moquette n’était plus à ça près !

Après le repas, Dean et Sam enfilèrent tour à tour leurs costumes classe et chic qui leur donnait l’apparence de vrais agents du FBI ! Ils avaient sélectionnés les quelques affaires qui pouvaient avoir un rapport avec Sheri et s’apprêtaient à aller interroger des témoins. Ils espéraient bien que ça donne quelque chose, s’était leur seul chance. Ils avaient finit d’éplucher les archives, après, les pistes s’arrêtaient là.

- Pourquoi je ne peux pas venir ? !
- Parce que deux agents du FBI et une civile ça ne fait pas très crédible !
- Mais je peux rester dans la voiture ? !
- Quel intérêt de venir alors ? ! Crois-moi Sheri, reste ici avec… La télévision, à manger, de quoi t’occuper et on revient vite !
Elle poussa un léger soupir et fit une moue un peu déçue.
- Enfermes-toi et n’ouvre à personne.
- C’est injuste… C’est moi que ça concerne.
- Mais écoutez-moi ça ! C’est qu’elle se rebelle en plus ! La taquina Dean.
- Crois-nous, on a l’habitude de ce genre d’affaire.
- On est des professionnels mademoiselle !
- Très bien. Renonça-t-elle en se laissant tomber sur le lit le plus proche.
- Tu auras un rapport détaillé à notre retour. Promis !

Elle acquiesça doucement alors qu’ils s’avançaient vers l’entrée pour accéder au parking où attendait la voiture. Dean ouvrit la porte, premier à être prêt à partir comme toujours. Dès que ça ressemblait plus ou moins à de l’action il était toujours partant ! Sam suivit le même chemin mais en passant devant Sheri il sentit la jeune femme le retenir. Elle avait attrapé sa main qu’elle serra doucement, cherchant le contact de sa paume comme pour se rassurer. Le chasseur baissa les yeux vers elle un peu surpris et déplia ses longs doigts pour envelopper les siens.

Il croisa ses grands yeux clairs et se sentit fondre comme toujours. Il lui sembla qu’elle allait dire quelque chose, elle se pinçait légèrement les lèvres comme pour trouver ses mots.

- Qui a-t-il ? ! S’enquit-il.
- Je me disais… Et si vous ne trouviez rien du tout ?
Sam jeta un petit coup d’œil à Dean qui attendait sur le seuil de la porte.
- J’attends dans la voiture ! Lança-t-il en s’éclipsant.
Le cadet remercia mentalement son frère de faire preuve pour une fois de bon sens. Une petite discussion s’imposait certainement, et Dean et les grandes conversations… Il préférait que Sam se dévoue.
- Sheri… Je ne vais pas te mentir, on ne sait vraiment pas ce que ça va donner…
- Et si jamais… Y a rien ?
- Et bien… On trouvera une autre solution.
- Quelle solution ?
- Y a toujours Bobby. Je doute que ça le dérange que tu restes chez lui le temps de pouvoir… Apprendre à être complètement autonome. Y a aussi le docteur Lavigne, je suis sûr qu’elle t’aiderait.
- Ca veut dire que Dean et toi… Je ne peux pas rester avec vous c’est ça ?
Sam s’accroupit légèrement, pour se mettre à sa hauteur. Il garda sa main dans la sienne, la regardant dans les yeux.
- Ce n’est pas qu’on aimerait pas te garder avec nous. Mais… On est des chasseurs, ce serait trop dangereux et égoïste de te laisser nous suivre.
- Ca m’angoisse l’idée de rester toute seule.
- Tu ne seras pas toute seule. On ne te laissera pas toute seule… On fera en sorte qu’il y ait quelqu’un sur qui tu pourras compter. Quelqu’un de fiable et de gentil.
- Mais pas vous.
- Tu pourras compter sur nous même si on n’est pas là. Et on viendra te voir, aussi souvent que possible.
- Promis ?
- Promis… Mais ne pense pas trop à ça, on va peut être trouver le reste de ta famille qui sait ! ?
- Tu veux dire qui ne serait pas mort ?
- Oui peut être des oncles ou des tantes, des grands-parents… Ne perd pas espoir avant de nous avoir laissé essayer. Ok ?
- D’accord.
- Bon… Je file, Dean va s’impatienter et tu sais comment il est après…
- Il va râler.
- Oui.

Sheri eût un léger rire amusé qui soulagea Sam. Il préférait la laisser sur un sourire que l’idée qu’ils allaient devoir bientôt se séparer, d’une manière ou d’une autre…

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: La femme sauvage - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 18:21

Chapitre 18 : Résultat.

Les garçons partis, Sheri s’installa au bureau non loin de la fenêtre où elle pourrait guetter leur retour. Elle ouvrit son cahier et s’arma d’un crayon. Elle n’avait pas trop envie de penser à ce que Sam lui avait dit et pour ça s’entraîner à l’écriture et la lecture était peut être la meilleure solution. Malgré tout elle compta presque les minutes, puis les heures interminables qui ne faisaient que renforcer le sentiment de doute qui s’insinuait en elle. Cela faisait déjà un bon moment qu’elle vivait avec eux, qu’ils prenaient soin d’elle… Le sablier s’écoulait à présent à l’envers, elle savait et comprenait qu’ils leurs faudrait trouver une autre solution. Dean tournait en rond, Sam un peu aussi… Ils étaient des chasseurs dans l’âme.

Teddy avait prit place sur ses genoux, serrés entre elle et la table, pour bien sentir sa présence. Elle avait déjà noircit quelques pages de mots et de syllabes qu’elle lisait à voix basse. La petite aiguille de l’horloge avait fait un bon quart de tour dans son cadran quand ils se montrèrent enfin. Elle aperçut les phares de la Chevrolet alors que la nuit commençait à décliner doucement mais sûrement.

Restant assise le temps qu’ils se garent et arrivent, elle sauta de sa chaise dès que la première portière claqua ! Teddy dans les bras, le cœur battant la chamade, elle guetta le moindre mouvement de la porte. Elle avait l’impression qu’ils faisaient durer le suspens, ils étaient bien long !
Ils entrèrent finalement, l’un derrière l’autre. Elle ne dit rien, ne voulait pas se montrer trop impatiente mais l’attente se lisait sur son visage.

Mais ils n’eurent pas besoin de parler pour qu’elle comprenne. La réponse se lisait sur leurs visages… Dans leur façon de se tenir ou de bouger. Tout en eux les trahissait.
Sheri sentit des larmes inonder ses yeux et elle se figea, serrant un peu plus son ours contre elle.

- Sheri…
- Je sais. Pas besoin de le dire… J’ai compris.
- Ca va ?
- Je ne sais pas… Elle prit une petite inspiration. Parlez-moi d’eux…
Un sourire vint éclairer le visage des deux garçons qui semblèrent vaguement soulagé. C’est Dean qui commença visiblement très enthousiaste.
- Ils s’appellent monsieur et madame Harris. Leur fille était mariée à un certain Joe et ils ont disparus tous les deux avec leur enfant unique, âgé d’à peine six ans lors d’une randonnée dans la forêt… Pas loin de l’endroit où on t’a trouvé.
- Harris ?
- Ca te dit quelque chose ?
Elle secoua négativement la tête.
- Ils nous ont donnés une photo…

Sam sortit une photo de sa poche et la tendit à Sheri qui la prit un peu hésitante. Elle posa les yeux sur cette dernière qui représentait une femme et un homme assis dans un coin d’herbe avec sur leurs genoux une petite fille brune, aux yeux clairs… Et qui lui ressemblait beaucoup.

- Vous pensez… Que ce sont mes parents ?
- Regarde l’homme… La quarantaine, les cheveux poivre et sel, mince… Comme celui que tu m’as montré. Expliqua Dean.
- On pense que ce sont eux. Et… Que c’est toi.

La jeune femme observa plus attentivement la photo, espérant que ça devienne une évidence, mais ce n’était pas le cas… Peut être en voyant ses grands-parents…

- Pourquoi je ne me rappelle toujours pas ?
- Ca va finir par revenir.
- Ils s’appelaient Maggie et Joe.
- Et tu t’appelais Emilie.
Sheri leva les yeux vers Sam en attendant son prénom.
- Ca t’est familier ?
Elle secoua lentement la tête, sentant les larmes se faire plus insistante derrière ses yeux.
- Non.
- On dirait que ça ne te fait pas plaisir ? ! Lança Dean surpris. On a probablement retrouvé ta famille. Et ce sont des gens très gentils.
- Oui… Ils étaient très enthousiastes quand on leur a parlé de toi.
- Si je suis…

La jeune femme sentit sa respiration s’accélérer dangereusement, comme si elle manquait d’air. Elle pâlit brusquement à vu d’œil et tout autour d’elle se mit à tourner un peu trop violemment. Dean et Sam échangèrent un regard surpris avant de la voir se laisser tomber au pied du lit sur la moquette, comme si elle s’apprêtait à avoir un malaise.

- Hé Sheri, qu’est-ce qui ne va pas ? !
Elle ne répondit pas, brusquement secoué par un sanglot.
- Ce n’est pas vraiment à ce genre de réaction qu’on s’attendait…
- Sheri… Commença Sam.
Le cadet se posa à côté d’elle et la prit dans ses bras pour la réconforter, par réflexe. Mais au lieu de le repousser elle passa un bras autour de lui et cala sa tête dans son cou.
- Calme-toi, tout va bien.
- Pardon… Lui murmura-t-elle.
- De quoi ?
- Je sais pas…
- Tu t’attendais sûrement à ce qu’on ne trouve rien… C’est ça ?
- Oui…
- T’es plus toute seule maintenant. Tu as de la famille… Et ils t’aiment énormément. Autant que nous. Lui souffla-t-il.
Il la sentit acquiescer lentement et passa une main dans son dos pour la calmer et la rassurer. C’était simplement le choc… Ca ne pouvait être que ça.


Les Harris possédaient une grande maison plutôt agréable à l’œil et dans un quartier tranquille de la ville. C’était un couple de gentil retraité et ils avaient une bonne réputation. Dean et Sam s’étaient bien renseignés sur eux avant de se décider à organiser une rencontre. Ils ne voulaient pas faire d’erreur, pour Sheri comme pour ces gens. Mais ils étaient bien sous tout rapport, rien ne déjouait en leur faveur, alors ils avaient convenus d’un premier rendez-vous… Pour faire connaissance.

- On les rencontre juste, que tu puisses te faire ta propre impression. Expliqua Sam.
- Je sais… J’ai hâte. Répondit Sheri sincèrement.
- Si à un moment ou à un autre tu veux rentrer, sifflotes ce sera le signal !
- Je dois quoi ?
- Contente-toi de le dire. Rectifia Sam.
- Très bien.

Ils descendirent de la Chevrolet au moment où la porte de la maison s’ouvrait sur le gentil couple. Ils ne s’avancèrent pas beaucoup, les laissant arriver tranquillement. Ils souriaient visiblement ravi et pressé eux aussi. Les deux garçons entourant Sheri ils partirent à leur rencontre.

- On dirait une pub pour la famille parfaite ! Lança Dean.
- Y a rien de mal à ça ! Monsieur et Madame Harris, bonjour ! Lança Sam.
- Bonjour !
- Bonjour… Lança discrètement Sheri.
La vieille femme, d’une bonne soixantaine d’année passée s’avança vers la jeune femme.
- C’est vraiment un plaisir.
Sheri acquiesça avec un semblant de sourire, elle était nerveuse.
- Venez entrer vite… Les invita l’homme.

Ils pénétrèrent dans la grande maison où il faisait bien meilleur que dehors. Sheri regarda tout autour d’elle en espérant glaner quelques détails, quelques souvenirs… Mais non, il n’y avait toujours rien. Sa mémoire restait d’un blanc sans fin.
Ils s’installèrent dans un salon très joliment décoré. Le couple prit place sur des fauteuils alors qu’eux trois se posaient sur le divan.

- Alors… Tu ne te souviens de rien ? ! Demanda l’homme.
- Non monsieur.
- Oh je t’en prie appelle moi Al… Tu es peut être ma petite fille alors…
- Moi c’est Rose… Et comment préfères-tu que l’on t’appelle ?
- Sheri. Répondit-elle sans hésiter.
- Sheri c’est très joli… Emilie aussi, c’est ta maman qui avait choisit ce nom. Enfin si tu es bien notre petite fille.
- Je pense qu’il n’y a pas de doute… Commença Sam. Nous avons bien étudier l’affaire et… Je pense que c’est bien votre petite fille.
- Voilà une excellente nouvelle ! Lança Al.
- Et Teddy ? ! S’enquit Sheri.
- Bien, nous en avons discuté avec monsieur et madame Harris et ils pensent que tes parents avaient très bien pu te l’offrir un peu avant votre sortie. Expliqua Sam.
- Tu adorais les peluches, et tes parents adoraient t’en offrir.
- Oh…
- Donc… Elle est votre petite fille.
Le couple se prit gentiment la main souriant à la bonne nouvelle.
- Est-ce que vous avez pensé à ce que ça implique ? ! Continua Dean.
- Nous en avons discutés… Et nous aimerions qu’Emilie, vienne vivre avec nous. Le temps… De s’habituer à nous et de choisir ce qu’elle veut faire ? !
- Vous êtes sûr ? !
- Certains. Nous n’avons pas d’autres enfants, elle est notre seule famille encore en vie.

Tous les regards se posèrent sur la jeune femme qui regardait le couple avec attention.

- Sheri ? ! Interrogea Sam.
- Je ne me souviens pas du tout de vous.
- Peut être que cela reviendra.
- Est-ce que… Vous voulez vraiment de moi ?
- Oh oui… Nous serions très heureux de t’avoir avec nous.

La jeune femme baissa lentement les yeux semblant réfléchir. Elle regarda ensuite Sam et Dean.

- D’accord.
- Tu ne veux pas réfléchir un peu avant ? ! Chuchota Dean.
- Si vous êtes ma famille, je veux vivre avec vous.
- Magnifique ! Quand ?
- Le plus tôt possible.
- C’est vraiment une excellente nouvelle, nous sommes si heureux…
Rose se leva et s’avança vers Sheri, bras ouverts pour la serrer contre elle. La jeune femme eût une petite hésitation mais se leva finalement et laissa sa « grand-mère » la serrer contre elle.
Sam et Dean se regardèrent, un peu triste, un peu content, partagé entre le sentiment d’avoir accomplit une bonne chose et de perdre quelqu’un en même temps.

Sheri laissa la femme l’étreindre longuement puis posa les yeux sur un bout de son épaule d’où dépassait une tâche de naissance assez imposante.

- C’est de famille… Tu as la même tâche de naissance sur la hanche n’est-ce pas ? ! Lança Rose.
- Non.
- Bien sûr que si… Mais elle est peut être plus petite.
- Non je n’ai pas ça. J’ai seulement un grain de beauté… Mais sur le haut de la cuisse. Répondit Sheri.

Un léger silence passa dans la pièce, les sourcils se fronçant dangereusement.

- Je me trompe peut être… J’ai une photo de toi bébé, attend voir.
Bébé sous entendant en tenue d’Eve…

Rose revint avec la précieuse photographie entre les mains et la montra à Sheri.

- Tu vois, ça ressemble à ça.
- Je n’ai rien qui ressemble à ça. Et… J’ai un grain de beauté là. Dit-elle en désignant la peau parfaitement lisse du bébé sur la photo.
- Mais…
- Attendez, Sheri tu es sûr que tu n’as pas…

Elle souleva l’arrière de son pull, leur montrant ses hanches à l’endroit où aurait dû se trouver la marque de naissance.

- Mais… Dans ce cas…

La porte du motel claqua plus fort que Dean aurait voulut. Ce n’était pas de la colère, mais de la déception.

- Je n’arrive pas à y croire ! Bien sûr, c’était trop parfait !
Il se tourna vers Sam et Sheri qui avaient l’air aussi déçu que lui.
- Je sais… On c’est trompé.
- Je suis désolé. S’excusa la jeune femme.
- Ne dis pas de bêtise, ce n’est pas ta faute… C’est juste… La poisse ! Ragea Dean.
- Ca collait tellement ! Soupira Sam.
- C’est ma faute.
- Il vaut mieux qu’on s’en soit rendu compte maintenant que plus tard.
- Je vous apporte que des problèmes, je suis tellement désolé.
- Arrête de t’excuser Sheri.
- C’est la vérité. Vous êtes coincé, à cause de moi ! Vous auriez dû… Me laisser, dès le début.
- Ne dis pas ça. On ne regrette pas un instant ce qu’on a choisit.
- J’aimerais… Si seulement… Tout n’était pas si flou dans ma tête. Pourquoi je me souviens de rien ? !
- On en sait rien.
Dean se laissa tomber sur le rebord de la table poussant un long soupir.
- Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? !
- Je suppose… Qu’on rentre chez Bobby. On a épuisé toutes les possibilités dans la région.
- Ouais… Y a rien d’autre à faire de toute façon.
- Pas ici en tout cas. Je peux reprendre les recherches sur le net… Continuer…
- Non. Il faut que vous trouviez un endroit… Pour moi.
- Sheri…
- C’est ce que je veux. Vous ne devez pas continuer à rester avec moi… Ce n’est pas votre rôle. J’ai décidé qu’on arrêtait les recherches, je veux plus chercher ma famille, je m’en fiche. Je veux juste un endroit où rester.
- Tu es sûre de ça ?
- Oui.

Sam et Dean échangèrent un regard avant de reporter leur attention sur la jeune femme qui semblait cette fois bien déterminée à se faire entendre, peut importe ce qu’ils en pensaient eux. Mais puisque c’était son choix, ils le respecteraient.

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: La femme sauvage - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 18:22

Chapitre 20 : Retour.

Le lendemain ils reprirent la route pour rentrer chez Bobby. Ils n’avaient que peu parlés durant le voyage de retour, ils étaient tellement déçus qu’aucun d’eux n’avait la tête à quoi que ce soit sauf à la morosité. Ils avaient tant attendu, tant espéré… Pour rien. Sheri restait indéfiniment une inconnue… L’inconnue de la forêt. Elle n’avait pas de famille, peu de passé, et l’avenir restait aussi très incertain. Qu’allaient-ils faire d’elle ? ! Ils ne pouvaient pas l’abandonné n’importe où et avec n’importe qui ! Elle méritait bien mieux que ça…

Ils pensaient que Bobby aurait son idée sur la question. Le vieux chasseur était toujours de bon conseil.

- Vous avez vérifiés les registres mortuaires ? ! Les fichiers des disparus, les crimes, les rapports de police ?
- Oui, oui, oui… On a tout fouillé Bobby.
- Et rien ?
- Pas une piste.
- C’est étrange.
- Oui. Et désespérant.
- Qu’est-ce que vous allez faire ? !
- On en sait rien… Tu as ton avis sur la question ? !
Le vieux chasseur se gratta la tête, visiblement pensif.
- Je vous dirais bien de la laisser ici… Mais je ne suis pas souvent là. Et c’est pas un endroit toujours très sûr.
- On sait !
- Il reste ton amie, le docteur Lavigne ?
- Elle va en faire un rat de laboratoire… Non pas question. Répondit Dean.
- Non elle ne ferait pas ça. Mais elle va vous conseiller un centre…
- Un centre ?
- Oui… Un centre médicalisé.
- Un hôpital psychiatrique tu veux dire ?
- Non… Mais un endroit où elle serait suivit… Comme une maison de repos.
- Non ! Elle est trop saine d’esprit et intelligente pour finir là-dedans. Protesta Sam.
- Y a pas de solution parfaite les gars. Va falloir vous décider.
Ils poussèrent tous les deux un long soupir à fendre l’âme.
- Ecoutez… J’ai quelque chose à vous proposer ! ?
Sam et Dean ouvrirent grand les oreilles.
- J’ai un de mes amis qui m’a donné… Le début d’une affaire, je pensais vous la donner à votre retour, mais je pensais que les choses seraient réglées. Cela dit ça n’a pas l’air trop compliqué, une histoire d’esprit alors peut être que vous devriez y aller, prendre du recul et penser à tout ça. En attendant Sheri peut rester ici, je ne compte pas partir !
- Je ne sais pas…
- Je crois que vous avez besoin de chasser un peu ! Sortez vous cette fille de la tête !
- Bobby à raison, vous devriez y aller. Lança une petite voix depuis la porte.
- Hé ! Ecouter aux portes ce n’est pas joli… Lança Dean.

Elle haussa lentement les épaules.

- Bon… Peut être qu’un peu de recul… Pour tout le monde… Acquiesça Sam.
Bobby acquiesça ainsi que Dean.

Ils prendraient donc cette affaire.

Ils avaient l’intention de partir le lendemain matin, très tôt. L’affaire se déroulait en Californie dans une petite ville où plusieurs maisons du même quartier étaient victimes de phénomènes étranges. Ils pensaient bien évidemment à une histoire de fantôme mais il fallait vérifier ça.

Dean et Sam préparaient leurs affaires. Ils venaient à peine de rentrer mais étaient déjà prêt à reprendre la route. Ils avaient l’habitude. Sheri était allongé dans son lit, à l’entrée du placard ce qui lui avait visiblement manqué. Retrouver ses habitudes était bénéfique pour elle, mais pas pour son « évolution » ! Le but n’était pas qu’elle régresse, et se renferme… Elle devait se civiliser de plus en plus, pour être autonome. Ils l’avaient tout de même laissé tranquille, ils partaient le lendemain, sans elle cette fois et pour une durée indéterminée. Ca la rendait triste et ils ne l’en blâmaient pas. Eux même avaient un petit pincement au cœur.

Terminant son sac, Sam l’envoya un peu plus loin et se dirigea vers le bureau où il prit un livre de poche sur une pile.

- Hé Sheri… J’ai bien envie de lire un peu, qu’est-ce que tu en penses ? !
- Non merci.
- Tu n’as pas envie que je te fasse la lecture ?
- Je suis fatigué, je préfère dormir.

Elle était tournée vers l’intérieur du placard, immobile et emmitouflé sous ses grosses couvertures. Teddy était serré contre son visage, il lui servait d’oreiller.

- Bon… Tant pis. Répondit Sam déçu en reposant le livre.
Ne se décourageant pas le cadet se dirigea vers la jeune femme. Il prit place à côté d’elle, s’appuyant contre l’encadrement de la porte.
- Tu nous en veux parce qu’on part ? ! Demanda-t-il.
- Non.
- Alors tu es triste ?
- Juste fatigué.
- D’accord.

Sam avança sa main vers sa tête pour lui caresser les cheveux gentiment. Comme appréhendant son geste, elle rabattit la couverture sur sa tête pour l’en empêcher. Jetant un œil à son frère il le vit hausser les épaules, l’air de lui dire de ne pas insister. C’est ce qu’il fit, même s’il n’aimait pas la savoir triste. Car c’est bien ce qu’elle était, même si elle prétendait le contraire.

Le lendemain matin, alors que le soleil était à peine levé Dean s’occupa de ranger les sacs dans la voiture. Bobby était déjà debout, attendant près de la Chevrolet que les deux garçons partent finalement.

- Vous auriez peut être dû la réveiller, elle va vous en vouloir de ne pas avoir dit au revoir ! ?
- Non. C’est moins difficile comme ça ! Répondit Sam.
- Pour vous, ou pour elle ?
- Un peu des deux je suppose.
Le vieux chasseur acquiesça lentement.
- C’est bon, je suis près, on peut y aller… ! Lança Dean.
- Soyez prudent les enfants…
- Comme toujours !
- Ouais… Tu penses. Rigola Bobby.
- Veille sur Sheri de ton côté.
- Ne t’inquiète pas pour elle va ! Je ne suis pas si méchant…
- Non je suis sûr que tu caches un papa poule quelque part en toi !
- Ah ah !
- Tu continueras à lui donner des leçons de lecture et d’écriture ? ! Demanda Sam.
- Je le ferais.
- D’accord. Merci Bobby !
- Pas de quoi. Aller filez avant de vous mettre à pleurer !

Ils eurent un petit rire amusé tout en montant en voiture. Le vieux chasseur se décala un peu, reculant vers la maison et observa la voiture qui d’un ronronnement prit finalement la route et s’éloigna aux premières lueurs de l’aube…

Ils ne s’arrêtèrent pas traçant directement pour la Californie. Plusieurs milliers de kilomètres les séparaient, aussi ils se relayèrent plus d’une fois sur le chemin, dormant et conduisant à tout de rôle. Cela leur permit de ne pas trop tarder et d’arriver en un peu plus d’une journée dans l’état le plus ensoleillé de tout le pays. Ils ne furent pas déçus, le soleil et la chaleur était au rendez-vous, là-bas l’hiver était déjà du passé… !

Leur premier réflexe en arrivant fut de se prendre une chambre de motel. Ils étaient tous les deux fatigués et avaient un grand besoin de manger, de se doucher et de prendre quelques heures de repos. Une fois d’attaque ils partiraient directement sur leur affaire.

- Je prends la douche ! S’empressa Dean.
- Le contraire m’aurait étonné ! Soupira Sam en lançant son sac sur un des lits.
- C’est normal je suis…
- Bla bla bla !
Dean ne releva pas une moue vexée sur le visage et s’avança vers son sac pour prendre des affaires.
- J’espère qu’on tombera sur des nanas canons, je suis en manque…
- Tu ne perds pas tes vieilles habitudes !
- Tu ferais mieux d’en faire autant… Je vois dans tes yeux à quoi tu penses !
- Ah oui ? !
- Oui… Tu penses à… Tu sais qui.
- Elle s’appelle…
- Non ! Tu sais ce qu’on a dit… Interdiction d’en parler, on ne prononce même pas son prénom.
- Elle me manque.
- Arrête de pleurnicher Sam !
- La ferme !
- Toi la ferme !

Le cadet poussa un soupir et ouvrit son sac à son tour pour en sortir son ordinateur portable. Plongeant la main dans ses affaires, il sentit quelque chose qui ne lui appartenait sûrement pas… Le tirant de son sac il eût une petite frayeur avant de réaliser…

- Dean !
- Quoi ? ! Demanda l’aîné en se tournant vers son frère.
Sam lui désigna ce qu’il tenait.
- Hé mais c’est Teddy !
- Elle l’a mis dans mes affaires…
- Pourquoi elle a fait ça ?
- J’en sais rien. Elle avait peut être peur qu’on l’oublie.
Dean fit une moue.
- Elle me manque aussi. Avoua-t-il.
- Tu ne vas pas te mettre à pleurer ? !
- Rho la ferme !

Sam eût un petit rire amusé alors que Dean se dirigeait vers la salle de bain. Le cadet regarda la peluche attendrie, se disant qu’il devait beaucoup manquer à sa propriétaire. C’était un joli souvenir qu’elle lui avait laissé là… Ca voulait aussi dire beaucoup. Posant la peluche sur son lit, il la laissa là où elle méritait bien d’être, près de son oreiller… Ainsi Dean et lui pourraient en profiter et penser à elle, sans le dire pour autant…

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: La femme sauvage - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 18:24

Chapitre 21 : Le temps passe.

Un mois plus tard


Sheri descendit les escaliers d’un pas peu pressé. Les cheveux encore humides de la douche qu’elle venait de prendre, elle entendit un filet de musique lui parvenir de la cuisine. Un petit sourire passa sur son visage et elle se hâta de traverser le salon pour accéder à la petite pièce d’où lui parvenait le son. En arrivant près de celle-ci, elle s’arrêta et s’avança sur le seuil de la porte. Elle observa le vieux chasseur qui devant les fourneaux semblait occupé à préparer le petit déjeuner.

- Tu fais des crêpes ? !
Bobby se retourna, et lui fit un petit sourire.
- Comment tu sais, tu as sentit l’odeur ?
- Non… J’ai entendu la musique. Tu en mets toujours quand tu fais des crêpes !
- Oh… Exact ! Tu veux les faire sauter ? ! Proposa-t-il en soulevant la poêle.
- Plutôt deux fois qu’une !

Sheri s’avança devant les fourneaux et prit la poêle que Bobby avait reposée.

- Bien souple sur le poignet, et le secret c’est de lancer assez haut !

La jeune femme suivit son conseil et essaya tant bien que mal de faire sauter sa crêpe correctement. Cette dernière s’envola au-dessus de sa tête et atterrit en un tas informe.

- Oh… Raté !
- Ca ne fait rien… Les premières sont toujours ratées !
- Mais elles sont quand même bonnes ! S’amusa-t-elle en chipant un bout.

Bobby eût un petit rire amusé et continua son cours de lancer de crêpe. Au fur et à mesure, elle réussit à ne pas trop les saccager, mais il y avait encore du travail. C’était tout un art ! Et il maîtrisait pour l’instant mieux qu’elle. Après le petit déjeuner, Bobby vaqua à ses occupations et Sheri aux siennes. Ils discutaient peu, mais discutaient bien. Jamais de blabla inutile, mais que des conversations intéressantes. Bobby était à l’image de Sam un puit de science et elle apprenait beaucoup en sa compagnie. Il manquait en revanche d’un peu de pédagogie, mais ils arrivaient à s’apprivoiser, l’un comme l’autre.

- Sheri, tu n’as pas vu la panière de linge que j’avais laissé là-haut ? !
- C’est en train de sécher, j’ai fais une lessive !
- Tu as… Tu n’es pas obligé de faire ça.
- Je voulais voir si je pouvais apprendre à me servir de la machine… Et je crois que j’ai réussis.
- Tu crois ?
- Y a rien de rose, ni de minuscule…
- Ca veut dire que tu es plus doué que moi ! S’amusa-t-il.
- J’ai essayé de dompter le micro-onde aussi mais… Y a trop de bouton.
- C’est parce qu’il est multi fonction. Même moi j’ai du mal à m’en servir de cette horreur !
Elle eût un petit sourire amusé.
- Berta la voisine a téléphoné à propos… Elle dit que les chatons vont beaucoup mieux, tu t’en es très bien occupé. Je crois que j’ai bien fait de te la présenter… Elle t’apprécie beaucoup.
- Elle est gentille ! Et elle a pleins de chats. J’adore les animaux.
- Ouais c’est mignon chez les autres… !
- Tu n’aimes pas ça ?
- J’aime les gros chiens, avec des dents bien pointus et qui aboient quand quelqu’un s’approche un peu trop.
Sheri eût un nouveau rire amusé. Elle tenait sur les genoux un livre, assise dans le canapé.
- Qu’est-ce que tu faisais ? !
- Je m’entraînais à lire.
- Je n’ai rien entendu…
- Je lisais à voix basse !
- Et bien lance-toi… Je veux voir si tu as fais tes progrès !
Elle fit une petite moue mais se recala avant de se lancer pour de bon. Bobby lui avait donné de nombreux cours, elle commençait à bien se débrouiller. Ecrire était un peu plus difficile, mais ça viendrait aussi. S’éclaircissant légèrement la voix elle commença à la page où elle se trouvait.

- « Jane ouvrit la…Po… Porte. La lum…ière dans… La pice… Pièce, corrigea-t-elle, était… Allumé. Elle se deman…dait, si son ami était rentré. Le lit était vide, le placard avait… Avait été ouvert et…
Le bruit d’une voiture approchant la coupa dans sa lecture.
- C’est pas mal ! Continue je reviens… Je vais voir qui c’est, j’en ai pas pour longtemps.
- Ok.
- Et je veux t’entendre, lis à voix haute ! La prévint-il en s’éloignant.
- Ok !

Bobby sortit alors qu’elle reprenait sa lecture comme il le lui avait demandé.

- Et quelques… Vête…ments, vêtements, étaient épar…éparpillé par terre. Jane reporta son atten…
Bobby n’avait pas été long, elle entendit la porte de la maison s’ouvrir. Elle continua donc pour qu’il se rende compte qu’elle avait continué en son absence.
- Attention sur le reste de la chambre. Le bourreau… Non, bureau… était en dé…dés…Le bureau était en dé…ordre ? Désodre…Déso
- Désordre. Souffla une voix.
- Désordre ! Reprit Sheri avant de se figer.

Cette voix… ? !

La jeune femme ferma le livre, se retournant d’un bond. Il se tenait à deux pas du canapé, un sourire figé sur le visage. Et il n’était bien sûr pas seul, ils étaient là… Ils étaient tous les deux là !

- Salut !
Sheri se leva d’un bond laissant là son livre et accourut vers les deux frères, un grand sourire sur le visage. Elle sauta au cou de Sam, techniquement le plus proche d’elle, mais n’oublia pas Dean pour autant.
- Vous êtes rentrés !
- Je ne lui avais pas dit, j’ai préféré garder la surprise ! Expliqua Bobby.
- Tu as bien fait ! Répondit Sam.
- On t’a manqué ? ! Demanda Dean alors qu’elle le serrait à son tour dans ses bras.
- Beaucoup ! Acquiesça-t-elle.
- Toi tu ne nous as pas beaucoup manqué !

Elle s’écarta de Dean un peu surprise et vexé à la fois.

- Tu nous as énormément manqué ! Rectifia-t-il.
Sheri eût un petit rire amusé… Ca aussi ça lui avait manqué.
- Comment c’était, vous allez rester, vous avez manqué pleins de trucs… !
- Hé bien, Bobby à fait de toi une vrai pipelette ou quoi ? !
- Non… Je suis contente c’est tout.
- Ca ne se voit pas du tout.
Elle lança un grand sourire à Sam qu’il lui rendit volontiers.

Tandis qu’ils s’installaient tous les deux dans la chambre, sortant leurs affaires de leurs sacs, Sheri entreprit de leur raconter tout ce qu’ils avaient ratés pendant un mois. Elle qui était si peu bavarde devenait insatiable depuis leur retour, comme si leur présence faisait d’elle une autre personne. En l’occurrence, une vrai pipelette…

- Et Bobby à une très gentille voisine, elle a des chats, mais ils étaient un peu malades alors je les lui ai gardés pendant qu’elle n’était pas là, et maintenant ils vont mieux… Ils sont très mignons, et je me débrouille bien en lecture, enfin j’ai encore du mal à lire de façon continu mais je peux déchiffrer pleins de mots et c’est beaucoup plus facile, c’est comme ça que j’ai appris à me servir du lave linge et entre nous c’est très pratique, c’est comme faire sauter les crêpes, je suis pas doué mais c’est très amusant, c’est Bobby qui m’a apprit !
- Sheri ! La coupa Sam.
- Oui ?
- Pense à respirer entre deux phrases. On ne va pas repartir tout de suite, tu as le temps de tout nous raconter.
- Oh… Désolé.
Les deux frères eurent un petit rire amusé.
- Ce n’est pas grave… ! Seulement trop d’information tue l’information.
- D’accord. Et c’était comment, la Californie ?
- Il faisait chaud et bon… Répondit Dean nostalgique.
- C’était pas mal.
- Et…. L’esprit ?
- C’était froid, visqueux, dangereux mais c’était bon… Reprit Dean.
- Difficile mais pas mal.
- Vous avez vu la mer ?
- Non on était assez loin !
- Dommage ! J’ai vu la mer dans un film, ça avait l’air très beau.
- Il faudra qu’on t’y emmène un jour, il faut que tu vois ça !
- J’aimerais beaucoup ! Bobby m’a parlé de pleins d’endroits et on a regardé des reportages… Le monde est très vaste.
- Il l’est.
- Alors… Vous n’avez pas d’autres affaires pour le moment ?
- On a quelques jours devant nous.
- Tant mieux !
- Bon… Moi les enfants j’ai conduis toute la nuit alors j’aimerais bien dormir ! Lança Dean.
- C’est la journée…
- Ouais, mais je suis crevé !
- A vrai dire moi aussi… Sa voiture n’est pas très confortable. Lança Sam à Sheri.
- J’ai entendu ! Gronda l’aîné.

Sheri eût un petit rire amusé mais affichait une petite moue déçue de ne pas pouvoir profiter d’avantage d’eux.

- On dort quelques heures, et après on compte sur toi pour nous raconter encore tout ce qu’on a manqué.
- D’accord. Acquiesça-t-elle.
- Ok.

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: La femme sauvage - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 18:25

Chapitre 22 : Illumination.

Sam regarda avec attention le cahier de Sheri qui était noircit de quelques exercices d’écritures. Il était surprit des progrès qu’elle avait fait en un peu plus d’un mois. Elle apprenait vraiment vite, elle avait le potentiel pour aller loin à se train là. Bon ce n’était pas parfait mais vu tout ce qu’elle avait manqué et vécu entre ses premiers cours et aujourd’hui, c’était exceptionnel !

- C’est plutôt bon.
- Y a pleins de fautes. J’arrive mieux à lire qu’à écrire.
- Ecrire c’est plus difficile.
- Mes lettres sont laides en plus.
- Ca viendra avec la pratique… Quoi que, Dean lui écrit toujours comme un pied !
L’aîné assis plus loin dans un fauteuil lui lança un regard noir.
- Tu sais ce que je te dis moi…
- Barbe bleu ! Lança Sheri.
- Barbe bleu ?
- Les gros mots c’est mal ! Ils le disent dans les livres de lecture.
- Ils ont raison…
- Ramassis de connerie, les gros mots c’est la libre expression !
- Ne l’écoute pas. Il dit des bêtises.
Sheri eût un petit rire amusé.
- Alors comme ça tu traînes chez la voisine ? ! Continua Sam intéressé.
- Oui. Elle est gentille… Et j’adore ses chats, y’en a un qui a eût des bébés… Ils tiennent dans la main, ils sont si mignons.
- Quelles couleurs ils sont ?
- Il y en a un petit roux et un noir et blanc et un autre roux et blanc et un blanc avec juste une petite tâche noire sur la tête, il est très amusant. Elle m’a même laissé leur donné des noms.
- Oh, comment tu les as appelés ?
- Y’en a un qui s’appelle Rouky, un autre Neige et les deux derniers… Je les ai appelés comme vous !
- Comme nous ?
- Oui Sam et Dean, parce qu’ils se battent tout le temps ! Berta dit que c’est parce que ce sont des garçons.
- Si Berta le dit… ! Pouffa Dean.
- Mais elle ne va pas tous les garder, elle dit qu’elle en a trop.
- Combien elle en a ?
- Dix sept !
- Ah… Ouais ça fait beaucoup.
- J’aime bien les animaux… Ils sont gentils.
- Plus que certains humains ça c’est sur… Maugréa Dean.
- Tu ne t’es pas ennuyé beaucoup sans nous apparemment ? !
- Non… Mais de vous oui. Sourit-elle.
- Elle est mignonne… Pourquoi t’es pas aussi mignonne Sammy ? !
- Sheri… Ferme les yeux.
- Pourquoi ?
- Parce que je vais tuer Dean !

Dean se leva d’un bond pour se sauver alors que son frère armé d’un coussin comptait bien lui montrer qu’il n’était PAS mignonne. Sheri les regarda morte de rire se courir après dans la maison. On aurait dit deux enfants, pas deux adultes et chasseurs qui plus est !

Ils firent le tour des pièces de l’étage inférieur avant que Dean ne vienne chercher asile dans le salon. Pour ça ou pour s’armer lui aussi. Arrivant près du canapé il s’arrêta brusquement en voyant que Sheri était allongé par terre, secoué de tremblement… Ou plutôt de convulsion.

- Sam, elle fait une autre crise !
- Sheri !

Retrouvant les réflexes que Bobby leur avait apprit, ils écartèrent la table basse pour qu’elle ne se cogne pas et évitèrent de la toucher, attendant que la crise passe pour ce faire. Elle ne dura pas plus longtemps, quelques secondes, mais qui restait pour eux une éternité. Se précipitant près d’elle, ils la soulevèrent pour l’allonger sur le canapé. Un peu de sang coulait du coin de sa bouche.

- Elle a du se mordre la langue !
- Je vais chercher de l’eau ! Annonça Dean.
- Sheri… Tu m’entends ? !
Il l’entendit gémir et elle bougea légèrement. Elle avait du mal à reprendre conscience, de plus une petite bosse était en train de faire son apparition sur son front. En perdant connaissance elle avait du se cogner la tête sur la table.
- Sheri… Tout va bien.
Elle ouvrit les yeux lentement, et porta une main à sa tête douloureuse.
- Sam…
- Tu as fait un malaise léger… Comment tu te sens ?
- Mal à la tête.
- Tu t’es cogné.

Dean revint un verre d’eau dans la main et le lui tendit. Elle but un peu et porta la main au coin de sa bouche, essuyant le sang qui marquait sa joue. Se faisant elle se laissa retomber contre les oreillers du canapé, et portant une main à sa tête douloureuse, ferma les yeux avec un soupir.

Une poche de glace sur sa bosse, Sheri avait regagné son lit à l’étage afin de se reposer. Elle avait l’air secoué par sa crise, plus que la dernière fois… Trop d’émotion dans la journée peut être. Ca n’arrangeait pas les choses, il valait mieux qu’elle se calme, dans le silence et le confort de son placard. Sam et Dean veillaient sur elle du coin de l’œil, un peu coupable de l’avoir peut être trop secoué par leur retour et par leurs longues discussions.

Sheri somnolait plus qu’elle ne dormait, il était encore tôt et son sommeil était réglé comme du papier à musique. La fatigue était pourtant là mais elle avait du mal à s’endormir. Elle ouvrit les yeux quand elle entendit les pas de Sam se diriger vers elle. Elle arrivait à les différencier sans problème de ceux de Dean. Il était moins léger, et marchait de façon moins nerveuse, moins directe. Il lui lança un léger sourire avant de s’asseoir à côté d’elle.

- Tu ne dors pas ?
Elle secoua négativement la tête.
- Tu aurais peut être besoin… De quelqu’un en particulier pour ça ? !
Il agita Teddy sous son nez avec un autre sourire.
- Merci de me l’avoir laissé quand je suis partit. Mais pourquoi tu as fait ça ?
Elle secoua légèrement les épaules.
- Tu ne veux pas parler, tu es fatiguée ? ! Devina-t-il.
Sheri acquiesça de nouveau.
- D’accord, alors je te laisse dormir… Avec Teddy.
Il posa la peluche contre elle qu’elle s’empressa de serrer dans ses bras. Il portait maintenant son odeur, l’odeur de Sam. Forte, rassurante, envoûtante.
Le chasseur partit ensuite pour se lever mais elle le retint, l’agrippant par sa chemise.
- Qu’est-ce qu’il y a ?

Elle se releva un peu alors qu’il s’asseyait de nouveau. Quand il fut installé elle vint se blottir contre lui, cherchant le confort de ses bras. Il la laissa faire se contentant de refermer ses bras sur elle. Plus ça allait et plus elle recherchait de proximité avec eux.
C’est fou ce qu’elle avait évolué en peut de temps. Quand il repensait à la petite chose fragile, craintive qu’ils avaient recueillit… Maintenant elle apprenait à lire, n’avait plus peur d’eux et leur parlait assez souvent. Elle avait changé du tout au tout, prenant de plus en plus le chemin du comportement normal d’une femme de son âge. L’allure aussi, sa façon de s’habiller, de prendre soin d’elle… Bientôt elle n’aurait plus rien de sauvage, il le sentait.


Sheri assise sur une chaise à table se servait des lettres du scrabble pour s’entraîner à écrire des mots. Un peu plus loin Dean, Sam et Bobby avaient une grande discussion sur son avenir, le « qu’allaient-ils faire d’elle » revenait encore une fois. Mais les réponses n’étaient pas là, toujours pas… Et ils semblaient bien embêtés.

De son côté elle ne les écoutait que d’une oreille. Une série de lettre se trouvait devant elle et elle tentait de les remettre dans l’ordre pour former un mot… Ce dernier était sur le bout de sa langue, pendu à ses lèvres mais avait du mal à sortir. Elle ignorait pourquoi… Mais depuis sa crise, la veille, des tas de choses de ce genre se bousculaient dans sa tête. Plus qu’avant…
Poussant un petit soupir elle essaya une combinaison de lettre. Elle en déplaça plusieurs, essaya différentes combinaisons. Puis au bout du presque centième essai elle se figea.

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: La femme sauvage - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 18:28

Chapitre 23 : Fille de bonne famille.

Elle y était… C’était le mot ! La bonne orthographe, tout comme il apparaissait dans sa tête ! Elle n’osait pas le dire à voix haute… Mais n’en avait pas besoin. Celui là ce n’était ni Bobby, ni Sam qui le lui avait apprit, et il n’était apparut dans aucun livre. Ce mot là était d’avant… Avant qu’elle ne soit enlevée !
Sautant de son siège, elle s’avança vers le petit groupe d’homme qui semblait vraiment en plein « grand conseil !»
- Sam ? !
Le cadet tourna la tête vers elle.
- Oui ?
- Tu peux venir voir, je voudrais te montrer ce que j’ai écris…
- Oh… Je viens dans quelques minutes. Promis.
Elle lui attrapa la manche, le tirant vers elle.
- Non, maintenant, s’il te plaît.
- Sheri…
- C’est important.

Sam fronça un peu les sourcils mais la suivit finalement sous le regard surpris de Dean et Bobby. Elle le tira gentiment jusqu’à l’endroit où elle se trouvait et le lâcha finalement. Le cadet balaya la table des yeux et s’arrêta sur le mot qu’elle avait écrit.

- Tu as écris Mackenzie. C’est bien Sheri… Où tu l’as apprit ? !
- Je ne sais pas trop… Je crois que ce sont mes parents qui me l’ont apprit.
- Tes parents ? ! Se surprit Sam.
- Oui… C’est mon prénom.
Les bras de Sam lui en tombèrent. Il ouvrit la bouche, cherchant ses mots alors qu’il n’en revenait pas.
- Tu t’en souviens ?
- Oui. Je m’appelle Mackenzie… Mackenzie… Collins.
- Tu… Quand, tu en es sûre ?
- C’est revenu d’un coup… Après ma crise hier. C’est comme si… C’était remonté à la surface.
- Dean ! ?
- Quoi ?
- Je crois… Qu’on à une nouvelle piste !


L’aîné fit plusieurs fois des allers et venus essayant de calmer ses nerfs. Ca changeait tout, c’était quasi miraculeux… ! Sheri avait l’air perturbée par ses découvertes, elle ne parlait pas beaucoup gardait un air assez pensive comme si elle continuait sans cesse d’interroger sa mémoire. Sam assis devant son ordinateur n’avait pas perdu une seconde en réflexion lui… Maintenant qu’ils avaient son nom tout serait tellement plus simple !

- Tu te souviens de quoi d’autre exactement ? ! S’enquit Dean.
- Pas beaucoup. Justes quelques images dans ma tête.
- C'est-à-dire ?
Elle secoua lentement les épaules visiblement peu encline à en dire plus.
- D’accord… ! Lança Sam pour attirer l’attention sur lui.
- Tu as trouvé quelque chose ? !
- Y a seulement deux Mackenzie Collins née dans les années quatre vingt. L’une en quatre vingt un, mais elle est enseignante et vit en Géorgie. L’autre en quatre vingt six… Disparut en quatre vingt douze, et déclaré morte en quatre vingt dix sept.
- C’est pour ça que personne ne te cherche. Ils pensent que tu es morte.
Sheri ne répondit pas, l’air toujours pensive.
- Ta famille vit dans l’Idaho à…
- Pocatello… Souffla-t-elle.
- Pocatello. Reprit Sam pour confirmer.
Dean passa du visage de son frère à celui de Sheri qui semblait réaliser doucement mais sûrement.
- Tes parents sont tous les deux en vie. Et tu as un grand frère et une petite sœur.
- Comment ils s’appellent ?
- Erica et Andrew. Et tes parents s’appellent Mona et Andrew senior.
- T’as leur adresse exacte ? !
- Oui. Ils ont déménagés mais n’ont pas changés de ville.
- Parfait… On refait nos bagages et dès demain on va voir ce qu’il en est ! Affirma Dean.
- Je ne sais pas… Sheri qu’est-ce que tu en penses ? !
- J’ai envie de les voir.
- Très bien dans ce cas c’est réglé ! Continua l’aîné.

Sam ferma son ordinateur et se déplaça sur le canapé pour se rapprocher de la jeune femme.

- Hé, est-ce que ça va ?
- Oui…
- J’imagine que ça doit être un peu confus dans ton esprit…
Elle acquiesça.
- Est-ce que tu es… Contente au moins ? !
- Oui c’est juste… J’ai du mal à me faire à l’idée que c’est en train de revenir. Ca me fait un peu peur.
- Pourquoi ?
- J’ai peur de me rappeler tout ce que j’ai manqué.
- Tu peux rattraper le temps perdu. Je suis certain qu’ils seront heureux de te retrouver.
- Et si ce n’est pas le cas ?
- Perdre quelqu’un qu’on aime ça fait très mal tu sais. Que ce soit un parent, un frère, une sœur.
- Je crois qu’ils m’ont manqués. Beaucoup…
- Parce que tu les aimes.
Sheri acquiesça de nouveau tout en ramenant ses genoux contre elle.

Ils étaient flous dans son esprit mais un sentiment profond les entourait. L’amour d’une enfant pour sa famille qui lui avait tant manqué. Ils n’avaient ni vraiment de visage encore, mais des petites choses déjà lui revenait. Le son d’une voix, un parfum, un rire… Cette fois elle en était sûre, c’était bien eux… Et Mackenzie, c’était bien elle.

Le tic tac de la pendule du salon résonnait dans toute la pièce. Il n’y avait que ça et le bruit de la bouteille de bière que Dean reposait sur la table après en avoir but quelques gorgées. La lumière n’était pas allumé, mais pour boire et penser ce n’était pas utile. Il était très tard, le milieu de la nuit, mais il n’arrivait pas à fermer l’œil. Peut être parce qu’ils devaient partir dans quelques heures, peut être parce que Sheri avait retrouvé pour de bon sa famille… Il y avait pas mal de raison à cette insomnie. Peut être bien, d’autres raisons même, comme des cauchemars.

Le bruit des marches d’escaliers craquant sous les pas de quelqu’un fit lever la tête au chasseur, l’arrachant à ses sombres pensées. Il se demandait lequel de ses trois « compagnons » avait aussi quelques difficultés à dormir. Il ne fut pas tellement surpris que ce soit la seule femme et unique concernée des évènements actuels.
Elle s’arrêta quelques instants avant de marcher jusqu’à lui, et de se poser sur une chaise à côté de lui.

- Tu as du mal à dormir ?
- Je n’arrive pas à fermer l’œil. Toi aussi ?
Elle acquiesça lentement.
- Tu t’inquiètes de ce qu’ils vont penser de toi ? !
- Oui. Entre autres.
- Ils ne peuvent que t’aimer… S’ils ne t’aiment pas déjà, ce qui m’étonnerait.
- Je ne sais pas.
- T’inquiète pas Sheri… Ou Mackenzie plutôt.
- Sheri… Au moins jusqu’à demain, je veux encore profiter d’être juste votre Sheri à Sam et à toi.
- Tu seras toujours juste notre Sheri… ! Quoi qu’on puisse en penser.
Elle eût un petit sourire amusé.
- Ce que vous avez fait pour moi toi et Sam…
- Non. Pas de moment d’attendrissement, ça ressemble à des au revoirs !
- Merci quand même.
Dean acquiesça lentement, faisant tourner sa bouteille de bière entre ses mains.
- Dean…
Il leva les yeux vers elle.
- Qu’est-ce que… Qu’est-ce que je suis supposé leur dire ? !
- A propos… De ces dernières années ?
- Je dois leur raconter ?
- Pas si tu n’en as pas envie. C’est très… Difficile de raconter ce genre de choses, et c’est difficile à entendre pour ceux qui t’aiment.
- Mais ils voudront savoir non ?
- Sûrement.
- Comment je peux expliquer… Tout ça ? La peur, la douleur, toutes ces choses horribles…
- Je ne sais pas. Peut être… Simplement.

Sheri prit une petite inspiration, pensive.

- Y a quelque chose… Qui revient dans mes rêves. Quelque chose… Qui me terrifiait plus que n’importe quoi. Plus que les coups.
- Tu peux me le dire… Si tu veux.
- Un trou… Dans le sol. Creusé à même la terre. Et parfois. Il me mettait dans ce trou… Et il… Mettait une planche au-dessus de ma tête. C’était si… Froid, petit à l’intérieur. Je ne pouvais pas bouger, je pouvais à peine respirer… J’avais à chaque fois l’impression que j’allais y mourir. Des heures et des heures durant il me laissait là-dedans. Mais ce qui me terrifiait le plus, c’est que j’aimais y aller… J’aimais ça parce que souvent je me disais que je finirais par y mourir et que ça s’arrêterait. Que tout finirait…
- Je connais cette sensation.
- Je ne le détestais pas. Cette chose… Malgré tout, je ne l’ai jamais détesté. Je crois même, que je l’ai aimé à certains moments. Je n’avais que lui.
- La frontière entre le bien et le mal est très mince. Parfois tu fais des choses mal pour le bien de certains, et parfois des choses mal te paraisses bien pour toi. Il n’y a pas de noir et de blanc… Personne n’est seulement bon ou mauvais. C’est ça être humain.
- Toutes ces années, je n’ai pas eut l’impression d’être humaine. Mais maintenant c’est tout ce que je veux. Etre normale.
- Tu es normale.
- Les gens normaux ils n’ont pas tout ce que j’ai dans la tête.
Dean acquiesça lentement, elle avait raison.
- Ca veut rien dire être normal de toute façon.
- Oui c’est sûrement vrai.
Sheri poussa un petit soupir et posa une main sur celle de Dean.
- Merci.
- Encore ? !
- Je ne le dirais jamais assez.
- Si tu veux vraiment me remercier, va dormir… Si tu as l’air d’un zombie tes parents risquent de ce demander comment on t’as traité ces dernières semaines !
- Ok. Je vais dormir… Bonne nuit.
- Bonne nuit Sheri.
Elle lui lança un petit sourire avant de finalement se lever et de rebrousser chemin.


***

Dean gara la Chevrolet dans la rue d’un beau quartier, très calme. Telle des champignons, les maisons étaient pratiquement toute sur le même modèle. Très grande, très chic, de la même couleur. Pas une pelouse n’était mal tondue et pas une haie ne dépassait la hauteur autorisée. Sur chaque boîte aux lettres était inscrit un nom, celui de la famille vivant dans les lieux. Derrière chaque maison on pouvait apercevoir un petit jardinet, avec piscine ou potager à loisir. Quelques enfants jouaient devant les maisons, il faut dire que l’après-midi était belle, très ensoleillée.

- Ben dit donc… Chouette endroit !
- Ce n’est pas ici que vivent les Desperate Housewife ? ! Questionna Dean.
- Je ne pense pas… Répondit Sam amusé.

Ils descendirent tous les trois de l’Impala, jetant de longs coups d’oeils tout autour d’eux. Ils étaient arrivés la veille, en fin de soirée et avaient décidés de prendre leur temps avant de se présenter à la famille Collins. Ils auraient certainement un choc en voyant Sheri… Ou plutôt Mackenzie.

- C’est quoi le numéro déjà ? !
- 21 !
- Ce n’est pas comme dans mes souvenirs.
- Vous ne viviez pas ici avant, dans un autre quartier.
- C’est sûrement ça.
- Tu nous inviteras à venir te voir souvent j’espère, je suis sûr qu’ils ont des douches à vapeur dans le coin.
Sheri fronça les sourcils, ne comprenant pas.
- Ne l’écoute pas… La rassura Sam.
- Et si ils ne se souviennent pas de moi ? !
- Impossible.
- J’ai le cœur qui va exploser je crois.
- Relax. Tout va bien se passer.

Dean jeta un œil à un break familial qui venait de passer sur la route à côté d’eux avant de venir se garer un peu plus loin dans l’allée d’une maison. Les numéros n’étaient pas très bien indiqués dans le coin, ils ne savaient même pas s’ils étaient du bon côté de la rue.
Une femme descendit du break, brune, âgé d’une bonne cinquantaine d’année. Elle se dirigea vers le coffre qu’elle ouvrit.

- Hé… Souffla Sheri aux deux garçons en s’arrêtant.
- Quoi ?
Elle ne répondit pas tout de suite, posant une main sur le bras de Sam.
- C’est… Ma maman.
- Où ça ?
- Juste devant.
Ils avisèrent la femme qui sortait ses courses de son coffre.
- Tu es sûre ?
- Oui… Oui c’est elle, c’est ma mère, c’est elle… !
- Ok, du calme… Souffle un bon coup. Lui conseilla Sam.

Sheri s’exécuta mais la nervosité mélangée à l’excitation se lisait sur son visage. L’émotion était elle dans ses yeux, devenus très brillants. Ils s’avancèrent vers la femme en question, lentement pour ne pas l’effrayer. Elle posa les yeux sur leur petit trio et leur lança un polie sourire.

- Bonjour !
- Bonjour… Madame Collins ?
- Oui c’est moi… Et vous êtes ? !
- Je m’appelle Sam, mon frère Dean et voici…
- Je m’appelle Mackenzie.

Les yeux de la femme s’obscurcirent en entendant son prénom, comme si cela réveillait en elle de douloureux souvenirs. Troublée, elle en perdit un peu son sourire. Elle raffermit sa prise sur son sac de course pour se donner une contenance.

- Que puis-je pour vous ?
- Tu… Ne me reconnais pas ? ! Demanda Sheri les larmes aux yeux.

Elle posa les yeux sur la jeune femme, la dévisageant longuement, comme si elle avait la réponse mais qu’elle n’osait y croire. Leurs regards se croisèrent l’espace de quelques secondes, et brusquement le sac de course tomba de ses mains jusqu’au sol. Son visage s’allongea un peu, ses sourcils se froncèrent en même temps que ses yeux devenaient aussi brillants.

- Est-ce que c’est toi ? ! C’est bien toi ? Demanda-t-elle perplexe.
Sheri remonta légèrement un de ses bras contre sa poitrine. Dans la main elle tenait son ours en peluche. La maman posa brusquement une main sur ses lèvres, comme surprise.

- Teddy… ! S’écria-t-elle comme si elle venait de crier le nom de son bourreau.
- Maman…
- Mackenzie, oh Mackenzie c’est bien toi.

Les deux femmes s’avancèrent l’une vers l’autre se prenant dans les bras comme une mère et sa fille l’aurait fait après une trop longue absence. Sam et Dean restèrent légèrement en retrait tous les deux émus par les retrouvailles de Sheri et de sa mère. Cette fois il n’y avait plus aucun doute…

- Maman. Maman. Répéta Sheri pour se convaincre qu’elle ne rêvait pas.
- Ma petite fille.
La jeune femme ferma les yeux, inspira son odeur, l’odeur si agréable de sa mère. Cette bonne odeur qu’avaient toutes les mamans pour leurs enfants. Les larmes se mirent à couler mais elles étaient silencieuses, ce n’était que des larmes de joie, de soulagement.
- Oh laisse-moi te regarder ! Lança soudainement Mona.
Elle s’écarta un peu de Sheri, prit son visage entre ses mains.
- Tu es magnifique. Magnifique…
Mona ne pleurait pas, mais elle était clairement émue…

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: La femme sauvage - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 18:29

Chapitre 24 : Une drôle de famille.

Un peu plus tard.

- Comment est-ce possible ? !
- C’est une longue histoire madame Collins. Mais c’est bien votre fille…
- Ils ont dit que tu étais morte, où tu étais tout ce temps ?
- Je… J’étais avec quelqu’un. Mais il est mort et Sam et Dean ont prit soin de moi ensuite…
- Il te retenait prisonnière ? Tu n’as jamais pu t’enfuir ou…
- Je ne me rappelais pas.
Mona fronça les sourcils.
- Elle était amnésique, elle ne se souvenait pas de vous.
- Oh… Ma pauvre chérie. Mais tu es là maintenant… Comment nous as-tu retrouvé ? !
- Je me suis rappelé mon nom.
- Nous avons longuement cherché… Ca a été difficile de vous trouver. Compléta Sam.
- Et tu te rappelles de tout maintenant ? !
- Non. Peu de choses.
- Le principal c’est que tu sois là… Ton père ne va pas en revenir. Ton frère et ta sœur non plus… Nous pensions ne jamais te revoir. Nous pensions que tu étais morte.
- Où sont-ils ? !
- Ton père est allé voir des amis. Ton frère est marié et il a des enfants, il ne vit pas ici. Et ta sœur est en Europe, elle fait des études.
- J’aurais voulut les voir.
- Mais ton père va rentrer demain. Il sera si heureux…
- Moi aussi.
Elles se sourirent longuement. Mona n’avait pas lâché la main de Sheri qu’elle tenait entre les siennes, comme si elle allait lui échapper de nouveau.
- Madame Collins, comment Sh… Mackenzie a disparut ? !
- Un terrible accident… Nous étions en balade, avec la famille quand… Mackenzie est tombé dans le Snake River. Les autorités ont longuement balayés toutes les rives à travers la forêt et ils t’ont cherchés des semaines et des semaines. Et puis ils ont dit que tu t’étais noyée. Nous voulions faire notre deuil alors nous avons demandé à ce que… L’on te déclare morte, pour t’enterrer.
- M’enterrer ?
- Un cercueil vide… Mais on pensait…

Sam et Dean échangèrent un léger regard surpris. Ils avaient imaginés bien des scénarios mais pas celui-là… Le monstre avait du la sortir de l’eau, où il l’avait récupéré sur la rive… Puis il avait dû émigrer dans une autre région.
- Maman… Commença Sheri.
- Oui ?
- Je voudrais rester avec papa et toi.
- Mais bien sûr… Tu es chez toi. Il n’est pas question qu’on te laisse repartir.

Sheri s’empressa de se serrer contre sa mère, elle ne se lassait pas de sentir ses bras autour d’elle. Sam et Dean les observèrent quelques instants avec la sensation que cette fois, elle leur échappait vraiment et complètement.

Un peu plus tard.

- Tu es certaine que tu veux passer la nuit ici ? ! Demanda Sam.
- Ma mère et moi on a des tas de choses à se dire.
- Bien sûr. Je comprends.
- Vous pourriez rester… ?
- Non, vous avez besoin de vous retrouver. Et puis le motel est seulement à quelques pâtés de maisons. Répondit Dean.
Elle acquiesça lentement.
- Vous ne partez pas tout de suite n’est-ce pas ?
- Non. On repassera demain, après que ton père soit rentré… Pour s’assurer que tout va bien.
- Ok.
- Tu as l’air vraiment heureuse…
Sheri affichait en effet un léger sourire quasi permanent depuis plusieurs heures.
- Je le suis.
- C’est le principal.
- Aller… On file, à demain.
- A demain.

Elle les accompagna jusqu’à la porte et les regarda partir. C’est seulement quand ils furent loin de son champs de vision qu’elle revint vers sa mère qui se trouvait dans la cuisine. Elle avait du mal à réaliser, mais elle était chez elle. Cette maison, les photos de famille… Même s’il n’y en avait pas d’elle, c’était sa famille.

- Tes amis sont très gentils ! Lança Mona.
- Oui… Maman, parle-moi encore, je veux tout savoir sur Erica et Andrew, sur toi et papa…
- Et bien… Commença-t-elle.

Elles se lancèrent dans une autre discussion passionnée, rattrapant une partie de ces années perdues. Il y avait tant à dire, tellement de choses… Qu’elles y passèrent une bonne partie de la nuit.


Le lendemain, elles avaient encore beaucoup de choses à dire, mais elles se préoccupèrent surtout de l’arrivée d’Andrew père. Sheri savait que Mona l’avait prévenu, pour que le choc ne soit pas trop grand. Il avait alors annoncé qu’il rentrait dès lors, qu’il était pressé d’arriver pour serrer sa fille dans ses bras. La jeune femme en était ravi, elle avait aussi hâte de le voir, de le redécouvrir. Son souvenir à lui était encore plus flou que celui de sa mère. Elle l’imaginait être une sorte de mélange de Bobby et Dean, tous les deux ayant un côté paternaliste qu’elle aimait tellement. Déjà elle sentait la force de son étreinte, l’impression d’être en sécurité dans ses bras, comme quand elle était dans ceux de Sam. Oui, comme un père, un père qui protège son enfant et qui lui avait tant manqué.

En fin de matinée sa voiture sa gara devant la maison. Mona lui intima de la suivre alors pour l’accueillir sur le pas de la porte. Sheri ne se fit pas prier, elle aurait courut jusqu’à lui si elle avait put. Sa portière s’ouvrit et il en descendit. Il était habillé de façon très classe, un pantalon de lin, un pull assez près du corps. Il avait fière allure, malgré son âge il était svelte, fort…

Il s’avança vers les deux femmes souriantes sur le pas de la porte. Sheri posa les yeux sur lui, son cœur se mit à battre la chamade. Son visage… Ne lui inspirait pas ce qu’elle aurait crû. Oui, il était différent les années l’avait peut être plus changé que sa mère ?

- Mackenzie !

Sheri le vit fondre vers elle, il la prit dans ses bras la serra comme elle en avait rêvé. Mais un sentiment étrange l’envahit. Son sourire disparut de son visage, ses bras lui semblèrent des étaux qui l’étouffaient, elle aurait voulut se défaire de son étreinte. Mais il finit par la poser, encadra son visage de ses mains, caressa ses joues tendrement. Il semblait ému, autant que Mona la veille…

Mais pour Sheri, ça sonnait faux.

Et elle ne comprenait pas pourquoi.

Andrew était comme elle l’avait imaginé, un père normal, aimant… Alors qu’est-ce qui clochait, elle ne savait pas, mais le sentait. Il y avait quelque chose en lui, qu’elle n’aimait pas. Pourtant il était son père, pas de doute, mais sa mémoire semblait la tromper. Malgré elle, elle eût envie de se méfier, de le craindre… Sans savoir pour quelle raison. Mona et lui semblaient pourtant heureux et ils l’étaient encore plus de la retrouver.

L’arrivé de Sam et Dean un peu plus tard fut presque un soulagement. Ils discutèrent un moment tous ensembles, Sheri parla un peu de la chose, sans mentionner que ça pouvait être qualifié de « chose » qui l’avait élevé. Mona et Andrew semblaient effondrés d’apprendre qu’elle avait été maltraitée, ils étaient si compréhensifs…

- Elle commence à lire et à écrire, mais il faudra continuer les cours. Expliqua Sam.
- Je me ferais une joie de t’apprendre Sheri !
- Je crois même qu’on a gardé les premiers livres de ta petite sœur… ! Renchérit Andrew.
- Et mes affaires, de quand j’étais petite… ? ! Y a certaines choses dont je me souviens un peu.
- Oh nous… Nous n’avons rien gardés dans le déménagement. Nouveau départ tu comprends.
- Ah… Oui ça ne fait rien. J’ai toujours Teddy !
- Teddy… Tu as toujours adoré cette peluche depuis que tu étais bébé. Il appartenait à ton frère avant, tu le savais ?
- Non. Je ne m’en souvenais pas.
- Et ta santé ? ! Tu étais malade petite… Tu faisais de l’épilepsie.
- Elle en fait toujours mais elle suit un traitement. Et elle a vu un médecin, elle va bien mis à part cela.
- Tant mieux. Tu as l’air d’une jeune femme très épanouie. Et tu es toujours aussi… Vive d’esprit et intelligente. Ca se voit tout de suite. Affirma Andrew.

Sheri lui lança un sourire tout en hochant la tête pour le remercier. Dean et Sam échangèrent un léger regard, voilà un moment qu’ils étaient là à discuter, il était peut être temps pour eux de s’éclipser.

- Bon… Monsieur et madame Collins, nous n’allons pas vous déranger plus longtemps.
- Vous partez déjà ? ! Protesta Sheri.
- Vous devez passer des moments en famille, faire de nouveau connaissance. Lança Sam.
- Sam à raison Mac, très égoïstement, j’ai envie de passer du temps avec ma fille ! On a du temps à rattraper !
- Je sais mais… J’aimerais pouvoir tous vous garder près de moi. Avoua-t-elle.
- Tes amis seront les bienvenus ici quand ils voudront ! Lança Mona. D’ailleurs, revenez demain, pour dîner avec nous ?
- Et bien… Oui avec plaisir merci.
- Parfait !

Ils se levèrent, disant poliment au revoir avant de laisser Sheri les raccompagner à la porte comme la veille. Mona et Andrew eux restèrent au salon, leur laissant un peu d’intimité.

- Tes parents sont vraiment adorables !
- Oui, ils sont gentils.
- Tu es bien avec eux ?
- Je crois oui. Mais c’est différent, je dois m’y habituer.
- C’est vrai.
- Vous serez là demain alors ? !
- Oui… Et si tout va bien après on rentrera chez Bobby…
- Et moi je resterais ici. Termina-t-elle.
Les deux frères acquiescèrent.
- Aller, profites bien de ta famille… Tu l’as bien mérité.

Sheri acquiesça et grimpant sur la pointe des pieds, s’accrocha au cou de Sam le serrant contre elle. Le chasseur ne se fit pas prier pour lui rendre son étreinte chaleureuse, conscient que ce serait peut être une des dernières fois avant longtemps. Le relâchant finalement elle en fit de même avec Dean qui ne se fit pas prier non plus.

- A demain soir.
- A demain…

De nouveau elle les regarda s’éloigner et poussa un petit soupir de tristesse.

Sheri sortit de la salle de bain en pyjama, prête à dormir. Elle croisa sa mère dans le couloir qui portait des draps propres dans ses bras. La veille, elles avaient dormit toutes les deux sur le grand lit de la chambre parentale. Mais ce soir, il fallait qu’elle intègre ce qui serait sa future chambre, ou l’endroit où il y avait de la place pour elle.

- Ca ne t’ennuie pas de dormir dans la chambre de ta sœur ? !
- Non bien sûr.
- Ton père va transformer celle de ton frère dès demain pour que tu ais ton espace. On l’avait gardé mais il n’en a plus besoin maintenant.
- J’ai hâte de les voir.
- On ne leur a pas encore dit. Ca va leur faire un choc, surtout à ton frère il a été très affecté quand tu es partie.
- Partie ? !
- Je veux dire, quand tu as disparue.

Sheri acquiesça lentement.

- Maman… Est-ce que… Je vous ai manqué ?
- Pourquoi tu demandes ça ? !
- Je ne sais pas… Dit-elle en fronçant les sourcils.
- C’est évident. Allons, il se fait tard… Tu as besoin de dormir, la journée a été pleine d’émotion.
- C’est vrai.
- Bonne nuit chérie !
- Bonne nuit maman… Où est papa, j’aimerais lui souhaiter bonne nuit aussi ?
- Il est déjà partit se coucher. La journée l’a beaucoup remué.
- Oh… Réalisa-t-elle. Bon, bonne nuit alors.

Mona donna les draps à Sheri puis déposa une baiser sur son front avant de se diriger vers sa propre chambre. La jeune femme qui avait visité et mémorisé la maison se dirigea vers la chambre d’Erica qu’elle allait occupée le temps qu’ils en arrangent une pour elle. Elle trouvait ça d’ailleurs un peu étrange, Andrew junior partit, mais dont ils avaient conservés les affaires, et elle dont ils avaient tout bazardé. Enfin, lui n’était pas officiellement mort et enterré.

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: La femme sauvage - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 18:31

Chapitre 25 : Juste un au revoir.

Faisant le lit dans la chambre elle termina tout de même par terre sur la moquette. Les lits ça restait un lieu trop étrange à son goût pour y dormir. Se glissant dans les couvertures, Teddy contre elle, elle éteignit la lampe de chevet au-dessus de sa tête et poussa un petit soupir. Elle avait hâte d’être à demain, hâte que Sam et Dean soient là de nouveau…


Il faisait froid et sombre. Sheri se sentait ballotté dans les bras réconfortant de son père. Il était très tard, la nuit était là et elle n’avait qu’une envie, dormir. Andrew la tenait tendrement contre lui, Teddy dans ses bras de petite fille. Elle avait du mal à fermer l’œil, elle ne comprenait pas pourquoi ils avaient quittés la maison, ni pourquoi ils étaient dehors si tard.

- Papa, je veux rentrer.
- Chut, dors Mac, soit gentille.

Il fit quelques pas commençant à marcher dans la nuit noire. Elle était enveloppée dans une couverture mais elle sentait quand même l’humidité et le froid. La tête sur l’épaule de son père, elle chercha le sommeil sans grand succès. Une voiture s’arrêta soudainement un peu plus loin. Sheri vit les phares puis ils s’éteignirent quand il coupa le moteur. Un homme en descendit, elle releva la tête curieuse pour le regarder.

- Quand est-ce qu’on rentre ? ! Demanda-t-elle de sa voix enfantine.

Andrew ne répondit pas, marchant vers l’homme qui lui aussi venait dans leur direction.

- Vous êtes en retard ! Aboya Andrew.
- Du calme, je suis là. C’est elle ?
- Evidemment que c’est elle ! Vous avez l’argent ?
L’homme tendit une mallette à Andrew qui la prit, la soupesant sans l’ouvrir.
- Y a le compte. Vous pouvez vérifier…
- Ca va, je vous crois.
- Papa ? ! Je veux rentrer…
- Vous avez l’argent, donnez-moi la fillette.
- A qui…
- Je ne donne pas ce genre d’information. Mes clients aiment rester discret.

L’homme tendit les bras. Andrew hésita quelques secondes avant de détacher Mackenzie de ses bras et de laisser l’homme la prendre.

- Papa ? !
- T’inquiète pas ma petite… Tu vas bientôt avoir un autre papa.
- Papa ! ?
L’homme commença à s’éloigner, Mackenzie dans les bras.
- Papa, je veux mon papa ! PAPA !
- Chut ferme là !
- Papa, je ne veux pas partir sans mon papa ! PAPA ! ? PAPA !

Elle se débattit des bras de l’inconnu. Un inconnu qu’elle avait déjà vu en photo… Dans un rapport de police. Son père la regarda s’éloigner sans rien faire, sa mallette dans la main. Il regarda l’inconnu aux cheveux poivre et sel emmener sa fille, la jeter dans sa voiture et disparaître. Il entendait ses cris de protestation, ses appels désespérés, mais il ne bougeait pas…

- NON ! Hurla Sheri en se réveillant.

Elle se redressa dans son lit de couverture à même la moquette. La respiration saccadée elle sentit un sanglot la secouer. Son cœur battait la chamade, dans sa tête son rêve repassait encore et encore, en boucle. La porte de la chambre s’ouvrit brusquement et Andrew se montra dans la faible lumière qui provenait du couloir.

- Mac, que se passe-t-il ? ! Tu as fais un cauchemar… ?
La jeune femme dévisagea son père, le visage plongé dans la terreur.
- Qu’est-ce que tu as fait ! ? S’écria-t-elle.
- De quoi tu parles… ? !
- Tu m’as vendu ! Je me souviens de tout…

Andrew resta interdit sur le pas de la porte, l’air visiblement surpris et choqué… Sheri se leva de son lit et fonça vers la porte, l’évitant pour ne pas avoir à l’affronté.

- Mac attend, ce n’est pas ce que tu crois je peux t’expliquer…
- Non !
La jeune femme aperçut Mona qui sortait de la chambre à son tour.
- Comment tu as pu me faire ça ? !
- De quoi parle-t-elle ? !
- Elle sait tout.

Sheri se figea et se tourna vers ses deux parents, l’air encore plus choquée.

- Tu étais au courant ? ! Demanda-t-elle à sa mère.
- Nous n’avions pas le choix !
- Le choix ? ! Quel choix ? ! Vous m’avez… Abandonnée, vendue… Quel genre de parents…
- Nous n’avions pas d’argent, tu étais malade et les traitements coûtaient cher à l’époque… Nous serions tous morts de faim, voir pire si on n’avait pas fait ça.
- Mais j’ai vécu l’enfer !
- Nous ne savions pas… On ne pouvait pas deviner.
- Tu étais une enfant tellement difficile, tu avais besoin de tellement de choses…
- Vous ne m’avez jamais aimé.
- Non c’est faux.
- J’ai été mutilé, frappée, coupée, brûlée, torturée, enfermée… Je vivais comme un animal, et vous osez dire que vous m’aimiez ?
- Si nous avions eût une autre solution…
- Mais pense que tu as sauvé ton frère et ta sœur et grâce à toi, ton sacrifice…
- Mon sacrifice ? Vous êtes pire que lui…

La jeune femme tourna les talons, descendit les escaliers à la hâte et sortit de la maison, les larmes roulant sur ses joues. Elle voulait plus passer une minute dans la même maison qu’eux…

Le temps de traverser les quelques pâtés de maison qui la séparait du motel, elle avait séché ses larmes et taris ses sanglots. Une seule idée lui trottait dans la tête maintenant, repartir avec Sam et Dean, retrouver Bobby et un vrai foyer. Là où les personnes l’entourant l’aimaient vraiment. Elle fut peu surprise de constater que la lumière était allumée dans la chambre, les deux frères étaient des couches tard.

Frappant à la porte elle passa les mains sur son visage pour n’avoir pas l’air trop chiffonné. Bon elle était en pyjama et pied nu mais ça ne la gênait guère. Même après ce temps de retour à la civilisation, ses vieilles manies avaient la vie dure. Quelques secondes après ses coups, elle vit la porte s’ouvrir et Sam apparut l’air visiblement très surpris.

- Sheri ? !

Elle ne se posa pas de question et vint se blottir contre lui, lui qui l’aimait vraiment, sans faux semblant, sans condition.

- Sheri qu’est-ce que tu fais là, qu’est-ce qui se passe ? !
- Tu vas bien ? ! Demanda Dean aussi surpris.
S’écartant du cadet elle reprit une légère contenance. Par quoi elle allait commencer, ils seraient effarés quand ils sauraient la vérité.
- Il fallait que je vienne… Mes parents…
Elle s’arrêta brusquement et avisa leurs deux sacs sur les lits. Ils étaient visiblement en train de les faire… Mais pourquoi, ils ne devaient pas repartir avant le lendemain soir ? !
- Quoi tes parents ? ! S’enquit Dean.
- Vous partez ? !
Elle regarda tour à tour Sam et Dean.
- Oui… Bobby a appelé. Il a un de ses amis chasseurs qui a eût des ennuis… Il veut qu’on le rejoigne pour lui donner un coup de main.
- On comptait passer te dire au revoir demain matin.
- Oui, une chance que tu sois avec tes parents… On n’aurait pas pu t’emmener et rester chez Bobby… Enfin, c’est plus un souci. Continua Dean.

Sheri resta figé quelques secondes, ne sachant plus quoi dire, plus quoi faire.

- Sheri ? ! Quelque chose ne va pas ? ! Tu voulais dire quelque chose à propos de tes parents ? !
- Ils…
- Oui ?
- Ils sont… Géniaux. Je les aime beaucoup.
- Ah… Tu nous à fichu la trouille l’espace d’un instant ! Soupira l’aîné.
- Et c’est pour ça que tu es sortit à cette heure-ci, dans cette tenue ?
- Non. J’ai… J’ai fais un rêve, je voulais… Ca change alors je voulais vous le dire.
- C’est sûrement parce que tu es bien dans ta famille. Mais tu sais le téléphone ça marche aussi.
- Le téléphone… C’est vrai.
- Pas encore tout à fait civilisée, t’as encore des tas de choses à apprendre !
- Oui.
- Tu sais, on est soulagé de te savoir entre de bonnes mains. On pourra chasser l’esprit tranquille en sachant que tu es heureuse.
- Vous viendrez me voir ?
- Un peu qu’on viendra !

Elle acquiesça, laissant une larme rouler sur sa joue qu’elle s’empressa d’effacer.

- On va te manquer à ce point ? !
- Vous n’avez pas idée !
- On t’appellera.
- Et je t’écrirais, et tu auras intérêt à me répondre ! La prévint Sam.
- Je le ferais.
- Tu as prévenu tes parents que tu sortais, ils doivent se faire un sang d’encre sinon…
- Oui ils le savent… Et… Je peux rester avec vous, cette nuit ? !
- Tu veux rester ?
- Oui.
- Pas de problème, la place ne manque pas sur la moquette !
- Merci.

Sam se dirigea vers son sac et sortit un livre de ce dernier.

- Un peu de lecture ça te dit ? !
- Oui… Si tu me laisses dormir avec toi.
- Tu n’as pas emmené Teddy ? !
- Ah ben c’est ça elle te prend pour un ours en peluche géant ! Se moqua Dean.
- La ferme !
- Non. J’ai décidé… Que j’étais trop vieille pour avoir un ours en peluche.
- Pauvre Teddy ! Compatis Dean.
- Chanceux que je suis ! Rectifia Sam. Mais à une condition, ce soir c’est toi qui me fais la lecture !
- D’accord.

Sheri les observa tour à tour, ils avaient l’air peu soucieux, presque content que tout se finisse bien. Elle n’avait pas le cœur à leur avouer la vérité, à tout gâcher. Ils n’avaient pas à prendre la responsabilité de sa vie, ils avaient déjà trop sacrifié pour elle. Comment pourrait-elle leur avouer dans ces conditions…

Que sortie des griffes d’un monstre, ils l’avaient ramenés chez ceux qui l’y avait mis.

Ca devenait finir bien, alors… Elle se tairait. Elle les laisserait partir, reprendre le cours de leur vie et elle rentrerait chez ses parents.

Et ils ne sauraient, jamais la vérité.


FIN

Les commentaires c'est par ici merci : http://huntersfanfics.forumactif.org/commentaires-f6/la-femme-sauvage-sell-your-soul-lili-laney-t69.htm

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La femme sauvage - Lili/Laney   

Revenir en haut Aller en bas
 
La femme sauvage - Lili/Laney
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» femme sauvage dans la nature
» Femmes qui courent avec les loups
» La femme sauvage Un duo Solaime et Lejumeau
» BISMUTH HENRY : FEMME SAUVAGE
» [Coulonges, Henri] L'adieu à la femme sauvage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunter's Fanfics :: 
Séries Fanfics;
 :: . . Supernatural . . :: . . Général . . :: Fanfictions :: Fanfics finies
-
Sauter vers: