AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sell Your Soul [Suite de la femme sauvage] - Lili/Laney

Aller en bas 
AuteurMessage
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Sell Your Soul [Suite de la femme sauvage] - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 18:46

Sell Your Soul

Citation :

Suite de la fanfiction "La femme sauvage" il vaut mieux l'avoir lue pour comprendre cette histoire !
/!\ Langage sexuel présent dans cette histoire /!\

Chapitre 1 : Le choc.

Sa main serrait l’enveloppe entre ses doigts qu’elle tardait à ouvrir. Elle la porta à son nez, en respira l’odeur une nouvelle fois mais fut de nouveau déçue. Pas une trace, pas un soupçon de son parfum ne restait sur l’enveloppe. Le voyage avait dû estomper tout ça, elle ne sentait rien sinon le papier et l’encre. Le bout de ses doigts caressa l’écriture souple et appliquée qu’était la sienne. Elle se demandait comment il avait formulé ses phrases, si la lettre était longue… Elle n’avait qu’une hâte, l’ouvrir, mais gardait ça pour plus tard.

Elle entendit des bruits de pas de l’autre côté de la porte. Quelqu’un venait d’entrer… Se figeant elle resta parfaitement immobile, le souffle léger à peine audible. Que faisaient-ils ? ! Elle n’avait qu’une hâte, qu’ils s’en aillent… Ils devaient partir ! Ils savaient probablement qu’elle était là, cachée… C’est pourquoi elle ne fit pas un bruit, espérant qu’ils doutent, renoncent, l’oublient…

Mais non. Les pas se figèrent devant la porte et bientôt celle-ci s’ouvrit, laissant entrer la lumière du jour dans son monde, son antre, son placard…

- Mackenzie… Souffla sa mère. Tu es encore là-dedans ?
- Laisse-moi seule.
- Tu ne dois pas rester dans le noir continuellement, c’est mauvais pour ta santé.
- Je suis bien ici.
- Tu vis là-dedans, tu y manges, y dors… Pourquoi ?
- C’est là où j’ai grandis. Dans un placard, à même le sol, enchaînée comme un animal.
- Combien de temps vas-tu nous reprocher… Notre erreur ? !
- Tant que je vivrais, et que je me souviendrais, de ce que j’ai vécu à cause de vous.
- Mac…
- Je ne veux pas te parler. Laisse-moi tranquille. Va-t-en.
- Je t’apporterais à manger plus tard… Soupira Mona.

Elle referma la porte dépitée. Mackenzie prit une légère inspiration, retrouvant l’environnement familier de la prison refuge qu’elle s’était elle-même imposée afin de tenir le coup. Voilà des mois qu’ils étaient partis, des mois que sa vie avait presque cessé. Elle ne les avaient pas revus depuis, mais Sam continuait à lui envoyer des lettres, chaque semaine. Elle ne lui répondait pas, elle n’avait pas continué les cours, en était tout bonnement incapable. Malgré tout… Il continuait. Il lui fallait des jours pour déchiffrer ses lettres, il s’inquiétait… Mais que pouvait-elle répondre, que tout allait bien ? !

C’était un mensonge. Sa vie était un enfer.

Encore.

Mais ça ne durerait pas… Cette fois elle ne se contenterait pas de subir, cette fois… Elle prendrait sa vie en main. Quoi que ça lui en coûte, même si l’idée la terrifiait encore. Elle ne serait plus l’esclave de personne, ni au sens propre, ni au sens figuré. Elle n’avait pas l’intention de passer sa vie dans un placard. Ca n’avait que trop duré. Elle ferait donc ce qu’il fallait, elle était bien décidée.

Elle agirait bientôt. Vite et bien.

Quelques jours plus tard. Chez Bobby – Dakota du Sud.


L’impala freina dans un nuage de poussière non loin de la maison du vieux chasseur. Dean coupa le moteur et par la même occasion l’autoradio qui fit silence dans l’habitacle. Les deux frères descendirent de l’imposante voiture noir et s’étirèrent longuement, prenant leur temps. Ils avaient fait une très longue route, leur dernière chasse ne remontait qu’à quelques heures. Ils étaient courbaturés, enchymoses, fatigué, mais plutôt content d’être arrivé en définitive. Ils ne faisaient qu’une halte chez Bobby, avaient envie de le revoir, cela faisait un moment qu’ils ne s’étaient pas arrêtés dans la région.

- J’ai qu’une envie, c’est piquer un somme ! Soupira Dean.
- Ouais moi aussi.

La porte de la maison s’ouvrit sur leur vieil ami. La refermant derrière lui, il s’avança vers eux, d’un pas sûr.

- Et bien, ça pour une surprise.
- Salut Bobby !
- Hé Bobby… Comment ça va ?
- Je ne m’attendais pas à vous voir, qu’est-ce que vous faites là ?
- On passait dans le coin. On s’est dit qu’on allait venir dire bonjour !
- Bon ben restez pas dehors, venez…

Les deux frères se regardèrent surpris de l’accueil un peu moins chaleureux que d’habitude de Bobby. Ils le suivirent cependant sans discuter, il était peut être simplement un peu bougon ou étonné de leur visite. Cela dit ce n’était pas la première fois qu’ils débarquaient à l’improviste non plus.
Entrant dans la maison calme ils jetèrent un œil à la table dans le salon qui était recouverte d’une grande carte du pays.

- T’es sur une affaire ? ! Questionna Sam.
- Ah j’aurais préféré… Soupira Bobby.
- Qu’est-ce qui ce passe ?
- Vous n’êtes pas au courant ?
- Au courant de quoi ?
- J’aurais voulut ne pas avoir à vous l’apprendre… C’est Sheri…
- Sheri, quoi Sheri ? ! S’empressa de demander Sam.
- Elle est… Morte.

Les deux frères restèrent interdit durant de longues secondes. Figés ils dévisagèrent Bobby comme s’ils espéraient qu’il allait leur annoncer que c’était une mauvaise blague. Mais non, le vieux chasseur restait stoïque, ou presque.

- Je suis désolé…
- Mais… De quoi tu parles ? ! Demanda Dean perplexe.
- J’ai appelé ses parents il y a deux jours. C’est eux qui me l’ont dit… Je voulais prendre de ses nouvelles… C’est réussit.
- Qu’est-ce qui c’est passé ? !
- Elle s’est suicidée.
- Quoi ? ! Ca n’a pas de sens…
- Elle a sauté dans la rivière.
- Non… Impossible.
- J’ai vérifié auprès de la police, ils ont retrouvés son ours en peluche près d’un pont et il y avait des traces sur la rambarde… Et elle a laissé un mot à ses parents, très bref… Où elle dit qu’elle est désolée.
- Non. La Sheri qu’on connaît ne ferait jamais ça.
- J’ai été aussi étonné que vous ! Mais je ne vois pas pourquoi ses parents iraient inventer une histoire pareille.

Sam et Dean se regardèrent quelques secondes. Ils n’arrivaient pas à en croire leurs oreilles, c’était inimaginable, impensable… Il devait y avoir une erreur, ou une explication logique. Pourquoi aurait-elle fait ça, elle n’avait jamais exprimé un quelconque souhait de mourir, et quand ils l’avaient laissés elle semblait heureuse d’avoir retrouvé sa famille ! Alors pourquoi ? !

- Y a une cérémonie dans deux jours… Organisé par ses parents. J’étais… En train de me demander si j’allais y aller ou non.
Le cadet s’avança vers la table et se laissa lentement tomber sur une chaise. Dean lui resta figé, l’air de ne toujours pas y croire.
- Je vous proposerais bien un verre mais je n’ai plus rien ici… J’aurais pourtant dû me douter qu’à un moment ou à un autre… Soupira-t-il. C’est toujours pareil.

Dean plongea la main dans sa veste et en sortit une petite flasque qu’il tendit au vieux chasseur. Ce dernier la prit en hochant la tête et en but quelques gorgées avant de la rendre à son propriétaire qui en fit de même. S’approchant ensuite de Sam, il lui tendit la fiole mais ce dernier déclina l’offre d’un mouvement de tête.

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: Sell Your Soul [Suite de la femme sauvage] - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 18:47

Chapitre 2 : Des faits troublants.

Dean jeta un coup d’œil inquiet à son frère qui était assis sur le bout de son lit. Penché en avant, ses bras reposaient sur ses genoux, et il semblait… Déprimé. Il y avait de quoi, la surprise était telle… Jamais ils ne se seraient attendus à ça. C’était si soudain, si brutal. Le pire était qu’ils ne comprenaient pas pourquoi, pour quelle raison elle aurait mit fin à sa vie si prématurément ? ! Si elle était du genre à renoncer, elle l’aurait sûrement fait bien avant, quand elle était prisonnière non ? Elle avait survécu à tellement de choses, pourquoi abandonner maintenant qu’elle était enfin libre ?

- Arrête de te torturer Sam.
- Je me torture pas, j’essai de comprendre.
- Tu perds ton temps à mon avis.
- Je n’arrive pas… A y croire. Je ne la vois pas faire ça…
- Moi non plus. Mais tu as entendu Bobby et… La façon dont elle a fait ça. La boucle est bouclée. En quelque sorte.
- Elle n’a jamais répondu à mes lettres, j’aurais dû me douter que quelque chose clochait.
- Hé ! Je t’interdis de culpabiliser ! De toute façon ça ne l’aidera pas… Plus maintenant ! Cria Dean.

Sam leva les yeux vers son frère qui s’énervait tout seul. C’était sa façon à lui d’exprimer sa douleur, par la colère.

- On aurait peut être pas dû la laisser… Après tout on ne sait pas comment étaient réellement ses parents.
- Ses parents n’ont rien à voir là-dedans, si elle avait vraiment des problèmes elle aurait dû nous appeler ! On serait venu l’aider !
- Tu as probablement raison.
- Pourquoi elle n’a pas appelé, pourquoi elle a fait ça ? !
- J’en sais rien Dean. Elle ne voulait peut être pas… Ce serait bien de son genre de penser qu’elle aurait pu nous déranger.
Le sac de Dean fit un vol plané du lit jusqu’au mur au pied duquel il retomba. Le chasseur se laissa ensuite tomber sur le lit à côté de son frère et prit sa tête entre ses mains quelques secondes.
- Si tu savais comme ça me… Je lui en veux d’avoir fait ça.
- Elle devait… Beaucoup souffrir.
- Plus que ces dernières années ? ! Comment c’est possible hein ?
- Si on veut le découvrir… Y a qu’une seule manière…



Pocatello – Idaho – Deux jours plus tard.


Quelques voitures étaient garées devant la maison des Collins. Peu, la petite réception mortuaire se faisait en toute discrétion et puis peu de gens connaissaient Sheri, elle n’était revenue que depuis quelques mois. Quelques amis et voisins étaient venus soutenir le couple dans ce terrible moment. Sam et Dean se sentaient mal à l’aise, ces gens qui parlaient d’elle sans la connaître, ils trouvaient ça déplacé et de ce fait ne se sentaient pas à leur place non plus. Andrew et Mona étaient beaucoup sollicités, ils attendaient le bon moment pour leur parler, en toute discrétion.

Ils avaient fait l’effort de se mettre en costume, ils ne savaient guère pourquoi. Ils ne se sentaient pas en mission, loin de là. Ils voulaient juste trouver des réponses, comprendre son geste. Ca sonnait comme une investigation, mais cette fois-ci s’était plus que personnel. Naviguant dans la maison, ils jetèrent quelques coups d’oeils aux photos de familles qui étaient exposés ici et là à des endroits stratégiques.

- Tu as remarqué ? ! Demanda Sam.
- Que ça craint, ça oui…
- Non, les photos.
- Ouais ben c’est des photos de famille.
- Y’en a pas une seule d’elle. Ni récente, ni de quand elle était jeune. Pas même bébé.
Dean vérifia les photos les une après les autres, Sam avait raison. Elle n’apparaissait nulle part.
- C’est bizarre.
- A moins qu’ils les aient jetés avec le reste de ses affaires… Tiqua Sam.
- En général c’est plutôt le contraire qui arrive quand un enfant disparaît. On ne touche pas à ses affaires.
- A moins d’être un peu tordu.
L’aîné donna un coup de coude à son frère.
- Sam… Ne commence pas, ils y sont probablement pour rien ces pauvres gens.
- Je ne fais que constater.
- On n’est pas sur une affaire.
- Je sais.
- Bien.

Les deux frères attendirent que la plupart des invités s’éclipsent ce qui ne tarda guère. Un amoncellement de gratins et autres mets apportés par les voisins recouvrait la table. Les gens pensaient bien faire en apportant des plats, comme si manger pouvait compenser la perte d’un enfant. Mona enfin seule commença à ranger le tout, bientôt aidé par son mari. C’était le moment ou jamais de pouvoir discuter avec eux.

- Monsieur et madame Collins ? !
- Sam, Dean ! Merci d’être venu… Mackenzie aurait appréciée.
- Je n’en doute pas une seconde.
- Comment vous tenez ? ! S’enquit Sam.
- C’est difficile. Avoua Mona. De revivre ça…
Andrew posa la main sur l’épaule de sa femme comme pour la soutenir.
- On a été très surpris. Avoua Dean.
- Oui ça a été un choc pour tout le monde. A peine revenu et déjà…
- Est-ce que vous avez une idée de ce qui l’a poussée… Pourquoi ? !

Le couple se regarda quelques instants.

- Elle ne parlait pas beaucoup avec nous.
- Ah non ?
- Non. On a bien essayé… Mais elle était complètement refermée sur elle-même. Expliqua son père.
- Elle passait des jours et des jours enfermés dans son placard. Elle refusait de manger avec nous, nous parlait à peine.
Sam et Dean échangèrent un regard surpris. D’accord, ça lui ressemblait bien, mais à moins d’être vraiment mal… C’était difficile à comprendre. Qu’est-ce qui avait pu la pousser à se laisser aller de cette façon ? !

- Ca ne ressemble pas à Mackenzie… Quand on est partit, elle était tellement… Heureuse !
- A vrai dire… Tout a commencé après votre départ.
- Comment ça ?
- Quand elle est revenue, et que vous êtes partis, c’est à ce moment là qu’elle a commencé à se refermer sur elle-même.
- Vous voulez dire que c’est parce qu’on est partit… ?
- Non, on n’insinue pas que c’est votre faute ! Seigneur non… Mais elle le vivait peut être mal.
- Vous savez pourquoi elle n’a jamais répondu à mes lettres ? !
- Je n’en sais rien. Pourtant, je peux vous dire qu’elle les attendait avec beaucoup d’impatience. C’est la seule chose qui la faisait sortir de la maison. Plus d’une fois je lui ai proposé de l’aider à vous répondre, mais elle ne voulait pas que je lui donne de cours, ni que je l’aide à lire…
- Qu’est-ce qui c’est passé exactement ce jour là ? !
- Elle est partie en pleine nuit. Sans aucune de ses affaires sauf son ours en peluche… On ne l’a pas entendue sortir… Et le lendemain matin le shérif est venu nous voir. Ils avaient retrouvés Teddy sur un pont, il y avait des traces de ses chaussures sur la rambarde et… Quand ils ont fouillés la rivière, à quelques kilomètres sur la rive ils ont retrouvés une de ses chaussures.
- Mais pas son corps ?
- Le courant est très fort, ils pensent… Qu’elle a du dériver très loin. Trop loin.

Mona se tourna vers son mari bouleversé et se serra contre lui quelques secondes.

- Nous sommes vraiment désolé.
- Merci. Nous savons qu’elle comptait aussi beaucoup pour vous. Répondit Andrew.
Dean acquiesça doucement tout en baissant la tête quelques secondes.
- Vous permettriez que je jette un œil à ce qu’elle a laissé ? ! Demanda Sam.
- Evidemment.

Andrew s’éloigna et ouvrit un placard dont il sortit une poche en plastique. C’était du genre de celle que la police utilisait pour les pièces à conviction. A l’intérieur se trouvaient Teddy et le mot qu’elle avait laissé. Sam tiqua une nouvelle fois, ils avaient laissés ses affaires telles que la police les leur avait remises après la clôture de l’enquête. S’était encore une fois un peu… Etrange.
Sam ouvrit la poche de plastique et sortit Teddy et le mot qu’il déplia. C’était une simple feuille blanche sur laquelle elle avait écrit « Pardon » de ses lettres mal assurées. C’était son écriture, pas de doute…

En regardant les deux témoins de son geste, le cadet sentit des larmes lui monter aux yeux sans qu’il ne puisse les refreiner. Dean se rendant compte de son trouble se dit qu’il était peut être temps de mettre fin à tout ça.

- Merci d’avoir répondu à nos questions. On avait besoin de comprendre… Lança Dean.
- C’est tout à fait naturel.
- C’est tout ce qu’elle a laissé ? ! Demanda Sam.
- Mis à part ses vêtements, elle n’avait rien d’autre.
- Et mes lettres ? !
- Oh… Je ne les aie pas trouvés. Je présume, qu’elle les a emportés avec elle. Répondit Mona.

Les deux frères échangèrent un regard surpris et un peu intrigué à la fois.

- Très bien… Merci…
Sam tendit Teddy et le mot à son père qui fit un signe de refus de la main.
- Gardez-les. Je pense qu’elle aurait voulut vous laisser un souvenir.
- Très bien. Merci.
- Je vous en prie.

Ils prirent congés des parents, se fondant en politesse et en mots réconfortants. Les Collins en mettaient autant à leur égard, après tout ils traversaient la même peine, ou presque. Se dirigeant vers la Chevrolet ils restèrent silencieux jusqu’à avoir atteint la voiture. Ils s’arrêtèrent un moment alors, s’appuyant contre le toit de l’Impala pour réfléchir à tout ça. Sam tenait toujours Teddy entre ses mains.

- Tu as vu la façon dont il m’a laissé son ours ? !
- Alors que c’est la dernière chose qu’il leur restait de leur fille ! ?
- C’est louche.
- Très louche, ils cachent quelque chose.
- Oui ils ne sont pas nets.

Ils montèrent en voiture, Dean faisant ronronner le moteur afin de le faire un peu chauffer. Cette fois ils n’avaient plus de doute, leur instinct leur criait que quelque chose n’était pas normal, et ils avaient bien l’intention de découvrir quoi. Sheri avait certainement une très bonne raison de faire ça, il ne restait qu’à découvrir laquelle.

Leur premier réflexe fut de se diriger directement au bureau du shérif. Dans la boite à gant ils récupérèrent leurs badges du FBI et se présentèrent ainsi. Il leur fallait récupérer le rapport de la police, peut être que les Collins ne leur avaient pas tout dit.

- Je suis surpris que le FBI se mêle de ça ! ? Lança le jeune shérif.
- C’est juste une enquête de routine.
- Mais l’affaire a été classée. La fille s’est suicidée.
- On veut quand même jeter un coup d’œil au rapport !
- Bon…
- Dîtes-moi Shérif vous connaissez bien les Collins ? !
- Pas très non. Mais ils m’ont l’air de gens bien… Même si…
- Même si ? !
- Et bien monsieur Collins à un casier judiciaire. Mais ça remonte à loin… Quand on est jeune on fait tous des bêtises !
- On pourrait en avoir un extrait ?
- Vous les soupçonnés de quelque chose ?
- Non. On aime juste tout vérifier.
- Ok.
- La fille… Qui s’est suicidée, elle avait déjà disparut non ?
- Oui une triste histoire. Y a environs vingt ans, elle était tombée dans la rivière, on l’avait aussi cherché mais ça n’avait rien donné.
- Vous pourriez nous ressortir aussi ce rapport là ? !
- Heu… Oui.

Une bonne pile de dossier dans la main, Sam et Dean ressortirent du bureau du shérif avec de quoi commencer une enquête. Ce n’était certainement pas un boulot traditionnel, ils n’aimaient pas devoir faire ça, mais pour Sheri… Ils le feraient. Ils devaient avoir une explication à son geste. Ils ne se contenteraient pas juste « d’elle était déprimée » !

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: Sell Your Soul [Suite de la femme sauvage] - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 18:48

Chapitre 3 : Espoir.

Se prenant une chambre au motel ils attaquèrent tout de suite en arrivant. Sam étudiait le vieux rapport datant de sa première disparition, Dean jetait un œil au casier judiciaire d’Andrew et au dossier plus récent. Sam était installé sur la table, son ordinateur ouvert à côté de lui, Dean squattait lui le lit. Le tout sous l’œil de Teddy qui faisait le chef des opérations, posé sur la table sous la fenêtre et qui semblait les surveiller.

Après de longues minutes de lecture ils recoupèrent ce qu’ils avaient.

- Le père de Sheri a été condamné pour divers petits délits. Rien de bien méchant…
- Quel genre de délits ?
- Vol à l’étalage. Et il a piqué une voiture avec… Un type, mais son nom me dit quelque chose, bizarre.
- C’est quoi ?
- Un certain Caleb Scott.
- Ca ne me dit rien…
- Je suis sûr de l’avoir déjà vu ou lut mais où… Et toi qu’est-ce que tu as trouvé ?
- Le rapport de l’époque dit que la famille était en ballade en forêt… Un matin très tôt, quand Mackenzie serait tombée dans la rivière.
- C’est ce qu’ils nous ont dit…
- Oui, mais le rapport ne cite aucun témoin.
- Comment ça ?
- Ils disent, qu’elle jouait près de l’eau, seule, et qu’aucun d’eux ne l’a vu tomber. Ni son frère, ni sa sœur, et ses parents ont dit juste entendre le bruit de son corps tombant dans l’eau.
- Comme s’ils ne la surveillaient pas ? !
- Imaginons qu’ils aient eût un moment d’inattention… Quel genre d’enfant, joue seule, loin de son frère et de sa sœur lors d’une ballade en famille ?
- T’as raison. Ce n’est pas normal.
- Après ça ils ont fouillés pendant plusieurs semaines les environs mais ils n’ont rien trouvés. Pas une trace, même pas à l’endroit où elle serait tombée.
- Y a quelque chose qui sonne faux dans cette histoire.
- Attend… Ce n’est pas tout. Quelques semaines après sa disparition, quand ils ont arrêtés les recherches la famille a déménagée.
- Et…
- Ils ont quittés le quartier le plus pauvre de la ville pour s’installer dans une grande et belle maison.
Dean fronça les sourcils.
- Comment ? !
- Peut être qu’on les a aidés. Les gens sont généralement généreux lors de ce genre de drame.
- En réalité ça leur a bien profité.
- D’une certaine façon.
- Tu ne crois pas… Qu’ils pourraient avoir leur part de responsabilité ? S’enquit Dean.
- Pourquoi ? Une maison… J’en doute. Et puis, ils avaient l’air content de la récupérer, je ne pense pas qu’ils aient réellement joués la comédie.
- T’as raison ils n’avaient pas l’air de mentir.
- Alors… Pourquoi ?
- Plus j’y réfléchis et plus je me dis… Qu’elle ne devait pas se sentir aimée dans cette maison. Ses parents sont gentils mais ils sont si… Froid, distant. Ils ont quelque chose…
- De bizarre. Je sais. Soupira Dean.
- Ca m’agace… J’ai l’impression que la réponse est là sous notre nez et qu’on n’est pas capable de mettre le doigt dessus.
- Sûrement parce que cette fois on a dû mal à faire la part des choses.

Sam acquiesça refermant le dossier dans lequel il était plongé corps et âmes et dont il n’arrivait pas à se défaire. Dean en fit autant et durant quelques minutes ils restèrent silencieux, ne prononçant pas un mot. Finalement c’est l’aîné qui craqua comme toujours…

- Bon, il est tard et on n’arrivera pas à penser clairement aujourd’hui… Je crois que j’ai besoin d’une bonne cuite, tu viens ? !
- Non merci.
- Ca te ferait du bien !
- Non. Je préfère rester là.
- Comme tu veux.

Dean attrapa sa veste qu’il enfila et prenant les clefs de sa voiture il sortit pour s’aérer l’esprit. Sam le regarda partir à travers la fenêtre de la chambre et poussa un soupir. Ses yeux se posèrent sur Teddy qu’il prit dans ses mains. Son ours en peluche… Elle y tenait tellement…

Il se rappelait Dean le lui volant, elle lui courant après pour le récupérer. Tous ces matins où il l’avait regardé amusé endormi contre son ours. Son habitude de le planquer sous ses vêtements, pour l’avoir toujours avec elle.

Et elle était partit sans lui… Pourquoi ? ! Là aussi la question restait sans réponse.

Le lendemain.

Dean jeta un œil au-dessus de la rambarde dans la rivière plutôt vive en contrebas. Ce n’était pas très profond mais l’eau coulait si vite qu’il n’y avait aucune chance pour nager là-dedans sans être entraînés par le courant. Les deux frères arboraient tous les deux la même moue à imaginer Sheri sautant là-dedans…

- Pourquoi on est là au juste ? ! S’enquit Dean.
- Pour voir ça de nos yeux…
- Ok, c’est fait, on peut y aller ? !
- Dans une minute.

L’aîné regarda son frère qui scrutait le moindre bout de ferraille de la rambarde, comme s’il cherchait quelque chose. Il regardait dessus et dessous, visiblement déterminé à ne rien rater.

- Je peux savoir ce que tu cherches exactement ?
- J’en sais rien.
- Ok… Mais encore ?
- Un indice, un truc que la police aurait raté !
- Pourquoi ?
- J’en sais rien. Avoua Sam.

Dean écarta les bras se demandant ce que son frère avait dans la tête. Mais bon puisqu’il insistait, après tout… Il ne voyait pas bien à quoi ça les avancerait mais si ça soulageait sa conscience…
Sam s’arrêta brusquement et s’accroupit sur le sol, jetant un œil avisé à la vieille route goudronné qui passait sur ce pont. Ce dernier se trouvait juste à la sortie de la ville, dans un coin tranquille et peu fréquenté.

- Dean vient voir ça ! ?
L’aîné se rapprocha, se penchant par-dessus son frère.
- Tu vois ces tâches sombres ? On dirait du sang.
- Oui… Et ?
- Il y a plusieurs traces, légère sur quelques mètres.
- Hein hein.
- Quelle chaussure ils ont retrouvés sur la rive ?
- Heu… La droite il me semble.

Sam se releva et recula sous les yeux surpris de son frère. Il marcha en arrière, les yeux rivés au sol avant de s’arrêter. Se baissant de nouveau il aperçut un fil de fer qui était accroché à un bout de la rambarde par terre et qui dépassait largement. Les traces de sang commençaient juste après ça.

- Sam… A quoi tu joues ?
- Je crois qu’elle s’est coupée sur ce fil de fer… Elle à dû saigner un peu ce qui explique les gouttes de sang par terre.
- Heu…
- Réfléchit Dean ! Tu crois que si tu voulais te suicider, tu jetterais d’abord une de tes chaussures dans l’eau… Qu’ensuite tu redescendrais, que tu te baladerais sur le pont, et que tu prendrais le chemin inverse de ta maison, puis que tu ferais demi-tour et que tu finirais par sauter ? !
- Attend une minute… Qu’est-ce que tu es en train de dire.
- Je dis que… Elle a écrit un mot pour ses parents. Elle est venu ici, elle a laissé Teddy bien en évidence, à jeté sa chaussure dans l’eau en espérant qu’on l’a retrouve et qu’ensuite elle est partie… Et se faisant, comme elle n’avait plus sa chaussure droite, elle s’est coupée sur ce bout de fil de fer.
- Tu crois qu’elle n’a pas sauté ?
- Je crois que c’est une mise en scène Dean.

Le chasseur resta pantois de longues secondes réalisant ce qu’il voulait dire par là.

- Ca voudrait dire qu’elle n’est par morte ?
- Non… Elle est quelque part, et pour une raison qu’on ignore encore, elle a voulut faire croire à tout le monde qu’elle était morte…

Chez Bobby – Quelques jours plus tard.

- Une mise en scène ? ! Répéta le vieux chasseur.
- Oui.
- Pourquoi ? !
Les deux frères secouèrent la tête.
- Aucune idée.
- Ca pourrait être à cause de ses parents ? !
- Peut être… Le fait est qu’ils semblent ne vouloir rien garder de ce qui la concerne. Personnellement, je serais plutôt… Blessé à sa place.
- Ouais peut être qu’elle ne se sentait pas acceptée, ni aimée alors elle a préféré disparaître.
- Elle vous en aurait parlé non ?
- Je pense qu’elle avait peur de nous obliger d’une certaine façon à prendre soin d’elle encore une fois.
- C’est quand même une solution radicale faire croire à sa mort.
- Oui mais c’est efficace.
- Et qu’est-ce que vous comptez faire ? !
- On a déjà commencé à chercher.
- Ca peut prendre des semaines… !
- C’est pour ça qu’on va chercher en parallèle de nos chasses. Elle a beau vouloir fuir, on est plutôt collant comme gars ! Annonça Dean.
- Si je peux vous aider… N’hésitez pas.
- Merci Bobby.

Ils avaient en effet du travail. Rechercher quelqu’un qui ne voulait pas être retrouvé… Ca leur rappelait vaguement de mauvais souvenirs.

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: Sell Your Soul [Suite de la femme sauvage] - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 18:49

Chapitre 4 : Une autre vie.

Quelques semaines plus tard – Sheridan- Wyoming.


La Chevrolet arpenta la rue principale du centre ville bien agité. A son bord les deux frères jetèrent un coup d’œil autour d’eux, se rappelant vaguement quelques coins familiers. Ils avaient passés plusieurs jours dans cette ville avec Sheri –qui tirait d’ailleurs son prénom de là- quelques mois plus tôt. Ils revenaient tout juste d’une affaire et étaient pas mal fatigué.

- Tu veux me dire pourquoi on a fait un détour par là ? ! Demanda Dean.
- C’était sur notre route.
- Peut être mais on n’est pas obligé de s’y arrêter !
- On n’a aucune piste pour retrouver Sheri… Il faut bien commencer quelque part.
- Y a une chance sur un million pour qu’elle soit ici.
- C’est le moment de croire à notre chance alors pour changer.
- Ca te tiens vraiment à cœur de la retrouver…
- Pas toi ? !
Dean haussa les épaules.
- Je commence à me dire que si elle a choisit de partir sans rien dire c’est parce qu’elle ne voulait pas qu’on l’a retrouve. On devrait peut être respecter son choix.
- T’es sérieux ? !
- Dans un sens oui.
- Pas question d’abandonner… Pas avant de l’avoir retrouvé.
- Pas avant de t’assurer que tu ne t’es pas trompé et qu’elle est bien vivante tu veux dire ?
Sam tourna la tête vers son frère quelques secondes.
- Y a de ça aussi.
- Alors très bien… Par quoi on commence ? !
- On va au motel. Je veux m’assurer qu’il n’y a aucune chance qu’elle soit ici avant de repartir.
- Tu te sentiras mieux après ?
- Pas vraiment…

Roulant jusqu’au motel ils prirent une chambre avec deux lits, comme d’habitude. Fait du hasard ou non cette dernière se trouvait être la voisine de celle qu’ils avaient eût lors de leur première visite. Un coup de chance qu’ils n’aient pas eût la même, ça ne les aurait pas aidés.
Comme il était déjà tard et qu’ils avaient fait beaucoup de route ils décidèrent de ne commencer que le lendemain, à tête reposée. Sam était conscient qu’ils perdaient probablement leur temps… Mais il ne pouvait s’empêcher d’espérer. Il voulait tellement la retrouver…


La lettre tourna entre ses doigts tendit qu’elle la dépliait avec une infime précaution. Les jambes repliés sous elle, elle repoussa ses cheveux qui avaient largement poussés ces derniers temps et qui la gênait quand elle penchait un peu trop la tête. Les glissant derrière ses oreilles, encore et encore, elle poussa un peu sur le côté la frange qui ornait à présent son front. Lisant les mots couchés sur la feuille, elle se tourna vers la lampe qui n’éclairait la pièce qu’avec peu d’intensité. Elle avait vite mal aux yeux, aussi elle préféra renoncer plutôt que d’avoir une autre migraine. Rangeant proprement la lettre dans son enveloppe, elle plaça celle-ci dans le tas bien ordonné et les noua avec un ruban pour quelles ne se séparent pas les unes des autres.

S’allongeant avec un soupir, la jeune femme rabattit la couette sur elle et chercha le bouton de la lampe qu’elle éteignit. Elle entendait l’eau goutter de l’évier un peu plus loin, ainsi que le boucan de la rue juste sous ses fenêtres. Elle commençait à s’y habituer, avant cela, elle avait du mal à fermer l’œil. La première nuit elle avait été terrifiée, ainsi que la suivante… Mais maintenant, elle était blasée. Ou presque.

Quelques petites heures plus tard le réveil posé près de sa tête se mit à hurler et elle fit un bond dans son lit. Lit qui ne se composait que de deux couvertures posées à même le sol. Cela lui suffisait cependant, son dos était douloureux mais pas pour cette raison là.
Se levant elle s’habilla rapidement. Un pantalon, un pull, un sweater par-dessus. Elle noua ses cheveux en deux tresses, et glissa un bandana pour les tenir bien en arrière. Un rapide tour à la salle de bain pour se laver les dents, se passer un peu d’eau sur la figure et boire, puis elle sortit de sa petite chambre.

Elle fit rapidement le chemin à travers les ruelles, elle le connaissait par cœur. Il ne faisait pas encore jour, il n’était que cinq heures du matin, mais déjà il y avait du monde devant la porte de l’usine. Elle reconnut la plupart des visages, salua la majorité de femmes qui venaient comme elle, travailler.
Un tour à la pointeuse, et la voilà partit pour dix heures de travail avec une petite pause à midi pour manger.

La blanchisserie industrielle se trouvait dans un grand entrepôt pas très loin de l’endroit où elle vivait. Ne sachant ni vraiment lire, ni vraiment écrire, elle n’avait pas eût d’autre choix question travail. Il fallait bien qu’elle s’y mette si elle voulait manger. C’était un travail pénible, la chaleur était intenable là-dedans. Entre les énormes machines à laver, à sécher, les fers qui marchaient en permanence. Il fallait porter de lourdes charges aussi, et surtout garder un bon rythme. Des quantités de linges atterrissaient là, des hôpitaux, des hôtels, l’arrivage était incessant.
Sheri n’avait pas vraiment l’habitude de travailler, pas de cette façon du moins. Mais elle apprenait vite, et mettait du cœur à l’ouvrage. Travailler l’empêchait aussi de trop penser. Penser à tous ceux qui lui manquaient…

De nouveau en costume cravate sombre les deux frères marchèrent d’un pas sûr en direction du bureau du Shérif. Par chance, il les connaissait déjà, et s’il se souvenait d’eux ce serait certainement plus simple que la première fois.

Sam jeta un œil à son frère qui frottait avec application le revers de sa chemise blanche et lui lança un regard surpris.

- J’ai fais une tâche sur ma chemise…
- Je t’avais dit de mettre un bavoir !
- Le bacon au petit déjeuner ce n’est pas une si grande idée !
- Ferme ta veste, ça ne se verra plus.

L’aîné s’exécuta, fermant les deux boutons de sa veste qui allait de paire avec le reste de son costume. Il s’occupa ensuite de desserrer sa cravate qui l’étouffait un peu… Qu’est-ce qu’il détestait être habillé de la sorte ! Le seul point positif au fait de ressembler à un des blues brothers était que les filles en raffolaient. Autrement… Aucun intérêt ! Il préférait ses jeans troués et ses chemises.

Entrant dans le bureau du Shérif, ils se présentèrent à la secrétaire en montrant leur badge. Celle-ci les redirigea ensuite vers le bureau du grand patron qui les reçut sans les faires attendre.

- Oui je me souviens de vous ! Affirma le shérif après les traditionnelles salutations. En quoi puis-je vous aider cette fois ?
- Nous sommes à la recherche d’une femme.
- Vous avez un mandat d’arrêt ?
- Non, c’est seulement pour l’interroger, elle pourrait être témoin d’une affaire.
- Donnez-moi son signalement, je vais faire passer ça à mes hommes.
- Il s’agit d’une jeune femme de vingt trois ans, environ 1m60 pour une cinquantaine de kilos, brune, les yeux clairs… Une jolie fille. Conclut Sam.
- Attendez ça ressemble à la fille que vous cherchiez déjà la dernière fois ?
- Oui… Elle nous a encore échappée. Répondit Dean.
- Je vais rajouter maligne alors !
- Très maligne.
- Signes distinctifs, tatouages, cicatrices ?
- Oui… Des cicatrices, sur les bras.
- D’accord… Autre chose ? ! Un accent, une maladie…
- Oui elle est épileptique !
Le shérif sembla réfléchir.
- Elle suit un traitement ? !
- Oui.
- Alors peut être que vous devriez aller voir les médecins de la ville… A un moment ou à un autre elle a bien dû aller en voir un pour renouveler son ordonnance !
- J’en doute les médecins elle a plutôt tendance à les fuir.
- Alors… Peut être devriez-vous essayer au planning familial !
- Vous auriez l’adresse ? !
- Bien sûr…

Le shérif se leva de son bureau et attrapa une des plaquettes qui se trouvait sur ses casiers de rangement parmi plusieurs autres. Il tendit ensuite le feuillet aux deux frères qui le récupérèrent pour en avoir les coordonnées.

- On en a distribué pas mal en ville ces derniers temps. Si elle se fait soigner quelque part en toute discrétion, c’est ici.
- On va y faire un saut sans attendre.
- Je vous appelle si j’ai quoi que ce soit d’autre !
- Merci shérif.
- C’est un plaisir de coopérer avec vous les gars.

Les deux frères le remercièrent d’un léger sourire puis prirent congés, retournant vers la voiture garé un peu plus haut dans la rue. Voilà une bonne chose de faites, si elle était en ville, cette fois elle n’échapperait sûrement pas à la police. Ni à eux…

Sheri se dirigea vers une table isolée avec son plateau du déjeuner. Elles avaient une demi-heure pour avaler un repas chaud, compris dans leur salaire avant de repartir travailler. La cantine se trouvait dans le bâtiment même, cela faisait gagner du temps et donc de l’argent à tout le monde. Elle qui n’avait rien dans l’estomac de la journée ne se fit pas prier pour avaler sa plâtrée de pâte sauce inconnue, et ainsi se caler. Les menus ne variaient pas beaucoup mais ça tenait au corps, c’était le principal !

Elle mangeait seule. Dans son coin, à une table inoccupée pour être certaine de n’avoir à parler à personne. Faire la conversation ne l’intéressait pas, et surtout elle ne voulait s’attacher à personne. Les gens posaient aussi des questions, et elle était censé ne plus vivre alors se faire remarquer n’était pas une solution. Moins ils en savaient sur elle, mieux c’était.

- Salut… Sheri c’est ça ? !
Malheureusement pour elle, ses collègues étaient trop gentilles.
- Oui. Répondit-elle.
- Pourquoi tu ne viendrais pas manger avec nous plutôt que de rester seule dans ton coin ?
Elle avait l’air gentille. Ce n’était pas la première fois qu’elle lui adressait la parole. C’était tentant…
- C’est gentil mais… Je préfère rester seule.
- Tu es sûre ? On ne mord pas ? !
- Non merci.
- Bon comme tu veux… Mais si tu changes d’avis tu es la bienvenue.

Sheri acquiesça lentement et regarda sa collègue s’éloigner et rejoindre les autres filles de leur équipe. Elle vit plusieurs d’entres elles la dévisager, elles devaient se poser des questions sur son compte. Les ignorants, une boule dans la gorge, elle termina d’avaler son plateau puis reprit son travail quand la demi-heure fut passé.

Elle avait hâte que la journée se termine, plus que trois petites heures…

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: Sell Your Soul [Suite de la femme sauvage] - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 18:51

Chapitre 5 : Pas tout à fait des retrouvailles.

Dean lança son plus beau sourire à la secrétaire du planning familial. Âgée d’une bonne vingtaine d’année elle avait pour elle d’être blonde, plantureuse et célibataire. Du moins elle n’avait ni alliance, ni bague au doigt ce qui pour l’aîné des frères équivalait à célibataire, qu’il y ait petit ami ou pas !

- Voyons, je suis sûr que vous pouvez nous aider… Insista-t-il.
- Les dossiers des patients sont confidentiels. Je ne peux pas vous renseigner, sauf si vous avez un mandat.
- Ecoutez… Continua Sam. On ne veut pas voir son dossier, juste savoir si vous la connaissez.
- Beaucoup de gens passent ici vous savez.
- C’est une jeune femme, brune, petite, fine… Sûrement un peu timide…
- Ca correspond à beaucoup de monde ça.

Sam sembla presque agacé mais se retint de tout commentaire. Il continua, tentant de garder son self contrôle… C’était toujours la même chose avec les blondes.

- Elle vient d’arriver en ville, ou il y a quelques semaines du moins. Elle ne sait pas écrire, lit très peu.
La blonde haussa les épaules.
- Elle a des cicatrices, sur les bras…
- Oh ! S’écria la réceptionniste. Vous parlez sûrement de Sheri ? !
Dean et Sam se figèrent brusquement.
- Vous l’avez vu ? !
- Oui… Gentille fille, je l’aide à remplir ses questionnaires médicaux à chaque fois qu’elle vient. Vous auriez dû commencer par me dire son nom, on aurait gagné du temps ! Lança-t-elle à Sam qui passait à son tour pour la blonde de service.
- Quand est-ce que vous l’avez vu la dernière fois ? !
- Y a une semaine.
- Vous savez où elle vit ? !
- C’est confidentiel ça.
- Il faut absolument qu’on lui parle… C’est très important !

La blonde sembla réfléchir quelques secondes.

- Je ne peux pas vous dire où elle vit, mais vous la trouverez sûrement à son travail.
- Son… Travail ? !
- Oui elle bosse à la blanchisserie.
- Vous pourriez nous noter l’adresse s’il vous plaît… ? !
- Bien sûr.
- Et votre numéro de téléphone. Lança Dean avec un autre grand sourire.

La blonde lui rendit volontiers son sourire et attrapa devant elle un stylo et un bloc note sur lequel elle nota l’adresse de la blanchisserie, et son numéro. Elle confia le tout à Dean qui lui lança un petit clin d’œil avant de suivre Sam qui était lui déjà dehors, prêt à sauter dans l’Impala.

- Je n’arrive pas à y croire !
- Moi non plus… Je ne pensais pas qu’elle me filerait si facilement son numéro !
Sam lança un regard outré à son frère.
- Je parle de Sheri !
- Ah… Tu vois qu’on avait raison de s’arrêter ici ! Lança-t-il pour l’agacer.
- C’est ça monsieur une chance sur un million…
- C’est quand même pas très malin de sa part de venir ici… C’est trop évident.
- Tellement qu’il nous a fallut trois mois pour la trouver ! Mais tu as raison, on aurait dû y penser plus tôt…
- Aller en route ! Allons retrouver notre petite fugueuse et lui tirer les oreilles !


Le sifflet retentit dans toute l’usine. Le bruit était assourdissant, parfaitement désagréable mais à chaque fois qu’il résonnait un soupir de soulagement collectif se faisait entendre. C’était l’heure du changement d’équipe, il était donc trois heures exactement.
La queue se fit à la pointeuse, tout le monde avait hâte de débaucher, Sheri la première. La petite machine se trouvait tout près des escaliers qui menaient à la sortie. Ceux-ci donnaient sur des grandes vitres qui laissaient apparaître le parking devant où les employés venant en voiture pouvaient se garer. Faisant la queue comme tout le monde, elle entendit quelques unes de ses collègues ricaner devant elle.

- Ils sont sexy, j’en ferais bien mon quatre heures !
- Tu n’as pas un mari qui t’attend à la maison toi ? !
- Et alors ce n’est pas un crime que de rêver un peu…
- C’est vrai qu’une fois à la maison avec les enfants, c’est le dur retour à la réalité… Je prends le grand brun !
- Je me contenterais sans problème du petit châtain.

Sheri se pencha légèrement en direction des grandes vitres, curieuse, pour voir de qui elles parlaient. Posant les yeux sur les deux hommes en questions elle sentit son cœur faire un bond dans sa poitrine. C’était impossible, comment… ? ! Ils l’avaient retrouvée…

Sam et Dean balayèrent la foule qui sortit de l’usine en même temps. Il y avait du monde et beaucoup de femmes, pas facile de distinguer un visage parmi un autre. Sam de sa hauteur avait l’avantage pour mieux voir… Ses yeux passaient de visage en visage, éliminant une à une les femmes qu’il regardait finalement à peine.

Soudainement il posa les yeux sur une petite silhouette qui venait à peine de sortir de l’usine. Il la remarqua car contrairement aux autres elle se pressa de bifurquer à l’angle du bâtiment pour disparaître dans les ruelles se trouvant derrière.

- Dean c’est elle !

Sam donna un léger coup de coude à son frère, qui lui, détaillait un peu trop toutes ces dames. L’aîné eût à peine le temps de comprendre ce que son cadet lui avait dit qu’il le vit décoller en courant parmi les ouvriers, se frayant de force un chemin. Se lançant à sa suite, il suivit son frère qui avait une bonne avance et de plus grandes jambes.

Sam tenta d’accélérer le mouvement mais la traversée de la foule lui avait fait perdre un temps précieux. De plus il ne se doutait pas un instant qu’elle était capable de courir aussi vite ! C’est pourtant ce qu’elle faisait, essayant sûrement de les semer. Il avait dû mal à comprendre pourquoi d’ailleurs mais c’est bien ce qu’elle faisait.

- Sheri ! Sheri arrête-toi ! Cria-t-il vainement.
Il la vit tourner dans l’angle d’une ruelle, la suivit de nouveau, il essayait de ne pas la perdre de vue.
- Sheri on veut juste te parler ! tenta-t-il.

Mais c’était peine perdue, elle n’avait pas l’intention d’écouter. Elle tourna de nouveau mais dérapa et manqua de tomber. Elle perdit à son tour de précieuses secondes qui firent gagner du terrain à Sam. Elle s’engouffra dans une autre ruelle, puis une autre, cette ville était un vrai dédale ! Le cadet ignorait si Dean suivait toujours, mais le principal c’était que lui ne la perde pas de vu ! Soudain, elle prit une nouvelle ruelle, mais se rendit compte trop tard… Qu’elle venait de tomber dans un cul de sac. Un muret avec un grillage condamnait le reste de la ruelle.

Sheri dû s’arrêter, chercha une solution pour s’enfuir mais il n’y en avait pas. Elle se retourna alors que Sam arrivait et ralentissait le pas à bout de souffle. Elle aussi semblait exténuée, sa poitrine se soulevait rapidement, ses joues étaient rouges écarlates.
Ils se firent face quelques secondes, se dévisageant l’un l’autre longuement.

- Sheri… Pourquoi tu t’es enfuie ? ! S’enquit Sam.
- Qu’est-ce que vous faites ici ?
- Ce qu’on fait ici ? ! Ca ne te paraît pas évident ?
- Vous n’auriez jamais dû venir ! Tempêta-t-elle.
- Tu aurais préféré qu’on continue à te croire morte ? !
- Oui… C’est exactement ce que j’aurais voulut !

Sam la dévisagea choqué qu’elle puisse souhaiter une chose pareille. Le mystère s’épaississait encore plus, il ne comprenait décidemment pas.

- Pourquoi tu as fait ça ?
- Est-ce que vous avez dit à mes parents que j’étais vivante ? !
- Non…
- Ne le faites pas. C’est tout ce que je vous demande.

Elle s’avança passant à côté de lui tout en l’évitant pour repartir mais Sam la retint. Il avait dû mal à reconnaître la Sheri qu’il connaissait. Elle semblait avoir tellement changé en six mois seulement.

- Où est-ce que tu vas ? ! Tu sais le mal qu’on s’est donné pour te retrouver ? !
- Vous n’auriez pas dû.
- Tu as une idée de la peine que tu nous as fait en te faisant passer pour morte ?
Elle baissa les yeux peu fière de ça visiblement.
- Je suis désolé. Je n’avais pas le choix.
- Pourquoi ?
- Tu ne pourrais pas comprendre.
- Essai quand même.
- Non. Ce sont mes affaires !
- Il s’est passé quelque chose avec tes parents ? !

Ils entendirent les pas de Dean qui arrivait enfin. Ce dernier surgit du coin de la rue, à bout de souffle et les dévisagea tous les deux.

- Juste allez-vous en d’accord… J’ai plus besoin de vous ! S’écria brusquement Sheri.

Elle tira légèrement sur son bras que Sam tenait puis s’éloigna sans ajouter un seul mot. Ils la laissèrent partir et n’avaient de toute façon pas envie de la retenir après ce qu’elle venait juste de dire. Le message était clair, il appuyait bien là où ça faisait mal, en clair elle avait atteint son but…

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: Sell Your Soul [Suite de la femme sauvage] - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 18:52

Chapitre 6 : Embuscade.

Sam secoua la flasque au-dessus de son verre pour en tirer les dernières gouttes. Il ne restait qu’un fond, les deux verres d’avant ayant largement suffit à vider la petite contenance. Il avala d’une traite le fond de son verre et le repoussa plus loin sur la table. Dean depuis le lit le regarda faire et lui lança un petit sourire moqueur.

- Tu te sens mieux ? ! S’enquit-il.
- Non ! Je ne suis même pas saoul. Soupira le cadet.
- Depuis quand tu tiens l’alcool toi ?
- Depuis que tu as passé quatre mois en enfer…
- Et il aura fallut ça pour que tu deviennes un homme !
- La ferme !
Dean poussa un petit soupir à son tour.
- Aller va, oublies cette histoire. Ce n’est pas la première fois qu’une fille nous brise le cœur !
- Elle s’est servie de nous… Et maintenant elle nous jette ! Tu y comprends quelque chose toi ?
- C’est une femme ! Répondit Dean comme une évidence.
- Je ne comprends pas… Qu’elle ne veuille pas revoir ses parents ok… Mais nous ? !
- Je crois qu’elle a été surprise de nous voir. Elle ne s’attendait pas à ce qu’on la retrouve. Au fond je suis sûr qu’elle ne pensait pas ce qu’elle a dit !
- Tu crois ? !
- C’est Sheri.
- Alors pourquoi elle l’a dit ? ! Pourquoi… Elle ne veut pas nous parler.
- Tu prends ça très à cœur. Trop petit frère !
- Je sais.
Sam fit une légère moue passant une main sur son visage.
- Je pense qu’on devrait repartir dès demain. La balle est dans son camp, elle sait où nous trouver si jamais…

Quelques coups résonnèrent à la porte de leur chambre. Sam et Dean se regardèrent quelques secondes avant que le cadet le plus proche ne finisse par se lever pour aller ouvrir. Ouvrant sans jeter un œil au judas il dévisagea quelques instants leur visiteuse…

- Sheri ?
- Salut…
- Qu’est-ce que je disais ! Lança Dean depuis le lit.
Sam ne prêta pas attention à son frère, continuant de la regarder sans trop savoir quoi faire.
- Je peux vous parler une minute ? ! Demanda-t-elle.

Le cadet s’écarta la laissant entrer dans leur chambre. Elle passa la porte mais ne s’aventura pas bien loin, gardant une certaine distance de gêne entre eux et elle. Sam rejoignit son frère mais resta debout, les bras croisés attendant qu’elle commence avant de dire quoi que ce soit.

- Je voulais… M’excuser pour ce que j’ai dit tout à l’heure. Lança-t-elle doucement. Je ne voulais pas vous blesser.
- Très bien… Excuses acceptées. Répondit Dean.
- Ok… Au revoir.
Elle tourna les talons et posa la main sur la poignée bien décidée à partir.

- Quoi c’est tout ? ! S’écria l’aîné déçu. C’est tout ce que tu avais à nous dire ? !
Sheri ne se retourna pas, hésitant entre partir et rester.
- Vous m’avez manqués. Lança-t-elle.

N’attendant pas une réponse elle ouvrit la porte et s’engouffra dehors à toute vitesse. Si Dean resta figé Sam lui ne tarda pas à la suivre. Il sortit à son tour et referma la porte derrière lui avant de presser le pas pour la rejoindre. Cette fois au lieu de s’enfuir elle se retourna et l’attendit, les bras serrés contre sa poitrine.

- Ne complique pas tout… Lui lança-t-elle directement.
- Je ne complique rien du tout. C’est toi qui te bornes à ne pas vouloir discuter…
- Tu veux discuter très bien, mais il est tard et je travaille demain alors si ça ne t’ennui pas je rentre chez moi.
- Dans ce cas je t’accompagne !

Sheri haussa les épaules et reprit sa marche pour rentrer chez elle. Elle avait un bout de chemin à faire mais se garda bien de le dire. Au fond elle était plutôt contente qu’il ne l’ai pas laissé partir aussi vite. Ils lui avaient effectivement beaucoup manqués… Tous ces mois sans eux, avaient été une torture.

- Si je te demande pourquoi tu répondras ? ! S’enquit-il.
- Pourquoi quoi ?
- Pourquoi tu as fait croire que tu étais morte ? !
- J’avais mes raisons.
- Ca à un rapport avec tes parents ? !
Elle ne répondit pas, muette comme une tombe.
- En général ce genre de silence ça veut dire oui.
- Je n’étais pas bien chez eux, c’est tout.
- Pourquoi ? !
- Quelle importance ? ! Je n’y suis plus et je ne suis pas si mal ici.
- Je vois ça… Tu travailles, tu as un appartement…
Elle eût un petit rire amusé.
- Quoi ?
- Appartement ce n’est pas le mot qui convient. Mais ça me suffit.
- Tu te débrouilles bien.
- C’est de la survie. Au début… J’ai pensé naïvement que je m’en sortirais, juste comme ça… Mais après deux trois jours l’estomac vide j’ai compris que si je voulais vraiment m’en sortir il fallait que je prenne sur moi et que je fasse comme tout le monde.
- Tu as changé.
- J’ai grandis. Je n’ai pas eût le choix.
- Tu aurais dû nous appeler. On serait venu te chercher… On aurait trouvé une autre solution.
- Et quoi ? ! Vous vous seriez sacrifié pour moi ? Encore ? !
- Sacrifier ? ! Ce n’est pas se sacrifier que de venir en aide à ses amis.
- Vous avez votre vie… Je sais que d’une façon ou d’une autre j’aurais été un poids, une préoccupation de plus. Et ce n’est pas ce que je voulais ! Vous avez fait tellement pour moi déjà, je ne peux pas vous en demander plus.
- Bien sûr que si tu peux.
- Non… Je m’en sors comme ça.
- Ca ce n’est pas une vie. C’est de la survie. Dit-il pour la citer. Tu as le potentiel pour faire ce que tu veux de ta vie, mais ce n’est pas comme ça que tu y arriveras.
- Je ne veux rien de plus.
- Même pas apprendre à lire et à écrire ? !
- Je m’y remettrais un jour… Et je ne lis pas si mal ! Protesta-t-elle.
- Sheri… Laisse-moi t’aider ?
- Si tu veux vraiment m’aider… N’insiste pas.
- Ce n’est pas mon genre de laisser tomber.

Sheri s’arrêta quelques secondes au milieu de la ruelle qu’ils étaient en train de traverser. C’était un raccourcie mais il empruntait une nouvelle fois ce dédale sans fin dans lequel on pouvait se perdre si facilement. C’était d’ailleurs dans ce coin qu’elle s’était perdue la première fois. Maintenant elle le connaissait plutôt bien, avait apprit à en déjouer les culs de sacs et les chemins qui tournaient en rond.

- Je n’aurais jamais dû… Je culpabilisais mais au fond si je n’étais pas venue m’excuser peut être que vous seriez partit.
- Pour être franc. Oui… Mais je suis content que tu l’ais fait.
- Moi pas ! Tu rends les choses plus difficiles, pourquoi Dean et toi vous ne pouvez pas juste… Abandonner, pour une fois ? J’ai déjà eût du mal à t’oublier une fois alors s’il te plaît…
Sam fronça les sourcils quelques secondes.
- Moi ?
- Quoi ?
- Tu as dit… Que tu avais eût du mal à m’oublier moi…
- Je voulais dire Dean et toi. Se reprit-elle. Je suis fatigué, j’ai juste envie de rentrer chez moi et de dormir…

Sheri reprit la route qui menait à l’immeuble où elle vivait. Sam la suivit mais cette fois ils ne parlaient plus. Brusquement elle sentit la main de Sam se poser sur son bras alors que deux types, capuches sur la tête leur coupèrent la route. Elle s’arrêta et suivit Sam sans discuter quand il voulut leur faire rebrousser chemin. Mais à peine avaient-ils fait quelques pas, qu’un autre type se mit aussi en travers de la route.

Ils étaient cernés.

- Reste près de moi. Lui souffla-t-il.

Sam lui prit le bras et continua de marcher l’air de rien. Il sentit les deux types se rapprocher dans leurs dos alors qu’ils s’avançaient vers le troisième.

- Vous allez où comme ça ? ! Lança le type seul.
- On rentre juste chez nous.
- Ah oui… C’est ta copine ? ! Elle est mignonne.
- Je crois qu’elle n’est pas intéressée, merci. Lança Sam un peu plus sèchement.
- Elle a peut être envie de rester un peu avec nous pour s’amuser ? !
- Et peut être que ton portefeuille pèse un peu trop lourd dans ta poche. Continua un autre.
- Je n’ai rien sur moi… Vous perdez votre temps.
- Dans ce cas on va se contenter de ta copine.
- Va falloir me passer sur le corps.
- Ce n’est pas un problème mais ça risque d’être moins agréable pour toi que pour elle…

Le type fondit sur Sam qui écarta Sheri en la poussant sur le côté. Le chasseur retint le poing du type qui arrivait droit sur lui, et le repoussant abattit son crochet dans sa mâchoire. Son agresseur tomba à genou sonné quand les deux autres gars se jetèrent à leur tour sur Sam. Les deux types l’avaient attrapés chacun par un bras, mais ne se laissant pas faire le plus grand des frères réussit à se libérer d’un des types et en profita pour lui donner quelques coups. Ne pouvant en donner et se protéger en même temps il en reçut quelques uns dans l’estomac, plutôt méchants.

Le souffle coupé, il laissa le temps aux deux types qu’il avait frappé de se remettre d’aplomb.

- Tenez le moi les gars, ça va être sa fête à cet enfoiré !

Se retrouvant prit à partit de nouveau il tenta sans succès de se défaire de leur étreinte. Brusquement Sam vit Sheri fondre sur le type et le plaquer à terre de ses petites forces menues. Elle avait un placage digne d’un footballeur, il ne manquerait pas de raconter ça à Dean ! Profitant de la diversion qu’elle avait fait, il donna un coup de pied dans les côtes du type de droite qui le lâcha puis abattit son poing dans le nez de celui de gauche. Pendant ce temps, le type à terre repoussa violemment Sheri et sortit de sa poche un cran d’arrêt qu’il ouvrit menaçant.
Alors que Sam finissait les deux types, Sheri vit le troisième fondre sur Sam avec rage, son couteau dans la main.

- Sam non ! Hurla-t-elle.

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: Sell Your Soul [Suite de la femme sauvage] - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 18:54

Chapitre 7 : Des sentiments qui évoluent.

Elle vit le chasseur se retourner en l’entendant crier puis le type qui l’avait atteint. Elle n’avait rien vu, pas de là où elle était, mais Sam frappa le type de nouveau, à plusieurs reprises et réussit à lui faire lâcher son couteau qui tomba par terre. Sheri baissa les yeux sur l’arme et vit qu’il y avait du sang sur la lame. Puis le type tomba finalement par terre KO, et elle leva les yeux sur le chasseur.

Il y avait du sang sur sa chemise, sur son flanc droit. Il ne sembla s’en rendre compte qu’après coup car il parut aussi surpris en regardant la blessure qu’elle. Sheri se releva rapidement le cœur battant la chamade et courut jusqu’à lui.

- Tu es blessé, est-ce que ça va ? ! S’enquit-elle paniquée.
- Oui…
- C’est profond, où il t’a touché, il faut que tu vois un médecin !
- Sheri…
- Ca saigne beaucoup, fait voir ? !
- Sheri… C’est rien ! Il m’a à peine éraflé !

Elle baissa les yeux sur sa blessure qui ne semblait pas saigner d’avantage puis leva la tête pour s’assurer qu’il n’allait pas tomber dans les pommes et la laisser seule, paniquée, et impuissante. Mais à première vue, non, il n’en était pas là.

- Je vais bien. Continua-t-il.
- Tu es sûr ?
- Oui… Tu habites loin ?
- Non… C’est par là. Vient.

Ils reprirent leur chemin, laissant là les trois hommes dont ils ne feraient rien de plus ce soir. Sam ne manquerait pas d’en toucher deux trois mots au Shérif en passant cela dit ! Ils avaient eût tords de s’en prendre à eux, et encore plus à Sheri…
Ils traversèrent quelques ruelles encore avant d’arriver devant un grand immeuble très ancien. Le long de sa façade courrait une échelle de secours peu fiable et rouillé qui n’inspirait pas vraiment confiance.

Ils entrèrent par une porte non verrouillée et s’engouffrèrent dans un escalier où la saleté côtoyait les graffitis et où l’odeur donnait peu envie de s’y attarder. Ils montèrent au deuxième étage et passèrent une seconde porte qui donnait sur un long couloir. Dans celui-ci il n’y avait que des portes. Certaines portaient des numéros, d’autres pas…

- Tu n’as pas trouvé plus lugubre ? ! Demanda Sam.
- Ce n’est pas pire que ma cabane au fond des bois… Répondit-elle franchement.
- Tu es sûre de ça ? !

Elle ne releva pas et sortit ses clefs de sa poche de jean qu’elle inséra dans la serrure. Au moins ça fermait à clef, c’était déjà ça ! Poussant ensuite la porte elle entra la première et laissa Sam en faire de même. Refermant la porte derrière lui, il l’entendit poser ses clefs sur quelque chose de métallique et attendit.

- Un peu de lumière… Serait la bienvenue. Avoua-t-il.

Il entendit Sheri marcher et une faible lumière éclaira enfin l’appartement. Il comprit alors ce qu’elle voulait dire par « pas vraiment un appartement » ! Il ne contenait aucun meuble, c’était juste une grande pièce vide avec un coin cuisine, un évier, quelques placards. Pas de lit, justes quelques couvertures posées par terre, une lampe et quelques affaires…

- L’ampoule du plafonnier a grillée. Expliqua-t-elle.
- Tu ne sais pas la changer ?
- Ce n’est pas ça… Je ne suis pas assez grande pour l’atteindre. Avoua-t-elle.

Sam regarda autour de lui. Pas de meuble, même pas une chaise sur quoi grimper… Ouais il comprenait mieux pourquoi elle ne l’avait pas changé.

- Tu vis vraiment ici ? !
- Ce n’est pas si mal.
- Pas si mal… Répéta-t-il stupéfié.

Dean et lui en avaient vu des motels, et parfois des vraiment très pourrie. Mais cet endroit, c’était le summum. Les murs étaient rongés par l’humidité, il n’y avait aucun confort… Sûrement des rongeurs et des cafards aussi. La sécurité du quartier était nul, non… Ce n’était pas une vie, vraiment pas.

- Quoi ? ! Demanda-t-elle devant sa mine renfrognée.
- Rien… C’est charmant.
Elle croisa les bras un peu vexée puis se souvint qu’il était toujours blessé, et qu’il serait peut être bien de soigner sa blessure, au moins sommairement.
- Tu ne vas pas rentrer comme ça… Enlève ta chemise, j’ai ce qu’il faut pour désinfecter ta blessure.

Elle s’avança vers une petite pièce adjacente dont il avait à peine deviné la porte. Il s’agissait de la salle de bain, dont il n’osait pas imaginer l’état non plus vu le délabrement général de l’appartement. Jetant un œil à sa chemise couverte de sang sur le flanc droit il la déboutonna et la retira. La blessure n’était que superficielle, il avait vu pire !

Sheri revint avec une serviette propre imbibée d’eau chaude et une petite trousse de secours. Elle lui tendit la première qu’il prit pour nettoyer la plaie et surtout le sang qui avait coulé tout autour.

- Merci.
- Pas de quoi. Et… C’est plutôt à moi de te remercier. Une chance que tu ais été là.
- Ouais. Un argument de plus en ma faveur.
- Tu n’arrêtes dont jamais ? !
- Pas quand j’ai raison… Et pas quand je pense que si ce soir tu avais été toute seule…
- Je te signal au passage que je ne serais pas sortie si vous n’étiez pas venu me trouver.
- Et on ne serait pas venu te trouver si tu ne t’étais pas fait passer pour morte.
- Parfait c’est ma faute !

Lui tournant le dos elle marcha jusqu’à son lit où elle se laissa tomber avec un soupir. Regroupant ses jambes sous elle, elle tourna la tête vers le mur quand Sam s’avança vers elle.

- Ce n’est pas ce que je voulais dire.
Il se posa à côté d’elle avec une grimace à cause de sa blessure.
- Ce n’est pas facile pour moi. Répondit-elle doucement.
- Je sais. Enfin je crois…
- Je n’ai pas l’habitude d’être toute seule, à vrai dire je déteste ça. Si je vous demande de partir ce n’est pas parce que je ne veux pas que vous restiez, c’est parce que si vous restez trop longtemps ce sera encore plus difficile après.
- Pourquoi tu es partie de chez tes parents ? ! Je ne comprends pas…
- Pourquoi j’y serais resté ? Elle soupira. Ils ne m’aimaient pas… Pas vraiment.
- Tu as tord de dire ça je suis sûr que…
Elle le foudroya de ses yeux clairs.
- Tu ne sais pas.
- Alors dis-moi… Explique-moi ?
Elle secoua la tête.
- Ca n’a pas d’importance, je ne veux pas en parler.
- D’accord…
Sheri attrapa la petite trousse médicale qu’elle ouvrit et prépara de quoi désinfecter la plaie. Elle imbiba des compresses stériles de désinfectant et les lui tendit.

- Tu veux bien…
- Bien sûr.

Le chasseur se redressa un peu pour lui laisser l’accès à la blessure et la regarda tamponner avec toute la délicatesse du monde la coupure que le couteau avait fait. Il avait l’impression qu’elle le touchait à peine et tant de précaution lui arracha un léger rire.

- Quoi ?
- Je ne suis pas en sucre tu peux y aller.
- Pourquoi je te ferais du mal si je peux l’éviter ?
- Très bien, fait à ta façon…
Sam la laissa continuer son léger tamponnage. Se relevant légèrement, il se rendit compte qu’il était assis sur quelque chose. S’inquiétant de savoir ce que c’était, il se déplaça légèrement et plongea la main sous la couverture.
- Je crois que je suis en train d’écraser… Quelque chose.

Il ressortit la main de son lit et observa le petit paquet de lettre qu’il lui avait écrit et qu’elle avait précieusement gardé. Il n’allait pas s’amuser à compter mais il avait la certitude qu’elles étaient toutes là. Une lettre par semaine, pendant un peu plus de trois mois… Ca en faisait déjà quelques unes.

- Tu as emmenés mes lettres ?
Elle acquiesça.
- Mais tu as laissé Teddy…

Sheri se débattit avec le sparadrap qui devait faire tenir le pansement de fortune sur la blessure. Elle posa le premier morceau sur sa peau et repartit pour en couper un autre. Se faisant elle croisa le regard de Sam. Il attendait visiblement une réponse à ce qui ressemblait à une question.

- J’ai emmené… Ce qui comptait le plus à mes yeux. Répondit-elle. Je les ais lues un million de fois chacune, je les connais presque par cœur. Tous les soirs en fait… Ca me donne l’impression… D’être un peu moins seule. Un peu comme si tu étais là. Et puis comme ça… Tu me manquais un peu moins…

Elle hésita une seconde avant de le regarder de nouveau. Elle eût soudainement l’impression qu’une petite lumière s’était allumée dans ses yeux sans qu’elle ne puisse en expliquer la provenance. Jamais il n’avait eût ce genre de regard avant ça. Ou si c’était le cas, elle ne l’avait pas remarqué.

Coupant un autre morceau de sparadrap elle se pencha sur lui pour l’appliquer sur la blessure. Arrêtée dans son élan elle aperçut le visage de Sam venir à la rencontre du sien et se figea. Elle ne comprit pas, même quand il posa sa bouche sur la sienne ce qu’il était en train de faire. Immobile, le souffle coupé, elle écarquilla les yeux. Se contentant de le dévisager quand il s’éloigna, elle ne sut comment interpréter son geste.

- Je suis désolé… Je n’aurais pas dû. Lui lança-t-il finalement.
- Tu n’aurais pas dû quoi… ?
- Faire ça.
- Pourquoi ? C’est mal ?
- Oui… Non. Ca dépend.
Elle fronça les sourcils, perdue.
- Là c’était mal. Précisa-t-il.
- Je ne suis pas.
- C’est justement pour ça que je n’aurais pas dû… Parce que tu ne sais pas et je profite de la situation.
- Explique-moi.
- Qu’est-ce que tu veux que je t’explique ?
- Ca. Ce que tu viens de faire.
- Je ne suis pas sûr…
- Tu as fait quelque chose de mal envers moi alors la moindre des choses c’est de m’expliquer.
- J’ai l’impression que tu viens de me piéger. Soupira-t-il.

Sam fronça un peu les sourcils et prit une petite inspiration. Allons bon, par quoi allait-il commencer ? ! Qu’est-ce qu’il lui avait prit de faire ça ? ! Voilà qu’il se comportait comme Dean !

- Sheri… Tu sais comment on fait les bébés ? !
- Ce n’est pas en s’embrassant sur la bouche, c’est tout ce que je dirais sur le sujet… Rougit-elle.
- Alors tu sais.
- Oui.
- Tant mieux… En réalité… Quand un garçon aime bien une fille, ou qu’une fille aime bien un garçon… Parfois ils ont envie, de faire ce qu’on vient de faire.
- Tu veux dire quand on est amoureux ? !
- Y a pas forcément besoin d’être amoureux, mais en règle général oui. Mais tu as l’air au courant de la chose…
- Il suffit de regarder un peu la télévision. On voit que ça.
- Exact.
- Mais je ne vois toujours pas ce qu’il y a de mal à ça ?
- En général, on demande en quelque sorte la permission avant d’embrasser quelqu’un… Le faire contre son gré c’est ça qui est mal.
- Je vois… Mais ça ne m’a pas gêné alors on va dire que j’étais d’accord !

Sam eût un léger rire amusé.

- D’accord, je pensais que tu le prendrais plus mal que ça… Avoua-t-il.
- Mais ça ne me dit pas pourquoi tu l’as fait ? !
- Parce que… J’ai aimé ce que tu as dit. En parlant de mes lettres et de moi.
- C’est la vérité. Et j’avais même commencé à te répondre mais c’était une catastrophe alors…
- J’aurais adoré que tu me répondes.
- Un jour je le ferais. Affirma-t-elle.
- Tu promets ?
Elle acquiesça lentement tout en se tournant vers lui.
- Sam… Commença-t-elle.
- Oui ?
- Tu sais… Je suis d’accord. Si tu veux… Recommencer ce que tu as fait tout à l’heure.
- Sheri… Non… Je ne peux pas.
- Pourquoi ?
- Je ne veux pas profiter de toi.
- Mais c’est moi qui te le demande…
- Tu ne sais pas vraiment ce que tu me demandes.
- Tu sais quoi… C’est vraiment trop compliqué pour moi !
- Bienvenu dans le monde des adultes.

Elle soupira et finit par poser le dernier morceau de ruban adhésif sur le pansement. Rangeant rapidement le nécessaire dans la petite trousse, elle jeta le reste dans une poubelle située sous l’évier dans un placard. Sam la suivit du regard jusqu’à ce qu’elle disparaisse vers la salle de bain et s’adresse à lui depuis la petite pièce adjacente.

- Tu devrais appeler Dean. Il va se demander où tu es passé.
- Il va se douter que je suis avec toi.

Elle ressortit de la salle de bain, vêtu d’un long tee-shirt et d’un pantalon léger mais ample qu’il devinait être son pyjama.

- Mais moi il faut que je dorme, je me lève dans quelques heures. Expliqua-t-elle. Alors tu devrais rentrer.
- Je serais plus tranquille si je restais ici et que je t’accompagnais jusqu’à l’usine demain. Ces types pourraient être encore là.
- Si tu veux.

Il était inutile de protester, elle le savait. Mettant en marche son réveil elle constata dépitée qu’il ne lui restait que quelques courtes heures de sommeil. Demain serait encore plus difficile qu’aujourd’hui mais dans un sens… Ca en valait la peine.
Se glissant dans les couvertures, elle attendit que Sam en fasse de même. Il se chargea ensuite de remonter la couverture du dessus sur eux deux, enfin plutôt sur elle, de façon à ce qu’elle soit bien emmitouflée.
Tournée sur le côté, déjà en position pour la nuit, elle sentit Sam remuer à côté d’elle. Il s’était lui aussi glissé sur le flanc, celui où il n’était pas blessé. Elle imaginait sa tête, dormir sur le sol, il n’y avait qu’elle pour aimer ça…

- Ca te gêne si je pose mon bras sur toi ?
- Non.

Le bras de Sam s’enroula autour de sa taille alors que l’autre trouvait sa place au-dessus de sa tête. Sa taille imposante ne lui facilitait pas la tâche, mais après tout c’est lui qui avait choisit de rester…

Quelques trop courtes heures plus tard, le réveil se mit à sonner juste à côté de sa tête. Sursautant légèrement Sheri n’ouvrit pas les yeux tout de suite et tâtonna à la recherche de l’infernal petit objet. Mettant la main dessus, elle chercha le bouton et finit par le faire taire une bonne fois pour toute. Elle n’avait pas assez dormit, elle avait à peine récupéré de la veille… Mais elle n’avait pas le choix alors prenant sur elle-même, elle se leva et se dirigea droit vers la salle de bain. Sam commençait aussi à émerger visiblement dépité du même constat….

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: Sell Your Soul [Suite de la femme sauvage] - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 18:55

Chapitre 8 : Les hommes !

Dean ouvrit les yeux tardivement. Plus marmotte que lui ça n’existait probablement pas. Pas du moins quand il avait le loisir de pouvoir récupérer toute la fatigue accumulée durant leurs chasses. Il aimait aussi ces intermèdes, ces petites vacances qu’ils s’autorisaient entre deux affaires, le temps d’en trouver une autre. C’était presque aussi nécessaire que le besoin de tuer des monstres… !

- Hum… Soupira-t-il, quelle heure il est ? !
- Midi ! Lève-toi on a des tas de choses à faire !
- Ah bon… On ne devait pas reprendre la route ? !
- Pas tout de suite.
- Ca à un rapport avec le fait que tu es rentré très tard… Ou tôt ? !
- Oui et non. Répondit vaguement Sam.

L’aîné se releva, s’étirant longuement pour se réveiller.

- Ben vas-y raconte…
- On a discuté pendant que je l’ai raccompagné chez elle… Et puis y a trois types qui nous sont tombés dessus.
- Quoi ? ! Sheri va bien ?
- Oui, moi aussi je te remercie.
- T’as l’air de tenir sur tes jambes c’est le principal.
- Enfin bref, je l’ai ramené chez elle et… J’ai préféré rester au cas où.
- D’accord. Bonne initiative. Et… Elle a changé d’avis alors ? !
- Oh non, elle veut toujours qu’on s’en aille. Mais on va rester… Au moins plusieurs jours.
- Je ne vois pas pourquoi si elle ne veut pas de nous !
- Parce que… Tu verrais l’endroit où elle vit. Ca fait peur…
- C’est son choix Sam, elle est adulte, saine d’esprit, indépendante… On n’a pas notre mot à dire.
- Il faut qu’on reste !
- Pourquoi ? ! Donne-moi une seule bonne raison…
- Parce que je l’ai embrassée.
- C’est une bonne raison ! Acquiesça Dean. Et ?
- Et quoi ?
- T’as fait ça bien… T’as fait honneur aux Winchester j’espère ? !
- La ferme !
- Elle t’a giflé ? !
- Non.
- Alors elle a aimé ça… C’était prévisible.
- De quoi tu parles ? !
- Ca fait un moment déjà qu’elle montre clairement qu’elle a une préférence pour toi… C’est normal aussi, tu es comme un gros nounours qui marche et qui parle pour elle.
- Je te demande pardon ? !
- Oui… Tu es comme le nounours sur lequel les filles expérimentent des trucs…
- Merci Dean tu m’aides beaucoup !
- La vérité c’est que plus ça va, plus Sheri devient une femme. Avec… Des sentiments, des envies… Et tu es un homme Sam.
- D’accord Freud, merci. Maintenant bouge-toi, on a des choses à faire !
- Comme quoi au juste ?
- Tu verras bien.

Sheri passa une main sur son front avec un petit soupir. Elle mourrait de chaud, c’était intenable, une vrai fournaise. Sa peau était humide et ses joues rouges vives. Reposant le gros fer à repasser qu’elle tenait elle attrapa la bouteille d’eau posée à ses pieds et en avala de grandes gorgées. Il y avait de quoi se déshydrater plus vite qu’en plein désert là-dedans.

Enfin le sifflet de trois heures retentit et avec lui la fin de la torture. Terminant ce qu’elle faisait, elle plia le drap et le jeta plus loin dans la corbeille avec les autres. Laissant là son poste pour l’équipe suivante, elle suivit le reste des employées jusqu’à la pointeuse et se faufila dans la queue. Sa carte en main, elle vérifia que la machine l’avait bien poinçonné puis elle dévala les escaliers avec une seule idée en tête, rentrer chez elle et prendre une longue douche glacée !

Sortant de l’usine elle se figea et fit une moue quand elle aperçut la Chevrolet et ses deux conducteurs. Elle se doutait bien qu’ils ne partiraient pas comme ça, sans dire au revoir, mais là ça tournait au harcèlement. Marchant vers eux, elle croisa les bras pour leur montrer son léger mécontentement.

- Le carrosse de mademoiselle est avancé ! Lança Dean avec un sourire.
- Sérieusement… Qu’est-ce que vous faites là ? !
- On est juste venu pour te raccompagner.
- Je n’habite pas loin.
- Ne te fais pas prier…
Dean ouvrit la portière arrière et lui fit signe de monter.
- Vous n’avez pas l’intention de me kidnapper ?
- Quelle idée ! Pouffa Dean. (A Sam) Pourquoi on n’y a pas pensé ?
- Parce qu’elle est plus futée que nous. Aller grimpe, on te ramène seulement chez toi.

Sheri grimpa à l’arrière de l’Impala et se cala sur la vieille banquette en cuir. Elle jeta un œil suspicieux aux deux garçons mais garda ses soupçons pour elle. Sortant du parking normalement réservé aux employés, ils prirent le chemin le plus long pour rentrer chez elle. Impossible de prendre les raccourcis en voiture, ils durent faire le tour du quartier pour atteindre le vieil immeuble. Une fois arrivé devant, Dean se gara sur le rebord du trottoir.

- Bon merci de m’avoir ramené !
- Pas de quoi…
- Alors, à la prochaine.
- Non mais on ne va pas te laisser là, on va t’accompagner jusque chez toi.
- Qu’est-ce que vous mijotez ? ! Comprit-elle immédiatement.
- Nous ? Rien ! Lancèrent-ils en chœur.
Sheri fronça les sourcils tout en descendant de la voiture en même temps que les deux frères. Glissant la main dans la poche de son sweater elle sortit ses clefs et entreprit de rentrer chez elle, les garçons sur les talons. Arrivé devant la porte de son appartement, elle leur jeta un coup d’œil mais ne dit rien. Ouvrant la porte, elle entra dans son petit chez elle et se figea.

C’était bien chez elle, pas de doute mais quelques petites choses avaient changées.

- Qu’est-ce que… ? !

Elle se tourna vers les deux frères, les interrogeants du regard.

- Surprise ! Lança Dean.

Sheri jeta un œil à l’intérieur de son appartement dans lequel quelques petites choses avaient fait son apparition. Là où se trouvait normalement son lit se tenait un simple canapé et en face contre le mur, une télé. Sa lampe de chevet avait trouvé sa place sur une petite table et une autre avec deux autres chaises se trouvait dans le coin cuisine. Ce n’était pas grand-chose, mais l’endroit avait l’air plus habité par un humain ainsi.

- Où est mon lit ? ! S’inquiéta-t-elle en premier lieu.
- Le canapé se déplie, ça te fera un grand lit !
- J’aime dormir par terre…
- Alors tu le laisseras en version canapé.

La jeune femme secoua lentement la tête, regardant autour d’elle les petits changements qu’ils avaient apportés à sa vie.

- Et chose capitale bien sûre la télé ! Mais interdiction de regarder autre chose que les émissions débiles, les séries télés et les films à l’eau de rose… Et de temps en temps très tard le soir un petit film… Aïe !
Dean jeta un œil outré à son frère qui venait de le frapper.
- Ne l’écoute pas, la chaîne nature et découverte c’est la seule qui vaille le coup d’œil.
- Vous êtes…
- Géniaux ? ! Proposa Dean.
- Infernaux ! Ragea Sheri.
- On aurait préféré un merci.
- Vous… ! Je fais tout mon possible pour me détacher de vous et plus ça va et plus vous me rendez dépendante ! Qu’est-ce que je vais faire quand vous allez partir hein ? !
- Attendre sagement qu’on revienne…

Sheri s’avança vers Dean et passa ses bras autour de son cou pour le remercier. Le chasseur lui rendit son étreinte volontiers.

- Merci.
- Pas de quoi.

S’écartant de l’aîné elle se tourna vers Sam et hésita quelques secondes avant de l’étreindre chaleureusement à son tour.

- J’ai aussi changé l’ampoule !
Elle eût un petit rire amusé.
- Merci. C’est génial.
- Bon… Puisqu’on est là, et si on baptisait le canapé et la télé ? ! Proposa Dean.
- Faites comme chez vous, moi je vais prendre une douche ! Annonça-t-elle.
- Compte sur nous… Lança Dean en s’écroulant dans le canapé et en attrapant la télécommande.


Dean les avaient lâchés. Honteusement… Sam lui en voulait quelque part. Il avait l’impression qu’il l’avait fait exprès. Bon, c’était Dean, ça ne l’étonnait guère mais il se demandait si quand même ça n’avait pas un rapport avec la confession qu’il lui avait faite le matin même. Pourquoi fallait-il qu’il ait un rencard, le soir même avec la blonde du planning ? ! Pourquoi le soir où ils se trouvaient chez Sheri ? ! Non pas qu’il n’était pas content d’être là avec elle… Mais ça relevait de la torture, de la tentation. Et il n’était pas sûr de pouvoir y résister.

Pas quand ils étaient tous les deux assis sur le canapé, et que Sheri s’était lové dans ses bras pour être mieux installée. Il la sentait contre lui, si fragile, si belle, si désirable. L’odeur de son shampoing lui embaumait les narines, elle avait posé une main sur son torse non loin de son cœur. Il se demandait d’ailleurs si elle sentait que ce dernier manquait de temps à autre un battement. Sa main à lui était posée autour de son dos, sur sa hanche et l’autre enserrait la télécommande qui craquait légèrement sous la pression de ses doigts.

Sheri suivait avec peu d’attention l’émission qu’ils regardaient. Ca parlait d’une île à l’autre bout de la planète et de sa nature sauvage. C’était joli… Mais l’heure tournait et la fatigue se faisait de plus en plus sentir. La nuit était tombée et ils avaient éteint le plafonnier qui était inutile pour regarder la télé. La jeune femme sentait ses yeux se fermer contre sa volonté, l’envie de plonger dans les bras de Morphée devenait irrésistible.

- Tu n’as pas envie de manger quelque chose, je peux préparer quelque chose ! Lança brusquement Sam en se redressant.
- Hum… ? !
- Désolé… Tu dormais ?
- Pas tout a fait… Mais ça ne va sûrement pas tarder. Avoua-t-elle en se frottant un peu les yeux.
- Je ferais peut être bien de rentrer et de te laisser dormir…
- Reste encore un peu, il est tôt encore.
- Heu… Ok.

Le chasseur se recala contre le dossier du canapé et laissa Sheri reprendre sa place. Se redressant un peu, elle regroupa ses jambes près d’elle et se serra un peu plus contre lui, glissant ses mains entre ses cuisses.

- Tu as froid ?
- Un peu.

Sam referma ses bras un peu plus autour d’elle ce qu’elle sembla apprécier. Sa main malgré lui caressa son bras qui était à portée, faisant de longs va et vient sur sa peau douce. Il sentait quelques cicatrices sous ses doigts et ne put s’empêcher de baisser la tête pour les regarder. Une expression de tristesse voila son regard, il avait parfois tendance à oublier d’où elle venait…
Se rendant compte de son intérêt un peu trop poussé pour ce qu’elle n’aimait pas montrer, elle replia son bras contre elle gênée.

- Excuse-moi je ne voulais pas…
- Ca ne fait rien. Répondit-elle.
- Ca te gêne que je les regarde ?
- Un peu, ce n’est pas très joli à voir.
- Moi ça ne me gêne pas. Ca ne fait aucune différence.

Sheri leva les yeux vers Sam qui la regardait aussi à présent. Ils s’observèrent quelques instants sans dire un mot. Voyant son visage se rapprocher lentement du sien, elle sut cette fois à quoi s’attendre. Elle savait qu’il allait l’embrasser et à vrai dire, elle espérait bien qu’il le ferait. Sa bouche se posa délicatement sur la sienne, comme une légère caresse. Sheri ferma les yeux, elle ne sut pas bien pourquoi, par réflexe sûrement. Instinctivement elle sut comment répondre à la pression de ses lèvres sur les siennes. Elle avait déjà vu des gens s’embrasser à la télévision ou dans la rue, mais en pratique c’était complètement différent. La sensation au creux de son estomac, le goût de ses lèvres, les frissons dans tout son corps, ça, ça ne s’imaginait pas. Ce baiser là n’avait rien à voir avec le premier, le premier n’en était pas vraiment un d’ailleurs. Cette fois les secondes s’éternisaient, ses lèvres sur les siennes semblèrent trouver leur place et Sam n’avait plus vraiment à la guider pour qu’elle réponde à son étreinte. Tout venait naturellement, avec douceur… Sheri se sentait bien, elle ne pensait plus à rien… Le moment était magique.

Mais prit brusquement fin. Un peu trop à son goût d’ailleurs… Sam s’était écarté d’elle sans prévenir, comme s’il venait de se brûler à son contact.

- Sheri…
- Quoi ? Ne me dis pas que c’est mal, qu’on ne devrait pas… ! ?
- Je n’aurais pas dû.
- Pourquoi ? !
- Parce que c’est toi.
- Ce n’était pas bien ? J’ai fais quelque chose de mal…
- Non. C’était très bien… Trop bien. Réalisa-t-il.
- Alors… C’est quoi le problème ?

Sam s’écarta d’elle se levant pour se donner une contenance. Il fit quelques pas dans la pièce sous l’œil attentif de la jeune femme.

- J’ai… J’ai couché avec un démon. C’est ça ma dernière aventure amoureuse, et avant ça il y a eût une fille loup-garou que j’ai dû tuer, et encore avant ça… J’avais une petite amie qui est morte. Les femmes qui m’approchent… Et bien on va dire qu’elles ont une espérance de vie limitée. Ou qu’elles sont déjà mortes d’une certaine façon. Ce que j’essai de te dire c’est que je ne suis pas le genre de garçon qu’il te faut.
- Parce que tu crois que moi je me sens normale ? Je vais avoir vingt quatre ans et mon premier baiser c’était ce soir.
- Il y a des tas de choses que tu ignores sur moi. Des choses… Qui ne sont pas forcément bonnes.
- Parce que toi tu crois que tu me connais par cœur ?
- Tes secrets ne sont sûrement pas aussi lourds que les miens…
- Ah non ? ! J’ai dû me faire passer pour morte pour… Elle s’arrêta. Tu n’en sais pas plus sur moi que j’en sais sur toi. Mais j’ai compris, ne te fatigues pas.
- Je veux simplement que tu ais ce que tu mérites. Quelqu’un qui pourrait rester à tes côtés, quelqu’un de gentil et qui te mériterais !
- Qui pourrait comprendre que la moitié de ma vie a été un enfer, parce qu’un démon a fait de moi son esclave ? ! Qui pourrait comprendre ça, qui ? !
- Je ne veux pas te faire souffrir… Je tiens trop à toi pour ça.
- Fallait y réfléchir avant.
- Je suis désolé…
- Tu ferais mieux de partir.

Le chasseur acquiesça doucement et se dirigeant vers la porte attrapa sa veste au passage. Sheri tourna la tête vers la fenêtre, elle n’avait pas envie d’avoir cette image à l’esprit toute la nuit, l’image de Sam sortant de chez elle de cette façon.

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: Sell Your Soul [Suite de la femme sauvage] - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 18:58

Chapitre 9 : Changement de look.

Sheri regarda son plateau du déjeuner sans réelle conviction. La tête posée contre son poing, elle chipotait dans son plat de pâte avec sa fourchette. Elle ne cessait de repenser à Sam, à leur dispute de la veille. C’était la première vraie dispute qu’elle avait, et ça faisait relativement mal. Le plus douloureux était sûrement que ça avait gâché l’instant d’avant. Son premier baiser. Malgré tout elle en gardait un souvenir agréable, très tendre… Un moment pour qui elle aurait donné cher afin qu’il recommence. Mais non… Sam en avait décidé autrement, pour eux deux.

- Tu ne veux toujours pas venir t’asseoir avec nous ? !
La jeune femme leva la tête vers sa collègue, toujours la même, qui revenait à la charge.
- Merci, mais aujourd’hui encore plus je ne pense pas être de bonne compagnie. Répondit-elle doucement.
La femme devant elle la regarda un moment et posant son plateau prit place en face d’elle.
- Moi c’est Tisha.
Sheri lui lança un léger sourire peut convaincu.
- Sheri.
- Je sais. Alors Sheri… Qu’est-ce qui cloche ? !
- Oh…
- Tu peux y aller, il n’y a rien que j’ai déjà entendu ! Affirma Tisha. C’est la famille, les enfants, un sale type t’as mise enceinte et il s’est barré, tu as tué quelqu’un ? !
Sheri eût un petit rire amusé.
- Non… C’est rien de tout ça.
- Alors c’est un garçon ! C’est toujours un garçon… Il t’a trompé ? ! Il est Gay ? ! Il a rompu ? Il a rompu parce qu’il est gay et qu’il t’a trompé ? !
- Non. Sourit-elle. Il ne veut pas de moi.
- Alors c’est un abruti, ne perd pas ton temps avec lui !
- J’aimerais…
- Mais tu es amoureuse ? !
- Je ne sais pas… Je ne sais pas bien ce que ça fait quand on est… Amoureuse ? !
- Regarde-toi dans un miroir, on a ta tête quand on est amoureuse et qu’on à le cœur brisé !

Sheri baissa un peu les yeux pensive. Alors elle était amoureuse, c’est pour ça que ça faisait si mal ? !

- Pourquoi ce type ne veut pas de toi, il t’a donné une bonne raison ? !
- Il dit que je mérite mieux. Qu’il ne veut pas profiter de moi…
- Et c’est vrai ?
- Je crois que oui.
- Mais toi tu as envie de profiter de lui ? !
- J’ai envie d’être avec lui…
- Alors bas-toi… Séduit-le !
- Je dois… Quoi ? !

Tisha eût un petit rire amusé. La jeune femme qui devait avoir la trentaine était une très jolie afro américaine qui devait connaître son sujet. Elle était très joliment maquillée malgré le pénible travail, et ses cheveux étaient impeccablement coiffés.

- D’où tu viens Sheri ? ! Du fin fond de l’Alaska?
- On peut dire ça. Je ne connais pas grand-chose… Au sujet. Rien du tout même.
- A quel point ? !
- Je ne sais pas… Au point que je viens de connaître mon premier baiser.
- Ah oui je vois… ! S’écria Tisha effarée. Ben tu as de la chance d’être tombé sur moi… Tu fais quoi après le boulot ?
- Rien… De spécial.
- Parfait, dans ce cas tu viens chez moi ! Je suis sûr qu’on à des tas de choses à se raconter…
- Je ne sais pas… Je ne veux pas t’embêter.
- Si je te le propose ! C’est réglé.

Tisha lui lança un clin d’œil auquel Sheri répondit pas un petit sourire malicieux. Se battre pour Sam… Voilà une cause qu’elle aimait beaucoup.

Sheri entra timidement dans l’appartement cosy de sa nouvelle amie. Il était situé pas très loin de chez elle dans un immeuble qui lui rappelait vaguement le sien. Son appartement en revanche était plus grand et mieux arrangé. Elle avait deux chambres, dont l’une servait pour son fils de vingt mois. Des photos de lui étaient en évidence un peu partout, elle semblait en être très fière.

- On a quelques heures devant nous avant que la nourrice ne me ramène Justin !
- Il est mignon ton fils !
- C’est un ange. L’amour de ma vie…
- Et ton mari ? !
- Mari ? Y a pas de mari… Et son géniteur, il s’est barré dès qu’il a sut que j’étais enceinte.
- Désolé !

Tisha haussa les épaules, ça n’avait pas l’air de la perturber plus que ça. Sheri la suivit jusque dans la cuisine, regardant autour d’elle avec attention. Elle n’aurait jamais deviné qu’une femme comme elle élevait seule un enfant. Elle avait l’air de bien s’en sortir et elle était courageuse de prendre un travail pareil en plus de son rôle de maman. Cela dit dans le coin les possibilités de travail étaient plutôt limitées.

- Tu veux boire quelque chose ? !
- Non ça va merci.
- Alors… Commença Tisha en se sortant un soda du frigo. Parle-moi de ce gars…
- Sam ? !
- Ca fait longtemps que tu le connais ?
- Presque un an. Il est très gentil.
- Gentil ? Juste gentil… Il est canon ?
Sheri fronça légèrement les sourcils.
- C’est un des deux types qui sont venus te chercher hier ? !
- Oui. Le grand brun.
- Ah ben il est plus que canon alors, c’est une bombe !
- Une bombe ? Répéta Sheri surprise.
- Oui ! Et c’est lui qui a fait le premier pas ou toi ?
- Lui !
- Bien sûr… J’aurais dû m’en douter. S’amusa la jeune femme.
- Il est bizarre. Il m’a embrassé une fois, puis il a dit que c’était mal, qu’il ne devait pas… Et il a recommencé, et il dit encore que ce n’est pas bien et qu’il est pas fait pour moi.
- Il a peur de ses sentiments, il ne veut pas s’engager… C’est typique.
- Alors pourquoi il m’embrasse s’il ne veut pas ?
- Parce qu’il est sûrement amoureux de toi, et qu’il ne peut pas résister. Les hommes sont faibles, ils ne savent pas dire non à leurs pulsions, ils ne sont pas comme nous. C’est pour ça que si tu le veux ton Sam, va falloir être plus que convaincante.
- Qu’est-ce que je dois lui dire ?
- Lui dire ? ! Tisha eût un petit rire amusé. Ca ne se passe plus avec des mots à ce stade. Mais avec ton corps.
- Mon corps ?
- Dis-moi tu t’habilles toujours comme ça ? !

Sheri baissa les yeux sur sa paire de jean toute simple, son pull et son sweater large.

- Heu oui…
- D’accord… Vient avec moi !

Les deux femmes traversèrent la cuisine et le salon pour accéder à sa chambre. Une vraie chambre, avec un lit pour changer. Tisha ouvrit le grand placard du fond qui regorgeait de vêtements. Sheri fut impressionné par sa garde robe aussi riche que varié.

- Je fais toutes les friperies du coin. Les gens ne savent pas qu’on peut s’habiller chouette pour pas cher ! Et comme je suis une jeune maman pas très riche avec un amour dévorant pour les fringues… Expliqua-t-elle.
- Mon placard est plutôt vide à côté du tiens.
- Si tu veux un de ces quatre je te montrerais les bons coins où tu pourras trouver des fringues pas chères !
- Je ne saurais pas choisir…
- C’est pour ça que je viendrais avec toi. Tiens en attendant, je peux te prêter deux trois trucs, on va lui faire tourner la tête à ton Sam !
Sheri prit les quelques vêtements que la jeune femme avait sortit pour elle avec un sourire.
- Essai déjà ça, je t’attends à côté !
- Ok.

Quelques minutes plus tard.

Sheri sortit de la chambre assez timidement. Tish qui l’attendait dans le salon un magazine entre les mains la dévisagea quelques secondes. Elle avait enfilé une jupe courte en jean qui dévoilait ses longues et fines jambes et portait en haut un simple tee-shirt près du corps mais qui n’en montrait pas trop. Juste la naissance de son cou histoire que le tout ne fasse pas trop vulgaire.

- Sheri ? ! S’écria bientôt Tisha.
- Quoi ?
- Ces quoi ces trucs sur tes jambes ? !
La concernée baissa les yeux vers ses deux jambes.
- De quoi tu parles ?
- Des poils ma grande ! Tu as jamais entendu parler de rasoir, de cire… ?
- Heu… Je n’ai pas eût de mère, ni de sœur et pas vraiment d’amies non plus.

Tisha se leva d’un bond et attrapa le téléphone, se dépêchant de composer un numéro.

- Qu’est-ce que tu fais ? !
- J’appelle quelques copines… C’est pire que ce que je pensais… On va avoir besoin d’aide !

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: Sell Your Soul [Suite de la femme sauvage] - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 18:59

Chapitre 10 : Je t'aime moi non plus.

Sheri ne put s’empêcher de glousser légèrement en sentant sur elle le regard de quelques passants. Elle-même n’en revenait pas. Ca lui faisait un drôle d’effet, mais c’était diablement bon ! Pour la première fois de sa vie, elle se sentait femme… Une belle femme. Elle avait encore tendance à se baisser légèrement pour regarder ses jambes si… Lisse et douce. Et il n’y avait pas que ses jambes, elle avait eût le droit à ce que Tisha appelait le triangle infernal. Aisselles, maillot, jambes. C’était la première fois qu’une femme prenait le temps de lui expliquer ces choses, même sa propre mère n’y avait pas pensé. Il faut dire, elles discutaient peu.

Vêtu de sa mini jupe en jean et de son tee-shirt agrémenté d’un petit gilet, Sheri arpentait fièrement les rues, un léger sourire sur le visage. Elle avait pensée au début qu’elle n’oserait jamais se montrer si peu vêtu en public mais à vrai dire, elle aimait ça ! Elle se surprenait à aimer se trouver belle, et avait envie de le montrer aux autres. Dans les pieds elle portait de simples scandales sans prétention. Sa tenue n’avait rien d’exceptionnelle ni d’original, mais ça l’était pour elle.

Se rendant au planning familial elle tenait entre ses mains un bout de papier sur lequel Tisha lui avait écrit quelque chose qu’elle devait demander au médecin. Elle lui avait vaguement expliqué la notion de pilule contraceptive et de son importance. Là non plus personne ne lui avait parlé de ça ! Comme quoi elle avait bien besoin d’une femme dans sa vie…

- Bonjour Sheri ! Lança la réceptionniste blonde.
- Bonjour ! Est-ce qu’il est possible de voir le médecin ?
- Oui… Tu as de la chance, y à pas grand monde aujourd’hui. Je la préviens que tu es là.
- Merci !
- Hé Sheri… Sympa le look.

La jeune femme répondit par un sourire et partit s’asseoir en attendant le médecin.

Quelques minutes plus tard elle ressortit du planning familial avec un petit sachet dans la main dans laquelle se trouvait la précieuse pilule. Il ne lui restait qu’à retourner chez elle, même si aujourd’hui elle avait plus envie de flâner qu’autre chose. Elle prit le chemin du retour, car il commençait déjà à se faire tard et l’heure du dîner approchait. Se faisant elle remarqua deux silhouettes qui venaient en sens inverse, deux silhouettes plutôt familière.

Ils la remarquèrent aussi mais un peu plus tardivement. Peut être parce qu’ils ne l’avaient pas reconnu, elle n’en savait rien.

- Le monde est vraiment tout petit ! Lança Dean avec un sourire encore plus large que d’habitude.
- Qu’est-ce que vous faites dans le coin ? ! S’enquit-elle.
- On allait manger un morceau. Et toi ? !
- Je faisais une petite course.
Elle passa ses mains dans son dos qu’elle croisa.
- Tu as quelque chose de changer ! ? Lança Dean mauvais menteur.
Sheri eût un petit sourire amusé.
- Rien de spécial !
- Ce rien de spécial te sied à merveille… Pas vrai Sammy ?
- Oui.
- Bon… Je dois rentrer. Sûrement à la prochaine ! Lança-t-elle gaiement.
- Heu… En faites on s’en va demain. Répondit Dean un peu gêné.
Le sourire de la jeune femme fondit comme neige au soleil.
- Vous partez… ?
- Oui. C’est notre dernière soirée en ville. Avoua Sam.
- Oh…
Alors ils partaient ? ! Elle avait redouté ce moment plus que n’importe quoi. Et comme elle s’en doutait, ça faisait mal. On lui aurait transpercé le cœur d’un poignard que la douleur n’aurait pas été plus vive.
- Tu veux venir manger avec nous ? Proposa Dean.
- Non… Non merci. Je dois rentrer.
- Tu es sûre que tu ne veux pas…
Elle secoua lentement la tête.
- Heu… Alors… A bientôt. Articula-t-elle difficilement.
- A bientôt Sheri…

Ils ne la retinrent pas quand elle s’éloigna tant ils avaient l’impression qu’elle allait fondre en larme sinon. Sheri évita soigneusement de se retourner, de peur qu’ils ne voient ses larmes, de peur de les supplier de rester… Ou de devoir les voir partir. Encore.

Pressée d’arriver chez elle, elle s’engouffra dans son appartement dont elle claqua la porte de rage. Restant immobile quelques secondes elle se dirigea vers le placard où elle rangeait ses vêtements et s’y engouffra toute entière avant de le refermer. Plongé dans le noir elle se laissa tomber sur le sol en lino et posa sa tête sur ses genoux, laissant éclater toute sa peine une bonne fois pour toute. Elle savait que ça finirait comme ça dès l’instant où elle les avait vu… Elle souhaita qu’ils ne reviennent jamais, qu’ils partent pour de bon… Mais regretta aussitôt ses pensées.

Ils allaient terriblement lui manquer.

Assise sur le canapé, elle noyait sa peine dans les documentaires animaliers, les émissions de cuisine, les dessins animés. Tout ce qui défilait de chaîne en chaîne sous son doigt constamment appuyé sur le bouton « + » de la télécommande.
Elle n’avait pas réellement envie de regarder la télé, c’était juste du bourrage de crâne pour s’empêcher de penser à autre chose. Ca ne fonctionnait guère, ni ça, ni le chocolat… Et le chocolat pourtant s’était efficace pour tout selon les dires de tout le monde. Apparemment ça n’aidait pas à calmer le sentiment d’abandon. Pas dans son cas du moins.

Renonçant une bonne fois pour toute, elle éteignit la télévision et poussa un petit soupir franc. Pleurer ne servait à rien, ça ne les ferait pas rester. Dormir était peut être une meilleure solution…

Deux coups sur sa porte contrecarrèrent fortement ses plans cependant. Se levant du canapé, elle marcha jusqu’à la porte et grimpa sur la pointe des pieds pour jeter un coup d’œil au judas.

Impensable !

Il venait remuer le couteau dans la plaie ou… L’envie de le laisser dehors la traversa, mais ce n’était pas vraiment son genre alors, elle ouvrit. Elle n’ouvrit pas en grand cependant, juste assez pour qu’il la voit, mais pas trop pour qu’il ne prenne pas ça comme une invitation à entrer.

- Bonsoir…
- Sam… Qu’est-ce que tu fais là ? !
- Je… Je suis venu pour te donner quelque chose.
Il lui tendit son vieil ours en peluche Teddy.
- J’en veux pas tu peux le garder.
- Je pensais que ça te ferait plaisir de le récupérer.
- Ce qui me ferait plaisir c’est de le voir brûler.

Sam écarquilla les yeux, il n’en croyait pas ses oreilles. C’était bien elle qui avait dit ça ? Sur Teddy, son Teddy ? !

- Pourquoi ?
- Tu es venu juste pour ça… Où tu avais besoin d’une excuse pour passer ? !
- Tu as raison. J’avais besoin d’une excuse. Je peux entrer ? !
- Je ne veux pas parler.
- Tu ne veux pas parler ou tu ne veux pas parler avec moi ?
- C’est la même chose.
- Tu m’en veux… Tu as le droit après ce que j’ai fais… Je suis désolé.
- Je ne sais pas si tu te rends compte.
- De quoi ?
- De ce que tu vas manquer en refusant de nous donner une chance. Je ne suis pas… Une experte sur le sujet mais même moi je me suis rendu compte de ça. J’ai des sentiments pour toi, est-ce que tu le sais au moins ?
Sam baissa doucement les yeux coupable.
- Oui…
- Et ça ne te fait rien.
- Bien sûr que ça me fait quelque chose !
- Mais tu t’en vas… Y a aucune logique là-dedans Sam.
- Ce n’est pas si simple !
- Bien sûr que si…
- Sheri… Je suis sûr que tu trouveras quelqu’un… De cent fois mieux que moi.
- C’est avec toi que je veux être. Pas un autre.
- Parce que tu n’as connu que moi…
- Tu sais… J’aurais très bien pu jeter mon dévolu sur Dean si ça n’avait été que ça. Il n’aurait pas dit non lui…
- Dean ne dit jamais non.
- Les choses sont simples. Je veux être avec toi… Mais toi non.
- Je n’ai pas dit ça.
- Alors décide-toi Sam ! Ce n’est pas si compliqué…Elle s’arrêta prenant une inspiration pour poser la question fatidique. Est-ce que tu t’en vas demain ? !
Il sembla réfléchir quelques secondes visiblement torturé par ce choix qui s’imposait à lui.
- Oui…

Sheri le prit comme un nouveau coup de poignard en plein cœur.

- Alors au revoir Sam.

Elle referma la porte et s’appuya dessus se mordant les lèvres pour ne pas éclater de nouveau en sanglot. Tout ça pour ça…
Fermant les yeux quelques secondes, elle prit une nouvelle inspiration avant de sentir dans son dos deux nouveaux coups résonner sur la porte. Surprise elle passa une main sur son visage pour être certaine que pas une larme n’avait coulé puis ouvrit de nouveau.

- Je crois qu’on s’est tout dit.

Le chasseur appuya brusquement sur la porte l’écartant de force pour entrer dans son appartement. Surprise elle le laissa passer et eût à peine le temps de la refermer qu’elle se retrouva plaquée contre celle-ci. Les deux mains de Sam étaient posées de chaque côté de sa tête et il arborait un air un peu trop grave à son goût. Il avait l’air… Furieux ou très déterminé, c’était difficile de savoir exactement dans le noir. Le cœur battant à milles à l’heure, Sheri se demanda ce qu’il lui prenait et pourquoi il était si silencieux. Ses mains glissèrent contre la porte autour de son visage, s’écartant légèrement d’elle. Son corps lui en revanche se rapprocha et bientôt son visage vint à la rencontre du sien. Immobile elle laissa ses lèvres venir à la rencontre des siennes. Leur bouches, familières, se retrouvèrent pour mieux se redécouvrir.

Sheri apprécia une nouvelle fois la sensation de ses lèvres caressant les siennes, la volupté de ses baisers passionnés mais tendre. Elle sentit ses mains venir encadrer son visage du bout des doigts, elle en profita pour poser les siennes sur son torse, agrippant le col de sa chemise de peur qu’il ne décide de fuir encore. Mais cette fois, ça n’avait pas l’air dans ses projets, bien au contraire. Une minute, deux, trois… Cette fois ils semblaient ne plus se quitter, respirant à peine, mais quand même un peu pour ne pas avoir à se séparer. Une des mains de Sam abandonna son visage et c’est son bras qui s’enroula autour de sa taille. Il voulait la sentir contre lui, presser son corps contre le sien pour être certain qu’il ne rêvait pas. Sheri grimpée sur la pointe des pieds avait l’impression que bientôt elle ne toucherait plus terre tant il la serrait contre lui… Elle appréciait l’étreinte mais un doute la prit brusquement, il n’allait pas lui refaire le coup encore une fois ? !

- Attend… Dit-elle en le repoussant gentiment.

Il s’écarta d’elle, calmant par la même occasion ses ardeurs.

- Est-ce que ça veut dire que tu vas rester ? ! Au moins un peu…
- Oui.
- Ca veut aussi dire que… Toi et moi…
- Si tu en as vraiment envie.
- Qu’est-ce qui t’as fait changer d’avis ?
- Je ne veux pas te perdre.

Sheri s’écarta un peu plus de lui, fronçant les sourcils.

- Tu ne fais pas ça juste pour ne pas me perdre n’est-ce pas ? Je veux dire, tu as envie d’être avec moi ? Parce que… Même si tu ne veux pas, je n’ai pas l’intention de te rayer de ma vie. Je n’ai que Dean et toi maintenant…
- J’ai des sentiments pour toi. Et c’est loin d’être simplement de l’amitié…
La jeune femme se mordit la lèvre pensive.
- Alors… Qu’est-ce que c’est ?
Sam eût un léger sourire amusé.
- De l’amour.
- Ah… C’était censé être évident, je suppose. Comprit-elle.
- Sheri… Est-ce que tu sais que ça va être… Compliqué ? Je ne serais pas toujours avec toi, et tu sais que ce qu’on fait Dean et moi c’est très dangereux. Et il y a des tas de choses que tu ignores de moi.
- Je sais. Mais si c’est le prix à payer pour être avec toi… Je m’en fiche. Je n’ai jamais autant désiré quelque chose que d’être avec toi. Ce n’est pas un caprice, ce n’est pas non plus parce que j’ai peur de me retrouver seule. C’est parce que c’est toi.

Il glissa une main sur son visage, acquiesça, tout en posant un regard plein de tendresse sur elle. Se rapprochant il vint une nouvelle fois prendre possession de ses lèvres. Elle répondit à son baiser, parfaitement détendue et le cœur plus léger. C’était le début de quelque chose de nouveau, un autre pas dans sa vie de femme.

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: Sell Your Soul [Suite de la femme sauvage] - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 19:02

Chapitre 11 : Soirée romantique... Ou presque.

Le lendemain – Midi.

Sheri prit son plateau du déjeuner et s’avança dans la cantine d’un pas lent. Elle jeta un coup d’œil à la table où elle s’installait d’habitude mais ne s’y arrêta pas, marchant encore un peu pour atteindre son but final. Le silence ce fit parmi ses collègues quand elle posa son plateau en bout de table et qu’elle tira une chaise pour s’asseoir. Un peu gênée, elle chercha le regard familier de Tisha qui lui lança un grand sourire.

- Alors ? ! Lança brusquement une des femmes de la table à la jeune femme.

Sheri balaya la table des yeux. Parmi les employées qui s’y trouvaient elle en connaissait déjà certaines. Les renforts que son amie avait appelés la veille et qui avaient été précieuses en conseil et en aide pratique.

- On est ensemble… !
- Ouiiii !
- On est les meilleures !
- Il ne pouvait pas résister !

Sheri eût un petit rire amusé tandis que les femmes l’entourant montraient plus d’enthousiasme que jamais alors qu’elles les connaissaient à peine. Mais elles se sentaient fières, c’était comme une mission dûment accomplie ! La solidarité féminine avaient-elles prétextés. Il y avait sûrement de ça, et aussi peut être un peu de piment que cela rajoutait à leurs vies !
Sheri n’était pas sûr que les changements physiques y soit pour quelque chose mais elle préféra leur laisser penser que c’était de leur faites et pas autre chose.
Les conversations allant bon train Sheri se contentait d’écouter avec intérêt ses collègues. La plupart d’entres elles étaient mères de familles et avaient fait peu d’études. Elles ne manquaient cependant pas d’expérience de la vie et les écouter était instructif pour la jeune active qu’elle était.

La journée passa rapidement et le sifflet résonna dans l’usine plus vite que n’importe quel autre jour. Se pressant de finir sa dernière tâche, la jeune femme se précipita pour aller pointer, courant presque dans l’atelier. Elle fut l’une des premières de la file et dévala les escaliers si vite qu’elle pensa qu’elle avait de la chance de ne pas tomber. Ralentissant un peu le pas arrivé à la porte elle balaya le parking des yeux avec empressement. Elle s’avança un peu alors que quelques ouvriers attendaient eux aussi de pouvoir sortir. Grimpant sur la pointe des pieds, elle se demanda si il n’avait pas oublié quand…

Il lui fit signe, levant une main dans sa direction. Il était appuyé contre la Chevrolet un peu plus loin, un léger sourire sur le visage. Elle se pressa de le rejoindre, contente qu’il n’ait pas oublié sa promesse de venir la chercher pour ensuite passer la soirée avec elle.

- Salut !
- Salut… Comment c’était ?
- Comme tous les autres jours. Dit-elle en haussant les épaules.
Elle jeta un œil autour d’elle.
- Dean n’est pas venu avec toi ? !
- Non, il est resté au motel.
- Il t’a laissé la voiture ? !
- Disons qu’on à conclut une sorte de marché…
- Ok ! Bien, on rentre je suis vanné…
Sam eût un petit sourire amusé tout en acquiesçant. Sheri le regarda surprise se demandant ce qui le faisait rire.
- Qui a-t-il ? ! J’ai dis…
- Non. Non, mais tu as oublié quelque chose.
- Comme ?
- Dire bonjour.
- J’ai dis bonjour… Enfin j’ai dis salut mais ça revient au même non ?
Sam eût un nouveau rire amusé.
- Pas ce bonjour là.
La jeune femme fronça les sourcils ne comprenant pas où il voulait en venir. Sam se releva légèrement et prenant tendrement son visage entre ses mains déposa ses lèvres sur les siennes pour un tendre baiser.
Quelques petits cris s’élevèrent un peu plus loin ainsi que des sifflements qui leur étaient directement destiné. Se séparant ils jetèrent tous les deux un coup d’œil au petit groupe de femmes qui parlaient visiblement d’eux. Sheri sentit ses joues devenir rouges vives alors que Tisha lui faisait un petit signe de la main.

- Tu les connais ? ! S’enquit le chasseur.
- Oui… Ce sont des collègues, on travaille dans la même équipe… Et là fille là-bas c’est mon amie, elle est très gentille.
Sheri lui rendit son signe de la main avec un sourire.
- Amie ? ! Tu te sociabilises on dirait…
- J’essai.
- Alors… Dis-moi ce que tu veux faire ? !
- Rentrer me doucher déjà et on improvisera ensuite.
- Ok… Alors en voiture !


Sheri passa sa main sur le miroir de la salle de bain puis continua de frotter ses cheveux mouillés qu’elle entendait bien sécher le plus vite possible afin de les coiffer. N’attendant pas qu’ils soient secs de peur qu’ils prennent de mauvaises formes d’eux même, elle prit une brosse et entreprit de les brosser longuement pour qu’ils soient bien lisses. Se jetant un œil dans le miroir, elle poussa un petit soupir. Elle avait enfilé une robe que Tisha lui avait prêtée. Bon elle ne faisait pas la même taille, Sheri avait de bien moins jolies formes que son amie mais ce n’était pas si mal. Enfilant un gilet par-dessus car elle n’aimait pas montrer ses bras pleins de cicatrices, elle finit par sortir de la salle de bain pour rejoindre Sam qui l’attendait à côté.

- Me voilà, propre et prête ! Annonça-t-elle.
Sam la regarda avec un grand sourire.
- Tu es belle.
Sheri resta pantoise quelques secondes. C’était bien la première fois de sa vie qu’elle entendait ça.
- Merci. Articula-t-elle finalement.
Elle s’avança vers le canapé, se laissant tomber à côté du chasseur.
- Alors, qu’est-ce qu’il y a au programme ? !
- Qu’est-ce que tu as envie de faire ? Demanda-t-il.
- Je ne sais pas trop… Qu’est-ce que font les couples ? ! Demanda-t-elle en lui donnant un petit coup de genou dans les siens.
- Oh mais tout un tas de choses. Ils vont au restaurant, au cinéma, au théâtre, ils se baladent… Tout ce que font les gens normaux et qu’on peut faire à deux.
- De quoi tu as envie toi ?
- De ce qui te fera plaisir…
- Oh tu ne m’aides pas ! Râla-t-elle.
- Je te laisse décider.
- D’accord… Je n’ai encore jamais été au cinéma, pas dans mes souvenirs en tout cas.
- Parfait, on va manger un morceau et après on se fait un ciné… T’auras même le droit de choisir le film.
- Encore moi ? ! Soupira-t-elle.
- Encore toi !
- Très bien, mais tu choisis où on va manger…
- Ca marche.

Plus tard dans la soirée.

La nuit était fraîche, un vent un peu désagréable soufflant sur la région. Par chance le fond de l’air lui n’était pas trop froid, il n’y avait que cette brise désagréable. Le coin voulait aussi ça, le climat était un peu rude et ceux assez tôt dans l’année. Sheri et Sam marchaient en direction du cinéma, le bras du chasseur posé sur les épaules de la jeune femme pour la protéger un peu du froid mais surtout pour l’avoir contre lui.

- Tu ne m’as pas dit, ce que tu te rappelais exactement d’avant…
- Pas grand-chose. L’essentiel surtout.
- Tes parents ? !
- Oui un peu.
- Et de ce jour là… Quand tu es tombé dans la rivière ? !
Sheri ne répondit pas tout de suite, visiblement un peu embêtée d’aborder la question.
- Non. Je ne me rappelle pas ça.
- Tu sais quand on t’a crû morte avec Dean on a fait quelques recherches…
- Sur quoi ?
- Tes parents, ta disparition quand tu étais enfant… Il y a des choses assez… Bizarres.
- Comme ?
- Ce qu’il s’est passé ce jour là, où tu es tombé dans la rivière. C’est comme-ci… Je ne sais pas, c’est étrange. Tu es sûre que tu ne te rappelles rien ?
- Certaine. Sam… Commença-t-elle. Vous n’avez pas dit à mes parents que vous m’aviez retrouvé n’est-ce pas ?
Le chasseur secoua lentement la tête.
- Non. On l’a juste dit à Bobby, lui aussi était inquiet pour toi.
- Ok. Je préfère ça.
- Tu sais, on a vu tes parents, ils étaient… Très tristes.
- Vraiment ? ! Lança-t-elle acerbe.
- Oui… Ca leur a fait beaucoup de mal de te perdre une seconde fois. Peut être que tu devrais leur dire que tu es vivante…
- Non ! Pas question.
- Je ne dis pas que tu dois retourner chez eux mais…
- J’ai dit non, je ne veux pas parler de ça.
- Qu’est-ce qui c’est passé avec tes parents ? ! Je veux dire… Tu n’utilises même pas ton vrai prénom, pourquoi ?
- Parce que Mackenzie… Est morte. Est-ce qu’on pourrait parler d’autre chose ? ! Je n’ai pas envie qu’on se dispute à cause de ça.

Sam prit une petite inspiration tout en acquiesçant. Il aurait du mal à la faire parler pour connaître la vérité. Peut être qu’avec le temps elle finirait par se confier.

- Très bien… Dans ce cas, choisit le film !
Il lui tendit le programme qu’elle prit y jetant un œil. Elle se mordit légèrement les lèvres, embêtée. Ca lui prendrait des heures pour déchiffrer tout ça et elle avait un peu perdu l’habitude de lire.
- Heu… Tu as du temps devant toi, le temps que je déchiffre tout ça ?
- On fait un compromis, tu lis les titres, je lis les résumés.
- Ca me va !

Quelques minutes plus tard ils étaient dans la salle, installés confortablement dans le fond pile au milieu de la rangée pour bien voir le film. Cette séance attirait du monde, presque tous les sièges étaient occupés. Ils avaient choisit un des films qui semblait avoir une bonne critique, des spectateurs comme de la presse, ils ne savaient pas trop ce que ça allait donner. C’était un thriller à première vue. Le noir se fit dans la salle et l’écran s’alluma. Après quelques bandes annonces le film commença. Sam passa son bras autour des épaules de la jeune femme qui vint poser sa tête contre lui pour être mieux installée.

Après une bonne demi-heure de film, Sam commençait à se dire qu’ils n’avaient définitivement pas choisit le bon film. C’était violent voir assez gore et ce film avait tout du film d’horreur plus que du thriller ! Pour le moment cependant Sheri ne montrait aucun signe de nervosité ou d’agacement, ça ne semblait pas plus la gêner que ça. Immobile dans ses bras, il se demandait même si elle ne s’était pas endormie.

Un autre meurtre se préparait, la pauvre fille désespéré, malheureusement pas l’héroïne –donc future morte en sursit- courrait dans la forêt pour échapper à l’hypothétique tueur dont ils ne connaissaient pas encore l’identité. Tout le suspens résidait d’ailleurs là-dessus.
La malheureuse courait toujours, jetant des coups d’œil affolés tout autour d’elle. Brusquement elle chuta, et le tueur se pointa, l’attrapant par les cheveux pour la ramener vers la maison. Il la traîna tout le long du chemin, puis jusqu’à l’intérieur de la maison.

Sheri bougea légèrement se recalant contre Sam avec un petit soupir d’inquiétude. Le chasseur posa son autre main sur elle, lui caressant lentement le bras pour l’apaiser.
La fille se mit à hurler, supplia alors que le tueur, cagoulé, se dirigeait vers la cheminée et attrapait un tisonnier dont le bout était rouge vif car dans le feu. Elle tenta de fuir mais il la rattrapa et appliqua le fer sur sa peau… Lui arrachant un hurlement de douleur.
Sam sentit Sheri haleter entre ses bras puis brusquement, s’arrachant à ses bras elle se leva et traversa la rangée au pas de course direction la sortie. Sam moins prompt à réagir et moins fin qu’elle récupéra leurs affaires et s’excusant auprès des gens qu’il bousculait prit le chemin de la sortie lui aussi.

La jeune femme était appuyée contre un muret juste devant le multiplex et elle avait posé une main sur le bas de son visage. Sam la rejoignit se sentant coupable de ne pas lui avoir proposé de sortir plus tôt… Il aurait du se douter…

- Hé… C’est juste un film, ce n’est pas la réalité. Tout va bien.
Sheri leva les yeux vers Sam et secoua lentement la tête.
- Ca ne t’embête pas si on rentre ?
- Bien sûr que non. Vient…

Ils entrèrent dans l’appartement en silence, tout comme c’était fait le reste du chemin. Sam referma la porte derrière eux et jeta un œil à Sheri qui se posa dans le canapé, ramenant ses jambes contre son buste. Retirant sa veste il marcha ensuite jusqu’à elle et s’assit à ses côtés.

- Je suis désolé. Mauvais choix du film.
- Ca ne fait rien.
- Je te promets que la prochaine fois on ira voir une comédie ou… Un dessin animé.
Sheri eût un léger rire amusé.
- La prochaine fois on demandera conseil à Dean pour choisir le film.
- Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée ça…
- Ca ne peut pas être pire que celui qu’on vient de voir.
- Oh ça dépend !
- Ce film…
- C’est juste un film. J’espère juste qu’il ne te donnera pas de cauchemar.
- Ce n’est pas le film en lui-même. Ce qu’il a fait à cette fille…
- Avec le tisonnier ?
Elle acquiesça.
- Des effets spéciaux.
- Oui mais… Elle s’arrêta secouant la tête.
- Oui mais quoi ?

Sheri se décala lentement pour lui tourner le dos et retira son gilet qu’elle posa sur ses genoux. Elle passa ses mains dans son dos et attrapa la fermeture de sa robe sous l’œil attentif de Sam. Elle la descendit jusqu’au milieu de son dos et en écarta un peu les pans, dévoilant une myriade de cicatrices là aussi laissé par son bourreau.
Le chasseur se mordit légèrement les lèvres de rage en voyant qu’il ne l’avait épargné d’aucune horreur possible. Il remarqua parmi les fines cicatrices blanches qui lui barrait le dos, deux boursouflures, pas très grande mais qui se trouvait être des brûlures. Il posa le bout de ses doigts dessus et la sentit tressaillir légèrement.

- Je t’ai fais mal ?
- Non…
- Il t’a brûlé ?
- Avec un tisonnier.
- Pourquoi ?
- Je ne m’en souviens pas. Seulement de la douleur…
- Je suis désolé.
- C’était il y a longtemps.

Sam caressa son dos dénudé de sa main passant sur les cicatrices qui étaient toutes anciennes, et qui chacune résultait d’un moment pénible de son enfance. Quand il pensait aux milles manières plus atroces les unes que les autres de lui faire tout ça…
Il la sentit frémir de nouveau sous ses doigts, pour une autre raison cette fois. Légèrement gênée elle se déroba à lui en se tournant de nouveau.

- Je préfère… Ce n’est pas très joli à regarder tout ça.
- Je te l’ai dis, ça ne me dérange pas.
- Moi ça me gêne. C’est horrible.
- Non. Ce qu’il t’a fait c’est horrible, mais les cicatrices font parties de toi. Je les aime autant que tout le reste. Alors ne t’étonne pas si tu te dévêtis à moitié devant moi que j’ai les mains baladeuses… Sourit-il.
Sheri eût un petit rire amusé.
- Mis à part le côté mauvais souvenir du film, j’ai beaucoup aimé cette soirée tu sais.
- Moi aussi.
- Dis une question…
- Je t’écoute ?
- Est-ce que Dean attend que tu lui ramènes sa voiture ce soir ?
- Non. Ca fait partie du marché qu’on a passé… Il… Avait besoin de la chambre toute la nuit en échange de la voiture.
- Pourquoi faire il avait besoin de la chambre ? !
Sam eût un petit rire amusé tout en lui lançant un regard lourd de sens.
- Oh ! Réalisa Sheri. Je comprends… Avec Meg je pari, la blonde du planning familial ?
- Heu… Non. C’est une autre fille ce soir.
- Une autre ? ! Mais… Pourquoi il ne reste jamais avec les filles avec lesquels… Tu sais. J’ai un peu de mal à saisir tout ça.
- C’est compliqué. Tu sais, tu n’as pas besoin d’être amoureux de quelqu’un pour avoir envie de lui. Parfois c’est juste… Un besoin, qui passe une fois assouvi. Ca fait partit de notre côté un peu animal.
- Oh… Un peu comme le petit ami de Tisha. Il est partit quand elle attendait son fils.
- C’est un peu ça oui… Mais pourquoi tu voulais savoir si je devais ramener la voiture à Dean ? !
Elle eût un petit sourire amusé.
- J’avais envie que tu restes dormir ici.
- Vraiment ?
Sheri vint passer ses bras autour de son cou.
- Oui !
- Laisse-moi réfléchir… Dormir dans la voiture en attendant que Dean évacue les lieux ou… Rester ici blottit contre toi au chaud… Difficile choix…
- Je sais prend ton temps pour choisir. Rigola-t-elle.
- J’ai le droit de mettre une petite condition ?
- Tout ce que tu veux.
- Est-ce qu’on peut déplier le canapé, parce que dormir par terre…
Elle eût un petit rire amusé.
- Oui évidemment.
- Génial… Mais en attendant il est encore tôt voyons comment on pourrait passer le temps…

Il posa ses lèvres doucement sur les siennes avant de la regarder avec un petit sourire.

- Un scrabble, c’est une bonne idée ! Lança soudainement Sheri.

Sam perdit un peu son sourire, ce n’est pas vraiment ce qu’il avait en tête.
- Je plaisante Sam. Ajouta Sheri amusée.
Le chasseur lui lança une petite moue et passant un bras autour de sa taille, l’attira sur ses genoux, la calant dans ses bras.
- Tu sais quoi, ce n’est pas une si mauvaise idée… Et si tu m’épelais le mot embrasser… ?

Sheri prit un air légèrement pensif, faussement concentré.

- Je dirais que ça commence par…
Elle rapprocha son visage du sien et posa ses lèvres sur les siennes.
- Et puis… Continua-t-elle tout en l’embrassant.
- C’est excellent, je dirais que ça vaut au moins un vingt sur vingt.
Sheri eût un petit rire amusé avant de se laisser complètement allée dans ses bras.

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: Sell Your Soul [Suite de la femme sauvage] - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 19:08

Chapitre 12 : Le fantôme.

Le lendemain à l’usine de blanchisserie.

- Il à l’air vraiment adorable ton Sam, quand est-ce que tu nous le présente ? ! Demanda une des filles à table.
- Jamais ! Intervint Tisha. Sheri ne l’écoute pas, elle essaierait de te le piquer !
- Me le piquer ?
- Oui !
- C’est faux… On ne se fait pas ça entre copines. Affirma la fille.
- Mon œil ! Répondit Tisha avec un regard noir pour sa copine et collègue. (A Sheri) Fait pas attention, garde les deux yeux grands ouverts sur ton homme, c’est un monde impitoyable ici. Il faut affronter la jungle et ses animaux, pour trouver un mec bien…
- A ce point là ?
- Oui tu es tombé sur une perle rare crois-moi. Ca fait longtemps qu’on cherche nous autres !
- Je n’avais pas réalisé. Je suis désolé…
- T’excuse pas Sheri, on y peut rien si les hommes sont tous les mêmes ou presque !

La jeune femme acquiesça lentement tout en plongeant sa fourchette dans sa purée qui commençait à refroidir. Plus ça allait plus elle en apprenait de belles au contact de ces femmes. Elle se méfiait quand même, toutes les informations n’étaient sûrement pas bonnes à prendre.
Tendant l’oreille pour écouter le flot de paroles qui sortaient à une vitesse excessive de toutes ses collègues, elle posa les yeux sur la porte d’entrée. Un petit groupe d’homme entra, ils devaient être quatre ou cinq. Des nouveaux, récemment employés.

Les dévisageant avec curiosité Sheri s’arrêta en particulier sur l’un d’eux. Plutôt grand, assez costaud, il avait les cheveux poivres et sel, le visage assez carré, les yeux bleus… Ce visage était plus vieux, différent, mais elle ne le connaissait que trop bien. Sa respiration s’accélérant en même temps que son cœur qui cognait très fort dans sa poitrine, elle laissa la fourchette retomber dans son plateau. Baissant les yeux, elle croisa le regard interrogateur de son amie assise juste en face d’elle.

- Sheri… ? ! Est-ce que ça va ?
La jeune femme ne répondit pas, mais ses yeux embués de larmes parlaient pour elle. Tisha se retourna dévisageant à son tour les hommes qui se servaient au self service.
- Tu es toute pâle est-ce que…
- Faut… Faut que je sorte d’ici. Excuse-moi…

Sheri se leva d’un bond et traversa la cantine, Tisha sur les talons. Arpentant un long couloir, la jeune femme s’arrêta finalement pour s’appuyer contre un mur avant de tomber dans les vapes. Son cœur battait si vite qu’elle se sentait mal. Son amie s’arrêta à sa hauteur posant une main sur son épaule.

- Sheri, qu’est-ce que tu as ? !
- Ca va passer…
- D’accord, respire calme-toi.
Tisha lui caressa lentement le dos pour la rassurer.
- Explique-moi… Tu as vu quelqu’un que tu connais ? !
- Oui… Avoua Sheri.
- Quelqu’un… Qui t’as fait du mal ? Devina-t-elle.
- Oui…

Sheri éclata en sanglot et se tourna vers Tisha qui la prit dans ses bras. La jeune maman essaya de la calmer en lui disant quelques mots rassurants. Mais tant qu’elle n’eût pas pleuré tout son saoul, elle ne se calma pas. Elle avait besoin d’évacuer tous les souvenirs qui lui remontaient en tête comme autant de cauchemars. C’est dans les bras de cet homme que son père l’avait abandonné, cet homme qui l’avait conduite jusqu’à son bourreau…


Tisha et elle avaient élu domicile dans les toilettes pour femme. Sheri se passait un peu d’eau sur le visage, rougi par les larmes qu’elle n’avait que trop versé. Son amie silencieuse appuyée contre les lavabos à côté d’elle attendait de savoir si elle allait mieux. C’était bientôt la fin de la pause et elles devaient reprendre le travail.

- Il t’a fait quoi ce type exactement ?
- C’est une longue histoire…
- Trop longue pour maintenant ? ! Devina-t-elle.
Sheri acquiesça.
- Tu sais, s’il a fait quelque chose d’illégal tu devrais aller voir la police.
- Non… C’était y à très longtemps. Je ne m’attendais pas à le voir ici… Je me demande…
- Quoi ?
- J’espère que ce n’est pas mon père… Qu’il a rien à voir avec lui.
- Ca à l’air d’une sale histoire tout ça ?
- Oui.
- Ton petit ami est au courant de ça ? !
- Oui…
- Tant mieux. Parce qu’il vaut mieux que tu ne restes pas seule. Je garderais un œil sur toi ici… Tu m’attendras avant de sortir, et le matin je peux passer chez toi te prendre si tu veux ? !
- C’est très gentil à toi Tisha. Je ne sais pas comment te remercier…
- T’inquiète pas, c’est normal on se serre les coudes entre femmes.
- Merci. Mais pour le matin je demanderais à Sam de m’accompagner tant qu’il est là.
- Alors il dort chez toi ?
- Oui.
Tisha lança un petit sourire à Sheri auquel elle répondit. Au même instant le sifflet de la reprise du travail retentit.

***

Sam lança un regard inquiet à sa petite amie qui chipotait dans sa part de gâteau au chocolat. D’habitude elle était si prompte à le dévorer qu’il n’avait même pas le temps d’y goûter. Ce soir cependant elle avait à peine touché à son dîner, et restait plutôt silencieuse malgré ses tentatives de conversation qui du coup restait un peu à sens unique.

- Ca a été à ton travail ? ! Demanda-t-il.
- Comme d’habitude.
- Tes collègues ont l’air sympa, j’imagine que vous devez vous raconter pleins de trucs… Et quoi qu’elles disent, rappel-toi que je suis le petit ami parfait, pas du tout comme elles te diront que les hommes sont ! Plaisanta-t-il.
- De quoi ? ! Demanda Sheri en sortant de ses pensées.
- Sur quelle planète tu es ? !
- La terre…
- Non je voulais dire, tu ne m’écoutes pas ? !
- Oh… Pardon, j’ai… Je pensais à autre chose.
- Des soucis ?
- Non. Je suis juste… La journée a été longue.
- C’est vrai que je te trouve fatigué… Tu veux qu’on rentre ? !
- Ca ne t’ennui pas ? !
- Non bien sûr.
Sam leva le bras vers le serveur, demandant l’addition.

Retournant à l’appartement de Sheri ils restèrent blottit l’un contre l’autre dans le canapé, devant la télévision. Elle travaillait le lendemain encore, puis deux jours de congés s’offraient à elle. Elle en profiterait pour rattraper son sommeil en retard et passer plus de temps avec Sam. Elle ignorait encore combien de temps il resterait en ville. Elle n’avait pas de mal à deviner cependant que Dean s’impatientait de repartir pour aller chasser et peut être que Sam aussi au fond.

Le canapé déplié en mode lit, ils avaient entamés une nouvelle nuit de sommeil. Sheri était tourné sur le côté, Sam contre elle, son bras posé autour de sa taille. Elle sentait le souffle régulier du chasseur contre sa nuque. Elle somnolait seulement, n’arrivant pas à trouver le sommeil réellement. Elle était pourtant épuisée mais il n’y avait rien à faire. Même la présence de Sam n’arrivait pas à l’apaiser, elle n’arrêtait pas de penser à ses vieux souvenirs, des petites choses lui revenant sans arrêt. Revoir cet homme… Faisait remonter encore plus de souvenirs. Il ne lui avait prêté aucune attention, il ne l’avait sûrement pas reconnu, elle avait tellement grandit, changée…

Elle ignorait pourquoi il avait fait ça, ou comment son père avait pu prendre contact avec lui. Il devait être tombé bien bas pour avoir fait ça, et pour en être là aujourd’hui à travailler dans cet usine ça ne devait pas lui rapporter tant que ça. Son père aussi était tombé bien bas pour en arriver à cette solution. D’accord ils avaient peu d’argent, étaient dans la misère mais vendre son enfant… Comment pouvait-on avoir une idée pareille ? !
Poussant un soupir Sheri essaya de chasser tout ça de son esprit. Elle pensait trop, se posait trop de question c’est normal qu’elle n’arrivait pas à dormir !

S’obligeant à fermer les yeux Sheri entendit comme un craquement sur le plancher. Rouvrant immédiatement les yeux, elle balaya les coins de la pièce accessible à son champ de vision. Son cœur manquant un battement elle remarqua comme une légère silhouette entre l’ombre du mur et la fenêtre. Clignant des yeux pour être sûre qu’elle ne rêvait pas, elle se figea…
Une petite silhouette s’avança vers elle. Il s’agissait d’une enfant, pieds nus et sale qui portait une robe blanche déchiré. Ses cheveux étaient longs, noirs, on aurait presque dit elle… Enfant. Sa peau était blanchâtre, ses yeux noirs recouverts d’un voile opaque. Dans les bras elle tenait quelque chose… Un ours en peluche, Teddy.

- Oh mon… Commença Sheri effrayée.

La silhouette se projeta brusquement jusqu’à elle et se pencha sur le canapé lit. La main de l’enfant se posa sur la bouche de la jeune femme qui n’osa pas bouger, pétrifiée de peur.

- Chut… Tu vas le réveiller… Murmura l’enfant en regardant Sam.
Sheri dévisagea la petite fille de haut en bas. Elle lui semblait étrangement familière.
- Mh…
- Tu veux bien être mon amie Mackenzie ?
Elle retira sa main de sa bouche lui lançant un sourire.
- Qui es-tu ? Articula Sheri difficilement.
- Tu ne me reconnais pas… ? Oh non… Il va se réveiller, il va nous faire du mal ! S’écria la fillette en voyant Sam bouger. Aaaaaaaaaaah !
- Aaaaaaaah ! Cria Sheri à son tour.
- Sheri ! S’écria Sam en se réveillant brusquement.

La jeune femme regarda tout autour d’elle cherchant la petite fille qui s’était éclipsé en hurlant. Elle sentit le regard de Sam posé sur elle, inquiet.

- Tu as fait un cauchemar ? !
- J’ai vu… J’ai vu un fantôme.
- Quoi ? ! S’enquit Sam en se relevant.
- Elle… Elle était là.
Sam se tourna vers le chevet et alluma la petite lampe qui éclaira une bonne partie de la chambre.
- Tu es sûre que c’était un fantôme ?
- Oui…
- De quoi avait-elle l’air ? !
- Elle était petite… Des cheveux sombres, la peau pâle…

Le chasseur se leva et fit le tour de l’appartement avec minutie.

- Elle a dit quelque chose ? !
- Elle a dit… Je crois qu’elle me connaissait. Elle m’a appelé Mackenzie… Elle me ressemblait.
Sam revint vers le lit.
- Tu es sûr que c’était un fantôme… Tu as peut être fait un cauchemar.
- Je ne sais pas. Je ne crois pas que je dormais.
- D’accord. On va… On va prendre quelques précautions pour cette nuit, est-ce que tu as du sel ? !
- Dans la placard au-dessus de l’évier. Pourquoi faire ?
- Les fantômes ne peuvent pas franchir une ligne de sel.
- Elle ne me voulait pas de mal. En réalité… Elle avait peur de toi.
Sam se retourna vers Sheri encore plus surpris.
- De moi ?
- Oui.
- Pourquoi ?
- Je ne sais pas…
La jeune femme posa les mains sur son visage, elle avait l’air encore plus fatigué.
- Peut être que je dormais, peut être que je l’ai rêvé j’en sais rien.
- Tu avais l’air préoccupée ce soir.
- Je n’arrête pas de penser à des tas de choses. Parfois je me souviens de choses, que je préfèrerais oublier.
Sam revint une nouvelle fois vers le lit.
- Tu veux m’en parler ? !
- Non… Y a rien à en dire.
Il posa sa main sur la sienne, la serrant.
- Peut être que ça te ferait du bien. J’aimerais que tu te confies à moi…
- J’aimerais… Mais y a pas de mots pour décrire ce que je ressens. Parfois je me sens tellement perdue, je ne sais plus si c’était réel, je me demande si c’est cette vie qui est réelle, je sais plus quoi penser. J’aimerais comprendre pourquoi moi, pourquoi cette chose qui tuait des gens a voulut de moi… Pourquoi elle ne m’a pas tuée ? !
- J’aimerais avoir la réponse mais je n’en sais rien…
- Tu crois qu’il m’aimait ? Ce monstre… Au fond pour ne pas avoir envie de me dévorer, il devait m’aimer, à sa façon.
- Peut être.
- Il n’était pas tout le temps méchant tu sais… Il y a des fois, il me regardait… Avec curiosité, et il est arrivé que je le fasse rire. Il ne parlait pas… Mais il savait ce faire comprendre. Et ça le rendait furieux que j’ouvre la bouche.
- Ce type de démons est très primitif. Ils étaient humains autrefois. Ce sont des sortes de Wendigo mais en un peu plus humains. Ils en ont plus l’apparence en tout cas.
- Pour moi il était humain… Je ne savais pas que c’était un démon avant que toi et Dean me le fassiez comprendre.
- Tu étais trop petite quand il t’a enlevé pour t’en rendre compte.
- Il ne m’a pas enlevé.
Sam fronça les sourcils.
- Je veux dire… Techniquement parlant, il m’a trouvé, pas enlevé. Mentit-elle.
- Dans tous les cas, il n’avait pas le droit.
- Oui… Ca c’est sûr.
Le chasseur jeta un œil au réveil.
- Il nous reste quelques heures de sommeil, on ferait mieux de se recoucher.

Sheri acquiesça lentement alors que Sam se rallongeait tout en l’attirant contre lui.

Le bruit des machines autour d’elle était infernal. Sheri n’avait pas refermé l’œil suite à son hallucination, cauchemar, elle ne savait pas trop… Toujours est-il que ça lui trottait une fois de plus dans la tête et qu’elle n’arrivait pas à s’en défaire. Cette petite fille lui était familière, elle lui rappelait elle-même, mais pas seulement. Elle était presque sûre de l’avoir déjà vu… Sa sœur ? Non… Une amie d’avant son enlèvement ? Non plus… Alors qui est-elle, comment connaissait-elle son nom et pourquoi lui était-elle apparut de cette façon ? !

Le bip des machines retentit, il était temps de sortir les draps, ils étaient propres et secs. Ils devaient rejoindre maintenant de grande panière avant d’être repassé puis plié. Sheri ouvrit le hublot géant d’où un peu de vapeur s’échappa. Passant une main sur son front elle essuya les gouttes d’eau qui lui tombaient dans les yeux. Poussant la panière sous la machine avec son pied elle sortit les flots de linge qu’elle fit tomber dedans.

Brusquement elle entendit comme un léger rire, très lointain mais pourtant très présent. Regardant autour d’elle elle jeta un œil à ses collègues au regard impassible et plongées dans leurs tâches. Ca ne pouvait pas être elles, alors… Encore son imagination ? !
Secouant la tête Sheri continua à sortir le linge. Sa main rencontra subitement quelque chose de froid et lisse, rien à voir avec ce qui aurait du se trouver dans la machine. Serrant la chose entre ses doigts elle remonta de sous les draps et découvrit une main dont la propriétaire la regardait droit dans les yeux. Sheri la lâcha et recula d’un bond surprise.

- Toi…

La petite fille se tenait là, parmi les quelques draps restant dans le tambour de la machine. Sheri la dévisagea longuement, se demandant si elle rêvait encore. Mais non cette fois elle avait bien sentit sa peau froide, sa main dans la sienne.

- Il fait bon et chaud ici… Lança la fillette.
- Comment es-tu arrivé là ?
- De la même façon que toi… On est toujours ensemble, amie pour toujours !
Sheri fronça les sourcils. Ces mots avaient un sens, elle en était sûre mais…
- Je ne me souviens pas de toi.
L’enfant fit une moue triste.
- Tu étais mon amie. Tu ne l’es plus ?
- Quel est ton nom ?
- Tu le sais très bien ! Ria-t-elle.
Le visage de la fillette passa du rire aux larmes, redevenant soudainement très triste.
- Le méchant monsieur est ici… Souffla-t-elle.
- Je sais.
- Tu as peur de lui ? !
Sheri acquiesça lentement.
- Tu n’as plus à avoir peur maintenant.
- Qu’à tu fais ?
- On est amie. Je te protège.
- Merci mais…
- Tu veux jouer avec moi ? ! Tous les trois avec Teddy…
- Teddy ?
- Tu nous as beaucoup manqué Mackenzie quand tu es partie… Mais nous sommes de nouveau ensemble. Aller viens jouons, nous ne ferons pas de bruit !
- Je ne…

Un hurlement retentit brusquement au fond de l’usine. C’était le cri d’une femme… Sheri jeta un œil en direction du bruit puis du côté de la petite fille qui avait disparut. Sheri vérifia qu’elle n’était plus là, vida le linge restant mais non… Comme la veille, elle s’était évaporée. Quelques nouveaux cris retentirent à la suite du premier, les ouvriers cessèrent leurs tâches pour voir ce qu’il se passait. Sheri suivit le mouvement, se faufila parmi les femmes qui avaient des expressions choquées, terrifiées…

Et il y avait de quoi ! A travers le hublot de l’une des machines, avec un peu de linge on pouvait clairement distinguer le visage d’un homme. Un homme qui avait été enfermé dans le tambour alors que la machine s’était ensuite mise en route… A n’en pas douter il était mort, impossible de survivre à ça. Sa peau était rougie par la température extrême de l’eau, mais pourtant personne n’eût de difficulté à le reconnaître.

C’était un des nouveaux… L’un des bourreaux de Sheri.

Elle l’avait tuée.

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: Sell Your Soul [Suite de la femme sauvage] - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 19:10

Chapitre 13 : Toute la vérité.

Au motel.

Sam était assis sur son lit, son portable collé à l’oreille pendant que Dean zappait sur la télévision, une oreille tendue vers la conversation de son frère. C’était Bobby, et il l’espérait bien, Bobby qui avait une affaire pour eux. Il avait l’impression d’avoir exploré tous les bons plans de la ville, et la réputation de Dean avec les femmes commençait un peu trop à être connu de tous et surtout de toutes… Autrement dit, il fallait qu’il fiche le camp ! Pour ça et aussi parce qu’il avait envie de chasser et de se défouler. Les amours de son frère c’était bien beau mais lui il commençait à s’ennuyer ferme !

- Ok, merci Bobby, si tu as quelque chose tu nous appelles. Bye.
Sam raccrocha, posant son portable sur le chevet.
- Alors ? !
- Alors il n’a rien pour l’instant mais dès qu’il à une affaire il nous appelle.
- Tu veux dire qu’il n’y a pas la moindre petite activité démoniaque, nulle part, rien, nada ? !
- Rien qui a attiré l’attention de Bobby.
- Oh allez tu me fais marcher… ?
- Non.
- Je pari que si mais que tu te gardes bien de me le dire !
- Pourquoi je ferais ça ? ! S’agaça Sam.
- Pour rester ici avec Sheri peut être bien…
Le chasseur eût un petit sourire mi amusé mi agacé.
- Tu te trompes complètement. Je ne ferais pas ça… Et tu le sais.
- Ouais avoue que tu es complètement accroc.
- La ferme !
- Non mais je te comprends, elle a… Pleins d’atout de son côté, et puis elle sait qui on est tout ça… Et sinon comment elle se débrouille au lit ?
- Dean ! C’est de Sheri qu’on parle… Ca ne te gêne pas de me poser ce genre de questions ? !
- C’est qu’elle apprend vite, je suis juste un peu curieux… Aller Sam, dis-moi tout !
- Non !
- Vous l’avez fait au moins ?
- Je ne te dirais rien, laisse tomber !
- Tu as fait d’elle une femme ?
Sam secoua la tête d’énervement, ne répondant pas.
- Ne me dis pas… Tu passes tes nuits chez elle et vous n’avez rien fait ? !
- Je n’ai pas l’intention ni de parler de ça avec toi, ni de me justifier…
- Tu n’es pas drôle ! Bouda Dean.

Quelques petits coups retentirent à la porte de leur chambre. Se regardant quelques secondes, Dean finit par se lever pour aller ouvrir. Quelle ne fut pas sa surprise de tomber nez à nez avec Sheri alors qu’ils parlaient justement d’elle.

- Quand on parle du loup !
- Salut.
- Entre… Je t’en prie.
La jeune femme passa la porte alors que Dean refermait derrière elle. Sam jeta un œil au réveil sur la table, il était à peine deux heures de l’après-midi, comment se faisait-il qu’elle ait déjà quitté son travail ?
- Hé ! Il est encore tôt, tu as déjà finit ? ! S’étonna-t-il.
- Oui…
- Tout va bien ? !
- Non. Non ça ne va pas du tout !

Dean et Sam échangèrent un regard. Ce dernier se levant de son lit, il marcha jusqu’à sa petite amie qui commençait à tourner en rond dans la chambre.

- Ok, vient t’asseoir. Lança-t-il en la poussant vers le bout du lit. Qu’est-ce qui se passe ? !
- Il y a eût un accident à la blanchisserie. Un homme est mort.
- Quoi ? ! Qu’est-ce qui s’est passé ?
- Il a été tué.
- Par qui ?
- La petite fille… Le fantôme.
Sam la regarda surpris alors que Dean écarquillait les yeux.
- Quel fantôme, où ça ? ! S’écria-t-il.
- Hum… Sheri a crût voir un fantôme… La nuit dernière.
- Elle est réelle Sam.
- Et tu n’as pas crû bon de me le dire ? ! S’énerva Dean.
- On pensait qu’elle avait juste fait un cauchemar…
- Un fantôme… Génial ! Se réjouit un peu trop l’aîné.
Le cadet reporta son attention sur sa petite amie, s’accroupissant à sa hauteur.
- Sheri… Comment tu sais que c’est ce fantôme qui a fait ça ? !
- Elle me l’a dit.
- Mais pourquoi elle a fait ça ? ! S’enquit Dean.
Sheri prit une petite inspiration, refoulant la boule qui l’étranglait.
- Pour moi. Elle l’a fait pour moi… Avoua-t-elle.
- Tu lui as demandé ? !
- Bien sûr que non ! Rétorqua-t-elle à l’aîné.
- Pourquoi elle aurait fait ça pour toi ? ! Demanda Sam perdu.

Sheri se mordit la lèvre, se levant finalement pour faire quelques pas.

- Sheri ? ! Insista Sam.
- Parce que… Parce que cet homme, je le connaissais.
- D’où ? !
- De quand j’étais petite. La petite fille… Elle le connaissait aussi, et il nous faisait très peur à toutes les deux. Elle a fait ça pour me protéger… Pour nous protéger.
- Pourquoi il te faisait peur ? !
- Son nom c’était Caleb. Et c’est lui qui… C’est lui qui m’a conduite dans la forêt chez ce démon.

Les deux frères se regardèrent perdu. Ils ne comprenaient plus rien, son histoire devenait de plus en plus folle et irréelle.

- Pourquoi il a fait ça ? !
- Ca n’a pas d’importance. Répondit-elle. Mais cette fille… Elle est capable de tuer alors…
- Attend une minute. D’où tu la connais cette fillette ? !
- On était ensemble… là-bas.
- Chez le démon ?
- Non avant… Je ne me souviens pas bien d’elle, tout est encore très flou dans ma mémoire. Mais je crois qu’elle était chez Caleb avec moi.
- Sheri… Je ne suis pas. C’est ce Caleb qui t’a enlevé ? ! Continua Sam.
- Non…
- Alors c’est lui qui t’a trouvé ? !
Elle poussa un soupir, se tournant vers eux les bras croisés sur sa poitrine.
- Je crois qu’elle va recommencer. Lança-t-elle.
- Pourquoi tu ne réponds pas à la question ? !
- Elle va tuer d’autres personnes, il faut qu’on l’en empêche !
- Mais on ne peut pas le faire si tu ne nous dit pas toute la vérité ! ?
- Elle va tuer mes parents !

Dean et Sam se regardèrent un peu surpris. Elle connaissait toute la vérité sur ce qui lui était arrivé mais ne se décidait pas à le leur avouer !

- Pourquoi tes parents ? !
- Parce que… Je le sais ! S’écria-t-elle.
- Pourquoi ? !
- Parce que !
- Dis-nous pourquoi ? ! Il y a bien une raison ? !
- Parce que tout ça c’est à cause d’eux ! S’énerva-t-elle. Parce que je les déteste, je les hais et je voudrais qu’ils meurent pour ce qu’ils m’ont fait subir !

Des larmes de rages coulèrent sur ses joues alors qu’elle réalisait la portée de ses paroles. Elle regarda Sam et Dean interloqués qui la dévisageait comme s’ils avaient une autre Sheri en face d’eux. Elle-même ne se reconnaissait pas dans ce qu’elle venait de dire mais au fond, le pensait. Une partie d’elle voulait la vengeance, voulait qu’ils souffrent comme elle avait souffert.
Elle posa une main sur ses lèvres, consciente que son aveu pouvait être prit au pied de la lettre par des oreilles mal intentionnées.

- Je ne voulais pas dire ça…
- Et moi je crois que si. Affirma Dean.
- Je ne veux pas qu’ils meurent… Je ne veux pas.
- Caleb Scott. Reprit Dean. Je me souviens maintenant… Je savais bien que j’avais déjà vu sa tête quelque part ! C’est l’homme que tu nous avais montré dans les rapports de police. Et il connaissait ton père !
Sam posa les yeux sur sa petite amie, la dévisageant.
- C’est lui qui est mort ? !
Elle acquiesça lentement.
- Plus de mensonges. Tu sais ce qui c’est passé… Dis-nous la vérité. Pourquoi tes parents sont responsables, qu’est-ce que ce type vient faire dans cette affaire ? !
Sheri prit une petite inspiration, refoulant de nouvelles larmes.
- Tout est devenu clair quand j’ai revu mes parents. Je me souviens parfaitement de ce jour là… Elle fit quelques pas pour se donner une contenance. Y a jamais eût de rivière, ni de disparition ou d’accident. On ne m’a pas enlevé non plus… Elle soupira. La raison pour laquelle mes parents ne m’ont jamais cherché c’est parce qu’ils savaient très bien où j’étais.
- Comment ça ? !
- Je me souviens être venu ici quand j’étais enfant avec mon père. Ca c’est passé un soir, il avait donné rendez-vous à Caleb pas très loin d’ici. C’est là qu’ils ont fait l’échange…
- L’échange ?
- Moi… Contre… De l’argent.
- Tes parents… T’ont vendues ? !
- A Caleb… Qui faisait le lien avec le démon chez lequel j’ai atterris.
- Oh mon dieu… Réalisa Sam.
- Tes parents savent que tu sais ? !
- Oui et quand j’ai demandé pourquoi… Ils m’ont dit… Que j’étais une enfant trop difficile, parce que j’étais malade ! Ils m’ont remerciée, pour le sacrifice que j’avais fait pour eux… Pour qu’ils aient une belle vie…

Dean se laissa tomber contre le bureau essayant d’assimiler l’idée que des parents pouvaient faire ça à leur propre enfant, à leur petite fille. La vendre pour de l’argent. Sam resta silencieux aussi durant quelques secondes, comprenant maintenant le pourquoi du comment. Il comprenait pourquoi elle s’était enfuie de cette façon, pourquoi elle semblait tant les détester…

- Pourquoi tu ne nous l’as pas dit… ?
- J’ai essayé. Le soir avant que vous partiez… Mais… Je ne voulais pas être un poids pour vous, vous ne méritiez pas ça. Vous pensiez que j’avais retrouvé une vraie famille et que j’étais bien et ça vous faisait plaisir pour moi, je n’ai pas eut le courage de briser tout ça.
- Alors tu es resté avec tes parents, en sachant ce qu’ils t’avaient fait… Juste pour qu’on ne se fasse pas de soucis pour toi ? !
- J’avais déjà mon plan en tête depuis un moment. Celui de disparaître… C’était plus facile pour tout le monde. Mais j’avais sous estimé votre acharnement à vouloir connaître la vérité.
- Tu n’avais pas besoin de faire ça.
- Si. Reconnaissez-le, si je vous avais tout dit, nous ne serions pas là en train d’en discuter, vous chercheriez toujours une solution pour moi, coincé chez Bobby avec une incapable de la vie.
- Tu as probablement raison. La fin est justifiée mais les moyens employés sont un peu radicaux ! Avoua Dean.

Sam passa une main sur son visage, se remettant de ce trop plein d’informations qui faisaient naître trop de sentiments contradictoires à la fois.

- Cette petite fille alors… Elle aussi ses parents…
- Se sont conduit comme des enfoirés ? ! Termina Dean.
- Je suppose. J’ai du mal à me souvenir d’elle… Elle m’est familière mais…
- Tu crois qu’elle va s’en prendre à tes parents ? !
- Je pense.
- Sauf que si c’est toi qu’elle hante… Et c’est le cas puisqu’elle t’a suivit chez toi et à la blanchisserie, elle ne peut pas atteindre tes parents. A moins que tu n’ailles les voir.
- Ce qui n’arrivera pas. Je ne veux plus les voir jamais.
- On ne t’en blâmera pas. Acquiesça Dean.
- Mais il faut quand même qu’on te débarrasse de cette petite fille… Ce qui va être plus compliqué car si elle est dans le même cas que toi, elle ne doit apparaître dans aucun site d’enfants disparus et elle peut venir de n’importe où dans le pays.
- Peut être… Que je peux lui parler ? !
- Parler ? Avec un fantôme… Génial. Sauf qu’ils préfèrent généralement tuer d’abord et parler ensuite.
- A moi elle me parle… Elle dit qu’elle est mon amie.
- C’est une solution assez atypique et ça peut être dangereux.
- Vous avez une autre idée ?

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: Sell Your Soul [Suite de la femme sauvage] - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 19:10

Chapitre 14 : L'attaque.

Un peu plus tard chez Sheri.

Sheri sortit de la salle de bain vêtue d’un long tee-shirt seulement qui lui arrivait à mi cuisse. Sam la suivit des yeux ne pouvant détacher son regard de ses longues jambes alors qu’elle se dirigeait vers la cuisine. Il la regarda se servir un verre d’eau, son cœur manquant un battement quand elle leva les bras vers le placard au-dessus de l’évier pour prendre un verre, dévoilant ainsi un peu plus de peau qu’il n’avait l’habitude d’en voir. S’obligeant à ne pas la fixer de cette façon il fut presque soulagé quand elle lui adressa la parole, faisant redescendre la tension qui grimpait en flèche chez lui.

- Tu sais, je ne suis pas sûre que tu devrais rester cette nuit…
- Hors de questions que je te laisse toute seule avec un fantôme !
- Mais tu lui fais peur, elle ne se montrera peut être pas !
- Tant pis… Et je ne vois pas pourquoi je lui fais peur ? !
Sheri eût un léger rire amusé.
- Quoi ? ! S’étonna-t-il.
- Tu te demandes pourquoi tu lui fais peur ? !
- Oui. Je n’ai pas l’air si méchant.
Elle s’avança vers lui tout en secouant la tête.
- Peut être parce que tu es grand, costaud et que tu pourrais sûrement la briser en deux d’une seule main ? !
Sam fit une légère moue.
- Toi je ne t’effraie pas !
- Plus maintenant mais au début de Dean et toi, tu m’impressionnais le plus.
Il leva la tête vers elle surpris.
- Je te faisais peur ? !
- Au début. Plus maintenant… Insista-t-elle.
- Pourquoi plus que Dean ? !
- Parce que tu es plus impressionnant physiquement c’est tout.
- Et parce que je ressemblais plus à la chose avec laquelle tu as grandis ? ! Comprit-il.

Sheri s’avança vers le canapé s’asseyant à côté de lui avec un petit soupir.

- Tu n’as rien à voir avec lui. Rien du tout… Affirma-t-elle.
Elle posa le bout de ses doigts sur sa joue, repoussant quelques mèches de ses cheveux.
- Toi tu es gentil… J’aime la façon que tu as d’être si doux avec moi. Ca me fait me sentir en sécurité quand je suis dans tes bras.
- Parfois… J’ai peur de te faire du mal. Quand tu es avec moi. Avoua-t-il.
- Pourquoi tu me ferais du mal ? !
- Je ne sais pas, c’est probablement idiot mais j’ai parfois l’impression que tu es comme… Une poupée de porcelaine, que je pourrais te briser si je ne fais pas attention.
- Je suis plus forte que tu ne crois. Assez forte pour avoir enduré bien des douleurs alors je t’assure que tu ne risques pas de me faire grand mal. A moins de le faire exprès ce dont je doute un peu…

Il posa sa main sur la sienne et embrassa ses doigts avant de la regarder longuement. Se penchant légèrement il vint à la rencontre de ses lèvres qu’il captura pour un baiser long, tendre et plein de sentiments. Sheri fourragea ses mains dans ses cheveux, glissant ensuite jusqu’à sa nuque où elle s’arrêta tandis que Sam passait un bras autour de sa taille pour l’attirer contre lui. Prenant les devants pour une fois, elle l’enjamba et se posa sur ses genoux, une jambe de chaque côté des siennes. Tout en continuant de l’embrasser il laissa ses mains quitter sa taille et descendit lentement sur ses hanches, puis la naissance de ses reins jusqu’à ses fesses sur lesquelles il s’arrêta, figé.

Elle s’écarta légèrement de lui, mettant fin à leur baiser et le regarda quelques instants l’air un peu gêné.

- La gifle je la préfère sur la joue droite. Affirma-t-il.
- Pourquoi je te giflerais.
- Je n’outrepasse pas les limites ?
- Quelles limites ? S’étonna-t-elle.
- Je ne veux pas te forcer à aller trop vite.
- Non, ça va. A vrai dire je voulais te demander quelque chose… Avoua-t-elle un peu embêtée.
- Laquelle ?
- Si… Je peux déboutonner ta chemise… ?
Sam eût un petit rire amusé.
- Ne demande pas. Fais-le.

Un sourire passa sur les lèvres de la jeune femme alors qu’elle s’attaquait aux boutons de sa chemise. Elle les défit l’un après l’autre prenant son temps et dévoilant à chaque fois un peu plus son torse aux muscles si impeccablement dessinés. Quand le dernier céda Sam se releva légèrement et l’aida à la faire glisser avant de s’en débarrasser pour de bon. Sheri posa ses mains sur ses épaules, les faisant glisser sur sa peau alors qu’il reprenait possession de ses lèvres. Ses mains à lui continuèrent de glisser et vinrent caresser ses cuisses, sa peau douce et parfaitement lisse. Ses jambes étaient la seule partie de son corps qui était à peu près épargné par les traces de sa triste enfance.
Sheri se pressa un peu plus contre lui, Sam remonta une main autour de sa taille et la faisant basculer l’allongea sur le canapé, se calant contre elle sans l’étouffer. Les mains de la jeune femme passèrent sur ses hanches puis remontèrent sur son dos. Le chasseur quitta ses lèvres et vint plonger sa bouche sur son cou, sa gorge, puis descendit un peu plus. Il l’embrassa par-dessus son tee-shirt fin à la naissance de sa poitrine, ses mains frôlant son corps en entier, traçant des sillons au-dessus de son vêtement. Parfaitement détendue, elle se laissait aller sans inhibition à ses caresses. Les yeux clos, elle était ou semblait parfaitement prête à pousser le jeu un peu plus loin.

Un doute envahit tout de même Sam, elle n’avait pas fixé de limite, mais il se demandait aussi si elle était vraiment prête. Consciente de jusqu’où ça les conduirait… S’étant figé, elle ouvrit les yeux pour l’interroger du regard. Elle lui fit un sourire auquel il répondit.

- Tu es bien ? ! Lui demanda-t-il.
- Oui.
- Tu veux qu’on arrête là ? !
- Non… Avoua-t-elle.

Sam lui sourit de nouveau et se rallongea contre elle, l’embrassant de nouveau. Le ballet des caresses reprit, Sheri toujours aussi détendue. Les yeux clos pour profiter au maximum des nouvelles sensations de son corps, elle roula légèrement sa tête sur le côté quand il l’embrassa une nouvelle fois dans le cou… Battant des paupières plusieurs fois elle finit par apercevoir une silhouette familière juste à côté du canapé. Ecarquillant les yeux, elle n’eût pas le temps d’ouvrir la bouche pour prévenir Sam que la petite fille était là qu’elle commit l’irréparable…

- Ne touche pas mon amie !

Le chasseur n’eût pas le temps de comprendre quoi que ce soit, tout se passa trop vite. La dernière chose qu’il entendit fût Sheri hurler son nom… Avant de sombrer.

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: Sell Your Soul [Suite de la femme sauvage] - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 19:31

Chapitre 15 : Une chasse pas comme les autres.

Une violente douleur irradia son crâne lorsqu’il commença à reprendre connaissance. Quelque chose l’avait frappé à la tête, il ignorait quoi mais il sentait bien la bosse sur le haut de son front. Il lui fallut quelques secondes pour réaliser que quelque chose de froid était posé dessus et que malgré tout c’était un certain soulagement. Se forçant à ouvrir les yeux il vit trouble quelques instants mais cela ne dura pas. Très vite le visage de Sheri se dessina au-dessus de lui.

- J’ai compris… Le sexe… C’est mal.
C’était en effet la dernière chose qu’il avait en mémoire pour le moment.
- Sam… Est-ce que ça va ? ! S’enquit Sheri.
- J’ai connu pire. Qu’est-ce qui c’est passé ?
- La petite fille, elle s’en est prit à toi.
Il se rappela aussi l’avoir entraperçut avant que tout devienne sombre.
- Où est-elle ? !
- Partie…
- Tu vas bien ?
- Oui. Elle ne s’en est pas prit à moi.
- Tant mieux. Soupira-t-il soulagé.
- Je suis désolé… C’est ma faute. Elle a sûrement crû bien faire.
Sam se releva prenant soin de garder la serviette pleine de glace qu’elle avait posé contre sa bosse.
- Non ce n’est pas ta faute.
- Si tu n’étais pas avec moi, elle ne t’aurait pas frappé.
- Cette petite peste est incroyablement forte !
- Cette fois tu ferais mieux de rentrer au motel, imagine qu’elle revienne en pleine nuit et qu’elle décide de s’en reprendre à toi ? !
- Tu as probablement raison, je ferais mieux de rentrer…
- Oui.
- Mais tu viens avec moi !
- Pour qu’elle s’en prenne à Dean et toi de nouveau, pas question !
- T’inquiète pas, on sécurisera les lieux.
- Mais il faut que je lui parle ! Peut être que je peux lui faire entendre raison…
Sam eût un rire un peu moqueur.
- Crois-moi si elle est capable de tuer ce n’est pas en lui tapant sur les doigts et en lui disant que ce qu’elle fait est mal qu’elle comprendra !
- Mais je sais ce qu’elle ressent. Et si on veut qu’elle puisse trouver la paix…
- Je sais. Mais ce n’est pas cette nuit que ça arrivera, va t’habiller on en reparlera demain d’accord ? !

Sheri poussa un petit soupir mais acquiesça puis se dirigea vers la salle de bain.

La matinée était encore jeune, Sheri n’arrivait pas dormir. Elle avait tellement l’habitude de se lever tôt que malgré la fatigue il lui était impossible de dormir plus. Les deux frères eux dormaient du sommeil du juste. Se levant lentement du lit qu’elle partageait avec Sam, Sheri fit quelques pas dans la chambre. Elle passa la ligne de sel qui se trouvait devant la porte jusqu’à la fenêtre et vint s’asseoir sur le rebord de cette dernière à la lumière du jour naissant. Ramenant ses genoux contre elle, elle observa le ciel chargé de couleurs rouge orangé. La journée allait être belle à n’en pas douter…

Brusquement de l’autre côté de la fenêtre, elle aperçut la silhouette de la petite fille, tenant Teddy dans ses bras et qui la regardait longuement, l’air mi fâché, mi peiné. Sheri la regarda en contrepartie quelques instants puis jeta un œil à la ligne de sel qui l’empêchait d’entrer… De son pied elle dispersa le sel, rompant ainsi la barrière de protection. Se retournant de nouveau pour dire à la petite fille d’entrer, elle ne la trouva plus…

- Pourquoi tu es méchante avec moi ? ! Nous sommes des amies.

Sheri sursauta en entendant la voix de l’enfant qui était déjà dans la chambre. Posant les yeux sur elle, elle posa un doigt sur ses lèvres pour lui intimer de parler moins fort.

- Je ne suis pas méchante, c’est toi…
- Je te protège.
- Tu t’en es prise à mon ami.
- Il te faisait mal.
- Non. C’est faux… Il est gentil.
La petite fille s’avança vers Sheri, suspicieuse.
- Tu l’aimes plus que moi ? !
- C’est différent. Répondit la jeune femme.
- On est amie pour toujours n’est-ce pas ? !
- Bien sûr.
Un sourire passa sur le visage de l’enfant. Elle se tourna vers Sam et Dean endormis.
- Tu veux venir jouer avec moi ? !
- On risque de les réveiller…
- Je connais un endroit, dans la forêt. Ils ne sont plus là-bas à présent…
- Où ça ? !
- A la cabane. Tout là-haut.
- La cabane…

La jeune femme fronça les sourcils, fouillant sa mémoire qui était encore si flou. L’image d’une maison tout en hauteur se dessina dans son esprit, presque clairement. Elle voyait l’endroit, oui, ça lui disait quelque chose ! C’est là que Caleb les gardait, dans la très haute cabane presque au-dessus des arbres. Elle se rappelait l’immense arbre qui l’abritait ainsi que l’échelle…

- Vient avec moi maintenant… Lança l’enfant.
- Je ne peux pas… Mais je t’y rejoindrais plus tard.
- Ils ne te feront pas de mal… Je peux…
- Non ! S’il te plaît. Ne leur fait pas de mal. Je ne veux pas que tu les touches.
- Pourquoi ? !
- Je le l’ai dit, ils sont gentils. Tu es mon amie ?
- Oui.
- Alors tu dois écouter ce que je te dis…
Sheri eût comme un flash dans sa tête. Un nom lui sauta à l’esprit sans qu’elle n’en sache la provenance.
- S’il te plaît… Whitney.
L’enfant sourit en entendant son prénom.

- Alors Teddy et moi on t’attendra là-bas.
- D’accord. Je viendrais.

Un peu plus tard.

- Tu l’as laissé entré, est-ce que tu es devenu folle ? ! S’écria Dean en avisant la ligne de sel rompue.
- Non. Je me sens bien merci.
Dean poussa un soupir tout en se tournant vers son frère afin qu’il plaide en sa faveur.
- Elle aurait pu nous tuer. Expliqua Sam.
- Non. Elle ne l’aurait pas fait.
- Elle n’a pas hésité hier soir ! Lui rappela-t-il en désignant sa bosse.
- Je sais. Mais elle m’a promis de ne vous faire aucun mal… Et son prénom c’est Whitney, je ne connais pas son nom de famille.
- Les fantômes ont une parole maintenant ? ! Lança Dean acerbe.
- Elle tient à notre amitié.
- Sam dis lui qu’on ne devient pas ami avec un truc mort, c’est dégoûtant !
Sheri se tourna vers Dean lui lançant un petit regard plein de sous entendu.
- Je te signal que tu es mort toi aussi ! Ca ne t’empêche pas d’être mon ami !
- Ce n’est pas pareil, j’ai ressuscité moi !
- Et techniquement parlant qu’est-ce qui te différencie d’elle ? ! Elle à un corps, elle parle, elle pense…
- Elle tue des gens, elle craint le sel et le fer et j’ai bien meilleure mine qu’elle !
- D’accord, stop temps mort ! Lança Sam en mettant fin à la joute verbale qui bien que passionnante les éloignaient du sujet principal. Sheri, qu’est-ce que tu as apprit d’autre que son nom ?
- Je me souviens de l’endroit où il nous gardait. Toutes les deux… Et je crois qu’on doit aller là-bas.
- Où c’est ? !
La jeune femme prit un petit temps de réflexion.
- Je ne sais pas exactement. Je sais que ça se trouve dans la forêt…
Dean et Sam échangèrent un regard un peu ennuyé.
- C’est plutôt vague.
- C’est une sorte de cabane en hauteur. Elle est dans un très grand arbre…
Sam fronça les sourcils.
- Est-ce qu’elle est plus haute que la cime des arbres ? !
- Oui… L’étage tout en haut, on voit très loin.
- Ca doit être une ancienne tour d’observation. Il ne doit pas y avoir des milliers dans la région.
- Tu penses que son corps est encore là-bas ? ! Demanda Dean.
- Son corps… Pourquoi, son corps ? !
- Tu sais, salez, arrosez d’essence et laissez cuire jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien. C’est comme ça qu’on tue les fantômes.
- Oh… Je ne sais pas. Avoua-t-elle.

Sam sortit une carte de la région qu’il étala sur le grand bureau. Ce genre de point d’observation était généralement indiqué sur les cartes. Avec un peu de chance, ils trouveraient sans grand mal celle dont elle se souvenait.

La Chevrolet était garé en haut du chemin ne pouvant aller plus loin sous peine de tuer ses pneus, ses amortisseurs et son conducteur qui désespérait déjà de la voir sale. La route était vraiment peu adaptée pour une voiture de ce genre, elle était pleine de trous, de bosses, de gros cailloux. Seul un tout terrain pouvait aller plus loin. Ils devaient donc continuer à pieds.
Sheri en tête d’expédition pendant que les garçons se « préparaient » pour les quelques kilomètres qu’il restait à faire chercha un repère familier, quelque chose qui la rassurerait sur le fait qu’ils allaient dans la bonne direction. Mais rien ne ressemblait plus à de la forêt que de la forêt ! Le seul coin qu’elle connaissait bien était les bois autour de la cabane de son enfance. Cette dernière ne se situait d’ailleurs pas si loin et cette idée la fit frémir un peu plus.

- Crapahuter dans la forêt, youpi ça m’avait manqué… Bouda Dean.
- Voit le bon côté des choses, on va chasser un fantôme.
- C’est bien la seule raison pour laquelle je viens !

Dean le sac d’arme sur l’épaule et Sam équipé d’un sac plus léger qui contenait de l’eau et un peu de nourriture rejoignirent Sheri.

- Quelque chose te semble familier ? !
- Tout et rien à la fois. Avoua-t-elle.
- Normalement la tour d’observation se trouve à quelques kilomètres au sud. Indiqua Sam.
- On est censé trouver quoi là-bas ? !
- Une tour d’observation au sommet d’un arbre ! Elle est ancienne, elle est normalement condamnée mais je suppose que pas grand-chose n’empêche d’y accéder.
- Bien allons-y alors !

L’aîné ouvrit la marche motivé seulement par l’idée que tout ceci se terminerait par une chasse. Dès qu’il s’agissait de fantôme, enfant ou pas, son instinct prenait le dessus. De plus le fait qu’elle ait tué et s’en soit pris à son frère n’aidait pas. Sheri avait beau… « être amie » avec elle d’une façon un peu trop tordue à son sens, elle n’en restait pas moins la chose à abattre à ses yeux.
Sam emboîta le pas à son frère saisissant la main de Sheri pour ne pas la perdre de vue. Elle n’avait pas l’air très à l’aise dans le coin et il y avait de quoi.

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: Sell Your Soul [Suite de la femme sauvage] - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 19:33

Chapitre 16 : Souvenirs.

Ils marchèrent presque deux heures avant d’arriver à un autre chemin s’enfonçant dans les bois et quittant la route. L’endroit était par chance balisé par des anciennes traces de peinture sur les arbres. Mais même sans ça, une boussole et une bonne carte suffisait à ce repérer. Ce n’était pas la première fois qu’ils allaient dans les bois pour traquer, et ce ne serait pas la dernière non plus.
Bientôt ils atteignirent une petite clairière ou les plus gros arbres avaient été coupés à la tronçonneuse. Les rondins étaient encore là, entassés dans un coin et recouvert par une bonne couche de mousse et de végétaux.

Au fond de cette clairière peu naturelle, se trouvait finalement le grand arbre et la cabane à son sommet. Une échelle en fer courrait le long du tronc et permettait de grimper jusqu’en haut. Sam sentit la main de Sheri se crisper sur la sienne, cet endroit lui rappelait beaucoup de choses. Trop de choses…

- Ca va ? !
- C’est là.
- Certaine ? !
Elle acquiesça lentement.
- Bon et maintenant, on fait quoi ? ! Demanda Dean.
- On monte !
- Quoi là-haut ? !
- On n’est pas venu juste pour regarder…
- Y a que moi à qui ça vient à l’esprit que depuis le temps que ce truc est là, il pourrait se casser la figure ? !
- Je pense que s’il avait dû se casser la figure, ce serait déjà le cas !
- Passe devant… Maugréa Dean.

Sam secoua les épaules et se dirigea vers l’échelle en fer. Il en testa la solidité avant de monter mais celle-ci ne bougea pas d’un pouce alors il posa le pied sur le premier barreau et commença l’ascension. Sheri le suivit et Dean ferma la marche, moins rassuré. La hauteur ce n’était pas vraiment son truc. Au bout de quelques minutes Sam atteignit l’intérieur de la maison. Une chaîne pendait de chaque côté du sas qui y menait, signe qu’on l’avait coupé pour y entrer bien avant ça. Une fois sur le plancher il constata que la construction était vraiment solide, aucune crainte à avoir. Se penchant il tendit la main à sa petite amie pour l’aider à monter puis en fit de même avec son frère, crispé qui ne semblait pas ravi.

Sheri regarda tout autour d’elle, les sourcils froncés. Tout ce qu’il y avait là, tout ça lui était familier. Plus qu’elle n’aurait voulut. Elle aurait préféré se tromper et se rendre compte que cette partie de son histoire était due à son imagination. Mais ce n’était pas le cas…

- On va commencer par fouiller ici et ensuite à l’étage.
- On cherche quoi au juste ? !
- Je ne sais pas trop… Des indices.
- Parfait, grouillons-nous alors plus vite on trouvera plus vite on redescendra.

Les deux frères posèrent leur sac avant de faire le tour de la première pièce. Ce n’était pas bien grand mais il y avait pas mal de rangement, des endroits où ils avaient pu planquer des choses. Ils ne savaient guère quoi mais il fallait bien donner une raison à leur visite.
Sheri elle se dirigea vers la seconde petite échelle qui conduisait au second étage. Elle y grimpa, cet acte lui semblant familier.

Dans la pièce du haut se trouvait un lit qui était maintenant effondré. Il ne restait qu’un matelas sur le sol. Prenant une petite inspiration elle se souvint que c’est là où elles étaient gardés, dans cette pièce sur ce matelas.

- Tu es venue ! Lança une voix familière.
Sheri sentit l’étreinte de l’enfant qui la serra dans ses bras. Elle ne lui arrivait qu’à la taille, ses mains se renfermant sur ses hanches et sa tête sur son ventre.
- Je suis tellement heureusement qu’on soit de nouveau réunies ! Continua-t-elle.
- Oui. Je suis là.
L’enfant s’écarta de Sheri, elle avait un grand souvenir sur les lèvres.
- On ne se quittera plus maintenant ! Plus jamais !
- C’est là… Qu’il nous gardait, sur ce matelas. Je m’en souviens…
- Mais il est partit maintenant ! Et on est ensemble.

Sheri s’avança vers le matelas sur le sol et lentement s’y assit. Whitney la rejoignit d’un bond, se posant à côté d’elle.

« Mackenzie posa sa main sur la bouche de Whitney, la faisant taire alors qu’elle appelait ses parents avec désespoir, des larmes roulants sur ses joues.

- Chut, ne fais pas de bruits… Il n’aime pas qu’on pleurniche !
- Je veux mes parents…
- Je sais. Moi aussi. Mais il faut être sage sinon il sera très en colère.
Whitney continua de pleurer, les paroles de l’autre petite fille ne la convaincant guère.
- Je veux rentrer chez moi.
- On ne peut pas. On n’a pas le droit de bouger du matelas.
- J’ai peur.
- Moi aussi.
Un bruit retentit à l’étage du dessous, comme un coup dans le plafond.
- Fermez là, ne m’obligez pas à monter ! Tonitrua une voix.
La petite pleura de plus belle, Mackenzie essaya de la réconforter et de lui dire de ce taire sans succès.
- Ecoute, arrête de pleurer sinon il va monter ! Tenta-t-elle.
- Je veux mon papa !
- Chuuut… Tiens, regarde !
Mac sortit Teddy de sous une couverture. Whitney le regarda un instant en oubliant de pleurer quelques secondes.
- Son nom c’est Teddy ! Je te le donne…
La petite fille sembla hésiter puis hocha la tête.
- Je te le donne mais tu arrêtes de pleurer d’accord ? !
- Oui…
Whitney serra l’ours en peluche dans ses bras, plongeant son visage mouillé tout contre lui. Mackenzie les larmes aux yeux passa un bras autour des épaules de sa nouvelle amie, désormais elle n’était plus seule… »

- Mackenzie, est-ce que tu pleures ? !
- Je suis désolé… S’excusa la jeune femme.
- Pourquoi ? !
- Je ne peux pas rester… Et toi non plus.
- Bien sûr que si.
- Whitney… J’ai besoin que tu me dises ce qu’il c’est passé, je ne m’en souviens pas.
- De quoi tu parles ?
- Il s’est passé quelque chose de terrible. Tu t’en souviens toi ?
- Non ! Je t’ai attendu pendant très longtemps, tu ne peux plus repartir !
- Whitney… Tu ne peux pas rester avec moi.
- Tu as juré ! Tu as dit qu’on resterait toujours amie !
- Je sais… Et nous serons toujours amie. Mais tu es… Morte. Et moi en vie.
La petite fille sembla réfléchir quelques secondes.
- Alors… Si on veut rester ensemble pour toujours, tu dois mourir aussi.

Sheri ouvrit grand des yeux effarés.

- Non Whitney !
- C’est la meilleure solution… Ca ne fera pas mal longtemps, je te le promets.
Sheri se leva d’un bond s’éloignant de la fillette qui avait maintenant les yeux menaçants, elle semblait déterminée et prête à tout pour garder sa meilleure amie près d’elle.
- Tu ne peux pas faire ça… Je ne veux pas mourir.
- Pourquoi ? ! Moi je le suis bien.
- Ne fait pas ça.
- C’est la seule…

Un coup de feu retentit brusquement faisant sursauter Sheri. L’enfant disparut s’évaporant dans les airs aussi vite qu’elle était venu. La jeune femme posa les yeux sur la trappe qui conduisait à l’étage inférieur et aperçut Dean son fusil dans la main. Il termina de grimper et se dirigea vers Sheri.

- Est-ce que ça va ? !
- Oui. Merci…
- Elle est vraiment trop sympa ta copine ! Dans la vie dans la mort ce n’est pas seulement une façon de parler pour elle.
- Elle est seule et perdue.
- Ouais elle est morte et en colère surtout… Aller redescendons avant qu’elle ne se pointe de nouveau.

Ils redescendirent par l’échelle rejoignant Sam qui avait entendu le coup de feu et arborait un visage inquiet. Il sembla soulagé cependant quand il vit que Sheri n’avait rien. Ce n’était alors pas bien difficile de comprendre ce qu’il c’était passé.

- Whitney ? !
- Elle est partit pour le moment mais à n’en pas douter elle reviendra ! Affirma Dean.
- Vous avez trouvé quelque chose ? !
- Quelques papiers. Une sorte de comptabilité… Il semblerait que pendant quelques temps Caleb ce soit servit de cet endroit comme d’une sorte de…
- Marché aux esclaves. Termina Dean.
- Oui… Et ses clients sont un peu douteux. Je crois qu’il faisait une sorte de trafic d’enfant humain avec ces démons. Que des petites filles… Toute le même type.
- Comment ça ?
- Des enfants intelligentes, brune…
- Pourquoi ? ! S’enquit Sheri.
Sam échangea un regard ennuyé avec Dean.

- J’ai une théorie, mais elle ne va sûrement pas te plaire.
- Dis-moi quand même ! ?
- Et bien… Cette espèce se savait probablement en voie d’extinction. De plus en plus de chasseurs étaient après eux… Alors, d’après-moi et ce n’est pas une certitude. Je pense qu’ils voulaient… Procréer, avec des humaines afin de faire perdurer l’espèce tout en se fondant dans la masse. Ils espéraient peut être pouvoir continuer de vivre de cette façon en devenant un peu plus humain….
- Ouais et comme leur charme n’était pas à tout épreuve, ils ont cherchés de parfaites petites épouses qu’ils devaient dresser ! Conclut Dean.
- Mais comment… Ils ont eût l’argent pour… Nous acheter ?
- Ils tuaient des humains en guise de dîner, ils ont dû en dépouiller plus d’un au passage… J’imagine. Répondit Dean.
- Je crois que je vais être malade… Avoua Sheri sous le choc.
- Je suis désolé. Et ce n’est qu’une théorie ce n’est pas une certitude. On se trompe peut être.
- Ca tombe pourtant sous le sens.
- Beurk… Des bébés mi humain mi cannibale…

Sam lança un regard noir à son frère qui fit une petite moue d’excuse. Sheri s’appuya contre la table passant une main sur son visage fatigué. Plus elle en apprenait pire c’était… Quand est-ce que ce cauchemar finirait ? !

- On ferait mieux de retourner à la voiture avant qu’il fasse nuit ? ! Proposa Sam.
- Oh oui, barrons-nous de ce nid de coucou de malheur.
- Allez-y si vous voulez moi je reste ici ! Annonça la jeune femme.
- Pour quoi faire ? !
- Aider Whitney. La réponse est sûrement ici… Il n’y a qu’en restant là que je pourrais me souvenir de ce qu’il lui est arrivé.
- Mais peut être qu’elle est morte après que vous ayez été séparé ? !
- Non. Impossible.
- Pourquoi pas ? !
- Parce que je lui avais donné Teddy.
- Elle te l’as peut être rendu ?
- Non. Elle n’aurait pas fait ça… La seule façon que j’aurais eût de le récupérer c’est après sa mort.
Dean fit une moue.
- Pas question que je dorme là-dedans ! Je pionce en bas, je vous préviens !
- Je resterais ici avec Sheri.
- Et si ça tombe pendant la nuit ? ! S’enquit Dean.
- Ne dors pas sous l’arbre ! Répondit Sam en haussant les épaules.
- Vous êtes dingues ! Affirma-t-il boudeur.

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: Sell Your Soul [Suite de la femme sauvage] - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 19:34

Chapitre 17 : Dans les bras de Sam.

Un peu plus tard.

Sam termina de faire un cercle de sel dans toute la pièce, prenant bien soin de ne pas oublier la trappe seule issue de la pièce. Il en fit un autour des fenêtres aussi, pour être certain qu’elle n’entrerait pas. Ils avaient décidés de dormir en haut où se trouvait le matelas. Si c’est là qu’elle avait passé son temps enfant avant d’aller chez le démon, c’était aussi là qu’elle pourrait retrouver la mémoire. L’obscurité s’était installée dans la petite pièce, Sheri s’occupait d’allumer des bougies qu’elle avait repartit dans plusieurs coins de la pièce pour leur donner un peu de lumière. Il n’y avait pas l’électricité, ou plus du moins… Il y avait certainement un ancien générateur mais il ne devait plus fonctionner depuis le temps.

Sam jeta un coup d’œil par la fenêtre qui donnait sur la clairière en contrebas. Il aperçut son frère assit devant un feu qu’il avait allumé pour lui aussi avoir un peu de lumière. Il ne le distinguait pas vraiment, seulement sa silhouette et celle de son 45 posés sur ses genoux à portée de main.

- Tu crois qu’on devrait laisser Dean tout seul, c’est peut être pas très prudent…
- Ne t’inquiète pas pour lui. Il sait ce défendre… Et je crois qu’il nous envie pas d’être ici plutôt qu’en bas.
- Oui j’ai crût comprendre ça.

Sheri ferma le briquet dont elle se servait pour allumer les bougies. Poussant un petit soupir, elle prit la couverture se trouvant sur le matelas et l’étala par terre avant de s’y asseoir.

- Le matelas n’est pas à ton goût ? !
- Trop de souvenirs.
- Tu sais il est possible que tu n’ais pas été là quand elle est morte. Tu cherches peut être un souvenir qui n’existe pas.
Elle frissonna serrant ses bras contre elle.
- J’ai le sentiment que si. Je ne peux pas expliquer, je le sais c’est tout…
- Ok.
Sam vint s’asseoir à côté d’elle sur la couverture. Sheri passa entre ses jambes, se calant dans ses bras, sa tête posée contre le creux de son épaule.
- Je me souviens, quand Caleb un jour est monté et qu’il m’a dit qu’on partait. Un instant j’ai crû qu’il allait me ramener chez moi. Mais ce n’est pas là qu’il m’a conduite.
- Combien de temps tu es restée ici ?
- Quelques jours, semaines, je ne sais pas exactement. Je suis arrivé ici bien avant Whitney c’est tout ce dont je me souviens.
- Et tu es repartie seule ?
Elle acquiesça.
- Quand est-ce que ce cauchemar va prendre fin ? ! Soupira-t-elle.
- Bientôt. Je te le promets.
Sheri ferma les yeux, appréciant de se sentir en sécurité dans ses bras.
- Je me sens tellement bien dans tes bras que je me ficherais presque de l’endroit où nous sommes et de ce qu’il me rappel.
- Ce n’est pas si mal… Regarde on à un superbe lit très confortable, plaisanta-t-il, les bougies donnent une ambiance très romantique et si tu regardes par la fenêtre tu peux voir le ciel étoilé et la lune.
Sheri eût un petit rire amusé et s’écarta légèrement de Sam pour le regarder.
- C’est vrai… Ce n’est pas si terrible. Sourit-elle.
- Et le plus important… On est ensemble. Affirma Sam.
- C’est surtout pour ça que ce n’est pas si mal.

Ils se sourirent longuement, se regardant dans les yeux. La main de Sam se posa sous son menton et ses lèvres vinrent à la rencontre des siennes. Il l’embrassa lentement, langoureusement prenant son temps afin de faire durer chaque seconde comme si c’était des minutes. Sheri répondit à son baiser tout en posant les mains sur son torse qu’elle caressa à travers sa chemise. Les mains de Sam se posèrent quand à elles dans son dos, la caressant gentiment par-dessus son pull. Mettant fin à leur baiser, Sheri se redressa et se tourna complètement vers lui avant de s’attaquer aux boutons de sa chemise qu’elle commença à défaire l’un après l’autre…

Sam la regarda faire avant de retirer complètement cette dernière qu’il posa à côté de lui. Mais il portait encore un tee-shirt dessous, ce qui ne sembla pas beaucoup lui convenir non plus. Elle eût aussitôt fait de le lui retirer aussi et il termina avec sa chemise. Ses mains se glissant de nouveau sur ses muscles saillants, il reprit possession de ses lèvres, tout en s’agaçant un peu sur son pull qu’il rêvait de voir disparaître…

- Sheri…
- Oui ?
- Je peux t’enlever ton pull… ?
Elle eût un rire amusé.
- Ne demande pas. Fais-le. Répondit-elle de la même manière qu’il l’avait fait bien avant.

Un petit sourire passa sur le visage de Sam alors qu’il attrapait son pull et qu’il le passait par-dessus sa tête. Dessous elle ne portait qu’un caraco très moulant qui mettait en valeur ses formes féminines qu’elle cachait la plupart du temps. Elle avait un corps bien fait, bien proportionné dont elle ne jouait pas du tout. Il ne put s’empêcher de la regarder un long moment durant.

- Tu es tellement belle.

Sheri baissa la tête, les joues rosies. Sam vint reprendre possession de ses lèvres l’embrassant avec un peu plus de passion cette fois. Elle se rapprocha de lui d’avantage, collant son corps au sien. Ses bras passèrent autour de son cou et elle l’entraîna avec elle sur la couverture, faisant en sorte de s’allonger. Sam plus à l’aise que sur le canapé trop exigu put s’étendre au-dessus d’elle à loisirs, libre de ses mouvements sans crainte de finir par l’étouffer. Les mains de Sheri descendirent le long de son dos, jusqu’à la ceinture de son jean barrière à son exploration. Le chasseur pensa d’ailleurs la même chose de son haut et du reste de ses vêtements.

S’écartant de nouveau d’elle, il chercha le consentement sur son visage. Mais en guise de réponse, plus qu’explicite, elle attrapa les bords de son haut et le retira d’elle-même l’envoyant rejoindre le reste de ses affaires. Arrêtant pour de bon de se poser des questions il s’attaqua de nouveau à ses lèvres avant de les abandonner pour embrasser sa gorge puis sa poitrine, son ventre. Il fit un long cheminement de baiser jusqu’à son nombril où il s’attarda longuement. Il posa alors une main sur la fermeture de son jean et en défit le bouton, faisant ensuite descendre la braguette. Se faisant il embrassa de nouveau son ventre puis fit glisser son pantalon sur ses jambes avant de le lui retirer complètement. Il la contempla de nouveau, belle, offerte, les joues rouges mais un sourire sur les lèvres. Il remonta à sa hauteur l’embrassa alors que ses mains commençait à balayer son corps de tendres caresses. Sheri profita qu’il s’était un peu écarté d’elle pour se saisir à son tour de son jean dont elle défit la ceinture puis les boutons avec empressement. Il la sentait fébrile, un peu nerveuse mais surtout très impatience. Il posa ses mains sur les siennes, l’apaisant tout en l’aidant à retirer son pantalon. Elle posa ensuite les mains sur son boxer, mais il la retint…

- Doucement… On a tout notre temps. Lui souffla-t-il.

Elle acquiesça avec un léger sourire alors que gardant ses mains dans les siennes, il vint les plaquer sur le sol de chaque côté de son corps. De son genou il lui intima d’écarter les jambes, puis se plaça entre elles avant de venir s’allonger contre elle, faisant s’épouser leurs deux corps. Il libéra ses mains alors qu’elle appréciait la sensation de son corps contre le sien sa peau touchant délicieusement la sienne, son poids dont jusque là elle n’avait pas eût la moindre idée. Sam glissa brusquement une main sous son dos, et se relevant l’entraîna avec lui. Assis sur ses talons, il laissa Sheri enrouler ses jambes autour de sa taille et glissa ses lèvres sur son épaule pendant que ses mains caressaient son dos jusqu’à la chute de ses reins. Il l’entendit pousser un léger gémissement d’approbation, l’encourageant dans ses caresses. Sous ses doigts il sentait les cicatrices, nombreuses. Il prit soin de n’en rater occupe, comme si chaque caresse sur chacune d’entres elles pouvaient effacer tout le reste. Une de ses mains remonta finalement dans ses cheveux qu’il écarta de son visage, embrassant sa bouche fiévreusement sans se lasser. Il commençait à sentir lui aussi un peu de cette impatience que provoquait toujours la première fois avec un partenaire, ou la première fois tout court.

Se laissant retomber contre la couverture, il fit glisser ses mains sur les bords de son sous vêtement puis le fit glisser le long de ses jambes. Il se débarrassa ensuite lui-même de son boxer avant de venir se rallonger contre elle. Il posa ses lèvres sur les siennes l’embrassa avec douceur tandis qu’elle s’accrochait à ses épaules. Sam fit durer le moment, non pas pour augmenter son appréhension mais plus pour qu’elle s’habitue à sa nudité, se laisse aller à son désir. Il ne voulait pas être brutal, ni trop pressé de quelque chose qui devait venir en douceur. C’est pour cette raison qu’il prit son temps, reprit son ballet de caresses, avant de venir en elle, avec lenteur. Sheri confiante se laissa aller aux sensations de son corps, sans appréhension et sans vraiment de douleur. Juste du plaisir, intense, enivrant et sans fin. Avec amour elle suivit le mouvement de leurs corps joints, laissant Sam l’emporter vers des horizons qu’elle ne connaissait pas encore et qu’elle découvrait avec lui…

Les mots passion, plaisir et septième ciel prirent enfin un sens quand prise d’un frissonnement sans fin sa tête vacilla vers une étrange lumière qui l’irradia toute entière le temps de quelques délicieuses secondes. Lui laissant des bribes de souvenir dont elle souhaita qu’ils ne disparaissent jamais, elle laissa son corps être encore sien, quand il finit par la blottir contre lui tandis qu’il reprenait à son tour ses esprits. Elle savait à présent qu’elle ne se lasserait jamais de sentir sa peau palpitante sous ses doigts. C’est sur cette pensée, son visage contre son cœur encore fébrile, qu’elle sombra dans un sommeil bien mérité, et pleins de douceur.

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: Sell Your Soul [Suite de la femme sauvage] - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 19:41

Chapitre 18 : Reproches.

En s’éveillant Sheri constata dépitée que le soleil n’était pas encore levé. Elle pesta contre son horloge interne qui la faisait s’éveiller contre son gré aussi tôt le matin, et entreprit de rejoindre les bras de Morphée ou Sam était lui aussi. Se recalant dans ses bras, elle ferma de nouveau les yeux et chercha le sommeil. Elle faillit le trouver quand elle entendit de petits gémissements provenir de l’étage d’en dessous. On aurait dit que quelqu’un pleurait, pleurait d’un chagrin incontrôlable et sans nom. Sheri savait parfaitement de qui il s’agissait et elle se morigéna de laisser cela la toucher autant.

Whitney l’aurait tué si Dean n’était pas intervenu… Bien sûr, elle n’avait fait ça que parce qu’elle l’aimait trop pour la laisser partir. C’était un cruel dilemme qui s’offrait à elle. Peut être que c’était un piège, peut être pas. Elle devait ou avait déjà beaucoup souffert… Tout comme elle, qui avait au moins la chance d’être en vie.
Plus fort qu’elle, ça l’était, aussi Sheri se releva lentement et quitta les bras accueillant de Sam. Elle attrapa ses sous vêtements qu’elle enfila rapidement puis prit la chemise de Sam qui lui arrivait aux genoux. Finissant de la boutonner, elle s’avança vers la trappe et se pencha au-dessus de celle-ci.

Elle aperçut Whitney assise par terre, Teddy serré contre elle, son visage baigné de ses larmes d’enfants. Poussant un soupir elle passa la ligne de sel et entreprit de descendre l’échelle jusqu’à l’étage du dessous. La petite fille sembla l’ignorer continuant de pleurer. Sheri s’avança vers prudence vers elle.

- Whitney… S’il te plaît, pardonne-moi.
- Tu m’as laissée. Tu avais promis !
- Je ne veux pas mourir, tu ne peux pas me demander ça.
- Mais tu as dit que tu ne me laisserais jamais toute seule. Les amies ça ne se laisse pas !
- Je ne t’ai jamais laissée. Jamais.
- Si tu l’as fait. Et tu m’as remplacé par eux !
- Ce n’est pas vrai.
La petite fille lui lança un regard furieux et se releva brusquement l’air menaçante.
- Tu es… Méchante toi aussi.
- Comment tu peux dire ça ? !
- C’est ta faute si je suis morte !
- Qu’est-ce que tu racontes ? ! S’écria Sheri.
- Tout ça c’était ton idée.
- Quoi, qu’est-ce qui était mon idée…
- Toi aussi tu vas mourir.
- Non… Whitney, je t’en prie.

Sheri recula vivement se demandant si elle devait crier pour alerter Sam ou si elle avait encore une chance de la raisonner. Elle voulait surtout savoir pourquoi elle insinuait qu’elle était responsable de sa mort, pourquoi ça ne revenait pas ? ! Et si elle avait raison… Si d’une certaine façon elle l’avait tuée ? ! Elle ne vaudrait alors pas mieux que ses bourreaux, pas mieux que les autres, voir pire !

- Je ne me souviens pas… Je suis désolée.
- Tu n’es plus mon amie maintenant.
- Dis-moi ce que je t’ai fais ? !
- Tu le sais très bien.
- Non.

La jeune femme continua de reculer alors que la petite fille avançait vers elle. Sheri s’arrêta soudainement alors qu’un petit sourire passait sur le visage de l’enfant.

- Whitney… Qu’est-ce que je t’ai fais ? !
La petite la regarda quelques secondes.
- Je vais te montrer…

D’un clignement l’enfant arriva à la hauteur de Sheri et la poussa brusquement en arrière. La jeune femme vacilla légèrement et du faire un pas en arrière pour se retenir. Sauf que son pied au lieu de rencontrer le sol, se posa sur la trappe de l’échelle et celle-ci rompit par la volonté de Whitney, s’ouvrant vers le vide. Sheri tomba irrémédiablement dans le trou et poussa un hurlement quand son corps fut aspiré dans le vide.

Ses bras battant l’air, elle se rattrapa de justesse à l’un des barreaux de l’échelle.

- Saaaaaam ! Hurla-t-elle un peu tard.
Sheri chercha d’autres barreaux sous ses pieds mais ils semblaient lui échapper irrémédiablement. Les mains crispées sur le barreau en fer, elle commençait déjà à fatiguer et craignait que ses mains ne puissent pas tenir très longtemps.
- Saaam !

La jeune femme leva la tête en apercevant une silhouette mais tout ce qu’elle vit c’est Whitney qui descendait avec souplesse. Elle était un fantôme, elle n’avait peur ni de tomber ni de rien d’autre et surtout elle ne devait pas fatiguer elle.

- Whitney je t’en prie, arrête !
- Pas avant que tu tombes, toi aussi.
- Quoi ? !
Sheri regarda la petite fille dans les yeux et tout lui revint brusquement en mémoire.
- Non… Non ! NON ! Ce n’était pas ma faute…
- Tu m’as laissé tomber !
- Non ! Tu sais que non, c’était un accident, j’ai essayé…
- J’aurais dû comprendre à ce moment là, que tu n’étais pas mon amie !
La petite fille posa une main sur le poignet de Sheri et se mit à la tirer vers le bas.
- NON ! Noooon ! Hurla-t-elle en sentant ses doigts glisser dangereusement.
- Sheri ! Hurla une voix en contrebas.
C’était Dean… Mais il était trop loin pour l’aider.
- SAAAAAAAAAAAAM !

Cette fois elle entendit le bruit de ses pas et elle ne tarda pas à l’apercevoir au-dessus d’elle.

- Sheri tient bon !
Sam tenait son arme dans la main mais s’il tirait il atteindrait aussi forcément Sheri. Bien sûr le gros sel ne la tuerait pas mais ça faisait mal et il avait peur que ça lui fasse lâcher prise. Brusquement Whitney tira un peu plus sur son poignet et cette fois Sheri lâcha le barreau et poussa un nouveau hurlement.
- Sheri !
- SAM !
- Accroche-toi je t’en prie !
Dean était en train de grimper depuis le bas de l’échelle, mais il n’arriverait jamais à temps. Sheri essaya de reprendre le barreau de son autre main mais Whitney l’en empêcha. Pire, elle s’était maintenant saisit de son autre main…
- Non ! je t’en prie, Whitney !
- Sheri !

La jeune femme leva la tête vers Sam. Il lut dans ses yeux la bonne chose à faire… Elle le suppliait même. Il pointa alors son fusil vers les deux filles et visant du mieux qu’il put il tira sans se poser de questions.

La petite fille s’évapora alors tandis que le bras de Sheri se parait défilochage qui se mirent à saigner de son poignet à son épaule. Se rattrapant de son autre main, elle enroula ses jambes autour des barreaux qui ne se dérobaient plus et s’y agrippa de toutes ses forces comme sa vie en dépendait ce qui était plus ou moins le cas. Elle vit finalement Sam descendre le long de l’échelle pour la rejoindre alors que Dean n’était plus si loin…

Une fois sur le plancher des vaches, et seulement à ce moment là, elle poussa un soupir de soulagement et se laissa tomber assise par terre. Ses jambes flageolaient trop pour tenir debout, elle avait bien crût que c’était la fin, sa fin. Sa vie n’avait pas défilé devant ses yeux, pas entièrement du moins mais les choses les plus importantes lui étaient revenues. Elle savait à présent, ce qu’il c’était passé…

- Sheri tu vas bien, t’as rien ? ! S’enquit Sam.
- Ca va… Acquiesça-t-elle.
- Tu nous as fichu la trouille ! La gronda Dean.
- A moi aussi…
- Je suis désolé de t’avoir tiré dessus, ça ne fait pas trop mal ? !

Il jeta un œil aux petites tâches de sang sur son bras. Le gros sel en pénétrant la chaire donnait à peu près le même effet que des cailloux s’enfonçant sous la peau après une chute. Rien de bien dramatique en soit.

- Non. Je le sens à peine… Tu as bien fait, merci.
- Je me suis souvenu que tu n’étais pas en porcelaine.

Elle lui lança un sourire alors qu’il la prenait dans ses bras, la serrant contre lui. Sheri répondit à son étreinte sous l’œil suspicieux de Dean à qui une question démangeait les lèvres mais qu’il se garda bien de poser. Du moins pour l’instant, ce n’était pas vraiment le moment…

- Avec tout ça… Je me souviens maintenant. Continua-t-elle.
- De quoi ?
- Ce qu’il lui est arrivé. A Whitney.
- Qu’est-ce qui c’est passé ? !

« Mackenzie posa un doigt sur ses lèvres pour intimer le silence à son amie. Cette dernière tenait Teddy contre elle, passablement terrifiée par son idée.

- Il ne va pas être content !
- Tu veux rentrer chez toi oui ou non ? !
- Oui… Affirma Whitney.
- Alors on n’a pas le choix. Il faut s’enfuir… C’est notre seule chance.
- Et s’il se réveil ? !
- Faut pas faire de bruit ! Aller vient…
- J’ai peur !
- Moi aussi… Mais je ne te quitterais pas d’accord ? !
Mackenzie prit la main de son amie, la serrant.
- On est amie pour toujours, tout ira bien… Je ne te laisserais pas jamais ? !
Whitney acquiesça vivement.

Les deux petites filles descendirent l’échelle entre les deux niveaux, silencieuses. Caleb dormait un peu plus loin, sur un lit de camps à l’air peu confortable. Ca ne l’empêchait tout de même pas de ronfler légèrement, signe qu’il dormait bien. A pas légers, les deux enfants se dirigèrent vers la trappe qui menait à la grande échelle. Elles jetaient des coups d’oeils affolées à leur geôlier. S’il se réveillait, il serait furieux, vraiment furieux…

Mackenzie souleva la trappe lentement pendant que Whitney regardait Caleb. La porte grinça assez fort, le faisant bouger dans son sommeil mais cette fois il était trop tard pour reculer. Elle ouvrit complètement cette dernière puis regarda son amie et l’homme qui dormait toujours.

- Vas-y la première… ! Lança Mackenzie.

Whitney se précipita vers l’échelle, descendit prudemment Teddy sous un bras. Mackenzie attendit qu’elle prenne un tout petit peu d’avance puis elle décida de descendre à son tour. Se penchant pour descendre elle vit brusquement Caleb ouvrir les yeux, balayer la pièce du regard et la dévisager avec colère.

- Espèces de petites…
- Aaaaah !

Mackenzie sentit la main de l’homme se refermer sur son bras. Whitney en dessous d’elle hurla à son tour et dans sa frayeur perdit l’équilibre. Son amie la voyant basculer, elle tendit la main et accrocha la sienne. Caleb qui la tenait d’un côté hurlant et vociférant, Whitney accroché à son bras de l’autre, Mackenzie se retrouva prise entre les deux et pour une petite fille de six ans c’était bien trop. Se fichant de Caleb elle essaya en vint de retenir Whitney dont la main glissait dans la sienne. Elle n’avait rien d’autre pour la retenir… Alors sans qu’elle puisse rien faire pour l’en empêcher…

Elle tomba.

- Naaaaan Whitney ! Hurla-t-elle de désespoir. »

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laney Rose
Modératrice
avatar

P'tit smile! :
Féminin Messages : 315
Date d'inscription : 13/05/2010
Prénom : Lili
Age : 30
Localisation : Impala's back seat

MessageSujet: Re: Sell Your Soul [Suite de la femme sauvage] - Lili/Laney   Lun 17 Mai - 19:42

Chapitre 19 : Ce qui nous retient.

Sam et Dean posèrent les yeux sur Sheri qui leur racontait l’histoire les larmes aux yeux.

- Je l’ai vu tomber… Et j’ai rien pu faire.
- Ce n’était pas ta faute. Tu n’étais qu’une enfant… Tu as essayé.
- Je sais. Mais c’était aussi mon idée.
- Imagine où elle aurait probablement finit de toute façon…
Sheri acquiesça lentement.
- Et ensuite qu’est-ce qui c’est passé ? ! Reprit Dean.
- Caleb et descendu et… J’ai vu qu’il avait allumé un feu, je suppose…
- Qu’il a brûlé le corps ! Soupira Sam.
- Oui… Après il est remonté, m’a jeté Teddy à la figure et m’a dit qu’il m’arriverait la même chose si j’essayais de nouveau de m’enfuir.
- Ok, le corps a brûlé alors… Pourquoi elle est encore là ? ! S’étonna Dean.
- J’en sais trop rien. Elle a sans doute laissé quelque chose…
- Moi ? Proposa Sheri.
- Ok… Sam fait brûler ta petite amie !
Le cadet lança un regard noir à son frère dont le petit sourire qui se voulait malin disparut.
- Non… Ce n’est pas ça…
- Je sais ce que c’est…Réalisa brusquement Sheri. C’est évident…


***

Sam la regarda tenir longuement l’objet entre ses mains. Une dernière fois juste pour lui dire au revoir. Elle le lui donna finalement, sans trop d’hésitation.

- Ca va aller ? !
- J’ai l’étrange impression, qu’une fois encore il me sauve la vie ! Il m’a aidé à tenir tellement longtemps… Je l’ai aimé, je l’ai détesté, mais une fois encore… Il est là pour moi. C’est idiot mais j’ai l’impression de perdre un ami !
- Je comprends. Mais on n’a pas le choix.
- Je sais… Fait vite alors.

Sam posa l’objet au sol, y versa du sel, de l’essence puis gratta une allumette.
- Au revoir Teddy.

L’ourson s’enflamma sans trop de difficulté et brûla entièrement, se consumant pour ne rien laisser de son passage sur cette terre. Sam passa un bras autour des épaules de Sheri, cette fois c’était terminé, cette fois Whitney avait trouvé le repos, plus rien de son passé ne lui échappait… Le cauchemar avait prit fin, il ne lui restait qu’à se reconstruire, à se construire tous les deux.

Ils eurent quelques jours de plus pour cela. Ils devaient s’assurer que la petite fille avait bien disparut ce qui était bien le cas. Ils avaient aussi des tas de choses à se dire, à se découvrir chaque fois un peu plus. Mais bien vite le travail les rattrapa. Bobby les appela pour un job à l’autre bout du pays, un truc assez urgent qui ne pouvait pas attendre…

Sheri savait parfaitement qu’ils reprendraient tôt ou tard la route, ce n’était pas une surprise. Mais maintenant que ça allait mieux, c’était un peu moins déchirant. Bien que douloureux…

Appuyé contre la Chevrolet Sheri regardait les deux hommes mettre leurs sacs dans la voiture. Ils prenaient leur temps, n’avaient pas si envie que ça de partir vite ! Ils voulaient lui dire au revoir et à bientôt surtout. Ils reviendraient, dès qu’ils auraient terminés leur affaire ! Même si c’était seulement pour quelques jours, et même si cela leur ferait faire un détour, ils reviendraient. Il n’en était pas question autrement pour Sam.

- Je t’écrirais tous les jours, mais cette fois tu as intérêt à répondre ! Lui lança-t-il.
- Je ferais mes exercices, et je te répondrais. Affirma-t-elle.
- Tu les enverras chez Bobby, il me les fera parvenir.
- D’accord.
- Où tu les gardes, ça me fera une raison de revenir encore plus vite.
- Tu as besoin de ça pour revenir vite ? ! S’enquit-elle.
Sam marcha vers elle, posant ses mains autour de sa taille.
- Non. Sûrement pas…
- Hum ! Bon voilà on est prêt ! Annonça Dean.
Sheri lança un petit sourire à l’aîné et se défit de l’étreinte de Sam pour aller embrasser son frère. Elle serra Dean dans ses bras, se dernier lui rendant son étreinte.
- Merci.
- Pas de quoi ma belle.
- Tu vas aussi me manquer. Affirma-t-elle.
- J’espère bien… Sûrement plus que Sam même ! Je suis tellement plus drôle, plus beau, plus…
- Humble ? ! Proposa Sam amusé.
- Est-ce ma faute si j’ai tout eût du premier coup ? !
- Tout sauf la fille.
Dean perdit son sourire fusillant son frère du regard.
- Je t’attends dans la voiture… Maugréa-t-il boudeur.
- Merci !
- Sheri… A bientôt !
- A bientôt Dean.

L’aîné se dirigea vers l’avant et grimpa côté conducteur. Sheri rejoignit Sam qui eût aussitôt fait de la prendre dans ses bras. Il la serra contre lui, posant sa joue contre le haut de sa tête alors qu’elle le serrait tout autant.

- Tu vas tellement me manquer. Avoua-t-il.
- Ne me fais pas pleurer… Le supplia-t-elle. On se dit juste à bientôt.
- A très bientôt. Je t’appel dès qu’on arrive.
- Je ferais un effort avec le téléphone. Affirma-t-elle.
- D’accord.

Il poussa un petit soupir avant de la relâcher légèrement. Elle s’écarta aussi de lui et leurs lèvres se joignirent en un long baiser passionné. Ils avaient du mal à se séparer, pourtant il le fallait bien. Se séparant pour de bon avant de craquer de nouveau, Sheri recula d’un pas laissant ses mains sur ses bras et prit une petite inspiration pour se donner le courage de ne pas se jeter à genou devant lui pour lui demander de rester.

- Aller va… Sinon ça va être de plus en plus difficile.
Sam acquiesça lentement.
- A bientôt.
- A très vite.

Le chasseur s’avança et posa un baiser sur son front avant de tourner les talons pour de bon, sans se retourner et de monter en voiture. Sheri se recula un peu, les bras serrés autour d’elle afin de le voir partir. Elle voulait avoir cette image en tête pour mieux apprécier son retour !
La voiture poussa un long ronronnement quand Dean démarra. L’aîné jeta un œil à son frère qui semblait avoir du mal à la quitter. Beaucoup de mal…

- Ca va aller ? !
- Oui. Il le faut bien…
- Sûr ? !
- Roule Dean.
- Ok…

Le chasseur appuya sur l’accélérateur tout en jetant un œil dans le rétroviseur. Sam en fit autant, se disant que la prochaine fois qu’il la reverrait ce serait dans le sens inverse. Mais ils n’avaient pas fait quelques mètres que Sam réalisa brusquement quelque chose.

- Dean attends !
L’aîné freina brusquement surprit.
- Quoi ? !
- J’ai oublié… Quelque chose.

Sam ouvrit la portière sous les yeux effarés de Dean. Il se pencha vers son frère, se demandant ce qu’il pouvait avoir oublié. Le cadet fit signe à Sheri avant de lui crier ce qu’il avait oublié de lui dire.

- Je t’aime !

Il la vit sourire avant de se précipiter vers lui en courant. Sam la souleva dans ses bras, quand elle lui sauta au cou.

- Je t’aime aussi.

Un sourire passa sur le visage de Dean alors que les deux amoureux s’embrassaient avec passion, juste pour dire au revoir… Encore une fois.

- Ouais ouais, ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfant… Soupira l’aîné en se laissant tomber sur son volant avec un petit soupir.


FIN

Vos commentaires ici : http://huntersfanfics.forumactif.org/commentaires-f6/la-femme-sauvage-sell-your-soul-lili-laney-t69.htm

_________________

" Même en enfer, je serais toujours à tes côtés "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sell Your Soul [Suite de la femme sauvage] - Lili/Laney   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sell Your Soul [Suite de la femme sauvage] - Lili/Laney
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» femme sauvage dans la nature
» Femmes qui courent avec les loups
» La femme sauvage Un duo Solaime et Lejumeau
» BISMUTH HENRY : FEMME SAUVAGE
» [Coulonges, Henri] L'adieu à la femme sauvage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunter's Fanfics :: 
Séries Fanfics;
 :: . . Supernatural . . :: . . Général . . :: Fanfictions :: Fanfics finies
-
Sauter vers: